AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2264017465
Éditeur : 10-18 (08/07/2006)

Note moyenne : 3.39/5 (sur 19 notes)
Résumé :
"(Je me suis décidé à écrire un petit bouquin en français.J'étais encouragé de le faire par Sylvie Grossman qui est en train d'écrire une thèse sur moi et mon œuvre. Nous étions d'accord que je devrais laisser mes fautes de grammaire, mes erreurs, ma mauvaise ponctuation et mes fautes d'orthographe. J'espère que mes lecteurs n'attendent rien de brillant de ma part, surtout en français. Mon but sera, si j'en ai un, de vous faire qourire de temps en temps. Aujourd'hui... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Marti94
  26 décembre 2015
"J'suis pas plus con qu'un autre" c'est un titre qui va bien à ce petit récit d'Henry Miller. C'est une sorte de chalenge pour l'écrivain américain qui a longtemps vécu en France : écrire un texte en français. Ce sera le premier et le dernier. Ses fautes de français ont été gardées volontairement ce qui donne un certain charme à ce livre.
Henry Miller laisse aller sa pensée sans gros efforts, il exècre la religion et la politique mais évoque surtout ses goûts littéraires. Et dans ce domaine il peut être très provocateur mais il excelle.
Il nous fait voyager de Paris à New-york mais aussi en Europe et nous fait partager ses livres préférés : Moravagine de Blaise Cendrars, Voyage au bout de la nuit de Céline, New York de Paul Morand, Une soirée avec monsieur Teste de Paul Valery, La nostalgie de Paris de Francis Carco, Refus d'obéissance de Jean Giono ou encore le recueil de poèmes Feuilles d'herbe (Leaves of Grass) chef d'oeuvre de Walt Whitman.
Il nous fait part de son admiration pour William Blake, Max Stirner, Victor Hugo, Rimbaud, Anatole France, Romain Rolland, Georges Simenon, Michel Simon et surtout Frank Harris. Et puis, quand même, il fait un bel éloge à une femme, Marie Corelli : "On pourrait croire qu'aujourd'hui avec les mouvements féministes, Marie Corelli serait ressuscitée mais non, personne ne parle d'elle. Pour moi elle est le plus grand auteur sur le sujet de l'Amour."
C'est un livre qui est donc très intéressant pour ceux qui aime Henry Miller, sinon son intérêt reste limité.
Lu en décembre 2015
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Kickou
  18 août 2016
il y a peu, sur une brocante, j'ai acheté (2€) une revue : Planète Plus, millésime Juin 1970, consacrée à Henry Miller. C'est en lisant des extraits de l'oeuvre de Miller, des éloges et autres articles que m'est revenu en mémoire ce titre que j'avais lu il y a déjà longtemps. Dans un coin de notre esprit nous, lecteurs, avons tous des souvenirs de lectures agréables, fluides, vivantes ... Il suffit d'une petite étincelle pour que les bulles de la mémoire remontent. Si Henry Miller a cette capacité d'écriture si puissante, si vivace, c'est aussi parce que son écriture est un jeu, il joue avec son lecteur, avec les mots, les phrases, avec son « je » à lui surtout, sa vie. Dans ce petit bouquin, pour jouer donc, il écrit en français ; un défi car ce n'est pas sa langue natale. Comme d'habitude c'est vivant, truculent, il bavarde sur des sujets divers et variés, mais surtout sur ses goûts littéraires. Alors se pose le problème des étiquettes ! J'suis pas plus con qu'un autre, d'accord, mais est-ce de la littérature américaine ou de la littérature française ? D'ailleurs est-ce bien judicieux d'étiqueter un livre, n'importe quel livre ? Bon, il faut bien classer, ranger sur les étagères des bibliothèques, qu'elles soient physiques ou virtuelles. Allons-y pour littérature francophone, ça vous va ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          81
simonfinfon
  01 novembre 2010
Petit livre écrit en français par Miller en 1976. Il nous parle de ce qu'il aime et n'aime pas dans la littérature, la musique ou la philosophie...
Commenter  J’apprécie          10

critiques presse (1)
Liberation   17 août 2015
Un court texte dans lequel l’auteur vagabonde dans la langue de Molière.
Lire la critique sur le site : Liberation
Citations et extraits (27) Voir plus Ajouter une citation
PiatkaPiatka   17 juin 2016
Quel plaisir de s’asseoir et boire un coup quelque part. Souvent, en traversant la ville en autobus, je sortais tout d’un coup parce que l’endroit n’était pas familier. J’avais une telle soif de connaître tous les quartiers. En déambulant j’étais comme un homme ivre. Tout me donnait de l’enthousiasme, un appétit insatiable.
Commenter  J’apprécie          270
PiatkaPiatka   16 juin 2016
Quant à Victor Hugo, je le vois comme un soleil, ou un homme colossal, et ses espoirs pour l’humanité aussi colossaux, fantastiques et incroyables, non, impensables !
Commenter  J’apprécie          250
PiatkaPiatka   18 juin 2016
Le véritable écrivain c’est l’ignorant de génie, qui ne sait rien mais comprend tout.

Joseph DELTEIL - Préface
Commenter  J’apprécie          340
fanfanouche24fanfanouche24   03 septembre 2015
J'ai vécu (au moins dans ma tête) la vie des caractères de Hamsun, et de thomas Mann et Dostoïevski. Aujourd'hui, quand je pense à ce russe sublime, il me paraît comme une lune qui appartient à la grande planète bénéfique, Jupiter. Quand à Victor Hugo, je le vois comme un soleil, ou un homme colossal, avec des appétits colossaux, et ses espoirs pour l'humanité aussi colossaux, fantastiques et incroyables, non impensables !
Et Rimbaud alors ! Un "nova" ! L'inventeur d'un nouveau langage : la poésie; comme s'il n'y avait pas de poètes avant lui. Personne, même les marchands de la rue ne peuvent éviter son influence. Il était d'une autre race, de l'espace, un demi-dieu placé sur la terre pour nous instruire. (p.25)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
DanieljeanDanieljean   12 novembre 2015
Je voudrais ajouter, sans vanité, que Frank Harris a vu q.q. chose en moi que les éditeurs et même mes amis ne voyaient pas. Je veux dire - un écrivain. A cette époque, quand je n’avais rien écrit, mais que j’ai prétendu avoir écrit plusieurs livres, il était vraiment important d’être reconnu. Je n’oublierai jamais les années de faim, d’humiliation, le refus partout. ... Je sais bien ce que cela veut dire — « d’être un quelconque ». Même aujourd’hui c’est difficile pour moi de croire que tout le monde connait mon nom, même pour les mauvaises raisons. Je n’avais pas le courage romantique des clochards de Paris. Moi, j’étais devenu un ver, une punaise. Alors, punaise, conard, traitre, faillite, comment est-ce que j’ai survécu ? Je peux vous donner deux réponses. Une est astrologique - mon Jupiter bien placé. L’autre est que sans doute j’ai un ange gardien qui me protège. Et qui peut être mon ange gardien ? A l’avis d’un médium à Londres, il était un frère mort-né... Naturellement je n’avais rien entendu de mes parents d’un tel frère. Mais je ne m’en plains pas. Frère ou mythe il m’a sauvé la vie maintes fois. Mais avant de me rescaper il me laisse tombé jusqu’au fond. Peut-être il savait, mieux que moi, que ce drame était bon pour mon caractère. C’est cela « that makes a man of you », comme on dit en anglais.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Henry Miller (24) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Henry Miller
Denis Lavant, pour son seul-en-scène, "Le Sourire au pied de l?échelle", d?après un texte de Henry Miller, au Théâtre de l??uvre. le récit de la crise existentielle d'un clown qui visait la lune, et qui ne voulait plus faire rire les gens, mais leur apporter de la joie. Ecoutez l'entretien avec Denis Lavant : https://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-1ere-partie/denis-lavant-fait-le-clown
Abonnez-vous pour retrouver toutes nos vidéos : https://www.youtube.com/channel/UCd5DKToXYTKAQ6khzewww2g
Et retrouvez-nous sur... Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture/
+ Lire la suite
autres livres classés : souvenirsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
404 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre