AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Pierre Vandevoorde (Traducteur)
ISBN : 2081211408
Éditeur : Flammarion (17/03/2008)

Note moyenne : 3.93/5 (sur 14 notes)
Résumé :
Sauver notre vie : c'est une forme de devoir que nous avons chacun à l'égard de nous-mêmes. Plutôt que de nous enfermer dans la dépression ou, plus fréquemment encore, dans l’auto-mystification et le déni des souffrances qui nous ont été infligées durant notre enfance, il nous appartient de chercher à nous en sortir en comprenant quels sont nos vrais besoins.

Accepter de se confier à un témoin empathique, apprendre à aimer l'enfant que l'on fut, lever... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Prudence
  12 août 2015
Très facile à lire, ce livre d'Alice Muller parle des violences éducatives au travers de personnages connus (Tchekhov, Dalida, Marilyn Monroe, Hitler...), d'autres moins (Jessica p97), d'interviews à la fin du livre, d'extraits du journal d'une mère. Alice Muller explore pédagogie blanche et pédagogie noire et l'importance de l'indignation dans la thérapie (et pour ne pas reproduire le même schéma).
On peut compléter la lecture de ce livre par:
Des livres d'Alice Miller
Oui, la nature humaine est bonne! d'Olivier Maurel
http://www.alice-miller.com
www.oveo.org (Observatoire Violence Educative Ordinaire)
www.nifesseesnitapes.org
etc.
Commenter  J’apprécie          40
Tatooa
  25 mai 2013
C'est l'un des tous derniers livres d'Alice Miller, l'un de ceux dans lesquels elle "vulgarise" sa pensée et ses théories afin de les rendre accessibles à tous.
A lire quand on veut changer, se connaître davantage, devenir acteur de sa propre vie au lieu de la subir.
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
TatooaTatooa   03 juillet 2014
Voudrais-je dire par-là que le pardon des crimes commis envers l'enfant est non seulement inefficace, mais encore nocif ? Oui c'est exactement ce que je veux dire. Car le corps ne comprend pas les précepts moraux. Il lutte contre le déni des véritables émotions et pour que la vérité accède à la conscience. Cette vérité a été refusée à l'enfant : il lui a fallu, pour survivre, se mentir et se montrer aveugle aux crimes de ses parents. L'adulte, lui, n'y est pas obligé, et s'il persiste quand même, il le paie cher, au prix de sa santé. Ou bien il fait payer autrui : ses enfants, ses patients, ses subordonnés, etc.

Un thérapeute, par exemple, qui a pardonné à ses parents de l'avoir maltraité, se sentira souvent poussé à recommander ce prétendu remède à ses patients. Ce faisant, il exploite leur dépendance et leur confiance. S'il est, dans une grande mesure, coupé de ses sentiments, il ignorera généralement qu'il inflige aux autres ce qui lui a été autrefois infligé : il les trompe, sème la confusion dans leur esprit et rejette toute responsabilité car il est convaincu d'avoir agi pour leur bien. Toutes les religions ne s'accordent-elles pas à dire que le pardon conduit au ciel, Job n'a-t-il pas été finalement récompensé d'avoir pardonné à Dieu ? Si le thérapeute s'identifie à ses parents maltraitants, le patient n'a plus rien de bon à attendre de lui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
TatooaTatooa   25 mai 2013
A en croire des idées encore largement répandues, les enfants sont dépourvus de sensibilité, les souffrances qu'on leur inflige restent sans conséquences, ou en ont moins que chez les adultes, car "ce sont encore des enfants". Jusqu'à il y a peu, il était même autorisé d'opérer des enfants sans anesthésie. L'excision des petites filles, la circoncision des petits garçons, ainsi que des rituels d'initiation sadiques, sont toujours de coutume dans nombre de pays.
Battre un adulte est qualifié de torture, battre un enfant de mesure éducative. Ces faits ne montrent-ils pas, à eux seuls, que le cerveau de la plupart des gens à une "lésion", un gros trou à l'endroit où devrait résider l'empathie, en particulier ENVERS LES ENFANTS ? Au fond, cette seule observation suffit à démontrer que les enfants battus en gardent des séquelles cérébrales, car presque tous les adultes sont insensibles à la violence exercée contre des enfants !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
TatooaTatooa   03 juillet 2014
On a coutume de lier le mot « haine » à l’image d’une dangereuse malédiction dont il faut se délivrer au plus vite. On entend souvent dire, également, que la haine est toxique pour l’être humain et rend pratiquement impossible la cicatrisation des blessures datant de l’enfance. Je pense, moi aussi, que la haine peut empoisonner un organisme, mais seulement tant qu’elle reste inconsciente et dirigée contre les personnes de substitution, c’est-à-dire des boucs émissaires. Car alors, elle ne peut pas s’éteindre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
PrudencePrudence   12 août 2015
Battre un adulte est qualifié de torture, battre un enfant de mesure éducative.
Commenter  J’apprécie          80
Videos de Alice Miller (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alice Miller
Lecture (par un logiciel? la lecture est assez hachée, peu naturelle mais compréhensible) complète de l'article d'Alice Miller "D'où vient le mal dans le monde et comment se génère-t-il?" en 20 minutes.
Introduction: "Il n'est plus possible de mettre en doute, aujourd'hui, que le Mal existe et que certains individus sont capables d'une extrême destructivité. Chacun peut s'en faire une idée grâce à la télévision. Mais ce constat n'entérine nullement l'idée fort répandue que certains êtres humains naissent "mauvais". Tout dépend, bien au contraire, de la façon dont ces personnes ont été accueillies à leur naissance et traitées par la suite. Les enfants qui font dès le début de leur vie l'expérience de l'amour, du respect, de la compréhension, de la gentillesse et d'un soutien affectueux, développent évidemment d'autres traits de caractère qu'un enfant qui se heurte dès le départ à l'abandon, la négligence, la violence ou la maltraitance, sans avoir près de lui une personne bienveillante qui lui permette de croire à l'amour. Quand manque cet élément - ce qui est le cas dans l'enfance de tous les dictateurs que j'ai étudiés - l'enfant aura tendance à glorifier la violence qu'il a subie et à l'exercer lui-même plus tard, sans limite, chaque fois qu'il le pourra. Car chaque enfant se forme par l'imitation."
+ Lire la suite
>Maladies du système nerveux. Troubles psychiques>Névroses et troubles apparentés>Anxiété, dépression, neurasthénie (85)
autres livres classés : psychologieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Freud et les autres...

Combien y a-t-il de leçons sur la psychanalyse selon Freud ?

3
4
5
6

10 questions
301 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychologie , psychanalyse , sciences humainesCréer un quiz sur ce livre