AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 275601298X
Éditeur : Delcourt (13/03/2008)

Note moyenne : 3.54/5 (sur 38 notes)
Résumé :
Wesley Gibson mène une existence minable d'hypocondriaque frustré, semblable à celle de millions d'autres individus jusqu'à ce qu'il découvre que son père - Le Killer - était le plus grand de tous les assassins, à la tête d'une société de super-vilains qui dirigent secrètement le monde depuis 1986. Il intègre cette nouvelle famille de " sang " et découvre le monde qu'il est appelé à diriger en digne successeur de son père, et tel qu'il nie l'avait jamais imagine...
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
bran_601
  12 novembre 2016
Wanted c'est peut-être l'oeuvre la plus controversée de Mark Millar tant elle ne laisse pas indifférente.
Si on comprend la démarche de l'auteur on pourra trouver cela plutôt cool et bien pensé, par contre si on n'adhère pas au parti pris de l'auteur on risque bien de trouver le tout un brin démagogique pour ce qui pourra apparaître au final comme un grand debalage de violence gratuite.
Mark Millar, plus irrévérencieux que jamais, propose avec Wanted une origine story super-héroïque où tous les codes du genre sont inversés, d'ailleurs il s'agit plutôt ici d'une origine story vilainique où le personnage principal va au travers d'une formation spécifique aussi bien physique que mentale, finir par devenir un "enculé" de première, véritable psychopathe, assassin,violeur dénué de toute forme de compassion et d'esprit moral.
Car la formation qui vise à faire de Wesley Gibson un maitre assassin (héritage familial oblige), passe avant tout par tout un processus de déconstruction social et moral.
Les événements de Wanted prennent place dans un univers où tous les super héros ont par le passé été dézingués par une coalition regroupant tous les super vilains de la planète.
Depuis, au sein d'une organisation souterraine ayant son propre modèle économique, hiérarchique et structurel, ils contrôlent le monde dans l'ombre des humains.
Toute la construction de Wanted repose sur un détournement des codes habituels, Wesley Gibson n'est pas plus intelligent que la moyenne, il n'est pas beau gosse, il n'est ni journaliste, ni milliardaire, ni photographe, ni scientifique, ni avocat, ni flic, il a un job de merde, un patron et des collègues qui le traitent comme une fiotte, une petite amie qui se fait lutiner par son meilleur pote, une mère qui jusqu'à sa mort le prenait pour un gay etc.
Et si on retrouve en introduction le classique drame familial ayant pour rôle de catalyseur de destinée, c'est surtout l'héritage du père de Wesley qui le forge et le pousse sur la voie du mal plutôt qu'un esprit de revanche pour l'homme qui l'a abandonné pour privilégier une vie de meurtres et de débauches.
La force de Wanted est aussi sa principale faiblesse, à trop vouloir se positionner à contre-courant , à trop vouloir en faire dans l'irrévérencieux Mark Millar peine à conserver sur la durée une bonne dynamique au récit et inévitablement le manque d'empathie que l'on ressent envers les personnages finit par se ressentir à la longue.
Le final du récit agit comme une tarte dans la gueule du lecteur et interroge sur principalement deux axes de réflexion.
Le premier étant que l'industrie actuelle du comics repose pour l'essentiel sur des produits formatés qui reproduisent sans cesse les mêmes schémas à destination d'un lectorat pop corn qui aime (ou qui s'est habitué) à ne plus réfléchir. Quelque part, tant que les lecteurs n'élèveront pas leur niveau d'attente et continueront d'acheter aveuglement la même soupe, des productions plus audacieuses ne verront pas le jour ou resteront confidentiels.
Le deuxième axe est que si vous avez pris votre pied à suivre le parcourt initiatique de Wesley, c'est que vous êtes également bien teubé et irrécupérable car la vocation du livre était avant tout de vous interroger sur vous-même, sur ce que vous attendez de vos lectures, voir même de vous pousser jusqu'à l'écoeurement, et ce plutôt que de vous fasciner pour le destin d'un psychopathe pour lequel l'auteur a volontairement poussé tous les attributs psychologique à leurs niveaux les plus toxiques.
Un récit qui interpelle à défaut selon moi d'être particulièrement mémorable.
Lien : http://david-gemmell.frbb.ne..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Walkyrie29
  02 janvier 2017
Wanted ou le comics que l'on adore lire puisqu'il passe outre tous les interdits, humour noir garanti, violence et projection de sang à gogo, c'est terriblement badass et politiquement très incorrect, bref ça claque ! Mark Millar ose déjouer les codes, à contre courant, le lecteur se heurte à un ouvrage peu conventionnel mais qui ne manque pas de piquant. On jubile à cette lecture assez noire mais tellement hilarante (il faut savoir prendre l'ouvrage et son déballage de violence, d'immoralité et de sang au second degré). Mais où est le libre arbitre ? Cette petite âme qui guide nos actions selon les bonnes volontés d'une société bornée et aseptisée, ici on en est loin… Osez rejoindre cette bande de super-vilains à la fois sexy et malsains où la morale n'est plus !
Wesley Gibson fait partie de ses loosers hypocondriaques qui suivent le mouvement, complètement paumé dans une vie insipide et sans prétention, une vie banale, un fils à sa maman qui a grandi dans la peur et la méfiance, un pauvre mec qui a fini dans un bureau où chaque jour sa patronne l'insulte de la plus humiliante des façons, qui chaque soir et chaque matin se fait prendre à parti par les cakos des bas quartiers, un mec cocu qui accepte que son meilleur pote s'envoie sa copine dans son dos, tout ça sans jamais rien dire, tout ça en gardant le sourire. Oui mais, Wesley c'est aussi l'enfant, parait-il, du plus grand tueur de cette Terre, le grand, le super-vilain, l'Assassin, avec un pedigree pareil difficile d'échapper à l'armada violente et égocentrique qui gère dans l'ombre les plus grandes crapules de ce monde.
Alors Wesley prêt à devenir le fils prodige du héros mort ? Plutôt deux fois qu'une et on peut dire que le personnage ne ménage pas ses efforts pour devenir enfin ce que papa Assassin souhaitait pour son petit : une liberté extrême, tu veux tuer cet innocent petit vieux qui se promène dans la rue, vas y ! Tu as peur de prendre des coups, alors prends ces uppercuts dans la face, cela t'entraînera à ne plus t'en inquiéter ! Tu veux cette jolie poulette dans ton lit, sers toi ! Une pulsion, une envie, plus rien n'est interdit quand on fait parti du groupe « fraternité ».
Avec les super-vilains, le scénariste propose à l'extrême, une violence sanglante et aléatoire, à travers un personnage qui se transforme sous nos yeux abasourdis, et il faut le dire, on aime ça. Bon, les fans de super-héros classiques, dites vous bien qu'ici ils en prennent plein la figure, ils morflent, ils saignent, ils deviennent une denrée rare… Mais les super-vilains n'ont rien à leur envier, certains sont franchement classes, d'autres franchement rebutants, mais ils sont toujours à fond dans leur principe de liberté. Les cadavres s'accumulent, les vices aussi.
D'ailleurs, Mark Millar prend à parti le lecteur, une façon de nous accrocher davantage à cet anti-héros et peut-être même nous faire prendre conscience de certaines choses, vous avez dit « sheep effect » ? Pensez à votre rôle dans la société les amis, les conclusions de cet ouvrage sont déconcertantes et criantes de vérité en quelques sortes… On clôt l'ouvrage avec un sourire au lèvre et surtout quelques interrogations en prime (comme si l'être humain ne s'en posait pas assez comme ça, mais pas forcément les bonnes…), peut-être que ce parti extrême était justement là pour vous faire réfléchir, on interroge davantage en choquant, on laisse un souvenir plus intense en heurtant les moeurs habituels, un parti pris déconcertant, mais pourquoi pas ?
Du côté visuel, J.G. Jones fait les choses superbement bien, les traits des personnages sont expressifs, ils ont chacun leur caractéristique, on n'a pas cette impression de revoir sans cesse le même visage exploité aux multiples sauces possibles, franchement on est dans du comics pur et dur de ce point de vue là.
En bref, un comics vraiment très jouissif à la lecture, un héros des plus badass, une éthique plus que douteuse mais un lot de personnages excellents Fox et Wesley en tête, avec en prime, une réflexion ouverte sur vous-même. Alors vous laisserez – vous tenter ?
Lien : https://songesdunewalkyrie.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
boubously
  11 novembre 2017
Wesley est un lâche. Sachant que sa copine le trompe avec son meilleur ami, il ne fait comme si de rien était et il se laisse insulter par sa directrice tous les jours sans broncher. Il vit une existence morne sans aucun intérêt... Mais un jour, il apprend par une organisation de " super vilains " qu'il est le fils du " Killer ", le plus grand assassin que le monde ai connu. Son père a été tué et il devient son digne successeur ayant les mêmes gènes que lui. Il se découvre donc des talents innés de tueurs hors norme ce qui va l'entrainer dans une nouvelle vie de violence et de sexe.
Ce comics est un ovni et ne laissera personne indifférent. C'est dans un climat de violence ( souvent gratuite ), de sexe sans tabous et d'immoralité que notre (anti) héro va évoluer dans cette histoire pour le moins très originale. Desservie par de belles planches, j'ai été captivé par ce scénario de super vilains. Me concernant, j'ai pris un grand plaisir à évoluer dans ce comics plein de rebondissements à caractère adulte et suivre l'évolution du "bad boy" Wesley qui ressemble d'ailleurs comme 2 gouttes d'eau au chanteur Eminem. A découvrir !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Jasp3r
  12 novembre 2010
Pour faire simple, un comics génial et un film pourri...
Imaginons que vous soyez un auteur de comics à succès. MIEUX, imaginons que vous ayez pondu l ‘archétype même du comics vulgaire, amoral, violent. En un mot : jouissif.
Imaginons que ce même comics soit adapté au cinéma et que vous teniez entre vos mains de quoi dynamiter Hollywood et toute sa bonne morale en recouvrant le tout d ‘un gros FUCK.
Imaginons, imaginons… car Wanted, c ‘est, ou plutôt…c ‘était ça : un grand FUCK retentissant, du pur entertainment parfum Red Bull, qui se jouait avec tout le cynisme possible des supers héros en général et de la bonne morale en particulier. Wanted, c ‘était tout sauf un pop corn movie moraleux et aseptisé, saupoudré pour la forme, et les « fans », de quelques crânes qui volent, et de deux, trois flaques de sang.
Finalement, ce qu ‘il y a de plus vulgaire et d ‘amoral dans ce film, c ‘est peut-être bien l ‘adaptation du scénario original qui en a été faite. Un beau gâchis en somme
Lien : http://monsieur-o.fr/2008/07..
Commenter  J’apprécie          10
alouett
  22 septembre 2009
En 1986, les Super-Héros ont menés un combat sans précédents contre les Super-Vilains. Les Super-Vilains ont gagné, ils ont enterrés les corps des Super-Héros et se sont chargés de faire disparaître tout souvenir de leurs ennemis dans les esprits des mortels à l'existence si fade.
C'est d'ailleurs une existence si fade et si banale que connaît Wesley GIBSON. Un boulot déprimant, une relation affective complètement ratée, une estime de soi quasi nulle... jusqu'au jour où débarque FOX, une super-vilaine qui lui annonce que son père est décédé et qu'il doit accepter une condition avant de pouvoir éventuellement toucher l'héritage de son père (un joli pactole). Cette condition : devenir un super-vilain pendant les trois mois à venir.
Lien : http://chezmo.wordpress.com/..
Commenter  J’apprécie          10

critiques presse (1)
Sceneario   06 avril 2016
Wanted reste une très bonne lecture, qui chamboule pas mal d'idées préconçues sur ce que doivent être les comics !
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
CenturyGirlCenturyGirl   25 août 2013
_Oh mon dieu. C est un cauchemar. Je fais un putain de cauchemar...
_ La seule difference entre un reve et un cauchemar c est la taille de tes burnes, ducon.
Commenter  J’apprécie          00
Lire un extrait
Videos de Mark Millar (49) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Mark Millar
THE MAGIC ORDER: une saga complète par deux magiciens des comics, Mark Millar et Olivier Coipel. Déjà disponible!
La première création de Mark Millar pour NETFLIX.
Cinq familles de magiciens ont prêté serment : celui de protéger les humains des créatures qui rôdent dans la nuit. Mais un ennemi a mis en place un plan implacable et se débarrasse des membres de l'ordre l?un après l'autre?
C'est sans aucun doute l'une des plus grosses sorties comics de l'année : Mark Millar (Old Man Logan, Empress, Jupiter's Legacy) fait équipe avec la star de Marvel Olivier Coipel (Thor, Avengers vs X-Men, House of M).
http://www.paninicomics.fr/web/guest/productDetail?viewItem=930693
#TheMagicOrder #MarkMillar #OlivierCoipel
http://PaniniComics.fr | http://facebook.com/PaniniComicsFrance | http://twitter.com/PaniniComicsFR | http://instagram.com/paninicomicsfrance
+ Lire la suite
autres livres classés : comicsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Comics : Les héros de Marvel

Elle peut se dématérialiser, et ainsi traverser les objets solides, les murs, les plafonds ... Il s'agit bien sûr de ...

Kate Winslet
Kitty Pryde
Hello Kitty
Katy Perry

10 questions
184 lecteurs ont répondu
Thèmes : comics , super-hérosCréer un quiz sur ce livre