AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782878272154
Éditeur : Rackham (14/10/2017)
4.71/5   7 notes
Résumé :
Depuis des années nous rêvions de réunir toutes les 1336 planches de Sin City, le chef-d'oeuvre de Frank Miller, dans un seul et unique recueil. Il nous a fallu beaucoup de patience et le recours à toute notre expertise technique. C'est maintenant chose faite. Les sept épisodes de la saga de la Ville du péché - de The Hard Goodbye à L'enfer en retour - avec ses malfrats, ses filles de joie, ses politiciens véreux, ses ambiances glauques et son ultra violence sont éd... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Emnia
  01 janvier 2015
A l'occasion de la sortie du film A Dame to Kill For, Dark Horse a publié pour la première fois en un volume l'intégrale de la saga culte. 1360 pages, 9 cm d'épaisseur, plus de 6 kg : impossible de le lire au lit, mais dans une bibliothèque, il faut avouer que ça claque.
Sin City, c'est avant tout cette dichotomie dramatique et puissante du noir et blanc, un contraste qui sied à merveille pour évoquer la vie nocturne, les lumières froides et crues de cette ville du péché où s'enchaînent les morts violentes. le trait, d'abord incisif, nerveux, brutal, s'épure et se précise au fil des tomes. Miller ose le synthétisme et ne laisse parfois subsister des silhouettes de ses personnages que les seuls contrastes d'ombre et de lumière, au point de flirter avec l'abstraction. Tantôt éclat de noir dans un océan de blanc, tantôt éclat de blanc dans un océan de noir, les compositions des pleines et doubles pages, habilement étudiées, sont d'une beauté et d'une finesse incroyables. La perfection formelle de chaque vignette, de chaque page, est un délice pour les yeux.
Les sujets, empruntés au roman et au film noirs, donnent lieu à des dialogues et à une narration, pour une part stéréotypés, crus, argotiques, presque minimalistes, et pourtant, dans toute cette violence verbale on sent, dans l'agencement des termes, dans ce travail incroyable sur l'oralité, quelque chose qui ne serait pas loin de prendre le nom de poésie.
Cette vision de Sin City ne concerne à mon regret que la première partie du volume. Si rassembler les sept tomes en un seul livre a ses avantages, cela a surtout l'effet de mettre en avant la différence de niveau monumentale entre les quatre premiers tomes : The Hard Goodbye, A Dame to Kill For, The Big Fat Kill et That Yellow Bastard, et les trois derniers : Family Values, Booze, Broads & Bullets et Hell and Back.
Dans The Yellow Bastard, l'introduction de la couleur avait été finement jouée et ajoutait un degré d'horreur supplémentaire, qui aurait dû, pour conserver sa force, demeurer dans la saga un unicum. Déjà, dans ce quatrième tome, pointaient dans le texte ces répétitions qui allaient persister et horripiler dans les volumes suivants. L'histoire, malgré sa beauté graphique incroyable, reposait de plus sur une incohérence : comment se fait-il que Roark ait besoin de Hartigan pour retrouver Nancy alors que celle-ci est dans l'annuaire…
Tout change à partir du cinquième tome : Familly values. le trait devient brouillon, incertain, le ton vaguement comique, la qualité du texte baisse, cependant, le noir et blanc persiste. Booze, Broads & Bullets, recueil de chapitres épars, pour la plupart sans grand intérêt, renoue, pour le pire, avec la couleur, apposée par touches sur certains personnages. On ne voit plus que ça. La couleur devient, dans la caractérisation des personnages, qu'elle soit physique ou psychologique, une espèce d'énorme raccourci, une ficelle peu subtile, la voie, peut-être, de la facilité. Nancy et Ava n'avaient eu besoin d'aucune touche de couleur pour éblouir et envahir les pages en déesses. To Hell and Back poursuit cette baisse de qualité, pire, l'auteur s'éloigne de l'ambiance film noir pour ne plus donner que dans l'action bête et méchante, au point que les onomatopées en viendraient presque à supplanter les dialogues ; s'oublie dans un délire psychédélique multicolore d'un mauvais goût extrême ; comprime dans ses pages trop de texte, trop d'images, au point de multiplier à outrance les vignettes, pour des compositions de doubles pages très chargées et dans l'ensemble assez médiocres. On ne comprend même plus ce que cette histoire d'enlèvement et de trafic humain vient faire ici tant elle s'intègre mal au reste. La fin de ce tome, censée clore l'ensemble sur une note d'espoir, peine à convaincre.
De Sin City, je ne garderai donc que l'image dessinée par les premiers tomes, celle d'une ville atemporelle, presque une uchronie ou une vision de l'enfer dans laquelle les personnages sont autant de héros tragiques.

Lien : https://mahautdavenel.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
EmniaEmnia   31 décembre 2014
Power doesn't come from a badge or a gun. Power comes outta lying big and getting the whole damn world to play along with you. Once you got everybody agreeing with what they know in their hearts ain't true, you got'em trapped. You're the boss. You can turn reality on its head and they'll cheer you on. You can make a saint out of a nutcase like my high-and-mighty brother. You can beat your wife to death with a baseball bat like I did and leave your fingerprints all the hell over it and a dozen witnesses will swear on a stack of bibles you were a thousand miles away.

That Yellow Bastard
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
EmniaEmnia   30 décembre 2014
Maybe Gail's right. Maybe Jackie-boy's too dumb. Maybe he's too crazy. Maybe he's too tough or too ornery or too drunk to have enough common sense to fall down and stay down and go into deep shock and have a heart attack and die quick like he ought to.
One thing's for sure. Having his hand chopped off and losing enough blood to paint a house isn't what it takes to make this particular jerk/idiot/psycho/woman-hating bastard finally shut up...

The Big Fat Kill
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
EmniaEmnia   27 décembre 2014
Night after night I wait for somebody to come and finish me off. After a while I realize it's not going to be so easy as that. I'm a monkey wrench stuck in a great big machine and I've caused some damage and it'll take a good long time for the gears to grind me to powder.

The Hard Goodbye
Commenter  J’apprécie          20
EmniaEmnia   30 décembre 2014
My warrior woman. She almost yanks my head clean off, shoving my mouth into hers so hard it hurts, her kiss a savage thing, savage and endlessly angry, an explosion that blasts away all the dull gray years between the now and that one fiery night when she was mine.

The Big Fat Kill
Commenter  J’apprécie          10
EmniaEmnia   29 décembre 2014
Old Town. Where beauty is cheap, provided all you want to do is look.

A Dame to Kill For
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Frank Miller (29) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Frank Miller
Pour ce mois de novembre vous entonnerez Bella Ciao avec le grand Baru, pour le deuxième tome de son grand oeuvre ! Les Beatles tenteront un come back en 1980 avec Retour à Liverpool. Vous (re)découvrirez Hard Boiled, de Frank Miller et Geof Darrow, dans son édition ultime. le faux Soir vous racontera l'incroyable histoire du journal qui résista à l'Allemagne nazie. Et comme Noël approche, Futuro vous réserve bien des cadeaux. Avec nos intégrales et coffret, vous aurez de quoi vous régaler !
autres livres classés : noir et blancVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Nique Les PDGSSS

Est u con

ouii
ouiii
ouiiii
ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii

1 questions
0 lecteurs ont répondu
Thème : Batman : Année Un de Frank MillerCréer un quiz sur ce livre