AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Giuliano Milani (Autre)Elisa Brilli (Autre)
EAN : 9782213709406
350 pages
Éditeur : Fayard (24/02/2021)
5/5   2 notes
Résumé :
Dans cette biographie tissée à quatre mains, Élisa
Brilli et Giuliano Milani éclairent d’un jour nou-
veau le destin de l’une des plus grandes figures
du Moyen Âge italien, démêlant le vrai du faux
au gré d’une enquête où se font écho archives et
œuvre littéraire.
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Aquilon62
  14 mars 2021
A l'heure où l'Italie va célébrer les 700 ans de la mort de son Poète, nous avons droit en ce début d'année à 2 biographies, qui sont aussi différentes qu'elles sont complémentaires.
Celle-ci est sublime et atypique, intitulée "des vies nouvelles" et que je qualifie de "Nuova biografia"
Alors je me lance sur une critique qui ne saura réellement restituer le bonheur de cette lecture à laquelle nous invitent Élisa Brilli (professeure à Toronto, dont les recherches portent sur Dante et l'histoire culturelle médiévale) et Guiliano Milani (professeur d'histoire médiévale, qui a étudié les communes italiennes et qui est codirecteur de la collection des documents sur la vie de Dante).
Cette biographie écrite à quatre mains, s'éloigne des biographies"classiques" dans sa construction. En mettant en parallèle "l'histoire" et "le récit", et cela fonctionne magnifiquement sur les 4 étapes que nous traversons : adolescence, jeunesse florentine, jeunesse exilée, vieillesse pour finir par un épilogue sur les postérités

Un gros travail d'exégèse car de la vie de Dante paradoxalement n'est qu'une suite de silences que viennent briser des poésies, la Vita Nuova, de vulgari eloquentia, il Convivio, des lettres, de Monarchie, les épîtres, des églogues et bien entendu la Commedia.
Au risque de paraphraser Dante lui-même :
" Au milieu du chemin de notre vie
je me retrouvai par une forêt obscure
car la voie droite était perdue.
Ah dire ce qu'elle était est chose dure
cette forêt féroce et âpre et forte
qui ranime la peur dans la pensée !
Elle est si amère que mort l'est à peine plus ;
mais pour parler du bien que j'y trouvai,
je dirai des autres choses que j'y ai vues.
Je ne sais pas bien redire comment j'y entrai …
[…]
Si les barbares, venant de ces rivages
qui sont chaque jour couverts par Hélice
tournoyant avec son fils qu'elle aime,
en voyant Rome et ses grands édifices,
s'émerveillèrent quand le Latran
domina les choses mortelles,
Moi qui était venu au divin
de l'humain, à l'éternel du temps,
et de Florence au peuple juste et sain,
de quelle stupeur devais-je être empli"
Voilà les premiers et les derniers vers du poème auquel il consacre les dernières années de sa vie, dans lequel il nous livre son état au début et à la fin de son voyage dans l'au-delà.
On peut parfois ce retrouver comme lui face à son oeuvre, face à une forêt obscure, mais grâce à des guides comme nos deux auteurs qui nous le rendent plus proche, tout devient plus lumineux et les écrits deviennent vie.
Un seul regret, on eut aimé que ce voyage érudit se prolonge, mais pour ce faire il nous reste la possibilité de relire ces pages, et se replonger dans les oeuvres de Dante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
Aquilon62Aquilon62   08 mars 2021
Le lien entre vécu et texte, entre vie et œuvre est plus profond, et de nature structurelle. La vie de l’auteur entre dans l’œuvre en tant que justification de sa nécessité et garantie de sa possibilité de réussite.
A son tour, l’œuvre se charge de racheter le vécu et ses parties les plus âpres, en les désignant source tant de connaissances nouvelles que de reconnaissance sociale.
On est donc face à la tentative d’instaurer un cercle vertueux entre vie et œuvre, censé renverser le cercle vicieux causé par l’exil.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Aquilon62Aquilon62   06 mars 2021
Signe de l’histoire, le premier nom analysé est « poète », le premier verbe, « aimer ». Des mots qui ont pu résonner d’une façon particulière à l’oreille du petit Dante alors qu’il fait ses premiers pas dans la lecture.
Commenter  J’apprécie          00
Aquilon62Aquilon62   05 mars 2021
Dante à propos de son exil : je tiens pour un honneur l'exil qui m'est donné : car [...] tomber avec les bons reste digne de louange
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : danteVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2446 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre