AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782918541622
350 pages
L'Homme sans nom (21/03/2018)
3.85/5   120 notes
Résumé :
Après avoir avoué à sa femme qu’il avait toujours détesté le thé, Ambroise Perrin se défenestre sous les yeux médusés des personnes présentes.

Dans un palace vénitien, Louise Duval se réveille d’une soirée de gala et découvre que sept de ses collègues sont morts au même moment dans leur lit de causes inexpliquées. Rien ne lie ces deux affaires. Si ce n’est leur mystère. C’est assez pour intéresser Évariste Fauconnier, enquêteur émérite spécialisé dans... >Voir plus
Que lire après Et Dieu se leva du pied gaucheVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (39) Voir plus Ajouter une critique
3,85

sur 120 notes
5
13 avis
4
23 avis
3
2 avis
2
1 avis
1
0 avis
♫On reconnaît le bonheur paraît-il
Au bruit qu'il fait quand il s'en va
C'était pas l'dernier des imbéciles
Celui qu'a dit ça
Le mien s'en est allé hier
Après vingt berges de sous mon toit
Ca a fait un boucan d'enfer
Je ne supporte pas
Ca fait croire un peu que les proverbes
Disent pas toujours n'importe quoi♫
Boucan d'enfer - Renaud - 2002 -
--
----
------
Descentes aux Enfers
Expériences de tortionnaires
Bruits de couloirs
ou Boucan de Désespoir
Surstimulations auditives
Extraction de conscience native
Redéfinir le raisonnement
Opportunisme dégoutant
Simple rôle du contenant
Sept victimes dans un premier temps
Pour un Huis clos haletant écrit avec talent

merci pour la sélection de Masse Critique
à Waddington et son épigénétique
à Oren Miller et son imaginaire
Petit bémol quant aux Editions HSN
Coquilles relevées environ une dizaine !!!










Commenter  J’apprécie          731
Je découvre cette auteure et son duo d'enquêteurs plutôt atypique.
Louise se réveille dans un hôtel où tous ses collègues sont morts de façon très mystérieuse. Principale accusée, elle fait appel à un ami de longue date qui recrute une institution secrète. Notre duo d'enquêteurs décide de prendre cette affaire, tortueuse à souhait.

Le roman est très bien construit, on suit notre duo dans leur enquête, on s'interroge, on s'effraie de certaines découvertes et on soupçonne tout le monde.

Quand on se prend pour Dieu et qu'on s'inspire des expérimentations nazis ...

Bon polar !
Commenter  J’apprécie          160
un très bon polar ( même si le sujet en est très très sombre) bien ficelé, bien écrit, avec des personnages très bien campés et très intéressants , un trio qui fonctionne très bien ( j'ai vraiment eu un faible pour le majordome que du coup j'aurais aimé plus présent dans le déroulement de l'intrigue) des dialogues percutants et drôles, il faut être bien concentré à la lecture pour comprendre les dénouements
Commenter  J’apprécie          170
Encore un excellent roman policier d'Oren Miller!
J'adore sa plume travaillée et son style au service d'un duo d'enquêteurs hauts en couleur et attachants. le couple improbable formé par Evariste et Isabeau est l'atout majeur de cette série et leurs dialogues sont ciselés pour le plus grand plaisir du lecteur.
L'intrigue est intéressante avec une histoire très émouvante et de nombreux rebondissements (peut-être même un peu trop car on finit quand même par se douter de l'identité du cerveau de l'affaire).
Par ailleurs, ce livre sera sans doute l'occasion pour beaucoup de découvrir l'existence du camp du Struthof
Commenter  J’apprécie          151
Oren Miller propose de retrouver un duo déjà mis en scène lors des deux romans précédents : J'agonise fort bien, merci et A présent, vous pouvez enterrer la mariée. Je n'ai pas lu ces deux premiers opus, et cette lacune ne gêne pas la lecture du présent titre. Certes, la prise de contact initiale avec Évariste et Isabeau a été une totale découverte pour moi, et je ne bénéficiais pas des souvenirs antérieurs. Aussi, y a-t-il sans doute des clins d'oeil et des références qui m'ont échappée. Cependant, le duo fonctionne parfaitement et j'ai rapidement pris mes marques avec eux.

Oren Miller joue sur l'association mentor/élève qui a déjà fait ses preuves. La dynamique est bien huilée, très fluide, et apporte son lot d'humour et de séduction. Évariste demeure un mentor un peu à part, avec une personnalité entre Arsène Lupin – avec son côté dandy attaché au panache – et un Sherlock Holmes analytique, méticuleux et obsessionnel.

Isabeau – qui est un homme – doit porter ce prénom féminin, source de calembours. Il ne tient pas un rôle de faire-valoir, ni celui d'un Docteur Watson. le jeune homme, orphelin, embarqué dans les valises du fauconnier je ne sais comment (sans doute lors d'un des deux premiers tomes ?), démontre un attachement grandissant pour son métier et son mentor. Et des facultés évidentes.

Leur dynamique est un des points forts du roman, jouant aussi bien sur une complémentarité, que l'émergence d'une petite rivalité (du moins de la part d'Isabeau). Il y a des piques qui sont lancées, une fausse condescendance, des joutes savoureuses, l'ensemble opère son charme sur le lecteur fin limier qui se laissera quand même séduire! En outre, le lecteur peut goûter à une relation qui évolue au fur et à mesure du roman. Et, j'ai fort apprécié ce choix d'Oren Miller car bien souvent, une fois les interactions posées, l'auteur a tendance à les laisser vivre ainsi et s'appuyer sur sa machine bien lubrifiée.

Pour ce qui est de Sainte Cécile, pour qui travaille le duo, le mystère reste entier…. (du moins pour moi).
Une intrigue en courbe exponentielle

Notre duo mène l'enquête sur le meurtre de sept personnes appartenant tous à la même entreprise, une clinique sise à Neufchâtel. Une seule rescapée : Louise Duval, aucun signe d'effraction dans les chambres de l'hôtel Danielli à Venise, aucune trace,… La police italienne suspecte férocement et logiquement cette dernière. C'est alors que rentre en jeu une de ses anciennes connaissances, un docteur de son passé qui contacte Sainte Cécile pour la laver de tout soupçon.

La partie est tendue pour Évariste et Isabeau car, les éléments sont quasiment inexistants, et ils ont peu d'atouts pour disculper la malheureuse. C'est donc à Neufchâtel que leurs pas vont les mener pour tenter de faire le lien entre les victimes, la clinique, la ville et Louise. Des ennemis en commun ?….

Sur place, ils sont accueillis correctement, et l'objectif des médecins clairement mis en valeur. Suite à la guerre, et la perte de son fils, Marcel Sorel a ouvert cet établissement pour venir en aide aux traumatisés, à ceux qui ont été marqué psychologiquement par la guerre et les horreurs associées. La clinique s'est développée et accueille même les patients enfants dont un nombre assez conséquent de la ville elle-même.

Et Dieu dans tout cela ? Et bien, le Vatican s'est associé à la démarche.


Critique bien plus complète sur mon blog.
Lien : https://albdoblog.com/2019/0..
Commenter  J’apprécie          70

Citations et extraits (23) Voir plus Ajouter une citation
(...) Plus il gravissait les marches, plus ses membres lui paraissaient de plomb. Respirait-il plus difficilement ? Il en avait l’impression. Dans cinq ans, il aurait soixante ans, l’âge auquel on peut profiter des fruits de son labeur grâce à quelques rentes lucratives. De ce côté-là, Ambroise n’avait pas chômé. En tant qu’aîné d’une fratrie de huit enfants, on ne lui avait pas laissé le choix de l’oisiveté et de la distraction. Par voie de conséquence, Ambroise ne renvoyait pas l’image de quelqu’un de drôle. Parfois, il s’ennuyait lui-même.
Au troisième étage, il songea que, bien que les détails pratiques lui échappent encore, il n’allait pas laisser de mot d’adieu ou d’excuses. Après tout, le suicide était quelque chose de très personnel. Livrer ses motivations enlevait un peu de solennité et de mystère à l’acte. 
Commenter  J’apprécie          160
A cet instant, il se produit une réaction étrange dans le cerveau des désespérés : il se met en panne. L'être humain ne meurt pas, mais il cesse de fonctionner, comme une mécanique à l'arrêt. Le désespoir crée des créatures faites de chair molle qui ne servent plus à rien, mues par les seuls désirs biologiques de manger, de dormir, de survivre, et dépourvues de toute conscience. Comment conserver la raison, le sens du Bien et du Mal, quand on est coincé dans une boucle temporelle qui tourne indéfiniment et tue chaque souvenir qui passe et repasse dans la tête tant de fois qu'ils s'abîment eux-mêmes ?
Inutile de sortir des couteaux, des armes à feu, des canons, des bombes, pour détruire un individu. Il suffit juste de le priver d'espoir et de lui répéter chaque jour :
" Ton enfer de maintenant sera celui de demain et d'après demain."
Les nazis ont institutionnalisé cette arme, ils l'ont systématisée à l'échelle d'un peuple entier, .../...
Commenter  J’apprécie          70
D'habitude, les alcooliques nient leur état avec force et s'emportent avec une énergie proportionnelle à la puissance de leur addiction.
p27
Commenter  J’apprécie          420
Le bruit constant force le cerveau à traiter de l'information en continu et cela participe de son aliénation.
p239

Commenter  J’apprécie          360
Quand Ambroise Perrin passa le porche menant à l’entrée du Castel Béranger, rue La Fontaine dans le seizième arrondissement de Paris, il fut convaincu de deux choses : il haïssait le thé, et il allait mettre fin à ses jours.
Non pas que les deux affirmations fussent liées – encore qu’en poussant un peu – mais, dès lors qu’il avait aperçu les façades du célèbre immeuble, elles lui étaient venues simultanément à l’esprit. Comme une évidence. 
Commenter  J’apprécie          70

Video de Oren Miller (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Oren Miller
Hello ! Fantasy, Thrillers, Science fiction et romance, voici ce que vous allez trouver dans ma vidéo bilan ! Déroulez pour en savoir plus :) Merci d'avoir regardé cette vidéo ! Aimez, partagez, ou abonnez vous ;) ca fait toujours plaisir !Plus de vidéos : http://goo.gl/hCnYmr .
? La captive des hommes de bronze, de Valérie Simon - L'archipel ? Mon avis écrit : http://www.leblogdeptitelfe.fr/2017/03/mysteria-1-la-captive-des-hommes-de.html ? Vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=geb1ma2asls
? Zalim, de Carina Rozenfeld - Scrinéo ? Mon avis écrit : http://www.leblogdeptitelfe.fr/2017/03/zalim-de-carina-rozenfeld-fantasy.html ?Vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=lHoSij6-wlA
? Bad de Jay Crownover - Harlequin ? Mon avis écrit : http://www.leblogdeptitelfe.fr/2017/02/bad-1-amours-interdits-de-jay-crownover.html ? Vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=GBHmRcaaMGw&t=9s
? Leaving Amarillo, de Caisey Quinn - Harlequin ? Mon avis écrit : ------- ? Vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=VxWzDkc71XE&t=7s
? La vie enfuie de Martha K, d'Angelique Barberat - Michel Lafon ? Mon avis écrit : http://www.leblogdeptitelfe.fr/2017/03/la-vie-enfuie-de-martha-k-dangelique.html ? Vidéo à venir ...
? Dormeurs d'Emmanuel Quentin - Peuple de Mu ? Mon avis écrit : http://www.leblogdeptitelfe.fr/2017/04/dormeurs-demmanuel-quentin-thriller.html ? Vidéo à venir...
? le roi Sombre d'Oren Miller - Homme sans nom ? Mon avis écrit : http://www.leblogdeptitelfe.fr/2017/04/le-roi-sombre-doren-miller.html ? Vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=vT5SW0tJdbM&t=3s
? Me contacter
SITE : http://www.leblogdeptitelfe.fr/ FACEBOOK : http://goo.gl/huya0v TWITTER: https://twitter.com/Ptitelfe1982 - @ptitelfe1982 INSTAGRAM: https://instagram.com/leblogdeptitelfe MAIL: contact@leblogdeptitelfe.fr
A bientôt! Hélène
+ Lire la suite
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Les plus populaires : Polar et thriller Voir plus


Lecteurs (266) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2918 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..