AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Mark Millar (Autre)Steve McNiven (Autre)
EAN : 9782809486957
208 pages
Éditeur : Panini France (01/07/2020)
4.08/5   96 notes
Résumé :
Après avoir occupé le devant de la scène dans toutes les revues kiosque de l’année dernière, Civil War, l’événement Marvel de la décennie, revient en force en librairie dans la prestigieuse collection Marvel Deluxe. Au menu de ce premier album, l’histoire principale en sept volets écrite par Mark Millar, qui voit l’affrontement fratricide entre deux camps de héros : ceux qui ont
accepté de se faire enregistrer auprès du gouvernement sous l’égide d’Iron Man et... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
4,08

sur 96 notes
5
5 avis
4
8 avis
3
0 avis
2
1 avis
1
0 avis

Cer45Rt
  14 octobre 2020
"Guerre civile", premier volet du cycle "Civil war", est ma première découverte de l'univers Marvel, et plus généralement de l'univers super-héroïque, au format comics.
Je connaissais cependant quelque peu l'univers Marvel, par le biais du cinéma et également, de réputation, connaissant, grosso modo, les personnages (du moins, les principaux) et, apparemment, assez pour suivre l'histoire, même si je ne peux sans doute pas dire que j'ai compris toutes les références, faites à un élément ou un autre. C'est donc en toute humilité que je publie ce modeste avis.
Ce qui me frappe premièrement, dans "Guerre civile", c'est l'excellente qualité du dessin, qui conjugue une grande précision, un travail sur les ombres et les lumières tout à fait intéressant et qui, malgré ses nombreux détails, parvient à demeurer toujours lisible.
Un autre bon point à relever me semble être tout simplement le sérieux avec lequel est traité le sujet, puisque celui-ci est traité de manière à ce que ce conflit, dans la communauté super-héroïque, soulève des questions plus larges, principalement sur la liberté plus ou moins grande que l'Etat doit accordé aux individus, le contrôle plus ou moins grand qu'il doit avoir sur la population... Cela interroge le lecteur, l'amenant à réfléchir et à apporter, ou pas, sa réponse, aux questions posées par cette bande dessinée, même si, à mon avis, il semblerait difficile, de ne pas prendre le parti de Tony Stark, si ce dernier n'était pas présenté, comme un sale type, à bien des égards.
D'autre part, le travail d'écriture me semble également, assez intéressant, avec des dialogues, qui contribuent à poser les questions susmentionnées et sont globalement plutôt intéressants. Ce travail permet de rendre compte plutôt bien, de l'état d'esprit des personnages et de mieux comprendre, leurs motivations ; mais, il est vrai, que si lorsque les scénaristes s'y mettent vraiment, ils peuvent produire un résultat assez intéressant, cela ne va pas sans quelques faiblesses.
Cependant, je dois avouer que, malgré les qualités énumérées précédemment, j'ai trouvé le début de "Guerre civile", un peu trop rapide, à certains égards ; le positionnement des personnages, les enjeux, etc., sont posés très vite, sans laisser vraiment le temps de respirer ni même de vraiment comprendre ce qui se passe et avec une escalade de la violence, bien trop rapide, à mon goût.
Je persiste toutefois à trouver cette BD plutôt intéressante, de manière générale.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
loreleirocks
  21 mai 2015
Revenons-en à nos moutons. Et nos moutons noirs.
Tout comme « The Road to Civil War », ce graphic novel vous donne envie d'explorer les univers des différents superhéros (et il y en a un sacré lot) présents dans ce tome d'épaisseur raisonnable. Nous nous trouvons ainsi face à trois camps et non deux, s'ajoutant au Avengers pour la loi de recensement des superhéros et autres créatures de même acabit et ceux qui sont contre, un camp neutre, notamment les X-men que l'on comprend, avec les Sentinels qui leur collent au zouk et un vécu de persécution qui les pousse aussi à ne pas s'engager dans ce genre de débat-combat.
Pas franchement fan de Captain America, ennuyeux et un tantinet mièvre dans les films (j'adore le voir maltraité par ses camarades, espérant qu'il se réveille entre une vanne et un « Hulk smash », et nous offre un peu plus d'ambiguïté et moins de discours et attitude moralisateurs bien bateaux), me voilà super surprise. Captain America s'oppose à Iron Man et rassemble les opposants dans une équipe underground de Secret Avengers… Et ouais.
Automatique, me voilà qui prend parti pour les Secret Avengers simplement parce que l'idée de recenser les superhéros me laisse imaginer un emploi à contre-emploi de leurs pouvoirs, un contrôle gouvernemental dans une optique et des intérêts spécifiques trop facilement éloignés de leur rôle, sauver le monde. Tout en tenant compte du constat découlant de la petite séquence d'introduction avec des jeunes superhéros à la recherche d'audimat qui se disent qu'ils pourraient éclater des « supervillains » en direct parce que c'est franchement plus sensationnel qu'une misérable petite frappe qui vole le sac d'une petite vieille, se concluant par, encore une fois, des morts et la destruction efficace d'un quartier, il faut le dire bien que les superhumans soient « out of control », il reste difficile d'adhérer à un recensement ayant pour conséquence pour les récalcitrants d'être considérés comme hors-la-loi et illico-presto jetés dans une super-prison créée par Mister Fantastic, Iron Man et Hank Pym (Ant-Man ? Yellow Jacket?).
Nous voilà partis dans un affrontement violent ponctué de morts et de trahisons. D'ailleurs, quel plaisir de voir Invisible Woman rejoindre les Secret Avengers, tenir à préciser dans un petit mot doux sur l'oreiller à son époux que ce n'est pas parce qu'il l'ignore trop au profit de la science (oh mais ajoutons aussi le petit clin d'oeil de Namor qui estime qu'il y a quelque chose entre elle et lui ! A fouiller!). Et ce clone/cyborg de Thor qui pète un plomb et oublie qu'il ne faut pas tuer, surtout un poteau superhéros, même s'il est dans l'autre camp, qui fait basculer un bon lot de pro-recensements vers les Secret Avengers !
Bon, j'aurais aimé en savoir plus sur cette super-prison, mais je suppose que je peux fouiller et trouver des comics qui en disent plus dessus. J'aurais aussi aimé savoir où sont passés les copains présents dans les films The Avengers (mais où sont Hawkeye et Black Widow?) Bon, on sait que The Hulk est en vacances à l'autre bout de la galaxie. Et où est Fury qui aide les Secret Avengers ?
Bon, je pense avoir assez écrit pour pouvoir spoiler tout le monde sans que l'intégralité de la critique apparaisse et affiche le spoiler d'entrée.
Revenons donc à la préparation psychologique gentiment fournie par « The Road to Civil War ».
Non, je ne m'attendais pas à un super volume, fin et alambiqué, mais je m'attendais tout de même à un peu plus de complexité vis-à-vis de la progression et des changements de camps. Okay, il faudrait dix tomes de plus pour développer ce scénario particulièrement riche et tout de même agréable. Mais bon, la succession un peu rapide et un peu facile des changements de camp et de batailles un peu rudes pour les Secret Avengers sont un peu usantes.
J'ai encore du mal à comprendre pourquoi Stark prendrait position pour le recensement seulement parce que la mère d'une jeune victime innocente des événements d'ouverture du tome le prend à parti et accuse les superhéros, dont lui, d'être responsables de la misère du monde. Pour moi, il y a autre chose derrière la volonté de s'organiser dans les limites de la loi pour luter contre « le mal » et faire baisser la criminalité, super ou non. La scène de clôture entre Stark et la mère me paraît à la fois super naze et super intéressante. D'abord parce que disons-le, c'est naze, et puis surtout parce que Stark est surtout un super-ego et qu'il ne peut qu'avoir d'autres tours super-egoistes dans son sac ! Donc baleine sous gravillon qui met l'eau à la bouche.
Enfin, je savais que Captain America ne pouvait pas tenir longtemps sans repasser par la case « boriiiiing ! ». le revoilà, sur la fin pour clôturer à la va-vite notre aventure : « Oh mais non ! On s'est un peu oubliés là les copains. Paradoxalement, on a un peu pensé qu'à nous et on a oublié qu'on se bat pour les faibles… On n'a fait que se battre mais pas pour quelque chose… ». Ah bon ? Ah mais oui ! J'avais perdu de vue qu'à la base, Rogers s'était engagé dans l'armée pour se battre contre les forces du mal sans se poser de questions sur les principes et méthodes dont il était l'outil expérimental. Oui, oui, il se pose des questions sur son instrumentalisation, mais ça ne dure jamais franchement longtemps.
On appréciera tout de même la surprise de ses alliés, dont les visages sont figés dans une expressions diverses de « mais qu'est-ce que tu fais, gars ? » ahuris.
Et j'ai vraiment apprécié ce retournement de situation, même si sa rapidité est frustrante et simpliste. Un petit réveil et un petit plaisir de l'inattendu, pourtant si prévisible !
Cela dit, je me suis aussi régalée de le voir se faire mettre des roustes, malgré mon support de ses Secret Avengers.
Reste maintenant à voir où ce monde recentré sur la lutte contre la misère, la criminalité étant désormais taclée, va nous mener !
Ce comic est un petit plaisir, ouvrant un tas de portes vers d'autres séries, individuelles ou de groupes de superhéros. Des interrogations, des envies, et des tonnes de lectures possibles !
Un tome à conseiller pour entrer dans le monde des comics Marvel, si riche et divertissant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          52
XanderOne
  12 mars 2016
Avec Secret Wars arrivant, je me suis dit qu'il serait temps de lire Civil War, puisqu'il y aura une mini-série Civil War à l'intérieur.
On retrouve Mark Millar au scénario et Steve McNiven aux dessins, donc déjà, on part sur de bonnes bases. Mais que contient donc ce premier tome de Civil War ? Et bien ni plus ni moins que l'intégralité de la série ! Les 7 chapitres qui constituent la série mère sont ici réunis afin qu'on puisse les lires d'une traite. La qualité est au rendez-vous, l'intrigue est vraiment bien fichue et on ne s'ennuie pas un seul instant.
L'histoire est suffisamment vieille et connue pour que je ne la raconte pas ici. Par contre, je peux parler de la suite. Car oui, ce premier tome ne contient pas que la série mère. Il y a les fameux Ties-in, ces chapitres, ou mini-séries qui se passent en même temps que Civil War. On retrouve donc la mini-série de 5 chapitres Avengers Disassembled de Brian Michael Bendis.
C'est très bien, même si chaque chapitre est d'un dessinateur différent, mais là ou personnellement j'ai beaucoup de mal, c'est lorsque je dois revenir en arrière. Je n'en vois pas vraiment l'intérêt. Pourquoi mettre la série principale en intégralité et remplir ensuite les tomes suivants uniquement avec des Ties-in, qui se passe je le rappelle en même temps que la série principale. J'aurais préféré n'avoir que la série principale et éviter les nombreux Ties-in qui remplissent les autres volumes...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
malecturotheque
  04 décembre 2015
Ce premier tome de Civil War se divise en deux parties : la première sur l'intrigue principale, la seconde sur la séparation des héros en deux groupes (Les nouveaux Vengeurs). La première fois que j'ai lu ce comics, j'ai tout de suite adoré – et il en va de même pour cette relecture. Autant vous dire que lorsque j'ai entendu parler de l'adaptation au cinéma, j'ai tout de suite sauté de joie ! Mais au fait, ça raconte quoi ?
Vous l'aurez remarqué, soit en lisant des comics, soit en allant voir des films de super-héros au cinéma, quand ils protègent le monde, ils détruisent aussi pas mal de bâtiments… Alors les humains classiques, sans pouvoir, commencent un peu à en avoir marre. Un beau jour, il va y avoir cette goutte d'eau qui va faire déborder le vase, c'est là que débute notre histoire. Suite à cet événement tragique, le gouvernement va faire une proposition de loi : encadrer les surhumains. En quoi ça consiste ? Eh bien, en gros, ils deviendraient fonctionnaires et seraient encadrés. Rien de bien méchant, sauf que cela va diviser la communauté des super-héros : d'un côté, Iron Man, de l'autre, Captain America ! Choisissez votre camp !
En dehors des dessins que j'ai bien aimé, ce qui me plaît surtout dans cette série, c'est toutes les interrogations qu'il peut y avoir, et les remises en question. Je ne peux pas trop m'attarder sur le sujet car je risquerais de vous en dire trop, mais il y a déjà deux points essentiels dont je peux vous parler : les super-héros existeraient, leur permettriez-vous de détruire les villes comme ils le font au cinéma sous prétexte de sauver des gens (et je doute qu'il n'y ait personne dans les immeubles détruits) ? Ensuite, jusqu'où êtes-vous prêts à aller pour défendre votre idéal, vos valeurs ?
Quant à la narration, elle alterne très bien l'action et la réflexion. Là où j'ai plus un doute, c'est par rapport aux nombreux personnages présentés : je connais assez bien les super-héros et donc je n'ai pas vraiment eu de difficulté à comprendre qui était qui, mais pour un public qui n'y connaît rien, cela me paraît peut-être un peu complexe. Cela dit, je ne pense pas que ce soit vraiment gênant dans la compréhension globale du récit.
En tout cas, pour ce qui est de l'action, j'ai beaucoup aimé, mais surtout parce qu'on voit les héros Marvel (très nombreux) se taper dessus ; c'est à la fois génial et dramatique !
Ça, c'était pour la première partie de ce tome. On notera que certaines choses passent à la trappe, comme le « recrutement » des uns et des autres par Iron Man et Captain America, ce qui aurait sûrement alourdi le récit. A la place, cette phase du récit se retrouve à la fin, avec les chapitres sur les nouveaux Vengeurs. Et c'est très bien ainsi : on (re)découvre certains personnages, tout en comprenant comment ils finissent par se retrouver dans l'un des deux camps, par choix ou non. Ces apartés sont scénarisés par Brian Bendis et réalisés par plusieurs dessinateurs, du coup, d'un chapitre à l'autre, le style diffère. Je pensais que cela allait être gênant, mais en fait je suis totalement passée outre pour me concentrer sur l'histoire ! Donc aucun problème.
J'étais tellement incapable de départager, d'avoir une opinion tranchée sur le sujet… Chacun a ses raisons, et elles sont toutes bonnes. Franchement, Civil War prend aux tripes !
[...]
Lien : https://malecturotheque.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Yvan_T
  11 novembre 2020
Avec "Civil War", c'est une des sagas les plus marquantes de l'univers des comics qui vient enrichir la collection Marvel Deluxe. Les trois tomes Marvel Deluxe qui sont prévus afin de regrouper ce méga cross-over qui s'étend sur plusieurs séries Marvel, sont également disponibles dans un coffret édité à 999 exemplaires. Ce dernier contient les 3 Deluxes mais avec une couverture différente, plus le Daily Buggle de la formidable épopée.
Ce premier album sur les 3 consacrés à l'épopée Civil War rassemble les sept chapitres de la maxi-série Civil War signée Mark Millar et Steve McNiven (Civil War #1-7), ainsi que les épisodes New Avengers #21 à #25 écrits par Brian Michael Bendis et illustrés par différents dessinateurs.
Le postulat de départ de "Civil War" est la proposition d'une loi de recensement obligatoire pour les super-héros de la part du congrès des Etats-Unis. Si c'est une terrible tragédie qui est à l'origine de cette idée de structuration de la communauté surhumaine, ses conséquences vont plonger les super-héros dans une guerre fratricide. Il y a d'un côté les partisans de cette loi qui oblige les surhumains à agir dans la transparence et de l'autre, les super-héros qui refusent de dévoiler leur identité secrète afin de devenir des agents fédéraux. Chacun doit choisir son camp et ceux qui refusent de se faire recenser sont immédiatement considérer comme des hors-la-loi et se voient contraints de plonger dans la clandestinité. La bataille qui s'engage, avec d'un côté Iron Man et de l'autre Captain America, constitue l'événement Marvel de la décennie.
Au scénario, l'écossais Mark Millar, parvient à tenir en haleine avec des rebondissements qui ont parfois des conséquences importantes sur l'entièreté de l'univers Marvel, comme la révélation de l'identité de Spider-Man ou la mort de ..... . Certains super-héros doutent également de leur choix et les personnages qui changent de camp sont légion. J'ai particulièrement apprécié l'intervention du Punisher qui, malgré le fait qu'il n'a rien de surhumain, vient quand même se mêler à cette guerre Marvel.
A la fin des sept épisodes de Mark Millar, l'album enchaîne avec les conséquences de cette guerre sur la série «New Avengers». le fait de retrouver ces deux histoires qui se déroulent à la même période l'une derrière l'autre surprend quelque peu. Mais bon, le choix de publier le tout par série, et non dans l'ordre chronologique de parution est assez compréhensible. Au niveau du contenu, ce deuxième récit, scénarisé par Brian Michael Bendis, est un brin moins bon que le premier. le travail au niveau du développement psychologique des personnages est meilleur (il faut dire qu'ils sont aussi moins nombreux que dans la saga de Millar), mais je n'ai pas trop apprécié le passage consacré à Sentry.

Au niveau du graphisme, le travail de Steve McNiven est remarquable. Certains passages sont impressionnants et certaines images restent gravées longtemps dans l'esprit. La seconde partie, qui voit défiler plusieurs dessinateurs (Howard Chaykin, Leinil Francis Yu, Olivier Coipel, Paschalis Ferry, Paul M. Smith et Jim Cheung), est graphiquement moins uniforme, mais reste malgré très bon malgré quelques irrégularités.
L'univers Marvel ne sera plus jamais le même : à vous de choisir votre camp !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
berym_berym_   26 mars 2020
Arrête de penser à l'enfer qu'est devenue ta vie, au fait que tu ne peux pas rentrer chez toi... ni chez les vengeurs... Arrête de penser au fait que tu ne peux plus avoir confiance en personne et que toutes les forces de l'ordre du pays veulent ta peau. Arrête de penser au fait que le monde s'est retourné contre toi, et que l'ironie est que tu ne devrais même pas être là. Tu aurais dû mourir il y a soixante ans. Tu aurais dû rester un souvenir... un symbole de paix et de liberté. Tu ne serais pas devenu un criminel de guerre. Un fugitif.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
VanceVance   12 février 2016
- C'est marrant, hein ? Plus je reste planté là, à regarder leurs tombes, plus j'ai envie d'enfiler mon costume et de faire un truc honorable.
- Je suis vachement jaloux, tu sais. Le prends pas mal, mais j'adorerais que mes parents aient été assassinés, des fois. Je trouve que c'est parce qu'ils sont encore vivants que ma vie manque de direction.
Commenter  J’apprécie          20
VanceVance   14 février 2016
Allez, arrêtez de vous mentir : on a tous voulu être un super-héros, à un moment ou à un autre.
Commenter  J’apprécie          40
VanceVance   14 février 2016
Souviens-toi que c'est tout ce dont nous avons toujours rêvé. Je démantèle un cartel du crime et tu voles au secours d'un coéquipier. Même si nous ne survivons pas à cette ultime aventure, nous partirons en super-héros
Commenter  J’apprécie          10
Hippolyte78Hippolyte78   24 février 2017
Qu'attendre d'un peuple qui découvre les informations dans les shows people ?
Commenter  J’apprécie          40

Lire un extrait
Videos de Mark Millar (43) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Mark Millar
Jupiter’s Legacy | Bande-annonce officielle VF | Netflix France
autres livres classés : comicsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
4040 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre