AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782070178247
112 pages
Éditeur : Gallimard (11/02/2016)
2.57/5   7 notes
Résumé :
" Il fut un temps où j'avais le sentiment d'avoir saisi l'être de Lacan de l'intérieur. D'avoir comme une aperception de son rapport au monde, un accès mystérieux au lieu intime d'où émanait sa relation aux êtres et aux choses, à lui-même aussi. C'était comme si je m'étais glissée en lui. Ce sentiment de le saisir de l'intérieur allait de pair avec l'impression d'être comprise au sens d'être toute entière incluse dans une sienne compréhension, dont l'étendue me dépa... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
AnnaDulac
  04 octobre 2016
Catherine Millot rend ici un hommage très personnel (parfois trop) à Jacques Lacan dont elle fut la dernière compagne, malgré leurs quarante-trois ans d'écart, tout en étant en cure psychanalytique avec lui, ce qui déontologiquement a heurté les spécialistes.
C'est encouragée par Philippe Sollers qui dirige la collection « L'Infini » qu'elle livre aujourd'hui quelques souvenirs des années 70 qui montrent « le poids du réel » chez Lacan.
On apprend ainsi que le psychanalyste, sur lequel on ne possède pas de films en dehors de conférences théâtralisées, marchait projeté en avant, tête baissée. Qu'il skiait et conduisait sa voiture avec la même imprudence, prouvant par là qu'il n'était pas « intimidable ». Qu'il avait dans sa poche un coup-de-poing américain après avoir été agressé dans son cabinet. Qu'il aimait faire découvrir Rome, ses restaurants et ses prélats. Qu'il connaissait bien Balthus le directeur de la villa Médicis. Qu'il n'aimait pas la solitude et n'hésitait pas à entretenir plusieurs liaisons à la fois. Et que devenu mutique à la fin de sa vie il exprimait sa pensée en bricolant des noeuds de corde, les fameux noeuds « borroméens ».
Tout cela Catherine Millot le raconte sans amertume apparente, avec tendresse. Et même plus, avec un amour quasi mystique (« c'était comme si je m'étais glissée en lui »).
« Aujourd'hui j'ai l'âge que Lacan avait quand je l'ai connu. Est-ce ce qui m'a décidée à livrer ces souvenirs ? Comme un rendez-vous à honorer, une manière de le retrouver … le temps d'écrire, j'ai retrouvé quelques jours anciens et, par éclairs, m'était rendue l'entièreté de son être. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
AnnaDulacAnnaDulac   04 octobre 2016
Il fut un temps où j'avais le sentiment d'avoir saisi l'être de Lacan de l'intérieur. D'avoir comme une aperception de son rapport au monde, un accès mystérieux au lieu intime d'où émanait sa relation aux êtres et aux choses, à lui-même aussi. C'était comme si je m'étais glissée en lui.
Ce sentiment de le saisir de l'intérieur allait de pair avec l'impression d'être comprise au sens d'être tout entière incluse dans une sienne compréhension, dont l'étendue me dépassait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Lire un extrait
Videos de Catherine Millot (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Catherine Millot
L'écrivaine et psychanalyste française Catherine Millot présente ses trois grandes « âmies ». Elle dresse tour à tour le portrait de Jeanne Guyon, Simone Weil et Etty Hillesum. Ces trois femmes exaltées ont défié chacune en leur temps les conventions sociales et les persécutions pour vivre pleinement leur vision paradoxale de la vie. Mysticisme d'abnégation joyeuse, élan vers un Dieu dans lequel elles se dissolvent, cette disposition d'esprit leur permet de trouver le bonheur jusque dans les pires circonstances. /
Catherine Millot a lu des extraits de « La Vie parfaite » pour La Bibliothèque des voix des éditions des femmes-Antoinette Fouque en 2007. Ce livre audio est pour la première fois disponible en téléchargement numérique à l'automne 2020. /
Musique : • « Leçons de Ténèbres », de François Couperin, exécuté par l'ensemble Le Parlement de Musique, production Assai. • « Lamento d'Arianna », de Claudio Monteverdi, production Harmonia Mundi. • « The Origin of Fire », de Hildegard von Bingen, production Harmonia Mundi.
/ Le texte intégral a paru en 2006 aux éditions Gallimard. Direction artistique : Michelle Muller.
+ Lire la suite
autres livres classés : solitudeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Livres et Films

Quel livre a inspiré le film "La piel que habito" de Pedro Almodovar ?

'Double peau'
'La mygale'
'La mue du serpent'
'Peau à peau'

10 questions
6028 lecteurs ont répondu
Thèmes : Cinéma et littérature , films , adaptation , littérature , cinemaCréer un quiz sur ce livre