AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Marcel Aymé (Adaptateur)
EAN : 9782221114896
252 pages
Éditeur : Robert Laffont (15/04/2010)
3.94/5   158 notes
Résumé :
En 1692, Abigaïl Williams, une jeune femme habitant Salem dans le Massachusetts, est servante chez d'honnêtes fermiers, les Proctor. Très vite, Abigaïl tombe amoureuse de John Proctor qui en fait sa maîtresse. Élisabeth, sa femme, découvre leur relation et la chasse de la maison. Pour se venger, la jeune fille, âgée de 17 ans, se livre avec Tituba, la servante noire du révérend Parris, et Betty, la fille de ce dernier, à un rituel de sorcellerie. Elles sont découver... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (35) Voir plus Ajouter une critique
3,94

sur 158 notes
5
10 avis
4
13 avis
3
10 avis
2
1 avis
1
0 avis

karmax211
  18 février 2021
Ce qui est "terrible" lorsqu'on entend aujourd'hui l'expression "chasse aux sorcières", c'est qu'on pense immédiatement à cette rhétorique vidée de son sens initial par des Trump ou des Marine le Pen pour lesquels L Histoire peut être revisitée, manipulée, dévoyée et récupérée à leur profit.
La pièce de théâtre d' A. Miller suscite suffisamment de frustration, d'indignation et d'exaspération face à l'ignorance crasse, à la mauvaise foi, au mensonge, à la malhonnêteté, à l'hypocrisie, à la bêtise et au fanatisme, que lorsqu'on voit ces instillateurs de haine se transformer en victimes à partir des mêmes procédés, des mêmes ingrédients qui envoyèrent naguère à la potence, sur la chaise électrique ou poussèrent des innocents au suicide, on se sent plus mal encore, parce que le mal est toujours là mais qu'il a su s'adapter au cerveau de certains humains contemporains imprégnés d'un "puritanisme" moderne aux allures de réseaux dits sociaux, de fake news, de théories complotistes, nouveaux totems d'une nouvelle religion.
Il n'est qu'à penser aux QAnon pour s'en convaincre.
Salem dans le Massachusetts fut en 1692 le théâtre (la vie n'est que ça...) d'une chasse aux sorcières historique, qui fit 19 victimes innocentes, innocence qui fut reconnue quelques années plus tard. Les malheureuses furent réhabilitées... mais on ne put pas leur rendre la vie.
C'est cet évènement historique qui a inspiré au dramaturge sa célèbre pièce, écrite en 1953 ( date de ma naissance... mais là, pour le coup, ça n'a rien à voir avec le sujet... juste une digression auto-dérisoire...)... en plein maccarthysme, époque de terreur américaine connue sous le nom de " Peur rouge " et justement qualifiée de chasse aux sorcières.
A. Miller et ses amis en furent victimes, et ne pas lire et comprendre sa pièce sous ce prisme ( mais pas uniquement ) est, à mon sens, une mésinterprétation.
Le révérend Parris, homme cupide, tout entier voué à Mammon, surprend sa fille Betty, sa très belle nièce Abigaïl et d'autres jeunes filles dansant nues le soir dans les bois accompagnées de Tituba la servante noire du révérend.
S'ensuit pour Betty une crise "cataleptique" qui va, par l'opportunisme et la manipulation d'Abigaïl se transformer en hystérie collective et en règlements de compte en tous genres.
Car Abigaïl, jeune et belle femme peu farouche, a été la servante de John Proctor, un fermier, et de sa femme Elisabeth.
John n'a pas pu résister aux charmes de la belle Abigaïl. Les amants surpris par l'épouse, la jeune maîtresse est renvoyée.
Amoureuse, orgueilleuse et revancharde, Abigaïl saisit l'occasion qui se présente pour, aidée par de jeunes filles "pures" et sous son emprise, convaincre "l'inquisition et ses juges" que Salem est devenue l'antre du Diable.
Usant de tous les subterfuges dont elle dispose, elle va profiter de la superstition ambiante, de l'ignorance des uns, de la faiblesse des autres, du fanatisme des gens de pouvoir et de leurs lois, pour dénoncer ... des innocentes.
L'engrenage est en marche. Rien, sinon la potence, ne pourra l'arrêter.
Je ne veux pas en dire plus ; le décor est posé, à vous de lire la pièce !
Ce qui fait que de telles oeuvres sont "grandes" ou moins... ou pas, c'est qu'en plus du fond, elles véhiculent des personnages qui ont du corps, de la consistance, de l'épaisseur... bref, une présence. Et en l'occurrence, dans - Les sorcières de Salem -, c'est plus que le cas.
En dehors des protagonistes déjà cités, j'ai une véritable tendresse pour Gilles Corey ( je l'adore ! ), pour Rebecca Nurse ( une très très belle personne ), une sympathie empreinte d'amertume pour le révérend John Hale, et une farouche détestation pour Danforth.
La pièce se lit facilement. Quand vous êtes dedans, vous ne la lâchez plus.
Elle est vivante, actuelle, frustrante ( je l'ai déjà dit ), passionnante et fort émouvante.
Elle nous parle, nous interpelle et nous met en garde.
Une oeuvre qui, dans le contexte actuel, n'a jamais été aussi nécessaire, voire salutaire ( ? ).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          451
Musardise_aka_CthulieLaMignonne
  15 avril 2019
Des quatre pièces d'Arthur Miller que j'ai lues jusqu'à présent, Les sorcières de Salem est celle qui m'a parue la moins convaincante. Sa lecture fut même une belle déception après celle de Mort d'un commis voyageur. Il y a eu quelque chose qui m'a dérangée assez vite, c'est le parallèle fait systématiquement entre le maccarthysme et l'affaire des sorcières de Salem de 1691-1692 , qui semble aller de soi depuis la création de la pièce. Ça me semblait une facilité de la part de Miller, et pas si pertinente que ça. Mais ce n'est pas ce qui m'embêtait le plus. Et quelques temps après la lecture des Sorcières de Salem, j'ai lu ce qu'en disait l'auteur dans l'Introduction à son Théâtre (1958).
Je pense qu'il est bon de revenir aux sources de la pièce. Miller a bien été inspiré par le maccarthysme, mais il n'a pas eu l'intention de faire de sa pièce une métaphore de ce qu'on appelait la chasse aux sorcières dans les États-Unis des années cinquante. Il visait plus haut, si je puis dire. Peut-être avons-nous été induits en erreur par ses autres pièces, qui parlent de la société contemporaine, et sans doute qu'une longue tradition d'interprétation "maccarthyste" nous a trompés également. Miller a déploré qu'aucun critique n'ait compris de quoi traitait la pièce à sa création, parce que si son sujet apparent - et réel, tout de même - était le maccarthysme, le sujet principal n'était pas là. Peut-être que c'est en partie de sa faute, après tout, si on n'a pas saisi quel était le thème sous-jacent et profond de la pièce, peut-être qu'il n'a pas réussi à faire passer son message. Reste un gros malentendu sur Les sorcières de Salem.
Ça n'est pas toujours évident de suivre le cheminement de la pensée de Miller à propos de cette pièce, mais ce qu'on peut en retenir de façon globale, c'est qu'il a été stupéfié, pendant le maccarthysme, de voir l'apparition d'une espèce de mystique collective qui, de plus, était insufflée de l'extérieur, c'est-à-dire par MacCarthy et ses sbires. Il était également étonné qu'une campagne politique qu'il jugeait grotesque, menée à renforts de gros sabots et de grosses ficelles, puisse être avoir un impact aussi fort sur les citoyens américains - je dois dire que j'ai vu là une espèce de naïveté à l'américaine, vu que le monde entier sortait d'une guerre particulièrement atroce, et que l'hystérie collective, le lavage de cerveau, et les gros sabots, entre autres, avaient joué leur rôle pendant des années. Toujours est-il que, malgré le fait que la pièce soit née de réflexions de Miller liées au maccarthysme, le thème principal est fondé sur la "lucidité morale", sur le fait que certaine personnes soient capables de garder la tête froide et des valeurs morales intactes au milieu d'une foule infectée, pour ainsi dire, par une terreur collective et choisissant la soumission sociale, à cause d'un sentiment de culpabilité (ne pas être assez de droite dans le cas du maccarthysme, être un candidat potentiel à la possession démoniaque, dans le cas de Salem). Je laisse bien entendu à Arthur Miller la paternité de ce point de vue.
Miller s'était déjà intéressé à l'affaire des sorcières de Salem, il s'est replongé dedans à cette occasion, lisant toutes les minutes du procès. Il a remarqué que la petite Abigaïl Williams (qui avait 11 ans en 1691) avait dénoncé Elizabeth Proctor mais jamais John Proctor. La tournure de la pièce lui est apparue en conséquent : il a fait d'Abigaïl une adolescente de 16-17 ans, qui, servante chez les Proctor, a eu une liaison avec le mari et a été chassée de la maison par l'épouse trompée, et cherchant à se venger de l'épouse en question par la pratique d'une sorcellerie de pacotille, puis par la dénonciation. On est donc très loin de la véritable affaire des sorcières de Salem, où des enfants furent certainement manipulés par des adultes, et qu'on explique aujourd'hui par diverses hypothèses (intoxication à l'ergot de seigle, qui contient une substance dont est dérivé le LSD, conflits sociaux entre la communauté de Salem Village et celle de de Salem Town, maltraitance d'enfants, vengeance familiale, pratiques divinatoires ayant dérapé, angoisse collective liée aux attaques régulières des Indiens, etc.) Miller a donc fait un choix dramatique très fort en s'éloignant des faits historiques, même s'il a regretté de ne pas être allé assez loin : il s'en est voulu d'avoir représenté un ecclésiastique, Danfort, comme relativement ouvert et réfléchi, alors que les minutes du procès montrent que le véritable Danfort, ainsi que tous les autres juges, n'a pas fait preuve d'une once de compréhension, de réflexion ou de clémence. Je serais assez d'accord avec Miller sur ce point. La pièce aurait peut-être gagné en force si tous les ecclésiastiques avaient été montrés aussi implacables et, disons-le, délirants et cruels, que lors des faits historiques. Mais je trouve surtout que le personnage-phare de Miller, son martyr de la "lucidité morale", selon les propres termes de l'auteur, est raté.
Car il me paraît difficile de comprendre que le but de la pièce est de mettre en avant une rigueur morale intacte lorsqu'on utilise un John Proctor baisant sa domestique dans tous les coins, maltraitant la domestique qui la remplace, et se montrant infect avec sa femme. le type s'est tapé la servante et la traite ensuite de putain sans relâche, mais fait acte de contrition en disant qu'il est un débauché. Les deux mots n'ont sensiblement pas la même valeur, et si une gamine de seize ans est censée être une putain , que doit-on dire de l'homme d'âge mûr et marié qui couche avec elle ? Qui est la première putain de la pièce ? Alors oui, tout ça est censé se passer au XVIIème, et donc la domination masculine et la façon dont on traite les domestiques, c'est raccord avec l'époque. Mais choisir et construire ce genre de personnage comme chantre de la vertu morale, c'est un curieux choix dramatique. John Proctor m'a gâché en bonne partie la pièce.
Le délire collectif est pourtant bien cerné et la pièce est parfaitement structurée, nous amenant de l'anecdote au drame, de la rouerie d'une adolescente (Abigaïl n'est pas un personnage positif, c'est le moins qu'on puisse dire) à l'hystérie d'une communauté. le premier moment où Abigaïl se met en scène comme si elle était envoûtée, crachant en cachette sur une croix et montrant le crachat comme preuve de la présence d'une sorcière, dupant son entourage et un ecclésiastique, est extrêmement efficace et convaincante. La façon dont monte l'hystérie dans la communauté est également très maîtrisée et tout aussi efficace : la mise en scène et la duperie sont des armes puissantes... Mais les Proctor restent pour moi le gros point faible de la pièce, Elizabeth n'étant pas un personnage très intéressant, voire assez niais, et John, comme je le disais, défendant paradoxalement tout autant, voire davantage, des valeurs qu'on pourrait qualifier de "négatives" que des valeurs "positives" - et je doute que ce soit dû à une volonté de ne pas se montrer manichéen de la part de Miller.
J'ai pas mal pensé aux histoires de maisons hantées du XIXème en lisant la pièce : parmi les personnes qui ont témoigné qu'un esprit hantait une maison à cette époque, on retrouvait souvent des jeunes filles, domestiques de surcroît. Ce serait lié au moins en partie à des questions de conflit social entre des domestiques corvéables à merci et leurs employeurs. Il y a de ça dans Les sorcières de Salem, ainsi que le sujet de la domination masculine. Miller ne s'est pas intéressé à cet aspect des choses, et pourtant lesdits sujets ressortent bizarrement de sa pièce. Et donc, l'impression la plus forte que m'ait laissée la lecture des Sorcières de Salem, c'est celle d'une misogynie prégnante tout du long...

Challenge Théâtre 2018-2019
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          361
Fifrildi
  14 juin 2021
Je connaissais de nom « les procès des sorcières de Salem » mais je ne connaissais pas les tenants et les aboutissants de cette histoire. C'est absolument terrifiant. Les détails de cette affaire se trouvent facilement sur le net.
À la fin du 17e siècle, 20 personnes furent exécutées pour sorcellerie par pendaison pour la majorité (un homme fut étouffé sous des pierres et une femme fut noyée).
Arthur Miller n'a pas totalement respecté l'histoire, mais il veut surtout faire passer un message.
Des jeunes filles sont surprises à danser la nuit dans un bois, dont la fille et la nièce du révérend Samuel Parris. La peur d'un scandale les amène à accuser Tituba, une esclave, à les avoir entraînées contre leur gré dans la pratique de la sorcellerie.
Abigail Williams, la nièce de Parris, va délibérément actionner les rouages d'une terrible injustice. Les accusations vont pleuvoir et l'intolérance religieuse de l'époque ne fera qu'aggraver les choses.
Alors, qu'est-ce qui prouve que vous êtes une sorcière ou un sorcier ? Vous ne connaissez pas par coeur vos 10 commandements, vous lisez des livres, vous labourez votre champ le dimanche au lieu d'aller à l'église, … Et comment échapper à la pendaison ? Avouer bien sûr, mais surtout donner des noms (voilà qui fait penser à une autre chasse aux sorcières de la moitié du 20e siècle aux États-Unis).
« DANFORTH - (…) Quand le Diable est venu vers vous, qui avez-vous vu avec lui ?
PROCTOR – Je ne souillerai pas d'autre nom que le mien.
HATHORNE – Proctor, le fait de dissimuler ces noms signifie que vous êtes encore attaché à Satan. »
Selon sa page Wikipédia, Abigail Williams (1680-1697) a dénoncé 57 personnes dont 15 ont été condamnées à mort et d'autres sont mortes en prison. A l'époque des faits elle avait 11-12 ans, c'est vraiment perturbant (elle est cependant plus âgée dans la pièce).
C'est le premier livre de l'auteur que je lis et j'ai beaucoup aimé son style. Je pense que je lirai plus tard son recueil de nouvelles « Présence ».


Challenge livre historique 2021
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          499
patrick75
  21 septembre 2012
Nous sommes au printemps de l'année 1692, dans la petite ville de Salem ( Massachusetts).
Un fait divers somme toute anodin va déclencher une "chasse aux sorcières" sans précédents.
Cette petite ville va connaître " l'enfer ", pas celui dont on accuse les habitants d'être des dévots, mais celui importé par les juges venu de l'extérieur. A partir de là, la mécanique diabolique va démarrer pour ne plus s'arrêter. Par lâcheté ou bien par intérêts, sur des souvenirs approximatifs, voir ridicules, les uns et les autres vont se dénoncer auprès des autorités.La bassesse humaine n'aura pas de limites, on veut voir le sang coulé, les corps pendus aux gibets. Les juges veulent se faire "un nom" sur cette affaire tombée du ciel, ou remontée des enfers,,,La justice est piétinée, la folie règne.
Arthur Miller semble avoir pris l'exemple de ce procès pour dénoncer celui des années cinquante à Hollywood ( liste noire). Enclenché par le sénateur Mc.Carthy ( comme tremplin pour la présidence) avec Hoover en " coulisse" et qui dénonçait l'infiltration communiste dans le milieu du cinéma.
Citoyens, méfiez-vous de vos lectures d'aujourd'hui...Demain, celle-ci pourraient vous être reprochées.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          520
Bazart
  03 octobre 2019
Révélations mensongères, délations, faux aveux... Les Sorcières de Salem rapellent tout ce qui, partout rélève, aujourd'hui d'une « Chasse aux Sorcières »
”Si les gens ont peur c'est qu'ils sont coupables.”
« Ce que nous savons, c'est qu'en chacun de nous il y a prise aussi bien pour Dieu que pour le Diable. Dans nos âmes, les routes du bien et celles du mal se coupent et se recoupent à l'infini. » Arthur Miller, Les Sorcières de Salem

lessorcieres1-jeanlouisfernandez094-900x600

Ce fut une courte période et pourtant le sénateur McCarthy a laissé une empreinte brulante comme un fer rouge dans l'histoire contemporaine des Etats-Unis. Durant deux années, 1953 et 1954 une commission,présidée par le sénateur, traque et soumet à des enquêtes et des interrogatoires des milliers de citoyens américains.
Véritable tribunal d'inquisition, chaque accusé doit prouver qu'il est un bon américain, c'est à dire ni communiste, ni homosexuel et bon chrétien. C'est dans ce contexte délétère qu'Arthur Miller écrit “Les sorcières de Salem”.
Le dramaturge s'empare d'un épisode le plus terrible de l'histoire de la Nouvelle-Angleterre pour attaquer de front Joseph McCarthy. Salem 1692 dans cette petite commune sans histoire des centaines de personnes sont accusées de sorcellerie et vingt d'entre elles seront condamnées à mort au terme de procès sordides. Métaphore à peine déguisée de la politique du sénateur cette pièce eut un succès foudroyant et contribua à une prise de conscience générale dans le pays.

Et cette pièce n'a pas pris une ride. Dans un monde actuel gouverné par Trump ; ses fakes news et autres mensonges éhontés, cette pièce reste terriblement d'actualité.
Une pièce écrite en 1953 et pourtant étrangement d'actualité.
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          421

Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
Musardise_aka_CthulieLaMignonneMusardise_aka_CthulieLaMignonne   14 avril 2019
HALE, étonné
Mon enfant... Vous sentez-vous mieux maintenant ? (Abigaïl halète et le regarde sans pouvoir parler.) Je vous ai vue regarder fixement quelque chose. Qu'avez-vous vu ?
ABIGAÏL
Une femme qu'il me semble avoir déjà vue, mais que son visage grimaçant m'a empêchée de reconnaître.
HALE
Dites-moi, cette femme n'a-t-elle pas craché ?
ABIGAÏL
Si, justement ! Elle a eu à l'adresse de Tituba un geste de menace et, avant de disparaître dans la muraille, elle a craché sur cette croix. (Tournant le dos à tous, Abigaïl porte la main à sa bouche et, allant au mur, décroche la croix de bois noire.) Oh ! sur la croix... Monsieur Hale... il y a encore de la salive !
HALE, il prend la croix et, solennel, s'adresse aux Putnam et à Parris.
Voilà le signe que j'attendais, le signe matériel, indéniable, du passage de Satan dans cette maison. Et ce signe, vous pourrez dire que vous l'avez vu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
FifrildiFifrildi   13 juin 2021
PARRIS - Va-t-il falloir que je jette cette croix?
HALE - Pas du tout! Il suffira de la purifier et rien n'est plus simple. On saupoudre l'endroit souillé avec de la corne de boeuf râpée en chantant : Allons à Jésus.
Commenter  J’apprécie          140
ZilizZiliz   09 mars 2012
Je vous en prie, femme, insistez pour que votre mari avoue. Laissez-le mentir. Ne tremblez-pas devant le jugement de Dieu, car il se peut que Dieu punisse les menteurs, mais Il sera sans miséricorde pour ceux qui auront fait abandon de leur vie par orgueil. (p. 218)
Commenter  J’apprécie          100
LaBiblidOneeLaBiblidOnee   03 novembre 2019
De quel humain pouvons-nous dire avec certitude qu'il est bon ou qu'il est mauvais ? Ce que nous savons, c'est qu'en chacun de nous il y a prise aussi bien pour Dieu que pour le Diable. Dans nos âmes, les routes du bien et du mal se coupent et se recoupent à l'infini.
Commenter  J’apprécie          70
BruxellensiaBruxellensia   01 juin 2021
C'est un vent de folie qui passe sur le pays. George a également parlé d'Abigaïl et il parlait d'elle comme d'une sainte. Il paraît qu'elle amène les autres jeunes filles au Tribunal et que la foule s'écarte avec dévotion pour la laisser passer. Et les suspects sont conduits devant elle et si à leur vue cette fille se met à hurler ou à se rouler par terre, ces gens sont mis en prison et accusés de l'avoir ensorcelée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Arthur Miller (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Arthur Miller
Nouveau thriller disponible sur la chaîne POLAR+ à partir du mardi 21 Janvier 2020.
Un film de Brian A. Miller. Avec Bruce Willis, Frank Grillo, Jonathon Schaech.
A la suite d'un braquage causant la mort d'une personne, un ancien policier s'associe à un directeur de banque pour retrouver un voleur impitoyable. Mais la situation s'aggrave rapidement lorsque le voleur kidnappe la femme et la fille du directeur…
Genre : Thriller/Action
BePolarTV est la première WebTV consacrée exclusivement au polar. le site www.bePolar.fr propose de l'actu sur les romans, films, BD, séries TV polars, ainsi que des dossiers thématiques comme La petite Histoire du Polar, San Antonio, le Prix SNCF du Polar, etc.
+ Lire la suite
autres livres classés : théâtreVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Titres d'oeuvres célèbres à compléter

Ce conte philosophique de Voltaire, paru à Genève en 1759, s'intitule : "Candide ou --------"

L'Ardeur
L'Optimisme

10 questions
786 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature française , roman , culture générale , théâtre , littérature , livresCréer un quiz sur ce livre

.. ..