AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782374531977
376 pages
Éditeur : Editions du 38 (15/10/2016)

Note moyenne : 3.96/5 (sur 41 notes)
Résumé :
Qui est le tueur en série qui se cache dans la forêt de Rambouillet ?

L’amour, que l’on dit plus fort que tout, peut-il survivre ou vaincre la mort ?

Au commencement, une belle histoire d’amour. Grégoire, écrivain modeste, abandonne tout et quitte sa Provence pour les Yvelines, afin de rejoindre Aurore, auteur de romances, dont il est tombé fou amoureux. Elle va quitter son compagnon pour construire leur couple et vivre leur amour libre... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (29) Voir plus Ajouter une critique
Aelynah
  10 octobre 2016
Dire que je connais bien Gilles Milo-Vaceri serait un mensonge. On se côtoie, discute et échange mais je ne fais partie que de celles qui le connaissent sans le cerner vraiment. Mais ... qui peut réellement cerner un vieux loup solitaire ? ;)
Alors quand j'ai débuté ce nouveau roman, découvert son prologue et surtout rencontré Grégoire j'ai eu un curieux sentiment de retrouvailles. Car Greg nous touche de suite par son vécu et son grand coeur. Il nous rappelle à tous au moins un épisode de notre passé par ses expériences variées et pas toujours heureuses. C'est un personnage dont le lecteur ou plutôt la lectrice pourrait fort bien s'amouracher le temps d'un roman.
Sa sincérité, son honnêteté en font un homme rare et lorsque le drame intervient à nouveau dans sa vie, on est choqué. Grégoire éprouve tout à fond, le bonheur comme la tristesse sont des sentiments qui emplissent son coeur de façon totale, sans concession. Alors quand Aurore disparaît voit-il le fond du gouffre.
Quelle lectrice alors n'aura pas le coeur serré à voir sa peine, à comprendre sa colère, son désespoir mais surtout, qui aime comprendra son inquiétude. Alors que son monde semble s'effondrer, il ne fait même pas attention à ce qu'il se passe autour. Il ne voit rien de cet autre drame qui touche la région où, par Amour, il vient de s'installer.
Un tueur en série sévit dans la forêt de Rambouillet. Ses victimes sont des jeunes femmes, la trentaine, blonde et fine. Une description qui pourrait fort bien correspondre à Aurore et plonger Grégoire dans l'horreur s'il n'était complètement et irrémédiablement enferré dans son désespoir. le monde est Aurore, le reste n'est que superflu. C'est cette façon de voir les choses, de penser qui va nous amener ensuite à expérimenter une autre facette du caractère de Grégoire, son côté sombre de la force pourrait-on dire et c'est là encore que Gille Milo-Vacéri va nous poignarder en plein coeur. Car comme le dit si bien ma maman « ce livre est émouvant, flippant, vivant ».
En tant que lecteur, nous avons la « chance » d'obtenir plusieurs vues et sommes donc amenés à suivre l'enquête en cours en présence de la capitaine Sandrine Wermer, venue tout spécialement de Paris pour appréhender celui qui se fait appelé la Bête.
C'est une autre équipe que nous suivons alors avec ses personnages intéressants et surtout le contexte particulièrement chaotique d'une enquête qui piétine et met tout le monde sur des charbons ardents. Notre spécialiste des serials killers va devoir se décarcasser pour trouver des indices car la Bête tue et ne semble pas s'arrêter. Son mobile est complexe et surtout rien ni personne ne semble le trahir.
C'est donc dans une ambiance pesante et étouffante que nous suivons à la fois la descente aux enfers de Grégoire et celle des enquêteurs qui voient le nombre des victimes augmenter sans réelles avancées.
Gilles Milo-Vaceri a mis toutes ses tripes dans ce roman et cela se sent. Les sentiments exacerbés de Grégoire semblent se diffuser hors de ma liseuse tel un nuage sombre et confus.
De même, la montée dans l'horreur lors des brefs passages en compagnie de la Bête nous plonge dans le désarroi. Car qui dit être lecteur, dit aussi connaitre des choses que les protagonistes ignorent. Cela dit aussi tenter de résoudre l'affaire de notre côté et lancer des hypothèses en suivant les indices que nous avons pu glaner.
Je ne vous explique pas cette sensation mais j'ai imaginé cent fois les pires horreurs, émis des conjonctures toutes plus farfelues les unes que les autres pour ne pas voir ce que l'auteur semblait mettre sous mon nez et qui ne me plaisait que fort peu. J'ai bien cru suffoquer en date du 20 juillet à 9h30 lorsque l'identité d'une des victimes est dévoilée. On imagine des tas de trucs alors et notre cerveau fume d'hypothèses toutes plus horribles ou insolites. L'auteur, ce vile sadique, sait nous plonger dans le doute le plus sombre, le plus pervers pour nous amener à poursuivre notre lecture dans un état d'esprit particulier. Car en fait, il suffit parfois de réfléchir pour se sortir de sa torpeur mais sur le moment seule l'émotion prend le pas sur la lecture. Tout est alors possible, le pire comme le meilleur.
Et c'est ce qui fait que j'adore la plume de Gilles Milo-Vacéri. On ne sait jamais à quel saint se vouer en sa compagnie. Vous pensez avoir trouvé un indice important ? Ce n'est qu'une fausse piste laissée là exprès. Il nous l'explique d'ailleurs très bien au travers des passages qui parlent du travail de Grégoire et de sa façon de gérer ses romans.
Dans ce roman Aurore par son absence est encore plus présente, elle est dans toutes les pensées de Grégoire, dans ses rêves comme dans ses cauchemars, dans le moindre souffle qu'il exhale et la moindre lueur qu'il observe. Aurore est son TOUT, son âme soeur. On en peut alors que frémir au fil des pages de ne pas savoir ce qui lui est arrivé, le pourquoi de cette disparition.
Et lorsque les destins et les affaires s'entremêlent c'est la tension qui arrive à son comble.
Car l'Amour est plus fort que tout ?!? Mais face à un tueur en série qu'en sera-t-il ???
En conclusion, je vais dire qu'il s'agit là d'un thriller comme je les aime : un scénario bien ficelé, des personnages attachants et charismatiques aux caractères bien trempés mais plein d'émotions, et la plume particulière de Gilles. Ce roman fera parler de lui par son contenu mais aussi par l'émotion qu'il transporte. Je vous le conseille donc fortement si vous aimez la plume de Gilles et encore plus si vous vous décidez à la découvrir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Marlene_lmedml
  14 octobre 2016
Après la lecture, vient le moment de donner son ressenti, et croyez moi c'est un exercice terriblement intéressant surtout sur un roman comme celui de Gilles, parce que au-delà de la fiction se trouve une réalité qui m'a scotchée tout simplement.
Connaissant un peu l'auteur, sans aller à dire que je le connais parfaitement je peux vous dire que la lecture de ce roman a été particulière. Parce que pour ma part j'ai perçu beaucoup de sa personne au travers de ses mots. Sans langue de bois et à coeur ouvert, Gilles nous livre là un thriller mais pas que..
L'Affaire Aurore S est unique en son genre avec une excellente base policière, Gilles se permet de nous faire passer un message universel sur l'amour, le seul, l'unique. Autour de ce thème central se greffe la notion de destinée, car à mes yeux et d'après ce que je viens de lire, Grégoire et Aurore sont deux êtres qui étaient destinés à se rencontrer, destinés à ne former qu'une seule et même personne, liés par des sentiments que beaucoup ne comprendront pas tellement ils sont forts et sincères.
On entre dans l'histoire facilement, comme à son habitude et grâce à sa plume aiguisée, Gilles nous fait entrer dans son univers de prédilection, le thriller, mais différemment il emprunte un chemin détourné en nous exposant d'abord son histoire d'amour. Grégoire est un auteur avec tout ce que ça implique, il est entouré de nombreux amis mais essuie les échecs sentimentaux, jusqu'à sa rencontre Aurore, auteure elle-même, ils tissent des liens très forts à distance, mais cette situation ne leur convient plus et petit à petit, Grégoire décide de tout abandonner pour elle, direction la Capitale..
Seulement, peu de temps après, Aurore disparaît après une rupture peu conventionnelle par e-mail.. le monde de Grégoire s'effondre, la douleur est si vive qu'il n'a plus goût à la vie, il se coupe de tout et de tout le monde pour sombrer petit à petit.. Il finit par apprendre qu'un tueur en série sévis dans la forêt de Rambouillet et pour lui le coupable est tout trouvé…
Mais n'est-il pas aveuglé par le chagrin ?
A partir de là, les genres se mélangent, entre romance et thriller, Gilles nous embarque dans une histoire terriblement prenante. Les émotions s'entremêlent et les questionnements affluent eux aussi car Gilles est un sadique, et je n'ai pas honte de le dire car il m'a piégé à bien des reprises lorsque j'essayais avec peine de résoudre les énigmes qu'il distille tout au long du roman. A chaque fois que je pensais avoir découvert quelque chose, il me démontrait très vite que je faisais fausse route et j'avoue que c'est génial parce que pour moi ça prouve vraiment la qualité du récit.
Je vais commencé par vous parler de la partie thriller, parce que finalement cette partie, même si elle est omniprésente, n'est pas forcément celle qui a retenu toute mon attention, même si j'ai trouvé que l'intrigue était vraiment bien ficelée. Ce que j'ai aimé avec la traque du tueur c'est de voir nos personnages décortiquer les moindres indices pour boucler « La Bête ». L'appellation du tueur à toute son importance et vous verrez que c'est malgré tout un des personnage central de l'histoire de Gilles. Je dois être dérangée parce que j'ai trouvé « La Bête » fascinante, j'avoue que la psychologie qui se dégage autour de ce tueur est vraiment intéressante. « La Bête » est un personnage complexe, je dirais même que c'est un personnage deux en un, « La Voix » qui l'habite m'a fait frissonner parce que je n'ai eu aucun mal à m'imaginer le son de sa voix dans ma tête.
Dans la partie de l'enquête, j'ai aimé les personnages de Gilles. Sandrine Wermer, spécialiste des tueurs en série est appelée en renfort sur l'enquête pour assister Marc Desprées sur l'affaire. Ce sont deux personnages que nous allons suivre tout au long du roman. Sandrine est une femme de caractère qui s'est fait sa place dans un milieu essentiellement masculin et sa renommée n'est plus à faire. Elle a un oeil de lynx pour traquer les tueurs en série. j'ai tout de suite aimé sa façon de gérer les choses, elle en impose et j'avoue que j'aime les femmes qui n'hésitent pas à s'imposer pour réussir. Malgré son grade et son métier, Sandrine reste une femme en dehors de ses fonctions et c'est là que je remercie Gilles d'avoir explorer sa personnalité en dehors de sa profession. Petit à petit on la découvre, telle quelle, une femme avec ses forces et ses faiblesses.
Marc Desprées est aussi un personnage que j'ai apprécié, de par son comportement avec Sandrine, mais aussi sa façon d'agir vis à vis de Grégoire, il reste maître de son libre arbitre et ne juge pas trop sévèrement notre écrivain. le duo Marc/Sandrine fonctionne très bien, ils sont complémentaires sur l'enquête et leur relation de travail est cordiale et franche. Ce qui nous donne une ambiance très saine lors de leur enquête.
Bien sûr le personnage de Grégoire est plus que complexe, à l'image de l'homme derrière la plume je dirais.. Grégoire est un homme entier, sincère et franc. Je crois que si il a envie de vous dire merde il ne se gênera pas ^^ Dès le départ j'ai perçu sa philosophie de vie, la passion qu'il nourrit pour l'écriture est vitale, mais est-elle aussi vitale que l'amour ? Avec Aurore, Grégoire vit un rêve éveillé, elle lui apporte l'amour qu'il n'a jamais eu, le seul et l'unique car lorsque l'on offre son coeur à la seule personne que l'on désire c'est pour la vie. Tout au long du roman on perçoit toute la bonté d'âme de cet homme qui se livre sans détour, on perçoit aussi les côtés les plus sombres qui ressortent lorsque Grégoire touche le fond.. Si il est prêt à tout par amour, il est aussi prêt à tout par désespoir.. Concernant son attitude vis à vis de cet abandon, je ne peux que le comprendre, vivant moi-même depuis de nombreuses un amour sans failles et sans limites je crois que je serais anéantie si cela devait s'arrêter du jour au lendemain sans aucunes explications..Grégoire devient vulnérable mais en même temps il a une force en lui, celle de l'amour qui persiste malgré la tourmente. Après avoir sombré il prendra conscience que son amour l'aidera à surmonter cette tempête.
Le personnage d'Aurore n'est finalement pas sur le devant de la scène et pourtant elle est partout, tout le temps, dans les moindres pensées de Grégoire, ce qui fait que même si elle n'est pas présente physiquement dans l'histoire elle a tout de même une place de choix. Elle représente tellement de chose aux yeux de Grégoire. Et l'auteur mène vraiment son histoire très bien car elle aura sans le vouloir un rôle prépondérant, mais là je ne peux rien vous dire il faudra le découvrir par vous-même.
D'autres personnages viennent se greffer à l'histoire pour enrichir l'intrigue ou pour soutenir notre héros dans sa descente aux enfers.
Maintenant parlons de la partie romantique de ce roman.. Gilles a choisi de commencer son roman comme une belle histoire d'amour, un conte de fée des temps modernes avec des âmes soeurs qui se trouvent. Pourquoi j'ai aimé ce début ? Parce que j'ai envie de croire que cela existe encore, que l'amour existe et qu'il est possible de trouver LA personne qui nous est destinée. La romance est belle, vraie et réelle. Lorsque tout s'effondre pour Greg je me suis sentie immédiatement mal pour lui, comme si j'arrivait à ressentir sa souffrance, et ce parce que je connais un minimum l'auteur pour avoir perçu sa propre souffrance. C'est un pari osé pour Gilles que de se confier comme ça au travers d'une fiction. Se confier à des milliers de lecteurs qui vont probablement passer à côté de certains détails.. Détails que j'ai cru détecter à certains moments, j'avoue que je ne saurais pas vous dire avec certitude ce qui est vrai et ce qui est faux mais néanmoins en mon fort intérieur j'ai ma petite idée sur certains éléments et c'est ce qui a rendu ma lecture encore plus intense et unique. Gilles est un auteur que j'apprécie énormément, une personne que je découvre petit à petit mais qui compte déjà énormément pour moi. Ce roman a une saveur particulière pour lui mais pour nous aussi lecteurs. Surtout après avoir pris connaissance de la présentation et des confidences qu'il nous fait.
L'Affaire Aurore S sera un thriller pour beaucoup de lecteur ponctué d'une histoire d'amour que peu de gens vivront dans leur vie.. Pour moi, L'Affaire Aurore est S d'avantage la mise à nue d'un homme. Quand je suis arrivée à la fin de l'histoire, bluffée encore par le final que nous sert Gilles je me suis dis que l'enquête policière était vraiment intéressante à suivre, que le cheminement a été cohérent mais ce n'est pas ce qui me reste en tête. Aveuglée par l'histoire d'amour et la personnalité de Grégoire, je garde en mémoire le thème central. L'amour véritable, celui qui vous tombe dessus, l'authenticité et l'intensité des mots de Gilles m'a émue et me conforte dans mon idée que l'amour existe, l'amour unique et éternel. Au fil des conversations que j'ai pu avoir avec l'auteur j'en suis toujours ressortie grandi et plus confiante. Et quelque part je peux dire que j'ai un point commun avec lui, j'ai découvert que je suis une grande rêveuse, que j'attache de l'importance à des choses simples et que tout ce qui m'importe c'est de préserver cet amour que j'éprouve pour l'homme de ma vie mais aussi les amitiés qui naissent au gré des rencontres.
Je pourrais continuer de vous parler de L'Affaire Aurore S parce que de nombreuses questions m'ont traversés l'esprit lors de ma lecture mais je vais vous laisser découvrir ce récit hautement personnel et unique. J'ai envie de croire que j'ai percé à jour l'auteur et le sens caché de ce roman, en sachant qu'il n'y en a certainement pas qu'un seul et je vais vous faire part de ma théorie. Avec les mises en gardes de l'auteur je savais que le récit était parsemé d'énigmes, certaines accessibles par tous les lecteurs et d'autres destinées uniquement à ELLE. Quelque chose m'a interpellé entre les confidences et le récit lui-même, Gilles fait un parallèle entre l'amour et la raison. Hors la raison ne peut pas vaincre l'amour en aucun cas. le tueur en série ne symboliserait-il pas la raison contre laquelle Greg se bat ? Greg est pour moi le symbole même de l'amour et l'auteur nous serre un jeu de piste où la raison pourrait se transposer au personnage de la Bête. Une lutte acharnée s'en suit et Greg livre sa bataille vaillamment parce que lui croit dur comme fer au pouvoir de l'amour.
En bref, L'Affaire Aurore S fera parti des plus beaux écrits de l'auteur que j'ai découvert. Si j'aime avoir chaud en lisant ses romans érotiques je dois vous dire qu'ici j'ai eu l'impression d'avoir un privilège en lisant ce roman. le privilège de découvrir un homme qui n'hésite pas à se mettre à nue pour celle qu'il aime. Un homme honnête, entier et droit dans ses baskets.. L'Affaire Aurore S sera un excellent thriller pour ceux qui vont découvrir l'auteur, pour moi c'est un roman magnifique, une histoire qui s'entremêle entre fiction et réalité, la frontière est d'ailleurs très mince entre les deux. J'espère sincèrement que cet appel du coeur sera entendu parce que personnellement il m'a touché en plein coeur.
L'Affaire Aurore S est un Coup de Coeur, tout comme j'ai un Coup de Coeur pour l'homme qui l'a écrit, en toute amitié, Gilles le sait bien.
Lien : https://lmedml.wordpress.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
ktylauney
  24 décembre 2016
Dans la forêt de Rambouillet, La Bête a encore sévi. Une septième jeune femme blonde aux cheveux raides vient d'être pendue et éventrée. le mode opératoire du tueur est toujours le même.
La police est sur le pied de guerre mais ne trouve aucun indice pour coincer le monstre.
Le capitaine Sandrine Wermer est détachée de Paris dans les Yvelines pour prêter main forte au capitaine Marc Desprées.
Pendant ce temps un écrivain de cinquante ans Grégoire Mercier, recherche désespérément la femme de sa vie.
Il a vécu une belle histoire d'amour très forte avec Aurore, également auteure.
Grégoire a même quitté la Provence pour s'installer à Paris et être plus près de sa belle.
Aurore devait revenir vers lui à la fin de ses vacances qu'elle a passées en compagnie de sa fille et de l'homme avec qui elle vivait et qui désormais lui mène une vie d'enfer afin qu'elle reste avec lui.
L'attente d'un SMS, d'un coup de fil le ronge et il la bombarde de textos.
Finalement Grégoire reçoit un e-mail où Aurore le plaque purement et simplement.
A son inquiétude s'ajoute le pourquoi.
Il s'entête à penser et à dire que la jeune femme l'aimait.
Je ne sais pourquoi j'ai fini par en douter fortement.

Quelque part ce livre est très déstabilisant car
l'auteur avertit ses lecteurs dès le début que ses mots sont pour "Elle" et qu'il mêle fiction, réalité et des bribes de sa propre vie. Alors c'est presque gênant de se permettre de faire une critique car automatiquement on émet un jugement.
Tant pis, je me lance. le récit de l'histoire d'amour ne m'a pas dérangée au début, et je précise bien au début seulement car c'est une jolie love story comme il en existe beaucoup.
Quand Aurore le plaque cet homme devient l'ombre de lui-même. Il se lève Aurore, il pense Aurore, il survit Aurore. Aurore est partout. Aurore est omniprésente. Et ç'en est lassant de voir Grégoire pleurer, se lamenter en permanence sur son amour perdu.
Il va s'en rendre fou jusqu'à tomber dans l'anorexie et devenir un zombie errant dans l'unique but de la retrouver.
Aurore, son obsession de tous les moments. A chaque seconde que son coeur bat encore il bat pour Aurore.
En bref Grégoire a fini par me lasser et à m'irriter fortement. J'aurais voulu le baffer pour qu'il agisse en adulte et non pas en homme immature.
Je sais qu'en amour chaque personne va réagir différemment mais Grégoire en devient lourd à bombarder la femme qu'il aime de messages, d'appels sans réponse, et de passer des heures dans sa voiture à épier devant chez elle et sur son lieu de travail.
Quant à la partie thriller avec la Bête, eh bien elle est passionnante mais dommage car elle n'occupe même pas la moitié du livre.
D'ailleurs l'enquête piétine, elle en est au point mort.
Ça m'a révoltée aussi de voir combien des flics peuvent manquer à ce point d'imagination pour essayer de traquer un tueur en série schizophrène.
Sept victimes sont massacrées et étripées et que fait la police? Pas grand chose...
Il aurait fallu employer les grands moyens et commencer par interdire aux femmes ciblées de faire de la randonnée ou du footing sur le territoire de la Bête.
Je trouve bizarre aussi qu'il n'y ait pas eu plus de tapage médiatique et qu'autant de jolies blondes se baladent dans la forêt sans avoir peur. Je sais que personnellement j'aurais été terrifiée.
Sandrine et Marc sont les seuls personnages qui m'ont été sympathiques. Même si je me demande comment une femme de caractère comme Sandrine a pu, un tant soit peu, être attirée par un homme comme Grégoire.
La jeune fliquette a les pieds sur terre, elle est dynamique et réfléchie, c'est un beau personnage.
"L'Affaire Aurore S." est censé être le genre thriller à part entière mais il est finalement inclassable.
L'intrigue concernant la Bête est court circuitée par la disparition d'Aurore et par le récit des journées de Grégoire où il parle d'Aurore à longueur de pages, du manque et de sa souffrance en permanence. Il se morfond en lamentations et ça devient pesant car il en fait vraiment trop.
Je l'ai trouvé pessimiste et de mauvais conseil pour celui ou celle qui se retrouverait à perdre l'amour de sa vie. Je cite :
"Il savait déjà que le gouffre n'était pas loin. Il ne pourrait pas vivre sans elle et il l'affirmait d'autant mieux qu'il avait cru pendant quelque temps qu'elle était morte. Sans Aurore, la vie ne l'intéressait plus. C'était aussi simple que ça."
Quand il dit que la vie sans elle ne vaut plus la peine d'être vécue c'est limite dangereux pour les fans ou les personnes fragiles qui vont lire ce livre. Alors attention aux conséquences !
A part bien sûr si ces réflexions ne sont que des "réflexions fictives" et pas les réflexions réelles de l'auteur puisque dans ce roman il est assez ambigu. Comment détecter le vrai du faux ?
Grégoire se complaît dans la mélancolie et
s'autodétruit. Déjà il ne s'alimente plus donc perd toutes ses forces et son cerveau en souffre. Encore un point négatif.
L'amour est plus fort que tout mais pas à n'importe quel prix.
J'aime la poésie, les beaux mots et la nostalgie mais pas quand ça bascule dans un romantisme morbide avec anorexie et idées d'auto-destruction voire de suicide.
Voilà pourquoi Grégoire je n'ai pas réussi à le trouver attachant.
Trop de passages saoûlants sur sa "descente aux enfers" et ses pensées les plus intimes concernant Aurore.
Il existait d'autres moyens "d'agir" sans se laisser tomber au fond du gouffre comme il le fait.
Sinon ce roman de Gilles Milo-Vacéri est très bien écrit et se lit rapidement.
Une lecture qui aurait pu s'avérer bien plus délectable si elle était restée uniquement dans le cadre du thriller.






+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Odreylivre
  04 octobre 2016
Tout d'abord je tiens à remercier Gilles Milo-Vacéri et les Éditions du 38 de m'avoir permis de lire ce thriller dans le cadre d'un service presse.
Grégoire est écrivain, un jour via Facebook, il rencontre Aurore, de leurs échanges née une merveilleuse histoire d'amour. Grégoire décide de quitter le Sud de la France afin de rejoindre son grand amour en Région Parisienne. Mais Aurore est mariée et maman, et son compagnon et père de sa fille, ne l'entend pas de cette oreille…
Un beau jour, Grégoire reçois un e-mail d'Aurore, lui annonçant leur rupture… mais il n'y crois pas, seul problème Aurore ne répond plus au téléphone, aux SMS, aux mails… que se passe-t-il et surtout que lui est-il arrivée ?
Car, ce que Grégoire ignore, c'est qu'à quelques mètres de son domicile, dans la forêt de Rambouillet sévis un abominable tueur en série, qui tue des femmes et laisse des scènes de crimes effroyables.
Grégoire souffre le martyr de ne pas avoir de nouvelle de son âme soeur. Il est persuadé qu'elle est La femme de sa vie, il lui a fait des promesses, mais va-t-il les tenir ? Jusqu'où va-t-il aller pour retrouver sa belle ?
Lorsque Grégoire, après une découverte horrible, décide de chasser la personne qui, selon lui, est coupable, se met en danger de mort, on ressent tout le désespoir, la tristesse, la souffrance d'un homme pour qui, plus rien ni personne ne compte, et qui, quoiqu'en coûte son geste fera justice lui-même. Cet homme, qui est sûr d'avoir rencontré son âme soeur va se laisser peu à peu mourir car il a perdu sa raison de vivre, d'avancer, de respirer, de manger…
Lorsque deux hommes, l'un porté par l'énergie du désespoir et l'autre guidé par la folie se rencontre, la lutte est fracassante, violente, cruelle… mais n'est-ce pas ça la violence d'une rupture ? de ne pas avoir d'explications ? de ne pas savoir ?
Certains passages du roman sont très forts en émotion et il est clair qu'on ne ressort pas indemne de cette lecture. Il est très difficile de poser le livre, tant le suspens est présent. Pourquoi ? Quoi ? Qui ? Ces questions vont vous suivre jusqu'à la dernière page.
Grégoire est un personnage très attachant, car très amoureux et en même temps tellement au bout du rouleau… mais avec une force de caractère et une obstination incroyable, car même dans les moments les plus durs il garde espoir envers son amour et envers Aurore.
Les agissements du tueur en série, et le fait qu'il soit au mauvais endroit au mauvais moment, vont amener Grégoire à rencontrer deux enquêteurs, qui, pour l'un, comprends son malaise, sa tristesse et son besoin de savoir. Cette rencontre, selon moi, peut s'apparenter au soutiens familial ou amical dont une personne peut avoir besoin lors d'une rupture, dans n'importe qu'elle circonstances.
Et puis, Qui est ou était Grégoire ? Pourquoi est-il si obstiné ? Jusqu'où serait-il prêt à aller pour retrouver Aurore, son grand amour, sa bien-aimé, son âme-soeur ?
L'auteur, volontairement, mène le lecteur vers de fausses pistes, ce qui explique le fait de ne pas arriver à poser le livre, car une page en appelle une autre, pour savoir…
L'amour, le Vrai, existe-t-il vraiment ? Difficile à dire si on ne l'a pas encore, ou jamais rencontré. Mais après avoir lu ce thriller, je peux vous assurer que votre vision de l'amour « pur », des âmes soeurs va changer du tout au tout.
Personne n'a-t-il jamais espéré être aimé de façon si profonde qu'un seul regard suffi à comprendre l'autre ? Que si l'être aimé ne va pas bien, de ressentir ce malaise dans ses entrailles ? de souhaiter être tous les jours et toutes les nuits de sa vie auprès d'une personne sincèrement amoureuse, qui serait prêt à donner sa vie pour l'autre ?
Dans ce roman, cet amour est décris de la plus belle des façons… une déclaration d'amour. Alors ça va peut-être en faire rire certains, mais comment ne pas avoir envie de vivre ça ?
Ce livre est beau de part sa sincérité et stressant de part sa zone d'ombre liée au tueur en série, qui lui par contre est complètement cinglé. Mais où s'arrête la folie et commence la raison ? L'amour peut pousser à des comportements parfois fou, non ?
Pour finir, je ne peux que vous conseiller cette lecture, qui va vous en faire voir de toutes les couleurs…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
gabrielleviszs
  18 octobre 2016
Je remercie Gilles Milo-Vacéri, ainsi que les éditions du 38 et Anita Berchenko l'éditrice pour cette lecture. Je fais partie des blogueuses qui ont été choisies pour suivre l'avant sortie de cette combinaison thriller/romance. J'en suis fière car j'aime découvrir l'auteur dans divers thèmes. J'adore l'auteur, mais attention je reste honnête, la preuve certains de ces écrits n'ont pas eu forcément de très bonnes notes. Mais comme indiqué juste au-dessus j'ai beaucoup aimé ce récit.
J'aurai dû écrire cet avis pour le 09 octobre, malheureusement les circonstances familiales m'ont perturbé. Je ressors d'un événement douloureux et j'avoue que ce livre m'a fait du bien. C'est étrange qu'un livre pareil fasse du bien mais les explications vont venir.
Tout d'abord la couverture. Elle est attirante et décrit bien ce qui se passe. le côté femme blonde poursuivi par un tueur qui fonce vers la lumière. Mais également l'autre partie du récit où une jeune femme tente de s'en sortir, d'atteindre cette lumière qui lui sera bénéfique. le contraste me plaît beaucoup. le sombre mêlé de la clarté, les deux faces d'une vie.
Nous débutons par le meurtre d'une cinquième femme effectué par la bête de Rambouillet. Ce tueur en série qui aime les femmes jeunes, blondes, avec un physique particulier afin d'effectuer une rituel parfait. Ce qui n'est pas le cas, vu que cela fait déjà cinq fois qu'il tente le coup et cela ne lui convient toujours pas. enfin cela ne convient pas à son alter égo en quelque sorte.
Puis nous faisons connaissance avec Grégoire, un auteur qui tente de percer sans vouloir non plus la gloire. Tant qu'il arrive à vivre de ce qu'il écrit, cela lui convient parfaitement. La rencontre avec Aurore va lui montrer que le coeur n'est pas qu'un simple organe qui sert à faire fonctionner le corps. Leur relation va évoluer très vite jusqu'à la grande décision de tout quitter pour LA rejoindre sur Paris. Un avenir qui semble radieux, un amour sincère des deux côtés, mais lorsque le mail arrive un soir où elle devait le rejoindre, le monde de Grégoire va s'effondrer en un clin d'oeil.
Enfin nous découvrons les capitaines Desprées et Wermer qui vont devoir mettre tout en oeuvre pour arrêter ce tueur. Ces personnages sont très importants de par leur fonction mais aussi leur implication. Je l'ai ai beaucoup apprécié et préfère les laisser se faire découvrir, plutôt que de donner mon ressenti sur eux.
Le livre est entrecoupé des passages du tueur, de ce qu'il pense, fait, voit. Puis nous avons Grégoire et ses déboires amoureux. Et enfin l'affaire vu par les capitaines Desprées et Wermer qui travaillent comme des dingues pour arrêter ce massacre. Ce n'est pas forcément dans cet ordre, mais nous pouvons les suivre tous d'une manière ou d'une autre.
Concernant le tueur, l'évidence était trop grosse pour que je me fasse prendre à ce jeu. Par contre impossible de savoir qui il est réellement avant la fin. Il aime ce qu'il fait, mais il semble subir ce qu'il fait. Une folie permanente qui le maintient dans un état particulier.
Ce livre est un tout. La romance est entremêlée de suspense. Grégoire broie du noir. Il sent que ce mail ne veut rien dire. Ce n'est pas Aurore, ce n'est pas possible ! Pour lui il doit la voir en face et il saura. son regard est bien trop expressif pour mentir. Les mots, les écrits sont de véritables mensonges, pas le face-à-face. Il va la rechercher jusqu'à ne plus en dormir. Manger devient juste un mot dans le dictionnaire. Sans ses amis il serait capable du pire. Sa souffrance a fait écho avec celle que j'ai en ce moment. Perdre une personne qui vous est chère est une douleur insoutenable. Nous ne pouvons que nous demander comment faire pour avancer, pour continuer. Un univers entier disparaît. Ce manque, ces envies, ce désespoir est fort. Il ne m'a pas laissé indifférente. J'ai eu l'impression d'avoir mon double face à moi, qu'il pouvait comprendre ce que je ressens.
Et d'un coup sans rien demander, nous avons une partie du passé de Grégoire et c'est du lourd ! Impossible d'en dire plus sans dévoiler quelque chose de très important. C'est un petit cachottier.
Le côté thriller est soutenu. Suivre l'affaire du tueur en série par les deux, voire les trois bouts. L'affaire ne se termine pas en un coup de cuillère à pot. Les militaires, la gendarmerie, la police, bref toutes les bonnes volontés et dispositions sont mises à contribution pour tenter de l'arrêter avant un sixième corps. Malheureusement, autant le dire de suite, les cadavres pleuvent et aucun indice à l'horizon. le capitaine Werner Sandrine en devient presque folle. La fatigue ressenti par Desprées Marc nous épuise également. Les nerfs sont mis à rude épreuve et l'espérance qu'une erreur soit fait lors d'un prochain assassinat devient glauque.
Comment tout ce petit monde se retrouve sur le même chemin ? Il n'y a pas de mystères, il n'y a que Gilles qui est capable de le faire sans que cela tombe comme un cheveu dans la soupe. C'est plausible et cela fait peur. Enfin surtout le côté de la "Bête".
Les personnages sont crédibles tout comme les situations. le travail effectué dessus est impressionnant. Savoir en plus qu'il y a une part de vérité, une part de la vraie vie de l'auteur dans tout cela l'est encore plus. Je ne me suis pas amusée à chercher durant la lecture. Certains passages ont fait tilt dans mon esprit, me disant que ça c'était lui. Mais je me vais me taire à ce sujet.
Au niveau de l'écriture j'ai retrouvé sa plume, mais également un peu plus que cela. Lors des techniques utilisées en arts-martiaux, les termes sont bien présents, tout comme le jargon policier. de la recherche, c'est ce que l'auteur nous offre à chaque fois et j'aime son implication.
En conclusion, je ne peux que vous le recommander pour plusieurs raisons. le stress permanent de savoir où est Aurore, qui est le tueur, pourquoi toutes ces femmes. L'angoisse de se dire qu'ils vont le trouver avant une autre victime. Jusqu'au bout l'auteur laisse des éléments en suspend et la fin est... il faut lire pour le comprendre. Les événements qui s'enchaînent à la vitesse grand V. N'étant pas une grande romantique, j'ai été touché par ce côté pourtant. Probablement à cause de la manière dont elle est amenée. Cet amour semble parfait, ce qui donne vraiment envie. Dommage que ce ne soit pas le cas à chaque fois.
De l'ombre à la lumière il n'y a qu'un pas, il suffit de savoir dans quelle direction il faut aller.
http://chroniqueslivresques.eklablog.com/l-affaire-aurore-s-gilles-milo-vaceri-a127192328
Lien : http://chroniqueslivresques...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
gabrielleviszsgabrielleviszs   18 octobre 2016
Car l’aurore, c’est l’aube de demain, une renaissance à venir, une nouvelle espérance de lumière pour dissiper la nuit dans laquelle tu pensais pouvoir t’éloigner.
Commenter  J’apprécie          30
ktylauneyktylauney   23 décembre 2016
Wermer leva les yeux au ciel.
— À votre âge, vous devriez cesser de croire aux fées, aux princesses et aux grandes histoires d’amour. Il serait temps de grandir et de faire la différence entre vos romans et la vraie vie ! Votre maîtresse vous a plaqué, parce que ça devenait sérieux, point barre ! Allons, secouez-vous !
Commenter  J’apprécie          10
gabrielleviszsgabrielleviszs   18 octobre 2016
Ses collègues lui demandaient régulièrement où il allait chercher toutes ses idées, comment il pouvait écrire autant de textes et surtout, ce qu’il faisait pour réussir à préserver un semblant de vie. Il éludait les questions et restait toujours évasif, tant sur ses naufrages sentimentaux que sur le vide social et relationnel qu’il avait volontairement choisi d’entretenir.
Qui aurait pu comprendre qu’en écrivant des pans de sa vie, en les jetant en pâture aux lecteurs, il libérait ses fantômes pour exorciser un passé trop lourd à porter ainsi que des blessures béantes qui ne se fermeraient jamais ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
gabrielleviszsgabrielleviszs   18 octobre 2016
Ils s’arrêtèrent devant la camionnette de l’IRCGN7 où elle demanda une paire de gants. Le technicien la lui tendit sans un mot et poursuivit l’étiquetage de ses prélèvements, visiblement très concentré. Sandrine l’interpella.
— Excusez-moi, c’est vous le responsable ?
Il la fixa, le regard neutre.
— Affirmatif.
— Je veux la toxico et tous les résultats dans les 48 heures.
Le Gendarme grimaça.
— C’est délicat… Heu… Vous êtes ?
— Capitaine Wermer, de la Crim. Vous avez deux jours, pas une heure de plus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
ktylauneyktylauney   23 décembre 2016
Elle prit le téléphone et mima la scène, avec un ton très théâtral.
— Vous comprenez, monsieur Mercier, elle ressemble aux huit victimes de la Bête et on pense qu’elle s’est fait éventrer. Oh, elle doit être pendue quelque part, en train de pourrir, car on ne l’a pas encore retrouvée. On voudrait vérifier, vous nous donnez ses coordonnées, s’il vous plaît ?
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : thrillerVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1945 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

.. ..