AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782711201075
Éditeur : Les Arènes (02/05/2019)

Note moyenne : 4.38/5 (sur 8 notes)
Résumé :
Cinq guerriers français, lassés des combats, ont décidé de s'en prendre à l'un des leurs qui tue et viole sans distinction. Surnommé la Bête, il répand la désolation sur son passage. Les compagnons se lancent ensemble à sa poursuite. Avec la guerre de Cent ans en toile de fond.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
palamede
  02 décembre 2019
Elle est la Bête, celle qui massacre sans distinction, hommes, femmes, enfants. Cinq hommes se sont jurés de la tuer. Ils ne sont pas loin de penser qu'il en va du salut de leur âme. Mais les tueries de la guerre de Cent Ans rendent leur mission hasardeuse. Sur le chemin du géant sans visage ils cauchemardent, perdent le sens des réalités...
C'est un conte noir plein de puissance que l'histoire de ces cinq soldats qui poursuivent le Mal (incarné par la Bête) s'interrogent sur Dieu et la folie des guerres. le style de Clément Milian est celui de l'urgence. Les phrases sont courtes, les chapitres aussi pour dire les hommes qui ont la foi, implorent Dieu, les autres qui doutent, ne croient qu'en eux et que la mort ne triomphe pas toujours. Mais si à l'instar de ces guerriers beaucoup souhaitent la fin des conflits, à ne pas en douter, leur persistance montre que la rédemption n'est pas encore à la portée des hommes.
Commenter  J’apprécie          750
Zarps
  26 août 2019
De Clément Milian, j'avais adoré Planète vide. J'attendais donc son deuxième roman avec impatience. Et quelle bonne surprise quand j'ai appris que son livre se passerait pendant la guerre de Cent ans. J'ai toujours eu un faible pour les romans historiques et j'adore la littérature médiévale (ah, la chanson de geste, ah ce bon vieux Froissart et ses chroniques).
Le Triomphant est un livre dur, noir, boueux, plein de sang et de furie. C'est aussi cinq hommes qui se donnent pour mission de tuer la Bête, incarnation du mal sur terre. Cinq hommes qui s'interrogent sur la guerre, sur l'intérêt de tuer un ennemi qui leur ressemble plus que le seigneur pour qui ils se battent, sur leur foi aussi. Cinq hommes. Et une femme, témoin de la folie du monde, qui essaie tant bien que mal de faire sa part, elle qui est une survivante.
Le Triomphant, c'est un conte macabre, où l'air, le feu, la terre et l'eau défient les hommes. Où le Bien et le Mal se combattent. Où les soldats sont des pions et les femmes des proies.
Vous ne lirez pas un texte comme celui-ci avant longtemps, croyez-moi, et il serait dommage de passer à côté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
culturevsnews
  02 mai 2019
Certains auteurs ont besoin d'un nombre conséquent de pages pour aboutir à la réalisation de leurs livres, empressés qu'ils sont par l'éditeur qui sent la poule aux oeufs d'or ou bien sujet aux divagations et aux digressions. D'autres relève le défi de narrer une histoire en peu de mot, se forçant eux mêmes à tirés de leurs plumes, ou bien de leur clavier, le nombre précis de mots nécessaires à la réalisation de leurs oeuvres, Clément Milan est de ceux là.
Avec son style sec et nerveux, faits de courtes phrases, l'auteur nous plonge dans une guerre, au moyen âge, sans plus de précision. C'est probablement durant la période de la guerre de cent ans mais au final peu importe le siècle car la violence, la sauvagerie et la brutalité sont les mêmes, qu'importe les armes avec lesquels les hommes s'entretuent, les victimes s'entassent et l'innocence est souillé.
Le récit est sujet à interprétation, entre la bête, qui est bien plus qu'une personnification de la guerre et le groupe de soldat qui la pourchasse, dont chacun des membres est une facette d'un même stéréotype, chacun pourra y trouvé sa propre interprétation de cette traque intense au final irrémédiable.
En lisant l'ouvrage d'une traite comme je l'ai fait on a l'impression d'être prisonnier d'un long cauchemar qui refuserait de prendre fin malgré les tentatives de notre esprit pour s'en défaire. La mort et la violence omniprésente contribue à créer une atmosphère empli de désespoir alors même que seule la haine semble motivé le groupe de soldat à poursuivre leur traque.
Une haine implacable qui tel une vague de sauvagerie irrépressible leur intime de poursuivre leur mission.
Il est souvent question de Dieu dans le récit, que ce soit lorsque les personnages lui adressent des suppliques ou bien des prières ou bien lorsque l'auteur se sert de lui pour démontrer tout l'absurdité de cette guerre sans fin. Un Dieu que l'auteur nous montre comme étant complice de ce massacre, il suffit de noter que Dieu est toujours mentionné lors des passages décrivant la guerre ou dans la bouche des soldats qui n'ont de cessent d'en appeler à sa clémence et sa divine intervention pour comprendre que l'on a affaire à un récit plus complexe qu'en apparence.
Un récit qui lorsqu'on en achève la lecture laisse au lecteur la sensation désagréable que, quelques soient les efforts que l'on fourni, la rédemption reste hors de portée.
Note 8 /10
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Lalitote
  04 mai 2019

Ouvrir ce livre c'est se retrouver propulsé dans une autre époque, le moyen âge sans doute pendant la guerre de cent ans, on atterrit en plein sur le champ de bataille au milieu des combats sauvages qui laissent les régions de France à feu et à sang. L'armée est défaite et cinq hommes décident de poursuivre l'un des leurs surnommé «la Bête» un soldat ultra violent, violeur, qui tue comme il respire sans plus faire la moindre distinction ni parmi ses camarades, ni parmi la population civile, femmes et enfants compris. L'occire est pour eux un acte salvateur nécessaire de bravoure et de rédemption. Nous allons suivre le petit groupe dans sa traque de l'abomination à l'issue incertaine. L'atmosphère est parfaitement rendue on se croirait presque dans un récit d'heroic fantasy tant le récit est épique et notre petit groupe prêt à affronter mille périls. Pourtant le style de l'auteur ne s'embarrasse d'aucune envolée lyrique bien au contraire, il reste centré dans la réalité avec des phrases et des chapitres courts très efficace dans ses descriptions des scènes de barbarie aussi bien que dans celles de la forêt en feu. Peu à peu, nous sommes amené à nous questionner sur le personnage de « La Bête » qui pourrait être l'incarnation du Mal et cela à toutes les époques. Rien ne ressemble plus à un charnier qu'un autre charnier l'époque est aléatoire. Un livre lu d'une traite qui vient toucher en nous notre condition humaine et ce qu'il y a de plus haut que l'homme. Les valeurs des personnages sont bien marquées qu'ils soient ou non croyants, d'ailleurs un des personnages non croyant à pour prénom « Païen », la part réservée à Dieu est importante dans le récit. On a la sensation d'être pris dans une spirale infernale, rien n'arrêtera cette traque, la mort et le sang sont leur quotidien et il est alimenté par des désirs mortifères où la haine s'écoule librement. Un livre original qui dresse un portrait d'une facette inchangée de l'humanité, il y a toujours eu des guerres et il y en aura toujours .Bonne lecture.

Lien : http://latelierdelitote.cana..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Laurence1485
  26 décembre 2019
Un roman inclassable ? Une allégorie ? Un conte ?
En tout cas un roman qui ne laisse pas indifférent. Cinq hommes traquent La bête qui détruit, tue tout sur son passage et n'ont qu'une obsession la tuer. En quelques pages, Clément Milian nous entraîne dans cette traque sans nous lâcher. Deuxième roman de cet auteur ce titre est très différent de son premier. Encore un excellent titre des Arènes.
Commenter  J’apprécie          10

critiques presse (1)
Elbakin.net   06 juin 2019
Un livre porté par un style grandiose qui plonge dans l’horreur des hommes, une œuvre allégorique où se mêlent des questions sur la foi, la guerre et la folie.
Lire la critique sur le site : Elbakin.net
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
palamedepalamede   03 décembre 2019
... je sais que chacun se porte mieux quand il laisse libre les autres.
Commenter  J’apprécie          260
palamedepalamede   02 décembre 2019
Ceux qui cherchent la paix meurent autant que ceux qui cherchent la guerre.
Commenter  J’apprécie          200
ZarpsZarps   21 août 2019
Il se demandait ce qui pourrait rester du monde, maintenant que tous les châteaux et toutes les forêts brûlaient sans fin.
Commenter  J’apprécie          40
autres livres classés : roman noirVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Clément Milian (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1871 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre