AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Dave Gibbons (Illustrateur)
ISBN : 0785165460
Éditeur : MARVEL - US (01/04/2014)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 2 notes)
Résumé :
Gary's life is going nowhere. He lives in public housing with his mother and spends his nights carousing with his friends. But Gary's Uncle Jack has taken a different path of glamour, danger and mystery. When Jack has to get his nephew out of trouble, their lives are going to intersect in a way neither of them could have foreseen.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Presence
  13 juillet 2016
Ce tome comprend les 6 épisodes de la minisérie, initialement parus en 2012. Il s'agit d'une histoire complète en 1 tome, indépendante de toute autre. Elle est écrite par Mark Millar, assisté de Matthew Vaughn (le réalisateur de Kick Ass et X-Men : le commencement) pour l'intrigue. Les dessins ont été réalisés par Dave Gibbons (le dessinateur de Watchmen d'Alan Moore, et The life and times of Martha Washington in the twenty-first century de Frank Miller). Gibbons a encré le premier épisode, les épisodes 2 à 6 sont encrés par Andy Lanning. La mise en couleurs est assurée par Angus Mckie.
À Zermatt en Suisse, un commando d'une demi-douzaine d'hommes armés est en train d'enlever Mark Hamill (l'acteur qui interpréta Luke Skywalker). Leur opération est interrompue et compromise par Bimbo, un espion au service secret de sa majesté. Il prend Hamill en charge et ils fuient sur une motoneige.
À Peckham (un quartier du sud de Londres), Gary London (un jeune adulte) sort de l'appartement qu'il occupe avec Sharon sa mère et Ryan son petit frère. le logement est payé par Dean, un individu brutal sans éducation qui trouve drôle de faire rouler un cône à Ryan qui a moins de 10 ans, devant ses potes. Gary rejoint ses copains, vole une voiture et ils se payent une virée dans les rues de Londres, bientôt suivis par une voiture de police. Dans une restaurant de luxe, Jack London (l'oncle de Gary, un agent secret) apprend de Sir Giles (haut fonctionnaire du MI6) le décès d'un autre agent et la nature de sa prochaine mission.
Avant même de découvrir cette histoire, le lecteur a conscience qu'il s'agit d'un produit prêt à servir de base à un film, ce qui est le cas. Avec cette idée en tête, il est difficile de lire ce récit, sans rechercher et identifier les éléments qui ont été inclus dans le but affiché de servir d'arguments de vente pour un réalisateur (Matthew Vaughn lui-même). Néanmoins, dans la mesure où Mark Millar est un vrai scénariste, le lecteur bénéficie d'un vrai comics, plus que d'un synopsis.
Première séquence, première impression : il s'agit d'une scène de pré-générique d'un film de James Bond, avec un gros clin d'oeil aux passionnés de culture populaire, grâce à la présence de Mark Hamill. Deuxième séquence : c'est bien Mark Millar qui est aux commandes, immédiatement reconnaissable par son humour provocateur et trash. Ça commence avec cet enfant qui roule un pétard devant des adultes bas du front et hilares. Ça continue avec Sir Giles qui se plaint des restrictions budgétaires qui l'obligent à justifier ses notes de frais dans des grands restaurants. Millar pointent du doigt les prolétaires ignares et irresponsables, et juste après les privilégiés se gavant. le début du deuxième épisode combine la recherche de scènes à fort potentiel cinématographique avec une provocation gratuite et adolescente : une scène de mariage de groupe qui finit en bain de sang.
Dave Gibbons effectue un travail rigoureux. Il a conservé cette approche descriptive qu'il utilisait déjà dans Watchmen, sans que ses dessins n'en deviennent encombrés. Il réalise toujours un découpage de planche qui repose sur des cases rectangulaires, mais sans s'astreindre à la matrice de 9 cases par page de Watchmen. Tout au long de ces épisodes, le lecteur apprécie le juste dosage entre cases dépourvues d'arrière plan, et cases où le décor est représenté. En fait, il faut faire un effort pour se rendre compte que certaines cases ne disposent pas de décor, Gibbons les gérant avec intelligence et parcimonie. Chaque séquence se déroule dans un lieu décrit dans le détail, avec des spécificités qui le rendent unique.
De la même manière, Gibbons a conçu une apparence physique spécifique pour chaque personnage, ce qui permet de les identifier du premier coup d'oeil. Là encore, le réalisme prime, avec des morphologies diverses et variées, et un soupçon de multiculturalisme, même si les blancs prédominent largement (ce qui est en cohérence avec le scénario). Les contours des personnages ou des éléments de décors donnent une impression de légère rondeur et de simplification, mais lorsque le regard s'arrête sur une case ou un détail, il apparaît qu'il ne s'agit que d'une impression et que chaque élément visuel a bénéficié d'une savante composition.
Tout au long du récit, le lecteur ne peut pas se défaire de la sensation que Millar et Vaughn le flattent à grands coups de clins d'oeil démagogiques. Chaque séquence comporte une ou plusieurs références à la culture geek. Il y a donc ce mélange de James Bond premier degré, avec une technologie bénéficiant d'une légère anticipation. Il y a ces virées avec les potes pas futés de quartier, ce petit jeune qui veut s'en sortir mais qui ne le sait pas, et qui bénéficie d'une chance inouïe grâce à son tonton qui est agent secret. Cette figure paternelle réussit à lever des poulettes avec plus d'aisance que le petit jeune qui peut voir son oncle dans le feu de l'action au lit, grâce à des lunettes high-tech. Il y a le jeune milliardaire qui évoque un croisement entre Bill Gates et Mark Zuckerberg (le créateur de Facebook).
En même temps, le lecteur constate que les auteurs ne sont pas moqués de lui. Les pages sont bourrées à craquer d'information, d'action, et d'interaction entre les personnages, tout en restant facilement lisibles grâce aux dessins soupesés de Gibbons, et à des dialogues travaillés. L'intrigue principale recèle plusieurs surprises intelligentes. Les scènes d'action sont spectaculaires et innovantes, pas seulement décalquées sur les conventions d'un film de James Bond.
Le récit n'est pas seulement calibré pour son coeur de cible, il est aussi écrit de manière fluide et rythmée. Certes certaines explications semblent un peu trop explicites ou didactiques, comme si les auteurs voulaient avoir l'absolue certitude de ne perdre personne, même pas leurs lecteurs un peu moins futés (comme les potes de Gary). Certes Gary révèle ses aptitudes inattendues au moment opportun, sans grande surprise. Certes aucun des clichés propres au film de James Bond n'est épargné au lecteur, mais ils ne servent pas de béquille au récit. Ils arrivent juste à point nommé et sont insérés pour respecter les conventions du genre, sans les questionner ou les déconstruire.
Cette histoire constitue une lecture très agréable et très divertissante, réalisée par des professionnels maîtrisant leur art. Il persiste donc cette sensation de démagogie, plus amusante qu'irritante. Il finit également par émerger un constat plus inattendu. Millar s'assure régulièrement d'insérer également une situation choquante, à l'encontre des bonnes moeurs, ajoutant ainsi une dimension provocatrice. Pourtant, la morale de cette histoire est de nature réactionnaire. Millar et Vaughn ne font pas que se plier aux conventions du genre "James Bond", ils les reproduisent avec respect. Alors que le lecteur supputait une forme de rébellion de la part de Gary London, il le voit rentrer dans le moule et prôner une intégration par la réussite qui surprend fortement par rapport à une mentalité geek, un peu en marge de la société normalisatrice. Malgré quelques moments chocs et iconoclastes, les auteurs racontent un récit très conformiste.
Cette histoire constitue un divertissement alerte et intelligent, réalisé par des professionnels très compétents. le lecteur l'appréciera d'autant plus qu'il se prêtera au jeu d'identifier les éléments inclus pour mieux parler au coeur de cible, dans une démarche démagogique affichée, d'une franchise désarmante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Mark Millar (49) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Mark Millar
THE MAGIC ORDER: une saga complète par deux magiciens des comics, Mark Millar et Olivier Coipel. Déjà disponible!
La première création de Mark Millar pour NETFLIX.
Cinq familles de magiciens ont prêté serment : celui de protéger les humains des créatures qui rôdent dans la nuit. Mais un ennemi a mis en place un plan implacable et se débarrasse des membres de l'ordre l?un après l'autre?
C'est sans aucun doute l'une des plus grosses sorties comics de l'année : Mark Millar (Old Man Logan, Empress, Jupiter's Legacy) fait équipe avec la star de Marvel Olivier Coipel (Thor, Avengers vs X-Men, House of M).
http://www.paninicomics.fr/web/guest/productDetail?viewItem=930693
#TheMagicOrder #MarkMillar #OlivierCoipel
http://PaniniComics.fr | http://facebook.com/PaniniComicsFrance | http://twitter.com/PaniniComicsFR | http://instagram.com/paninicomicsfrance
+ Lire la suite
autres livres classés : geekVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
2784 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre