AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : B001109SE2
Éditeur : Le Livre de Poche (30/11/-1)

Note moyenne : 4.29/5 (sur 7 notes)
Résumé :
Peindre c'est aimer à nouveau :

Ecrire est la seule activité qui ait jamais paru à Henry Miner digne que l'on y consacre son temps, la Providence ou à son défaut le système D se chargeant de pourvoir aux nécessités accessoires. Mais si ardemment que brûle en lui le feu sacré, il connaît des passages à vide, où les mots semblent perdre leur sens et la vie toute substance.
Son esprit infatigable, « bourdonnant >, a découvert dans un de ces moment... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
nadejdanadejda   27 mai 2011
Quand je repense à l'année 1928, l'année où j'ai fait mes premières aquarelles, il me semble que si je n'avais pas découvert cet exutoire, je serais devenu fou. Mon oeuvre écrite ne me menait nulle part, ma vie domestique était des plus désordonnées et mes capacités à mendier réduites à zéro. Quand je découvrais les ressources de ma main gauche, ("la main gauche est la main du rêve"), je fus d'une activité débordante. Je me mis à peindre le matin, le midi, et le soir, et quand j'étais à court de peinture, j'utilisais des crayons, du fusain ou des morceaux de charbon. (Le papier de boucherie tâché de sang donne toujours des effets surprenants avec du charbon.) Mon esprit était toujours actif, car je voyais tout sous un jour nouveau, mais j'avais l'impression de peindre avec une partie cachée de mon être. Mon esprit ne cessait pas de bourdonner, comme une roue qui continue à tourner quand on la lâche, mais il n'était plus ivre et épuisé comme après quelques heures d'écriture. En jouant, (cela n'a jamais été pour moi un vrai travail), je sifflais, je fredonnais, je dansais d'un pied sur l'autre, et je me parlais à moi-même.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
nadejdanadejda   27 mai 2011
Peindre, c'est se remettre à aimer. Pour voir comme le peintre voit, il faut regarder avec les yeux de l'amour. Son amour à lui n'a rien de possessif : le peintre est obligé de partager ce qu'il voit. Le plus souvent il nous fait voir et sentir ce que nous ignorons ou ce contre quoi nous sommes immunisés. Sa manière d'approcher le monde vise à nous dire que rien n'est vil ou hideux, que rien n'est banal, plat ou indigeste si ce n'est notre propre puissance de vision. Voir n'est pas seulement regarder ; ce qu'il faut c'est regarder-voir ; c'est pénétrer du regard et observer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
TomsolubleTomsoluble   17 janvier 2013
Peindre, c'est se remettre à aimer. Pour voir comme le peintre voit, il faut regarder avec les yeux de l'amour. Son amour à lui n'a rien de possessif: le peintre est obligé de partager ce qu'il voit. Le plus souvent, il nous fait voir et sentir ce que nous ignorons ou ce contre quoi nous sommes immunisés. Sa manière d'approcher le monde vise à nous dire que rien n'est vil ou hideux, que rien n'est banal, plat ou indigeste si ce n'est notre propre puissance de vision. Voir n'est pas seulement regarder; ce qu'il faut, c'est regarder-voir; c'est pénétrer du regard et observer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
nadejdanadejda   27 mai 2011
La pratique de tout art exige plus qu'un simple savoir-faire. Il ne suffit pas seulement d'aimer ce que l'on fait, il faut encore savoir comment faire l'amour. Dans l'amour, la personne est effacée. Seule compte la personne aimée. Que ce qu'on aime soit une coupe de fruits, une scène pastorale ou l'intérieur d'un bordel importe peu. On doit y être et y être complètement. Avant qu'un sujet puisse être transformé esthétiquement il faut le dévorer et l'absorber. Et si c'est une peinture elle doit exhaler l'extase.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
TomsolubleTomsoluble   17 janvier 2013
C'est parfois l'échec qui est le meilleur gage de succès et souvent un retard s'avère plus utile qu'un progrès. Nous sommes rarement en mesure de nous rendre compte à quel point le négatif sert à produire le positif, à quel point le mal engendre le bien.
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Henry Miller (24) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Henry Miller
Denis Lavant, pour son seul-en-scène, "Le Sourire au pied de l?échelle", d?après un texte de Henry Miller, au Théâtre de l??uvre. le récit de la crise existentielle d'un clown qui visait la lune, et qui ne voulait plus faire rire les gens, mais leur apporter de la joie. Ecoutez l'entretien avec Denis Lavant : https://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-1ere-partie/denis-lavant-fait-le-clown
Abonnez-vous pour retrouver toutes nos vidéos : https://www.youtube.com/channel/UCd5DKToXYTKAQ6khzewww2g
Et retrouvez-nous sur... Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture/
+ Lire la suite
autres livres classés : clownVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
817 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre