AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Frédéric Jacques Temple (Traducteur)
ISBN : 2207251179
Éditeur : Denoël (07/06/2000)

Note moyenne : 4.25/5 (sur 12 notes)
Résumé :
«Pourquoi, je me le demande, ce culte que je voue à Rimbaud, à l'exclusion de tous autres écrivains ? Je ne suis pas un fervent de l'adolescence, ni ne feins de croire qu'il est aussi grand écrivain que certains que je pourrais nommer. Mais il y a quelque chose en lui qui me touche comme ne le peut l'œuvre d'aucun autre.» Tel est l'aveu de Miller au début de cet essai. Pourtant cette découverte, il l'a longtemps différée, se méfiant de ce «mauvais génie». C'est à Pa... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Ys
  18 mars 2017
En 1927, dans le sous sol d'une maison crasseuse de Brooklyn, Henry Miller refuse obstinément d'accorder la moindre attention à cet Arthur Rimbaud qu'une femme avec qui il est contraint de vivre, et qu'il méprise, admire passionnément. Six ou sept ans plus tard, à Louveciennes, c'est une autre femme, Anaïs Nin, qui le convainc de lire enfin le poète. Mais il le tient encore à l'écart, il a besoin de construire son oeuvre propre avant de s'abandonner à celle de l'autre, si prometteuse. Il faut encore dix ans pour qu'il le retrouve, à travers une biographie, et cette nouvelle rencontre est un bouleversement.
Le Temps des assassins est le second essai que Miller consacre à Rimbaud. C'est une oeuvre à la fois érudite et intime, où un auteur se regarde en miroir à travers un autre... ou contemple l'autre à travers soi. Sans narcissisme pour autant. Il est question ici du rapport à l'écriture, au langage, à la création, à la société, du rôle du poète dans le monde - et les poètes contemporains de Miller en prennent au passage pour leur grade, érudits enfermés dans leur tour d'ivoire qui n'écrivent plus que pour leur propre caste sans se soucier d'être entendus. Or le poète est un prophète, pétri de spiritualité et de révolte, qui doit être capable de parler à tous. Rimbaud fut de ceux-là, formidablement déçu dans ses formidables espérances, et si son renoncement à la littérature signe le triomphe d'une société castratrice (le temps des assassins), ses mots restent éternels, formidables, comme des ailes de feu offertes à toute la littérature moderne.
Un texte dense, riche, complexe, qui m'a parfois quelque peu égarée en chemin mais sur lequel il y a beaucoup à rêver et réfléchir et qui offre de la littérature une vision aussi belle qu'exigeante.

Lien : http://ys-melmoth.livejourna..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
nadejdanadejda   06 décembre 2010
Dès ma prime jeunesse, je fus un dévoreur de livres. Je ne demandais rien d'autre pour Noël, et par vingt ou trente à la fois. Jusqu'à vingt cinq ans environ, je ne sortais presque jamais de chez moi sans emporter sous le bras un ou plusieurs ouvrages. Je lisais debout, en allant au travail, apprenant souvent par coeur de longs passages de l'oeuvre de mes poètes préférés.
....J'en arrivais à mépriser tout ce qui m'entourait, à me couper peu à peu de mes amis, à m'affubler d'un caractère solitaire et excentrique qui vous fait qualifier d'individu "bizarre".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
nadejdanadejda   06 décembre 2010
Il commença par vouloir "tout voir, tout sentir, tout épuiser, tout explorer, tout dire". Il n'eut pas à attendre longtemps pour sentir le mors dans sa bouche, les éperons à son flanc, le fouet sur son dos. Il suffit qu'un homme s'habille autrement que ses semblables pour qu'il devienne un objet de mépris et de dérision. La seule règle qui soit réellement appliquée et de bon coeur est celle du conformisme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
YsYs   05 mars 2017
Ce n'est pas en vain que l'homme regarde vers le soleil : il lui réclame lumière et chaleur, non pour le cadavre qu'il laissera un jour mais pour son être intime. Son plus vif désir est de se consumer d'extase, d'unir sa petite flamme au feu central de l'univers. S'il donne des ailes aux anges afin qu'ils puissent lui apporter, de l'au-delà, des messages de paix, d'harmonie et de rayonnement, c'est uniquement pour entretenir ses propres rêves d'envol, pour affermir sa foi en un jour où, sur des ailes d'or, il se dépassera lui-même.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
nadejdanadejda   06 décembre 2010
Dès l'enfance, je fus amoureux de la musique des mots, de leur magie, de leur pouvoir d'incantation. Souvent je m'enivrais de mots, pour ainsi dire.... C'est cette qualité, soit dit en passant, que je reconnus à Rimbaud à première vue. Cela me frappa. A Beverley Glen, quand j'en étais saturé, j'écrivais du Rimbaud à la craie sur les murs de la cuisine, de la salle de séjour, des cabinets, et même hors de la maison. Pour moi, ces phrases ne perdront jamais de leur force. Chaque fois que je tombe dessus, j'éprouve le même frisson, la même jubilation, la même peur de perdre l'esprit, à trop longtemps m'y appesantir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
nadejdanadejda   06 décembre 2010
Sa déception fut la plus terrible que je sache. Il avait demandé plus que quiconque n'osa jamais, et il avait reçu infiniment moins qu'il ne le méritait. Rongé par sa propre amertume, par son désespoir, ses rêves furent livrés à la rouille. Mais ils demeurent pour nous aussi purs et sans tache qu'au jour de leur naissance. De la corruption qu'il traversa, pas le moindre ulcère ne subsiste. Tout est blanc, éclatant et dynamique, purifié par le feu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Henry Miller (21) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Henry Miller
Henry Miller - Les entretiens de Paris avec Georges Belmont
autres livres classés : essaiVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
244 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre