AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Sarah Tardy (Traducteur)
EAN : 9782266297912
448 pages
Éditeur : Pocket (02/09/2021)
4.08/5   324 notes
Résumé :
1617, Vardø, au nord du cercle polaire, en Norvège.
Maren Magnusdatter, vingt ans, regarde depuis le village la violente tempête qui s’abat sur la mer. Quarante pêcheurs, dont son frère et son père, gisent sur les rochers en contrebas, noyés. Ce sont les hommes de Vardø qui ont été ainsi décimés, et les femmes vont désormais devoir assurer seules leur survie.
Trois ans plus tard, Absalom Cornet débarque d’Écosse. Cet homme sinistre y brûlait des sorci... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (111) Voir plus Ajouter une critique
4,08

sur 324 notes
5
41 avis
4
50 avis
3
13 avis
2
2 avis
1
0 avis

Kirzy
  19 septembre 2020

°°° rentrée littéraire 2020 #20 °°°
Immersion immédiate dans la rugosité arctique de l'île de Vardø, dans le Finnmark, aux confins de la Norvège en 1617. Les premières pages, saisissantes et inquiétantes, laissent planer un malaise qui ne se dissipera jamais : le rêve prophétique d'une jeune fille, elle s'accroche à une baleine échouée sur une plage pendant que l'animal, encore vivant, est dépecé, son oeil plongé dans celui de Maren.
L'intrigue, inspirée d'une histoire vraie, est excellente et l'auteur exploite parfaitement son potentiel romanesque. Une tempête phénoménale éclate pendant que les hommes de Vardø sont partis pêcher, décrite au plus près des corps et des sensations. Aucun n'y survivra. Les femmes doivent gérer seules la pêche et la construction en plus des travaux domestiques habituels ... jusqu'à ce que le roi Christian II introduise en Norvège des lois contre la sorcellerie visant particulièrement le peuple autochtone des Samis, jusqu'à ce que débarque à Vardø un délégué du gouverneur envoyé pour remettre de l'ordre, dans cette société de femmes, accompagné de sa jeune épouse.
Le casting de personnages est puissant et complet : on a Maren, la jeune fille intelligente et ouverte, l'émancipée presque féministe ( si ce n'était anachronique ) prête à braver les interdits de la société patriarcale, la jeune étrangère bourgeoise complètement décalée dans cette société austère et pauvre, la bruyante dévote malintentionnée, la Sami qui nourrit les préjugés, et bien sûr le terrifiant délégué, un chasseur de sorcières expérimenté. C'est assez manichéen, il manque sans doute quelques nuances de gris dans ces personnages, mais le procédé est tellement efficace et emporte tellement l'empathie que le lecteur marche à fond !
En fait, tous les ingrédients sont là pour que cette lecture soit captivante : des personnages forts, des décors spectaculairement rudes, une atmosphère historique tendue très bien rendue, une grande richesse de détails pour décrire la vie quotidienne dans cette région isolée du cercle arctique, une écriture soignée et précise. Et un engagement féministe en faveur de l'émancipation des femmes qu'on ne peut qu'applaudir.
Le récit, très clair, tient en haleine. le souffle romanesque est bien là, porté par des passages vraiment remarquables, surtout lorsque le point de vue passe à Ursa, la jeune épouse du délégué. C'est le personnage le plus intéressant car le moins linéaire, celui dont les lignes bougent au contact de l'autre héroïne, Maren. le récit de sa nuit de noces qui sonne le glas de ses rêves de jeune fille est juste admirable dans sa façon de restituer le chamboulement douloureux de sa psyché tout comme les sensations du corps meurtri.
Mon seul bémol se porte sur la tournure que prend la relation entre Maren et Ursa, pas nécessaire tant le récit a suffisamment de caractère et de vie pour ne pas le surcharger d'une émotion supplémentaire qui brouille quelque peu sa remarquable âpreté. Mais peu importe, Les Graciées est une excellente fiction historique, très opportune, qui résonne de façon très contemporaine en dénonçant le danger d'être emporté dans un tourbillon de démagogie, à connotation religieuse ou pas. J'ai souvent songé au travail de Tracy Chevalier - en plus musclé – avec ces personnages féminins emportés dans une quête de liberté.
A noter que l'île de Vardø abrite la dernière oeuvre de la grande Louise Bourgeois, un mémorial réalisé avec l'architecte Peter Zumthor pour rappeler la chasse aux sorcières qui s'est abattue ici au XVIIIème siècle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          12614
viou1108_aka_voyagesaufildespages
  23 septembre 2020
"Les Graciées", c'est l'histoire d'une chasse aux sorcières, au sens propre du terme, inspirée de faits réels qui se sont déroulés vers 1620 dans l'île de Vardø, à l'extrême nord-est de la Norvège, au-delà du cercle polaire.
Dans ces contrées lointaines au climat et aux conditions de vie très rudes, une violente tempête vient de causer la mort de 40 pêcheurs, soit la quasi-totalité des hommes du village. Les femmes doivent donc tout prendre en charge pour survivre, à commencer par la pêche. Des femmes qui prennent leur vie en mains, voilà qui semble suspect aux yeux des plus bigotes et des hommes des villages voisins...
A la même époque, le roi Christian IV de Norvège promulgue des lois contre la sorcellerie, inspirées de celles prises par le roi Jacques Stuart d'Écosse et de son traité de démonologie. Son but était d'affirmer l'emprise de l'Église luthérienne et de "christianiser" les Samis, peuple nomade aux traditions chamaniques, connu pour parler aux esprits et commander aux vents. Une population qui n'a que faire de l'autorité du pouvoir central ou de Dieu, voilà qui semble hautement blâmable aux yeux du gouvernement et du clergé...
C'est dans ce contexte de répression qu'Absalom Cornet débarque à Vardø. Cet Écossais fanatique, expert chasseur, est chargé de purifier la région de ces forces maléfiques. Une charge qu'il conçoit comme un sacerdoce, convaincu jusqu'à la moelle que tout ce qui n'est pas conforme à la religion est nécessairement l'oeuvre du diable et doit donc être éradiqué. Il ne faudra pas longtemps après l'arrivée de Cornet pour que les femmes de Vardø se divisent en deux clans, les féroces grenouilles de bénitier et les autres, ouvertement rebelles ou résistantes silencieuses. Entre les deux, Ursa, jeune femme norvégienne que Cornet a épousé à la faveur d'un mariage arrangé juste avant d'embarquer pour Vardø, doit s'adapter (ou pas) à sa nouvelle vie d'épouse soumise et à des conditions de vie auxquelles son relatif confort bourgeois de Bergen ne l'avait pas préparée. Au contact de la jeune Maren, elle prend conscience qu'il existe un chemin vers l'émancipation.
Récit d'une tragédie annoncée, "Les Graciées" est un roman captivant et très fluide. Avec sa narration linéaire et une intrigue sans vraie surprise, il (re)met en lumière un épisode historique dans lequel les hommes (avec l'aide de certaines femmes), sous couvert de religion, ont cherché à imposer leur domination sur les femmes et sur un peuple ayant l'audace de vivre différemment, à la marge de la "civilisation". Un exemple parfait d'obscurantisme, de fanatisme et de stupidité au service du Pouvoir, ce but ultime. Même si les personnages sont un peu stéréotypés et même si la ligne entre les gentils et les méchants est beaucoup trop claire, ce roman d'émancipation et de (in)tolérance, qui fait froid dans le dos, est un texte puissant et nécessaire, tant il résonne encore à l'heure actuelle.
En partenariat avec les Editions Robert Laffont via Netgalley.
#LesGraciées #NetGalleyFrance
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          642
jeunejane
  09 juillet 2021
Au Nord-Est de la Norvège non loin du cercle polaire, le petit village de Vardo au bord de l'Océan. Nous sommes à la veille de Noël, en 1617, une terrible tempête, subite se produit et emporte les pêcheurs partis en mer. Quarante hommes vont disparaître dont le père et le frère de Maren, la jeune héroïne que nous suivrons tout au long du roman.
Les femmes vont devoir se débrouiller sans l'aide des hommes.
Sans végétaux, il n'est pas étonnant de voir quelle importance ont les baleines et les phoques dans leur nourriture et leur habillement.
On parlerait bien du 17ème siècle mais là, j'ai l'impression que nous sommes bien avant dans L Histoire.
Un point commun avec nos régions se retrouve dans la chasse aux hérétiques, aux sorcières, la volonté des autorités d'installer une religion unique.
Le représentant du seigneur et sa femme Ursa débarquent dans l'île. le mari, un Ecossais ne supporte pas ce territoire éloigné et ses habitants.
Sa femme, Ursa, se lie d'amitié avec Maren.
L'analphabétisme et l'intolérance sont de réels freins pour l'évolution.
Dans les faits, il est vrai que la chasse aux sorcières dans ces régions dépassait toute logique, partout d'ailleurs quand on y pense. Pour que des représentants du roi accusent des femmes d'avoir déclenché une tempête, il faut déjà être loin dans la croyance en la sorcellerie et dans la bêtise.
Même si le livre est très intéressant, je l'ai entrecoupé de lectures plus légères car l'ambiance est parfois pesante, cruelle même, surtout la fin. Maren âgée d'à peine 20 ans et Ursa, la femme de l'envoyé du seigneur se montrent très vraies, très combatives et se lient d'une amitié profonde, désespérée dans leur attachement l'une à l'autre. Ursa est dégoûtée par les agissements de son mari.
Kiran Millwood Hargrave, l'auteure, a 30 ans, vit près de Londres .
"Les graciées" , sur fond historique réel , est son premier roman pour les adultes.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          540
Annette55
  02 décembre 2020
Inutile de faire un long commentaire : tout a été dit déjà.
Très beau livre qui nous plonge au coeur de la froideur glacée, rugueuse , ô combien , du comté de Finmark, Nord- est de la Norvège, en 1617.
Nous sommes pris aux tripes dés le début du récit , angoissant, saisissant tellement que l'on le relit, —- une jeune fille de vingt ans , Maren, avait rêvé , la veille de la fameuse tempête arrivée en un «  claquement de doigts » , qu'elle s'accrochait à une baleine immobilisée sur une plage: «  Que le goût de de la graisse animale imprégnait sa langue, un goût persistant , impossible à effacer » .....
L'intrigue passionnante , de bout en bout , entre odeurs âcres, rudes travaux , doigts calleux, poils dressés, cris et vibrations , décors rudes, détails intéressants de la vie quotidienne, village froid et boueux, nous conte cette sombre page de l'histoire du royaume , le poids écrasant , bouleversant d'une religion , régentant avec force les consciences ....
Suite à l'extrême violence de la tempête , le 24 décembre 1617, causant la mort de quarante pêcheurs , soit la presque totalité des hommes du village les femmes, dans cette contrée déjà dépeuplée et isolée, devront prendre tout en charge même la pêche.
Inspiré de faits réels , chasse aux sorcières en toile de fond, nous vivons en immersion le chassé croisé de deux femmes : des écorchées vives, Ursa la courageuse, a été arrachée à sa vie citadine et envoyée dans ces terres glacées avec son mari, le représentant du seigneur, Maren la taciturne comme anesthésiée par les pertes de son père , son frère et son fiancé .
Toutes deux aspireront à la liberté de croire, d'aimer et de penser .
Modernes très tôt , préfigureront- elles déjà le siècle des lumières ?
Âpre , fort, puissant , intéressant , instructif , racontant les gens et la manière dont ils ont vécu , très belle écriture !
«  Tandis qu'elle avance d'un pas , l'image d'Ursa emplit ses pensées , Ursa, la première et unique personne à avoir compris qui elle était. Et cela lui suffit » ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          494
ithaque
  23 novembre 2020
Un titre qui sonne ironiquement quand on referme le livre, car la miséricorde divine ou terrestre laisse à désirer dans ce récit très prenant.
Des personnages mûrement calculés pour nous permettre de glisser sur le toboggan de l'identification sans rechigner. Il est plaisant de se fondre tour à tour dans les 2 narratrices principales, composant avec des valeurs seyantes et qui donnent le teint rose: empathie, fraîcheur existentielle, sens de l'équité, loyauté.
Inutile de dire que cet équipement moral trouvera du répondant dans la face obscure de leurs concitoyens.
Le récit est habilement mené, on a l'impression d'être du coin depuis 30 ans et d'avoir parcouru le village 1000 fois, être devenu expert en confection de galettes de pain sur cheminée, pouvoir décrypter les ragots à distance. le rouleau compresseur de la connerie est facilement anticipable aussi et on sait rapidement que rien ne pourra l'arrêter.

Le fait que ce soit inspiré de faits réels ne surprend pas mais peine plus encore. Dans les années 1620, Christian IV, roi du territoire Danemark-Norvège, veut faire parler de lui. Partisan d'un luthéranisme strict, il délègue son excellent ami Cunningham au nord du pays pour répandre la bonne parole et remettre dans le droit chemin les Samis, population indigène aux pratiques par trop païennes. le bon pasteur fera exécuter une centaine de personnes pour sorcellerie (pour la plupart, des femmes et une bonne partie de Norvégiennes).

La pression morale qui monte insidieusement mais sûrement est très bien amenée, obligeant servilement toute la population à la bigoterie sous peine de s'afficher comme réfractaire et de moeurs douteuses. Les jalousies personnelles y trouveront aussi un formidable exutoire; comme il est doux et simple d'accuser sa voisine de sorcellerie, les preuves abondent soudainement.
Est bien rendue également la facilité avec laquelle la religion peut servir de tremplin à des personnalités en mal de reconnaissance et de pouvoir personnel, exaltant un ego aux dimensions de fat boy.

Donc un bon livre sur les névroses sociales, l'adhésion grégaire, la religion comme moyen de sujétion de masse, l'idéologie comme expression d'une mégalomanie personnelle.
L'histoire amoureuse ballonne par contre un petit peu, le rythme n'étant pas raccord avec le reste du récit, on piétine en sabots sur les belles peaux de renne.

Il nous reste en mémoire de très belles personnalités et des paysages envahissants de réalisme, un fameux voyage !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          471


critiques presse (3)
Actualitte   01 février 2021
Les Graciées de Kiran Millwood Hargrave fait partie des 36 titres de la dernière rentrée littéraire sélectionnés par les libraires pour le Prix Libraires en Seine 2021. Une merveilleuse saga historique pleine de poésie, de fougue et d'exaltation.
Lire la critique sur le site : Actualitte
LeSoir   17 novembre 2020
Le premier roman pour adultes de Kiran Millwood Hargrave, «Les graciées», se passe il y a quatre cents ans. Il est très actuel.
Lire la critique sur le site : LeSoir
LeJournaldeQuebec   09 novembre 2020
S'inspirant de faits réels, l'écrivaine britannique Kiran Millwood Hargrave nous permet d'assister à un très sombre épisode de l'histoire norvégienne.
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
Citations et extraits (45) Voir plus Ajouter une citation
Annette55Annette55   02 décembre 2020
«  La tempête est arrivée d’un coup ,comme ça. En un claquement de doigts. Dans quelle bouche avait - elle entendu cette formule ?
Peut- être dans celle de Toril ou celle de Kirsten . Ou peut - être la sienne.
Cette version avait fait l’unanimité , en un claquement de doigts,——- comme par enchantement —— même si cette conception des choses n’est pas dénuée de lâcheté ———.
Ces femmes se cachent les yeux , tiennent leur langue pour ne pas être obligées de se souvenir vraiment, de se souvenir comment les bateaux ont disparu , en une seconde...... »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
ZephirineZephirine   15 août 2021
Le chemin familier qui serpente entre les maisons est désert. Maren sait que rares sont les gens qui, comme elle, préfèrent les longues nuits aux mois où le soleil ne se couche jamais. Ces heures interminables entre chien et loup l'ont toujours dérangée. cette lumière lui rappelle la couleur des éclats et des corps verdâtres des hommes noyés. Ici, au milieu de ce noir d'encre, Maren se sent en sécurité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
fanfan50fanfan50   22 mai 2021
Lors du premier procès majeur, en 1621, huit femmes furent mises sur le banc des accusées pour avoir déclenché la tempête de 1617, un événement resté gravé dans les esprits, y compris chez ceux qui n’y avaient pas assisté.
Cette chasse aux sorcières perdura tout au long du XVIIe siècle et au-delà, au Finnmark, comme dans plusieurs autres régions du monde …*Les travaux sur le sujet eet l’aide précieuse de chercheurs comme le docteur Liv Hélène Willumsen, auteure de l’ouvrage The Witchcraft Trial in Finmark Northern Norway, paru en 2010, ont été une source inestimable d’informations pour créer la toile de fonds de ce livre, lequel, finalement, aura pris la forme d’une œuvre de fiction, permettant de comprendre non seulement les procès eux-mêmes, mais également le contexte de leur émergence.
(page 391)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
ZilizZiliz   25 décembre 2020
[ naufrage, Norvège ]
Puisque le sol est trop dur pour creuser des tombes, il est entendu que les [pêcheurs] morts seront gardés dans le premier hangar du père de Dag ; le froid les conservera aussi bien que la terre. Il faudra des mois avant de pouvoir creuser.
'On pourrait se servir de la voile comme linceul', propose Mamma. (...)
'Ce serait la gâcher', dit [Diinna] et Maren la remercie tout bas - elle ne supporterait pas que la mer poursuive encore son père et son frère sous terre.
(p. 31)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
ZilizZiliz   26 décembre 2020
Contrairement à sa mère, elle n'avait pu se résoudre à le toucher [lorsque] son cadavre avait été étendu là, encore moins à le serrer dans ses bras. L'église parlait d'âme, Varr et Diinna d'esprit, mais dès l'instant où Maren avait vu [son frère] mort, une certitude l'avait emplie : il ne restait plus rien de lui, ni dans ce monde ni dans un autre. (...) Erik n'avait pas changé de forme, n'était pas devenu un oiseau battant des ailes à la fenêtre, pas plus qu'il n'était une partie de la mer, de la baleine ou du ciel. Erik était parti, et rien ne pouvait adoucir sa peine de l'avoir perdu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

Videos de Kiran Millwood Hargrave (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Kiran Millwood Hargrave
Kiran Millwood Hargrave fait partie des 6 finalistes du prix Libraires en Seine 2021 avec son roman "Les graciées" paru aux éditions Robert Laffont ! Voici un aperçu de l'interview qu'elle a donnée à Philippe Chauveau lors la rentrée littéraire .
Pour tout savoir sur les prix Libraires en Seine, prix de lecteurs (adulte et jeunesse), abonnez-vous à notre chaine, et rendez-vous aussi sur page Facebook ou le compte Instagram Libraires en Seine et dans les 13 librairies de l'association.
autres livres classés : norvègeVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2409 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre

.. ..