AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2258092523
Éditeur : Les Presses De La Cite (10/01/2013)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 82 notes)
Résumé :
Callie et Suzy, deux mères au foyer londoniennes, sont voisines et inséparables. Shopping, promenades, goûters : elles passent leurs journées ensemble et peuvent compter l'une sur l'autre à tout moment. Une amitié précieuse pour Callie, qui élève seule sa fille de six ans, atteinte d'une malformation cardiaque. Mais lorsqu'elle décide de reprendre le travail, la jeune femme s'aperçoit que Suzy vit ce changement comme une trahison. C'est pourquoi elle préfère demande... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (40) Voir plus Ajouter une critique
ladesiderienne
  06 août 2018
Au milieu de ma gigantesque PAL, ce n'est pas la phrase aguicheuse et sûrement très vendeuse figurant au dos de ce titre qui a attiré mon attention : "Un polar chez les Desperate housewives", car je suis (peut-être) une des rares à ne pas avoir regardé cette série. C'est plutôt la magnifique couverture rouge flamboyant ornée d'une énigmatique paire de ciseaux et d'une fraise appétissante qui m'a fait de l'oeil et m'a fait dire que par cette canicule, ce serait le roman de l'été idéal. Erreur de casting, il faut bien l'avouer...
L'histoire commençait plutôt pas mal pourtant. Callie et Suzy sont voisines et amies. La première divorcée, élève seule sa fille Rae, qu'elle surprotège à cause de sa santé fragile. Elle a d'ailleurs cessé de travailler pour se consacrer pleinement à son enfant. La seconde, femme au foyer épanouie veille sur son riche et beau mari et sur ses trois garçons. Rapidement, le lecteur découvre que tout n'est qu'apparences, mais pour découvrir la vérité, il lui faudra beaucoup de patience. Callie, pressée par ses difficultés financières, décide de reprendre son ancien métier d'ingénieur du son quand s'installe dans le quartier un nouveau couple. Debs, l'épouse a un comportement plutôt étrange et fait encore plus inquiétant pour Callie, elle travaille à la crèche où Rae est inscrite.
L'auteure qui écrit ici son premier roman, a tellement voulu jouer sur les mystères que pendant les 3/4 du livre, c'est le flou complet, le fog londonien ne se lèvera que vers la fin du livre. OK pour le suspense, mais encore faut-il en attendant savoir captiver le lecteur. On peut aussi se demander alors qu'un chapitre est consacré alternativement à chacun des 3 personnages principaux Suzy, Callie et Debs, pourquoi seule Callie parle à la première personne. Et si vous ne craignait pas la migraine, j'ajouterai que passé et présent s'entremêlent sans changement de temps. Malheureusement, ce n'est pas l'écriture qui va relever le niveau. Faut-il en accuser la traductrice ? Aucune idée mais en tous cas, j'ai trouvé le style insipide et les tournures de phrases virent parfois au grotesque. J'ai quand même réussi à aller au bout mais j'ai dû m'accrocher. Trop d'invraisemblances, trop de clichés, des personnages auxquels on ne s'attache pas, pèsent sur un dénouement qui aurait pu être presque bien. Un polar qui n'en est pas un sur des femmes au foyer désespérantes, qui à mes yeux, ne mérite qu'un 3/20.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          192
pyrouette
  05 février 2015
Tu prends les deux meilleures amies du monde, tu en fais des voisines et des mères de famille : l'une avec un enfant malade, l'autre avec une tribu. Tu fais coucher l'une avec le mari de l'autre, tu pimentes le tout car l'autre est une malade mentale et personne ne le sait. Et tu rajoutes la cerise sur le gâteau : la nouvelle voisine qui va devenir l'ennemi. Un excellent moment de détente avec cette histoire. Oui je sais je suis un peu sadique, mais j'avoue : j'ai savouré !
Lien : http://pyrouette.canalblog.c..
Commenter  J’apprécie          290
mariecloclo
  02 décembre 2014
A première vue, le titre et la quatrième de couverture laissaient supposer un agréable divertissement ; j'imaginais des voisines papotant ensemble autour d'une tasse de thé et s'invitant à tour de rôle, je pensais que leurs préoccupations seraient frivoles, que ce seraient des petits ragots futiles. Mais non, pas du tout ! Petit à petit l'auteur nous fait dépasser les apparences et nous montre ce qui se cache derrière les sourires des gens et les façades des maisons et ce n'est pas toujours joli à voir !
Par exemple, Callie la maman qui élève seule sa fille de 6 ans a un secret qu'elle n'ose avouer à son "amie" Suzie mère au foyer et élevant ses3 petits garçons alors que son couple bat de l'aile. Et que cachent les nouveaux voisins Debs et Allen, si bizarres et paranoïaques ? Petit à petit, la tension va monter, les masques vont tomber. Pour un premier roman c'est plutôt bien !
Commenter  J’apprécie          160
nameless
  17 décembre 2013
N'ayant jamais regardé Desperate housewives (oui, c'est possible), je ne peux comparer le roman et la série, mais que l'éditeur l'ait fait en 4ème de couverture me semble être un procédé racoleur.
Ca partait bien. Suzy et Callie sont amies et également voisines. La 1ère est mère de trois fils et consacre sa vie à éduquer sa marmaille et tenir sa maison, tandis que son homme gagne l'argent du foyer. La seconde est maman célibataire d'une petite fille, Rae, à la santé fragile, souffrant d'une pathologie cardiaque. Callie cherche et trouve un travail (très facilement), et peine à mener de front sa vie professionnelle et maternelle. Cette belle amitié va se trouver contrariée par l'arrivée dans la même rue, de Debs, une institutrice qui nous est livrée comme psychologiquement perturbée et fuyant son passé.
L'idée de créer des liens toxiques entre Suzy, Callie et Debs était bonne, le traitement qu'en a fait Louise Millar est inodore, incolore, insipide. Je n'ai pas réussi à m'intéresser à ces femmes à la psychologie superficielle, qui courent en tous sens, téléphonent, vont à l'école chercher leurs enfants. Pouvoir aller à l'école récupérer leurs enfants, et y arriver à l'heure pourrait être le thème du livre. Par ailleurs, même si l'on sait que le hasard est capable d'inventer des coïncidences étonnantes pour relier des êtres, Louise Millar fait un usage abusif de ces coups du sort qui ne nécessitent aucune explication de la part de l'écrivain, pour maintenir un suspense qu'elle ne maîtrise pas. D'un seul coup, elle nous donne une information ou ajoute un personnage, sortis de nulle part. Elle évoque en raccourci, les enfances de ses héroïnes, pour faire genre "tout se joue avant 6 ans", mais elle survole tellement, qu'elle aurait mieux fait de s'abstenir.
Je retiens essentiellement que dans certaines rues de Londres, certaines femmes passent leur temps à épier leurs voisines depuis leurs fenêtres. Les dialogues sont archi-abondants, banals. Les 3 femmes agissent souvent de manière incohérente et ont constamment des réactions disproportionnées.
De nombreuses questions que pourraient se poser les lecteurs restent sans réponse : Pourquoi les mamans de l'école de Rae rejetteraient-elles une petite fille aussi charmante ? Pourquoi Callie est-elle tellement soumise à Tom, son ex ? D'où sort cette femme chargée par Suzy de surveiller son mari ? Comment une institutrice qui se serait montrée coupable de violences à l'encontre d'un élève peut-elle encore exercer ? Rien ne tient la route, tous les rebondissements sont artificiellement plaqués dans le récit. L'intervention du plombier, vecteur malgré lui de la révélation d'un "lourd" secret, est quasiment risible.
Bref, quelques heures de lecture qui ne m'ont rien apporté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          61
xnewlo
  05 avril 2013
Le titre, le résumé et la couverture de ce livre se sont montrées attractifs. C'est en premier lieu pour cette raison que j'ai acheté ce livre.
L'histoire se passe dans une banlieue londonienne, à la manière des "Desperate Housewives".
Il y a en quelque sorte trois personnages principaux dans ce roman.
Callie, maman fauchée d'une petite fille, Rae, a bien du mal à joindre les deux bouts. Ayant rompu avec son compagnon, elle reprendra finalement le boulot, bien qu'elle aura du mal à concilier vie de famille, amitiés, et travail...
Sa meilleure amie, Suzy, est une maman canon, un peu hardie, dès le départ. Femme au foyer, elle est maman de trois garçons en bas âge, un peu turbulents. Sa relation avec son mari, Jez, est au plus bas. Ils ne parlent plus, n'échangent plus, et celle ci commence à se poser des questions sur les absences régulières de son compagnon...
Enfin, nous assistons à l'emménagement de Debs, une femme âgée d'une cinquantaine d'année. Mariée depuis 6 mois à Allen, leur relation semble étrange au premier abord. Ponctuée de mots doux, de surnoms nian-nian, on se demande ce qu'il se cache là dessous. le comportement de Debs semble décalée, on la prendrait vite pour folle, elle qui ne supporte pas le moindre bruit, et se sent épié à longueur de temps.
Ces trois familles bien différentes vont donc être amenés à se fréquenter. Suzy et Callie, les meilleurs amies, vont être amenées à lutter contre Debs, nouvelle arrivante, qui semble bouleverser leur quotidien on ne peut plus tranquille. le roman s'enchaîne sur des scènes de la vie quotidienne. le suspense est le maitre mot de ce bouquin. J'ai lu celui ci en deux soirées, ne pouvant plus m'arrêter. C'est long à démarrer, ce n'est que suspense, et la fin n'est dévoilée qu'aux dernières pages. Cela nous tient en haleine: oui je mourrais d'envie de savoir.
Debs, malgré ses problèmes, peut susciter la pitié et l'impuissance chez le lecteur. Persuadée de ce qu'elle dit, personne ne la croit, même pas son mari, qui semble prendre ses distances.
Callie, vivant seule avec sa fille, peine à suivre les exigences de son patron, de sa fille, et de son ex-mari, est attachante. Elle est simple, franche, et ne fait pas de chichis. A certains passages, nous pouvons même réussir à nous identifier à elle dans sa façon de concevoir les choses ( du moins, pour moi).
Enfin, Suzy, en mal d'amour, se montre aussi attachante dans la mesure où l'on voudrait que tout se termine bien pour elle...
Au fil du livre, cependant, nous allons vite nous rendre compte que ces trois familles cachent de lourds secrets: il ne faut pas se fier aux apparences.
Le récit comporte de nombreux scènes du quotidien, mais est ponctué par des faits étranges ( courriers de menace, accident de vélo...). On veut tellement savoir l'issue de ce livre qu'il ne se lit que d'une traite !
Attention, la fin s'est montrée tout à fait surprenante pour moi. Je savais qu'il y avait anguille sous roche, mais le terme de cette histoire était tout à fait bien mené... A lire !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
ladesiderienneladesiderienne   06 août 2018
En envisageant tous les jours le pire, je croyais pouvoir l'empêcher. Il paraît que ceux qui fonctionnent comme ça parviennent le plus souvent à survivre parce qu'ils y sont préparés. Ils connaissent par cœur le plan d'évacuation de leur avion, la sortie de secours la plus proche de leur chambre d'hôtel est gravée dans leur mémoire, tout comme la branche d'arbre à laquelle s'accrocher s'ils tombent dans la rivière.
Mais j'avais tort.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
namelessnameless   17 décembre 2013
Alors que Debs n'avait que 7 ans, Mme Shaw, sa maîtresse d'école, lui avait offert un exemplaire en cuir relié d'Oliver Twist. Depuis lors, et grâce à cette femme, elle adorait les livres. Pour leur beauté extérieure et leur poids, mais aussi pour le pouvoir d'évasion qu'ils représentaient, notamment celui de l'éloigner du petit appartement étouffant de sa mère sur Walthamstow, avec ses figurines de ballet sans âme et ses programmes de télé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
gargamel00gargamel00   30 décembre 2012
Son coeur battait la chamade. Oh comme elle était lasse de tout ça!D'avoir peur, de mener sa vie en fonction des autres. Pourquoi sa mère ne l'avait-elle pas mieux armée?
Commenter  J’apprécie          40
MarcellinaMarcellina   16 octobre 2015
Mon but : rendre le bruit d'une lame finement dentelée tranchant une tomate juteuse ou celui, plus sourd, d'une lame de couteau large découpant du fromage.
Commenter  J’apprécie          30
BridgetfBridgetf   09 janvier 2016
On ne savait jamais à quoi s'attendre, avec lui, mais une chose était sûre : une semaine n'était terminée que s'il pouvait n'en faire qu'à sa tête. Terminée, fêtée, arrosée, tournée en dérision, critiquée, moquée puis effacée. Il était ensuite prêt à en attaquer une nouvelle le lundi suivant.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Louise Millar (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Louise Millar
/!\ Donc demain vous aurez la seconde partie de cette vidéo et finalement le top 11 déceptions jeudi prochain, car je manque de sommeil ahah :) /!\
? Déroule ?
11 ? Juste avant le bonheur de Agnes Ledig 10 ? La maison du péril de Agatha Christie 09 ? le passeur de Loïs Lowry 08 ? Petits goûters entres amies de Louise Millar
On se retrouve demain pour la suite du Top 11 !
?? Compte FB : Audrey LP Twitter : @Lectricepassion Instagram : AudreyCL04 Ask : AudreyCL04 Livraddict : Audy91 Mail : lectricepassionee@gmail.com
Le blog ~ http://lectricepassionee.wordpress.com/
Bisous ?
+ Lire la suite
autres livres classés : amiesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Londres et la littérature

Dans quelle rue de Londres vit Sherlock Holmes, le célèbre détective ?

Oxford Street
Baker Street
Margaret Street
Glasshouse Street

10 questions
659 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature anglaise , londresCréer un quiz sur ce livre