AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Dave Johnson (Illustrateur)Kilian Plunkett (Illustrateur) Jock (Illustrateur)
EAN : 9791026817987
208 pages
Éditeur : Urban Comics Editions (24/06/2020)

Note moyenne : 4/5 (sur 123 notes)
Résumé :
Etrange visiteur venu d'un autre monde. capable de modifier le cours des fleuves, de tordre l'acier à mains nues... et qui, en tant que héros des travailleurs, mène un combat sans fin pour Staline, le socialisme et l'expansion mondiale du Pacte de Varsovie. Dans cette surprenante version d'une histoire bien connue, une fusée kryptonienne s'écrase sur la Terre avec à son bord un bébé qui deviendra un jour l'être le plus puissant de la planète. Mais le vaisseau n'atte... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (32) Voir plus Ajouter une critique
saigneurdeguerre
  12 juillet 2020
Et si Superman, venu d'une autre planète à bord d'un petit vaisseau quand il était bébé, s'était écrasé en URSS au lieu des USA ? Et s'il avait été élevé par de modestes paysans ukrainiens ? Devenu grand et découvrant petit à petit ses SUPER pouvoirs, il se serait rendu à Moscou dans le but d'aider les gens. le petit père des peuples, le camarade Joseph Staline le présente alors comme la nouvelle super arme soviétique, une arme imparable ! ... Et son probable successeur !
IKE Eisenhower s'en inquiète. le plus grand génie humain vivant (et de tous les temps), le docteur Lex Luthor, citoyen américain, semble être le seul capable de mettre au point une arme neutralisant les SUPER pouvoirs de Superman…
Critique :
L'idée me paraissait amusante et lorsque j'ai découvert ce livre, j'ai cru que j'allais passer un bon moment… Superman, Staline, Eisenhower, Nixon, Kennedy, Marilyn… J'avais oublié juste un détail : je n'ai plus 7 ans ! Cela change toute la donne ! Les SUPER pouvoirs de Superman ont juste développé chez moi un SUPER ennui et j'ai dû me forcer pour arriver jusqu'au bout. Batman contre Superman. Superman avec Wonder Women, le Joker… Les scénaristes ont accommodé tous les restes, dirait-on pour écrire les différentes histoires qui composent cet ouvrage. le style « comic » n'étant pas mon genre, je ne peux pas dire que j'ai apprécié les dessins (très inégaux d'une histoire à l'autre). Quant à la mise en couleur, parfois psychédélique, j'aurais dû m'affubler de lunettes solaires pour suivre l'histoire sans que ma rétine ne souffre de l'afflux de couleurs criardes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          163
oblo
  21 mars 2018
A quelques heures près, le vaisseau transportant le petit Kal-L aurait atterri au Kansas et le futur Superman aurait été un citoyen américain. Hélas pour la bannière étoilée, c'est dans les plaines de blé d'Ukraine que le vaisseau a atterri. Résultat : Superman est un héros de l'Union Soviétique en même temps que son arme ultime. Chouchouté par Staline, Superman est aussi haï des Américains, et par Lex Luthor en particulier. En URSS, Superman est celui qu'il aurait pu être aux Etats-Unis : un ange gardien de la population, voyant, entendant, pressentant chaque danger et le réduisant à néant. En URSS, cependant, Superman n'a pas à se cacher : il n'est pas journaliste, il est Superman à plein temps, au service de la collectivité, stakhanoviste du travail et chantre de l'égalité.
Lorsque Staline décède, Superman est contraint de devenir le nouveau leader du monde communiste. C'est une contrainte car, conscient de sa supériorité naturelle, Superman ne veut pas ajouter à celle-ci la supériorité politique, citoyenne. Pourtant, Superman oeuvre pour le bien, quitte à forcer la main à ceux qui le refusent ou à lobotomiser les résistants. Il s'en trouve, cependant, au premier rang desquels Batman, russe lui aussi, qui refuse ce règne absolu et surtout forcé du bien, car cette politique de Superman ôte aux hommes leur libre-arbitre.
Malgré la domination presque totale des Soviétiques sur le monde, Superman ne parvient pas à mettre en place son monde idéal. La faute en revient, bien-sûr, à Batman, mais aussi à Lex Luthor, devenu président des Etats-Unis, et à Brainiac, qui simule sa soumission à Superman pour mieux le trahir.
Porté par un dessin dans la plus pure tradition comics, ce Superman Red Son part sur un postulat génial. de fait, les valeurs sont inversées. Si Superman est toujours affublé d'un capital sympathie à son maximum, il va de soi que les Etats-Unis, représentés par Lex Luthor, endossent le rôle de la puissance néfaste. Quant à l'URSS, le stalinisme se heurte, donc, à la toute-puissance du bien commun et à l'égalité entre tous. Superman fait de l'URSS une superpuissance totale au service de ses concitoyens.
Comme souvent dans ce genre de comics, c'est une question morale qui est sous-jacente : ici s'opposent la liberté et la sécurité, Batman et Superman représentant respectivement ces deux valeurs. D'ailleurs, c'est davantage une réflexion plutôt qu'une affirmation que propose l'album. Avec Superman au pouvoir se pose aussi la question du pouvoir politique, et notamment de l'autoritarisme, et de la légitimité de celui-ci. Néanmoins, on comprendra aisément que cet album n'est pas un prétexte philosophique. Les pistes de réflexion existent mais l'album est surtout une relecture de ce mythe américain qu'est Superman. La transposition dans l'univers soviétique est bien réalisée, malgré quelques approximations (les enfants de l'amie d'enfance de Superman ont des noms typiquement américains, les affiches de propagande à la gloire de Superman sont écrites en anglais ...), et l'intégration des personnages secondaires (Batman, Wonder Woman, Loïs Lane, Brainiac ...) est là-aussi convaincante, bien que les femmes soient quelque peu maltraitées dans cet opus. On a là, avant tout, une oeuvre de divertissement qui réussit très bien ce qu'elle entreprend. C'est un point très positif, dans la mesure où ces univers comics sont, souvent, et malheureusement, plutôt imperméables pour tout lecteur novice en la matière.
De cette utopie - ou dystopie, selon son bord politique -, on retiendra évidemment le final, qui éclaire l'oeuvre sous un autre jour et lui donne une saveur toute particulière. Indéniablement, la construction du mythe Superman tient dans l'apport du Red Son un élément d'un très grand intérêt.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Yanoune
  04 mars 2019
Superman Red Son.... Ou le seul superman qui ai atterri dans ma bibliothèque... Parce que je n'aime pas Superman de base.
Alors pourquoi me direz-vous celui-là et pas un autre?
à cause du pitch.
Pitch:
Si Superman était tombé chez les cocos ?... Si, il était tombé du "mauvais" côté de la guerre froide ?...Hein ça donnerait quoi ?
Nous voilà en plein "alternated universe" univers alternatif, comme savent nous pondre les comics...
Perso les Si, les "what if" j'aime bien...
Seulement faut dire ce qu'y est, comment écrire un comics en terre communiste quand on est avec Ze héro qui représente toutes les valeurs des ricains? En restant crédible, sans dénaturer le personnage sur son fond, sans trop biaiser, et sans vendre sa soupe ?
Réponse on ne peut pas...
Parce que non... on ne peut pas oublier même si pour un temps il est coco, genre Superman le président russe qui va faire place à Staline et que c'est grâce à lui que la guerre froide va cesser.. Pour forcement se transformer en un truc ultra pire, les cocos dominent le monde, et y a que les ricains avec à leur tête le sociopathe de Luthor pour les guider et pour lutter contre tous ces salauds de communistes !
Heu dites je peux vomir ?
Parce qu'en plus, vu que faut quand même pas trop "abîmer" le beau Superman bin, ça va jamais bien loin.... Pour moi, hein... c'est juste mon avis.
Nan la frilosité de Millar ou de DC ? Alors que oui, il aurait pu aller encore plus loin..
Plus loin dans le sombre, plus loin dans le dur, plus loin dans le questionnement.. ça reste super léger léger...
Impression que la montagne accouche d'une souri malade...
Et c'est très drôle parce que je viens de me faire un autre comics de Millar ( le scénariste) mais version Spidey (marvel Knight) et j'ai pas trouvé ça super génial non plus.. tous les fans de Millar vont me tomber dessus.. Millar il est reconnu dans le monde du comics... C'est une des pierres angulaire, il nous a fait Civil War, bossé sur SwampThing, pondu Old man Logan...
Et je parlerais même pas des dessins qui sont ultra classique pour du comics, de base franchement... Et de mon point de vue assez moches.
Par contre rien que voir la faucille et le marteau sur le torse de Superman à la place de son S... je suis certaine que y a qui ont du avoir mal aux fesses.. c'est le seul truc que j'ai trouvé jubilatoire.. juste ça.
Nan c'est sûr que des ruscof vont brandir des pancartes en anglais "go supes!" ... Punaise la tête de débile de Wonder-Woman, et pi qu'est ce qu'elle fout là?... ne t'inquiète pas lecteur ça n'a aucune importance... faut juste une meuf à Superman, vu que la Lois bin c'est foiré...
Et tu lis ...
Superman est un fasciste, bin oui.. et les seuls qui luttent sont les ricains... heu je peux lever les yeux au ciel... si en plus lecteur tu vois pas l'analogie ultra fastoche. Parce que même si c'est un "what if" toute la base de superman est la même, il s'est explosé en vaisseau, bon certes au fin fond de l 'Ukraine, mais toutes les valeurs de Superman sont les mêmes, "sauver/aider les gens".. résultat un gros fasciste...mais il est déjà un fasciste à la base, même aux États-Unis!
Et tu lis.. et mouais... et paf Batman anti fasciste, et anarchiste, pour la liberté... et là j'ai rit.
Et j'ai pas rit dans le bon sens du terme... Déjà il a une chapka.. et ça lui va pas!
Parce que déjà, que vient foutre Batman à Moscou? en fait c'est ultra bancal niveau histoire..
On fait un peu Gotham/Moscou mais pas pour tout... heu... y a aucune raison que Batman se retrouve à Moscou.. et celle proposée par Millar mais j'y crois pas une miette... Donc dans ces cas là, si tu me fous un Batman je veux un Joker.. et pi c'est tout!
Comment ça non?
Comment ça y a même pas une allusion au Joker?... Comment ça?... Ah en fait tu prends deux trois perso emblématique tu fais hop hop hop.. et tu te retrouve avec Red son...
Nan mais dites faut arrêter d'encenser des trucs comme ça.. qui ont l'air, mais pour moi qui ont surtout l'air de rien... du vent du vide... sans queue ni tête.. remplie de facilités scénaristiques, de vide intersidéral.. et de message, version je porte des sabots!
Pasque si faut ça aux lecteurs pour se rendre compte que c'est TOUS des gros fachos.. bin je crois que je vais perdre fois en l'humanité... Et ce côté là, tous des gros facho c'est le premier truc qui sort toujours en premier quand je lis un DC... c'est d'ailleurs pour ça que je n'aime pas les "super-héros" DC.. et d'ailleurs ils n'ont rien de super en général, c'est des vigilantes... qui font leur propre loi, et bin vous savez quoi, gardez vos milices, vos vengeurs et vos aliens facho...
Et je me garde mes mutants... qui sont cons, qui sont bêtes, qui sont paumés et qui font ce qu'ils peuvent avec tout ce qu'y peut leur tomber sur la tronche...


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          41
martinperez
  09 février 2013
Comme plat d'entrée aujourd'hui je vous ai mitonné un petit superman qui est très très bien au niveau de l'histoire et accessible.
On a tous entendu au moins une fois dans sa vie de quoi retourne l'histoire de Superman, un mec qui vient de la planète Krypton où la mode là-bas est de s'habiller avec des collants bas-résilles moule-bite sur-jonché d'un slip rouge du plus bel effet sans oublier la cape assortie parce que là-bas on est « fashion » et tendance où on ne l'est pas !
Christopher Reeves avait déjà immortalisé ce personnage iconique US au cinéma... Ici on a un retournement à 360° de l'histoire en posant comme hypothèse : et si le Supermec au lieu d'atterrir aux USA aurait atterrit genre 12h plus tard en Russie ? Comment évoluerai le monde et les conflits politique et économique en sachant que superman vantait les mérites du communisme ? Et s'il prenait la place de Staline après sa mort ?
Ça en fait des questions pour vos petites têtetes hein ? Ben pas de chance pour vous, ca c'était le pitch du Red Son (le fils rouge) scénarisé par Mark Millar qui nous avais déjà sortie le très bon Superior et père du fameux Kick-Ass sortit au cinéma il n'y a pas très longtemps et dont le 2 est prévu pour mi-2013. Au niveau dessin nous avons Dave Johnson grand adorateur des couvertures et lauréat de pas mal de prix graphique et Kilian Plunket qui est très associé à l'univers Starwars.
Soyons clair de suite, Superman c'est un super-héros super chiant tellement il est lisse à mon gout mais ici j'ai trouvé cette relecture intéressante car il faut bien le dire … ça va chier ! Sur ce, mettez la musique des Coeurs de l'Armée rouge en fond sonore et давай.
Le super bébé, au lieu d'atterrir dans la petite ville de Smallville, va s'écraser dans un kolkhoze en Ukraine et être recueilli par une famille de paysan du coin. Elevé au biberon et au bon grain de la propagande de l'époque, il va devenir le fer de lance de Staline et du communisme en arborant fièrement sur son torse, non pas le célèbre « S » de Superman mais la Fourche et le Marteau car Superman n'est pas le super-homme, il est le communisme personnifié.
Grâce à Superman, l'URSS va devenir une puissance dominante et écrasante pour les Etas Unis. Il rencontrera la belle Wonder-Woman qui sera amoureuse du beau musclé en chaussette et surtout, prendra la place de Staline à sa mort alors que cela ne l'intéressait pas.
Philanthrope à l'extrême à la recherche de la perfection il va diriger son monde avec une main de fer et s'empressera de transformer le monde à son image : lisse comme les fesses d'un bébé. Et comme il est trop beau et fort, il fait tout pour sauver le monde, les maladies, la pluie, le beau temps, le café et presque comme Mme Irma qu'il peut prévenir l'avenir mais à quel prix ? Il refoulera son côté humain et imposera SA loi.
C'est sans compter son (poids et)alter-ego ennemi juré , le malicieux à la limite de l'honnêteté j'ai nommé le chauve Lex Luthor qui est la plus grande intelligence de la Terre (et peut-être même plus) qui n'acceptera pas l'aberration qu'est Superman et fera tout pour montrer sa supériorité intellectuelle et le terrasser même à devenir président des Etats-Unis qu'il remettra aux gouts du jour au grand-dame de l'URSS.
On retrouve Green Lantern, les monstres rallié à la cause des USA, le Bat-mec et même Wonder woman qui aura retourné son string et qui ralliera la cause américaine pour lutter contre la dictature imposée par Superman; et n'oublions surtout pas l'un des fils de Staline qui est l'un des éléments clé au début de l'histoire et qui donnera une touche plus humaine, en dehors de toute cette lutte entre super-humains/homme, à l'histoire.
Sujet déjà reluqué partiellement quant au niveau du fond (pas la forme) par des auteurs tel que Moore avec son Vendetta, ou Neil Gaiman, on a ici une belle relecture du mythe Superman à travers le prisme de l'autoritarisme, l'obéissance citoyenne , de la dystopie etc… On nous présente l'animal à travers les trait de caractère peut exploité tel que sa morale sans concessions, sa rigidité d'opinions, et ces dérives pour au final se poser les bonnes questions : qui sont vraiment les méchants dans l'histoire ?
Le bouquin fait 250 pages, ça à l'air beaucoup mais c'est juste le bon nombre de pages pour couvrir cette histoire qui se déroule sur une 50aine et un chouia d'années. Graphiquement c'est pas mal mais sans plus sauf pour certaine belle planche, c'est du dessin style « comics US » mais ce n'est pas vraiment l'important car ici c'est l'histoire qui prime et qu'on retiendra en tournant la dernière page avec son twist final.
Pour finir, on a donc une belle intrigue avec un vrai travail de recherche scénaristique, un joli dessin, une histoire qui fuse et en prime un joli cahier de croquis avec des travaux/ébauches ayant servi aux dessins. C'est du bon, c'est sympa et intéressant et un bouquin parfait pour (re)découvrir le Supermec.
Et comme dis l'autre : « spasiba camarade »
Lien : http://lacasebd.overblog.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
LesMotsPourRever
  08 août 2016
Le vaisseau de Kal-El ne s'est pas écrasé au Kansas mais en URSS, si bien que Clark a grandi dans un environnement communiste qui déplore l'impérialisme américain. le jour où il se sent prêt, il fait part de ses capacités spéciales à Staline, qui décide alors de le présenter au reste du monde comme étant son nouveau protecteur et sa nouvelle arme. Superman devient malgré lui un symbole à la fois adulé et redouté, le communisme personnifié. Inquiets, les États-Unis donnent carte blanche au génie Lex Luthor afin de trouver un moyen de contrer Superman s'il décide un jour de s'en prendre à eux.
Je ne l'ai jamais caché, entre Superman et moi c'est pas franchement une grande histoire d'amour. Mais le voir transposer en URSS m'intriguait énormément, donc je me suis laissé tenter. Red Son a, il faut bien l'avouer une idée de départ vraiment intéressante. Après tout, pourquoi est-ce que les super héros officieraient toujours aux USA ? Les autres pays aussi ont droit à leurs capes, que diable ! Ok le coup du gentil qui devient méchant a déjà été fait dans d'autres domaines, mais la littérature n'est-elle pas un éternel recommencement ?
Superman dévoile au monde l'étendu de ses capacités sans pour autant faire le mal. Il ne cherche pas à attaquer ou à affaiblir les Etats-Unis, juste à leur montrer ce dont il est capable et ce qu'ils risquent si jamais ils tentent de s'en prendre à son pays d'adoption. Superman inspire la peur au citoyen lambda et c'est, du moins en ce qui me concerne, la première fois que je lis ce genre de réaction vis-à-vis de ce héros. Ici les gens (y compris ses compatriotes) redoutent la moindre de ses capacités. Ils n'osent pas critiquer le gouvernement de peur que Superman ne les entende, tout comme ils osent à peine traverser en dehors des clous de peur qu'il ne les voit. Superman n'est pas omniscient, il ne peut pas surveiller constamment le moindre recoin de la Terre mais ses pouvoirs sont suffisamment inquiétants pour faire trembler la population.
Red Son est une lecture vraiment intéressante. La question centrale est à mon sens celle-ci : peut-on faire le bonheur des gens malgré eux ? Superman rêve d'un monde où la race humaine ne connaîtra plus aucun accident, aucune maladie, aucun danger. Certes il y parvient sur la durée, mais à quel prix ? Il leur vole leur libre-arbitre, leur droit à la réflexion simplement parce qu'il veut les protéger. Rares sont ceux qui s'y opposent mais il y en a, comme les États-Unis, qui ont refusé un partenariat avec l'URSS quand le reste de la planète bleue a dit oui. D'autres anonymes tentent de lutter mais finissent lobotomisés (pardon, « reprogrammés ») par Superman. Pendant ce temps Lex Luthor s'enfonce dans sa folie en tentant de trouver un adversaire qui soit à la mesure de son ennemi soviétique (et crée des trucs plutôt flippant) pendant que le gouvernement américain perd l'autorité qu'il avait sur son peuple. le pays sombre lentement mais est libre de ses choix tandis que le reste du monde prospère mais a perdu sa liberté. Superman pense indéniablement faire le bien et ne voit pas les torts qu'il cause. Mais d'autres, comme Batman, en ont parfaitement conscience et tentent de s'opposer à lui. Honnêtement je ne m'attendais pas à voir surgir Batman au milieu de cette histoire. Lui aussi est devenu soviétique (là j'avoue ne pas avoir compris pourquoi Millar ne l'a pas laissé américain … Une question de proximité géographique, probablement) et tente de libérer son pays de la coupe de Superman. Batman n'est pas le seul autre héros que l'on croisera au fil de cette lecture. Wonder Woman sera également présente, même si elle fait pas mal de figuration au début. Ses sentiments pour Superman l'aveuglent et la poussent à faire un acte dont elle ne ressortira pas indemne. Je n'ai guère d'affection pour cette héroïne mais la voir s'enfoncer dans le déni, la voir se sacrifier pour un homme qui ne la regarde même pas ne peut pas me laisser indifférente.
Puisqu'on en est à parler sentiments, c'est un point plutôt négatif pour ce comic. Je m'explique : même si c'est lui qui raconte l'histoire, on nous présente depuis le début un Superman en retrait émotionnellement, presque froid, tactique, concentré sur son idéal. Je ne suis pas parvenue à m'attacher à lui pendant une bonne partie de ma lecture parce qu'il ne dégage aucune émotion. Il fait ce qu'il a à faire, point. Il y a certes une petite étincelle lorsqu'il rencontre Loïs Lane pour la première fois mais elle est déjà mariée à un autre homme, donc Superman l'oublie très rapidement parce que Superman ne touche pas aux femmes des autres, bla bla bla. Superman laisse échapper quelques sentiments lors du grand final mais c'est bien peu, sur toutes ces années qu'il a passé à « protéger » la race humaine. Ce Superman manquerait presque de profondeur tant il est dévoué uniquement à cette utopie qu'il s'est mis en tête.
Et que dire de ce grand final ? Wouh, c'est à vous retourner le cerveau ! Quand on pense aux implications, au fait que Lex Luthor et Superman sont peut-être plus liés qu'on ne le pense, que Superman n'est peut-être pas si extraterrestre que ça, … C'est une idée complètement dingue mais Merlin qu'elle est bien trouvée !
Au final la seule chose qui m'ait réellement dérangée dans cette lecture vraiment passionnante, c'est qu'une fois de plus les communistes sont les méchants et les étasuniens sont les gentils (alors que Lex Luthor est franchement dérangé et passablement psychotique). Quand Superman est du côté des USA il est parfait, mais il devient étrangement totalitaire quand on le met du côté soviétique. Par contre, comment se fait-il qu'il s'appelle toujours Superman ? Je vois mal l'URSS affubler son héros d'un nom bien américain. Mais je chipote, comme toujours ;)
Lien : http://lesmotspourrever.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          41


critiques presse (4)
ActuaBD   20 octobre 2020
"Superman Red Son", l'un des récits les plus marquants sur l'homme d'acier, revient en librairie ! Uchronie dans laquelle Superman est au service du Parti communiste de Staline, Mark Millar y donne le meilleur de son art. Un must read.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Sceneario   12 juin 2020
Les dessins sont d'excellente facture, tout d'abord on retrouve le trop rare Dave Johnson, habituellement cantonné à son travail de cover-artist, puis on retrouve aussi Kilian Plunkett. Un excellent album qui fait réfléchir.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Bedeo   07 novembre 2013
Cet ouvrage est une pure tuerie scénaristique et visuelle.
Lire la critique sur le site : Bedeo
BullesEtOnomatopees   27 juillet 2011
Ce Superman : Red son est un très bon divertissement, rempli de clins d’œil, et servi par un travail graphique de haut niveau.
Lire la critique sur le site : BullesEtOnomatopees
Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
OlivOliv   23 décembre 2018
(Superman) C'était comment, l'Amérique ?
(Wonder Woman) Écœurant, Superman. Complètement écœurant. On est en 1978, et il y a des enfants qui dorment encore dans la rue. Pourquoi Kennedy s'accroche-t-il à cette doctrine capitaliste alors qu'elle fait des ravages dans son pays ?
(Superman) Par orgueil. Mais il finira bien par se ressaisir.
(Wonder Woman) Je lui ai dit qu'il ferait mieux de consacrer plus de temps au redressement de l'économie et moins à ces stars de cinéma qu'il poursuit de ses ardeurs. Ce pays n'est plus le même depuis l'assassinat de Nixon en 1963. Je maintiens que cet événement a été le début de la fin pour eux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
OlivOliv   23 décembre 2018
(Eisenhower) Super-ouïe ; peau invulnérable ; des yeux qui voient à travers les murs et rafales laser. Où les Russes ont-ils dégoté ce gars-là ?
(Jimmy Olsen) Croyez-le ou non, ils prétendent qu'il a grandi dans un kolkhoze quelque part en Ukraine, M. le Président. D'après nos sources, sa fusée s'est écrasée là il y a trente ans, et il a été élevé par les fermiers qui l'ont dégagé du sol.
(Eisenhower) Imaginez un peu que cette fusée ait atterri douze heures plus tôt, agent Olsen. Ce surhomme serait citoyen américain.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
PavlikPavlik   05 novembre 2014
Quelle était la raison d'être de Lex Luthor ? Capable de défier un dieu, il était le plus brillant des humains [...] Peut-être existait-il pour me tenir en respect, ou alors, comme quelqu'un l'a suggéré, c'était le contraire. Voilà pourquoi il me méprisait tant.
Commenter  J’apprécie          150
PavlikPavlik   04 novembre 2014
On me considérait comme un soldat, ce qui était faux. Je n'étais pas un soldat. Un soldat obéit toujours aux ordres. Un soldat connait et déteste l'ennemie. Un soldat ne combat et ne meurt que pour son pays. Je combattais pour la justice.
Commenter  J’apprécie          120
CherryHitomieCherryHitomie   24 juillet 2016
A Moscou comme dans chaque ville et village de l'Union Soviétique, tout était réglé comme une horloge suisse. Chaque adulte avait un emploi, chaque enfant un hobby, et chaque être humain bénéficiait des huit heures de sommeil requises par son organisme. Le crime n'existait pas, il n'y avait jamais d'accidents. Et même la pluie ne tombait que si Brainiac était sûr et certain que chacun avait emporté un parapluie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

Lire un extrait
Videos de Mark Millar (41) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Mark Millar
THE MAGIC ORDER: une saga complète par deux magiciens des comics, Mark Millar et Olivier Coipel. Déjà disponible!
La première création de Mark Millar pour NETFLIX.
Cinq familles de magiciens ont prêté serment : celui de protéger les humains des créatures qui rôdent dans la nuit. Mais un ennemi a mis en place un plan implacable et se débarrasse des membres de l'ordre l?un après l'autre?
C'est sans aucun doute l'une des plus grosses sorties comics de l'année : Mark Millar (Old Man Logan, Empress, Jupiter's Legacy) fait équipe avec la star de Marvel Olivier Coipel (Thor, Avengers vs X-Men, House of M).
http://www.paninicomics.fr/web/guest/productDetail?viewItem=930693
#TheMagicOrder #MarkMillar #OlivierCoipel
http://PaniniComics.fr | http://facebook.com/PaniniComicsFrance | http://twitter.com/PaniniComicsFR | http://instagram.com/paninicomicsfrance
+ Lire la suite
autres livres classés : supermanVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
3279 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre

.. ..