AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782070404490
353 pages
Éditeur : Gallimard (26/05/1999)

Note moyenne : 3.85/5 (sur 24 notes)
Résumé :
Au milieu des vents, des pluies et des voix sombres des bois du plateau de Millevaches, dans la grande nuit corrézienne, voici l'histoire de trois femmes fières.
Yvonne, Lucie, Amélie : les trois sœurs Piale. Trois vies de femmes : l'interminable déception, les rêves qui se brisent comme de la vaisselle, un goût de vieille neige dans la bouche, et toutes ces chambres où l'on n'arrive pas à se réchauffer, l'enfance perdue, la stupeur, l'incrédulité devant le ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Flodopas78
  14 avril 2015
Trois vies de femmes, trois soeurs, dans les années qui suivent la seconde guerre mondiale, sur les hautes terres de Corrèze où l'hiver et le vent façonnent les paysages et les hommes et où les pauvres s'accrochent à la terre et les riches à leur demeure. Yvonne, l'aînée des Piale, fière et opiniâtre, née avant guerre de parents métayers, met un point d'honneur à échapper à sa condition, et devient institutrice grâce à son acharnement et à son amour de la langue française. Lucile, la cadette, reçoit la beauté mais sans l'intelligence. Amélie, la benjamine, rebelle à toute autorité, refuse tout compromis, cramponnée à son indépendance. Toutes trois ont en commun leur fierté de Piale, cette fierté de ceux qui n'ont rien mais ne veulent dépendre de personne, au risque de la solitude. L'enfance à peine quittée, les désillusions causées par la lâcheté des hommes et l'absence d'horizon viennent anéantir tout espoir d'une vie meilleure. Dans ce roman, Richard Millet nous parle du temps qui passe inexorablement et « de l'éternel hiver des coeurs qui n'aiment pas ou qui se morfondent dans le souvenir et la nostalgie », dans une langue qui se déploie dans de longues phrases sinueuses pour mieux dire la difficulté de vivre et d'aimer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
DidierLarepe
  01 novembre 2016
Trois soeurs, fille de métayers de la campagne perdue de Corrèze, au service d'une famille un peu huppée mais finalement très terrienne aussi, un peu décadente. Surtout le fils, le fils justement dont l'aînée est amoureuse, sans suite, et qui est amoureux de la benjamine, sans suite là non plus ; il se serait bien faite aussi celle du milieu, si jolie mais simplette et attardée. Il y a eut aussi un garçon, mort en bas âge. La vie triste et déprimante de ces trois soeurs est vue à travers le récit qui en est fait à un jeune neveu par la plus vieille des soeurs, devenue institutrice, maintenant à la retraite, par l'amante du jeune homme, d'un certain âge déjà et par la mère du jeune homme, ce qui n'est pas dit ici, l'est là ou précisé. La description de tout un monde disparu, celui de la campagne profonde de Corrèze après guerre jusque dans les années récentes, surtout les années cinquante et soixante, quand les jeunes filles sont en âge d'être amoureuses ou aimées. Tout un milieu étriqué, étouffant, circoncis par quelques petites montagnes ou forêt, une ambiance surannée, faite d'espoirs sans suite et jamais vraiment espérés. Les longues phrases de Millet tissent une toile comme oppressante autour de ces personnages au caractère trempé mais comme engoncé dans une incapacité de sortir de soi, ni l'institutrice qui a réussi à sortir de son milieu ni la petite dernière qui se comporte comme un homme et finira par en mourir après une longue période de paralysie, clouée sur une chaise roulante. Ici, le récit se lit facilement, est-ce l'habitude au bout d'un moment de lire Millet ou bien un ouvrage plus jeune dans sa carrière ? Une certaine lassitude s'installe par moment, une lassitude voulue, pour peut-être mieux faire sentir ces vies grises qui se dévident toutes seules, de manière trop attendue même si difficilement prévisible.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Claire45
  03 janvier 2016
Du fond de la Corrèze, histoire d'une famille aux prises avec le destin, les différences sociales, les désillusions et le temps qui passe, à une époque pas si lointaine (après-guerre) mais qui semble si loin de nous.
3 soeurs : Yvonne, l'institutrice laïque, Lucie, la belle et douce débile mentale, et la plus jeune, Amélie , rebelle et sauvageonne. 3 histoires de femmes découvertes et racontées par un jeune cousin éloigné qui vient tous les lundis rendre visite à la vieille Yvonne et retrouve ensuite sa maîtresse dans une chambre d'hôtel.
Des phrases longues, rythmées par le flot des souvenirs et les digressions, un vocabulaire précis et enrichi de patois, des références bibliques, une écriture parfaite, rien à redire ..
.Mais...
on ne sent pas comme chez Laffon l'empathie du romancier pour ses personnages. Ils restent distants et leurs ébats amoureux, leurs particularités physiques, leurs désirs mettent mal à l'aise, l'ensemble laissant une impression de perversité.
Commenter  J’apprécie          30
lecteur84
  27 mars 2014
Un récit toujours bien mené, une écriture toujours impécable...Plusieurs mondes se chevauchent dans cette histoire, le thème est cher à R Millet, les repères qui s'évanouissent avec le temps qui passe, les rudesses de l'existence et les rêves où désirs qui se heurtent aux évènements imprévus de la vie, comme une malédiction...
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
ladesiderienneladesiderienne   09 mars 2013
Beaucoup les ont aperçues ainsi, les deux sœurs, derrière leur fenêtre sans rideau ni volet, avalant, sous I' ampoule qui pendait des poutres noires, cette soupe plus sombre que du sang et qui leur faisait baisser la tête, les coudes bien posés sur la table afin de combattre, I' une la fatigue et le sommeil, I' autre cette griserie qui la faisait rire en s'étouffant, soir après soir, dans le silence qui montait avec la nuit et le froid, comme si elle eût redouté le regard harassé de sa cadette qui, à ce moment, n'écoutait sans doute plus que la rumeur de ses songes, les yeux fixés sur I' innocente mais voyant bien autre chose, par delà les murs trop blancs et humides, par delà la fatigue et le fait d'être une Piale, d'avoir à garder sa dignité devant un maître d'école, un Éric Barbatte, un Thaurion, ou un patron d'usine - oui, d'être une Piale, murmurait Yvonne, c'est-à-dire à peine plus qu'une brève syllabe clamée à ras de terre et vite dissipée dans le grand souffle des vents qui raclent le granit, quelque chose qui dure pourtant bien plus longtemps dans son piaulement bref et plaintif que les visages qu'elle nomme, cette syllabe de chair qui n'aurait bientôt plus que trois filles pour I' arborer ; et c'était sans doute ça le destin d'une Piale : une syllabe avant la nuit, et le silence, I' ultime bruit étouffé par le silence qu'auraient fait sur cette terre trois petites femmes sans postérité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80

Videos de Richard Millet (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Richard Millet
CINÉPHILES #06 - Richard Millet
autres livres classés : Corrèze (France)Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1172 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre