AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Les enquêtes du commandant Gabriel... tome 5 sur 17
EAN : 9782374535258
396 pages
Les éditions du 38 (01/03/2018)
4.35/5   41 notes
Résumé :
Le commandant Gerfaut est en vacances quand Adriana, son assistante, le prévient qu'un meurtre atroce vient d'être commis en Lozère, dans la famille de Paul, son second adjoint. L'expert des tueurs en série doit élucider un assassinat si horrible que le légiste hésite à se prononcer sur l'origine des blessures. Les gens de la région, soutenus par une association d'éleveurs, accusent déjà les loups et des émeutes sèment la pagaille dans l'enquête. Mais les meurtres s... >Voir plus
Que lire après Les enquêtes du commandant Gabriel Gerfaut, tome 5 : La Bête du GévaudanVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Livre à lire avec beaucoup de précautions. Et pourtant, je vous assure que je suis fan. Cependant, j'ai commis l'erreur technique de terminer le livre la nuit tombée : ce n'était pas une bonne idée. Oui, ce récit peut faire peur, même à une personne comme moi qui lit beaucoup de romans policiers.
Le commandant Gerfaut est en vacances. Quelle idée ! Il ne faut jamais partir en vacances quand on est policier, soit un crime est commis sur le lieu de vacances, soit l'on est prié de rentrer très vite sur son lieu de travail parce qu'une nouvelle affaire vous appelle. Ici, le commandant Gerfaut ne cherche pas à refuser : une cousine de Paul, son second adjoint, a été assassinée dans des circonstances particulièrement atroces. Malheureusement, elle ne sera que la première victime - d'autres crimes suivront.
Les légendes, les croyances aussi, ont longue vie, et il n'en faut pas plus pour accuser le loup. Peu importe que les études scientifiques aient démontré que le loup ne tue que pour se nourrir - pourquoi s'en prendrait-il à des bipèdes quand il existe tant de proie dans la nature ? Et surtout, pourquoi ne les mangerait-il pas ? S'il manquait aux associations anti-loup un motif pour manifester, il est tout trouver.
Heureusement, nous en sommes plus sous le règne de Louis XV, l'on se préoccupe un peu plus du petit peuple qu'on ne pouvait le faire à l'époque (non, parce que... un loup qui arrache les vêtements de ses victimes féminines et les laissent en état de choc, c'est plus qu'impossible) et que les scientifiques existent pour démontrer qu'un animal ne peut être responsable de ces meurtres. Il faudra pourtant le répéter encore et encore, preuve à l'appui, sans toutefois trop en dire, non seulement pour pouvoir mettre la main sur le tueur, mais aussi par respect pour les victimes, leurs familles. Qui a envie de voir les photos du corps massacré d'un proche dans les journaux, à la télévision ? Personne.
Je me suis laissée emporter par le rythme de l'intrigue, par les péripéties, par cette immersion aussi dans le passé de cette région de France. J'ai aimé aussi, même si cela peut paraître sordide, que l'on distingue bien celui qui est responsable de ces crimes des tueurs en série et des tueurs de masse : oui, l'on peut tuer plusieurs personnes sans être un tueur en série, tout est une question de mobile et de méthodologie. Horrible ? Oui, comme tout ce qui touche au crime.
Commenter  J’apprécie          140
J'ai découvert le commandant Gabriel Gerfaut il y a quelques années maintenant sous la plume de Gilles Milo-Vacéri et dans un contexte ésotérique avec "Que son règne vienne", premier tome de la série des enquêtes du commandant Gerfaut.

Depuis chaque enquête m'a emporté plus loin l'une que l'autre dans le mystère, les légendes et les mythes français ou étrangers.

Cette fois-ci Gilles nous emporte en Lozère où plusieurs cadavres atrocement mutilés ont été découvert en quelques jours.

Avec le contexte historique et le passé mythique de cette région, il faut peu de temps pour voir affleurer aux lèvres des autochtones un seul nom : la bête du Gévaudan. Mais aussi pour voir s'enflammer les associations pro ou anti-loups.

C'est donc sur une enquête particulièrement macabre que va se pencher notre policier préféré et son équipe de choc. Mais aussi dans un contexte social troublé d'émeutes et de violence. Les dissensions quasi séculaires entre l'ADEL (Association de Défense des Éleveurs Lozériens) et le CESL (Centre d'Études Scientifiques des Loups) rajoute dans cette enquête sanglante un flot de complications inutiles et qui rendent notre cher commandant fort irritable. D'ailleurs le président de l'ADEL va rapidement s'en rendre compte.

Outre notre Gabriel, toujours aussi enclin à éviter les procédures tant que cela apporte des résultats, j'aime beaucoup retrouver Adriana son caractère fort et son franc parler ainsi que la gentillesse et le côté bleu de Paul. L'un comme l'autre sont attaché à leur commandant et cette enquête va encore nous prouver qu'ils font une équipe soudée et surtout bien rodée face aux meurtriers les plus coriaces. Car cette fois encore ils vont devoir faire preuve de force morale face aux victimes atrocement mutilée mais aussi face aux contenus de l'enquête qui touche la famille de Paul.

Autre élément toujours fort prenant et qui montre la qualité du récit ce sont les recherches utilisées en amont du roman pour le rendre le plus crédible et réaliste possible. Peu méconnaisse de nom la Bête du Gévaudan. Surtout si comme moi vous êtes fascinés par les récits de contes et légendes de nos régions vous ne pouvez être passé à côté de l'horreur de cette histoire. le film « le pacte des loups » sorti en 2001 avait d'ailleurs remis au goût du jour ce mystère toujours non élucidé des meurtres de la Bête.
Nombreuses hypothèses ont vu le jour sur l'origine de cette bête, sur sa nature réelle. Gilles Milo-Vacéri va nous emporter aujourd'hui à sa poursuite et nous fournir une théorie bien développée et sérieuse sur ce qui a pu réellement se passer au temps de Louis XV.

De même, lui, l'auteur, le passionné des loups nous montre-il encore là des facettes de son animal fétiche et prouve que le loup est un prédateur, oui, mais que le pire de tous restera l'homme.

Encore une fois l'enquête du commandant Gerfaut est menée tambour battant comme un thriller haletant et bien ficelé qui va de plus donner envie aux lecteurs d'aller ensuite plus loin derrière l'histoire. C'est avec nostalgie que je vais me replonger dans ma collection des contes et légendes des régions pour relire le passage sur la Bête du Gévaudan et peaufiner pour ma culture personnelle les informations apportées dans ce roman par un spécialiste émérite.

Merci encore une fois aux éditions du 38 pour ce merveilleux moment de lecture et à Gilles pour la qualité de son travail. J'ai hâte de découvrir vers quel autre sombre secret va nous emporter son tome 6.
Commenter  J’apprécie          60
Quand le passé ressurgit… cela donne un thriller angoissant et addictif ! Coup de ♥ !

Tout commence avec les pensées du prédateur en chasse et dès les premières lignes, l'angoisse monte. Machiavélique, l'auteur nous présente une jeune fille attachante de dix-neuf ans qui rentre chez elle après une journée de labeur et nous fait partager ses craintes à l'idée de pénétrer dans la forêt, à la nuit tombante, pour effectuer trois kilomètres à pied. Pendant ce temps, le commandant Gabriel Gerfaut est en vacances depuis deux jours dans le sud de la France et alors qu'il dîne en galante compagnie, le téléphone sonne. Gilles Milo-Vacéri prend un malin plaisir à saboter les vacances et le dîner romantique du commandant. Adriana, son bras droit, l'informe qu'une cousine éloignée de Paul, son adjoint, a été assassinée et les blessures sont tellement horribles que le médecin légiste hésite à se prononcer sur leur origine. A priori, cela ne peut pas avoir été causé par un loup ou un chien, l'animal présentant une mâchoire démesurée d'une puissance incroyable. le temps que Gerfaut rejoigne Paris, il y a déjà une seconde victime, une adolescente de seize ans, et quand il arrivera en Lozère où se situent les meurtres, on comptera un troisième décès, celui d'un berger et de trois brebis. Arrivés sur les lieux du second meurtre, Gerfaut et son équipe vont se trouver confrontés à Xavier Delpuech, un notable qui cultive des ambitions politiques et a fondé l'ADEL (Association Des Éleveurs Lozériens) ainsi qu'aux éleveurs de ladite association qui veulent à tout prix que le loup soit responsable. Heureusement, Gerfaut peut compter sur le soutien du procureur Jean-Marie Chabanier, un homme très sympathique qui ne cède pas devant les pressions ainsi que sur le capitaine Alexandre Delamare et le lieutenant Patricia Vidal, de la Section de Recherches de Nîmes, avec lesquels il va enquêter.

Cette cinquième enquête du commandant Gabriel Gerfaut nous entraîne sur les traces de “La Bête du Gévaudan” qui a fait couler beaucoup d'encre et… beaucoup de sang. Gabriel Gerfaut est un spécialiste des tueurs en série et des crimes qui sortent de l'ordinaire. C'est un électron libre sans aucun respect qui ne respecte pas toujours la hiérarchie ou la procédure. D'une intelligence supérieure, il est profondément humain et son équipe l'adore et veille sur lui jalousement. J'aime énormément son personnage et encore plus ses “disputes” avec Adriana qui ne se laisse pas faire ou ses escarmouches avec son divisionnaire qui « est un gueulard mais aussi un papa-poule » dixit l'auteur. J'avoue avoir bien ri à la réplique de Gerfaut à Gustave Marcelli sur le cirque. Quant à sa manière de ne pas s'en laisser conter, j'ai jubilé à sa réaction face aux éleveurs et plus particulièrement face à Xavier Delpuech et au préfet. J'étais déjà une de ses fans, mais là, Gabriel Gerfaut est devenu mon héros !

L'enquête une fois de plus se révèle compliquée et Gerfaut se trouve pris dans une toile complexe où les éleveurs accusent le loup et commettent plusieurs voies de fait, où les défenseurs et protecteurs des loups démontrent que le loup n'étant pas encore arrivé en Lozère, il peut difficilement être coupable. Ajoutons-y une population persuadée du retour de « La Bête du Gévaudan », voire même d'un loup-garou et vous avez un tableau complet. Et pendant ce temps, le monstre, humain ou animal, continue le carnage. Malgré toutes les difficultés rencontrées, Gabriel Gerfaut fait montre d'une grande délicatesse avec les membres de son équipe, les victimes et leurs familles. Par contre, il joue avec les éleveurs de l'ADEL comme un chat avec une souris : machiavélique, comme son auteur !

Le fait de donner la parole au prédateur ajoute à l'angoisse et au suspense. J'en ai oublié de respirer quand il s'est mis à traquer des enfants. J'ai tremblé pour tous ceux qui aidaient Gerfaut et qui cherchaient à élucider l'affaire. Gilles Milo-Vacéri joue diaboliquement avec nos nerfs. Sa plume est toujours aussi affutée et élégante. Et il nous distille les informations au compte-goutte. J'admire toujours autant son travail de recherches et de documentation car l'intrigue repose toujours sur des faits réels. de plus, il maîtrise à la perfection le page turner : une fois commencé « La Bête du Gévaudan », je n'ai plus pu le lâcher tant le suspense grimpait et l'angoisse aussi… L'enquête se déroule dans un laps de temps assez court, entre le 4 juin 2017 et le 12 juin 2017 mais sur un territoire étendu. Vu le nombre de victimes, vous comprenez l'angoisse… Nous suivons pratiquement heure par heure Gerfaut, Adriana, Paul, Alexandre et Patricia… et aussi le cheminement de la Bête. Quant à découvrir la vérité, j'ai émis les hypothèses les plus abracadabrantes ! Gilles Milo-Vacéri m'a bluffée une fois de plus même si j'avais soupçonné le véritable coupable. Et je peux vous dire qu'une fois tournée la dernière page, j'ai eu besoin de quelques heures pour m'en remettre.

Gerfaut va bénéficier de l'aide de deux personnages originaux et sympathiques. le premier est une jeune femme experte vétérinaire et spécialisée dans les morsures de prédateurs. Cécile Marcillac a du répondant et ne se prend pas au sérieux, elle apporte une note de gaieté dans un contexte assez sombre. le second est un écrivain criminologue. Après dix années de recherche, il prépare un ouvrage sur « La Bête du Gévaudan » et il va se montrer un précieux auxiliaire du commandant. Grâce à lui, nous allons avoir un compte-rendu précis sur les crimes “de la bête” qui a sévi dans le Gévaudan au XVIIIe siècle.

Gabriel Gerfaut parviendra-t-il à arrêter le monstre qui terrorise la Lozère ? Je ne vous dirai qu'une chose, la fin est absolument hallucinante, à vous faire dresser les cheveux sur la tête. J'en frissonne encore…
Lien : http://au-pays-de-goewin.ove..
Commenter  J’apprécie          30
Prenons un instant tous les deux pour parler des enquêtes du Commandant Gabriel Gerfaut. Ce flic est le spécialiste français des tueurs en série. Une formation poussée faite aux États-Unis avec les spécialistes du profilage et une intelligence hors du commun font de lui une célébrité nationale. C'est toujours avec beaucoup de respect et d'humanité que chaque enquête est menée... même si cette fois-ci les crimes sont d'une sauvagerie bestiale. Alors que ceux-ci ont lieu en Lozère, il n'en faut pas plus pour refaire parler de "la bête du Gévaudan" et de ses nombreuses victimes.

Dans cette nouvelle enquête toujours publiée aux Éditions du 38, Gabriel est appelé à l'aide par Paul, la plus jeune recrue de son équipe. le cadavre d'un membre de sa famille vient d'être retrouvé, en pleine nature, sauvagement attaqué. Dès lors les meurtres s'enchaînent et c'est une course contre la montre qui est lancée. Déjà complexe, cette enquête sera rendue encore plus difficile par les éleveurs criant au loup.

Alors bête meurtrière ou assassin bestial ? L'auteur nous fait prendre part à cette enquête tambour battant, avec beaucoup de justesse. L'horreur est énoncée plus qu'elle n'est décrite, ce qui rend plus acceptable la découverte des scènes de crime. C'est ainsi que chaque page apporte son lot d'information. Ce roman nous garde attentifs de la première à la dernière page avec un dénouement à la hauteur du mythe.

Voici donc de belles heures de lecture qui s'offrent à vous ! Vous laisserez-vous tenter ?
Commenter  J’apprécie          30
La bête du Gevaudan de Gilles Milo-Vacéri
Encore une enquête du commandant Gerfaut qui ma bluffé je m'attendais pas à cette fin ni au dérouler de cette histoire
Gilles à une plume magistrale cette enquête est superbement bien détaillé on comprend bien toute l'histoire on plonge dans un monde de légende d'aristocratie de politique plein de détail qui font que cette histoire est magistrale
Vivement les prochaines enquêtes de gerfaut J en raffole 😊😊😊😊
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
Le commandant prit appui sur la table et redoubla son effort de concentration. Il fit le tour du corps, et au passage prit l’instrument des mains du légiste. Il ne voyait plus qu’un tas de viande, quelque chose qui n’avait pas de vie et aucun passé, qui n’avait jamais respiré, jamais souri, encore moins aimé. Une chose. Un objet. En aucun cas, un être humain. Surtout pas un être humain. Les sourcils froncés, après un premier tour, il s’arrêta sur le côté et se pencha sur l’abdomen. Délicatement, il releva la peau entamée par la morsure qu’il contempla longuement.

Chapitre 6
Commenter  J’apprécie          10
jeune fille avait alors entamé sa marche d’un bon pas. Randonneuse et fan d’escalade, elle était sportive et ses jambes avançaient vite, poussées par une appréhension qu’elle peinait à maîtriser. Dans ces moments-là, le plus petit craquement, le moindre souffle de vent, une simple branche brisée, tous les bruits prenaient une dimension surnaturelle et menaçante.

Prologue
Commenter  J’apprécie          20
Comment faisait-il pour s’exprimer ainsi, sans jamais être obséquieux ? se demanda-t-elle. Finalement, il était amusant et paraissait sortir tout droit d’un siècle oublié. Il ne lui manquait qu’une perruque de gentilhomme et il n’aurait pas dépareillé à côté de ses toiles XVIIIe.

Chapitre 18
Commenter  J’apprécie          20
Le troisième meurtre, en trois jours, le mettait sur les charbons ardents. Généralement, un tueur en série avait toujours une période d’accalmie après un assassinat et le rythme espaçant ses attaques permettait d’anticiper sur son modus operandi. En l’occurrence, soit le criminel était en pleine crise de démence, soit il avait affaire à autre chose et il repensa à sa dernière enquête. Il ne se fiait jamais aux apparences et cette fois, il était bien décidé à ne pas se laisser mener par le bout du nez. Dans ce cas, quel genre de prédateur hantait ces forêts épaisses et mystérieuses qui les cernaient de toutes parts et quel était son mobile réel ? À cette seconde, il avait complètement oublié ses vacances et Adeline, et son cerveau ne fonctionnait plus que dans un seul but. Stopper le meurtrier, quel qu’il soit. Homme, animal ou autre chose.

Chapitre 1
Commenter  J’apprécie          00
Gabriel regarda les voitures qui passaient, les gens, la vie parisienne toujours plongée dans le stress, l’affolement et un modernisme galopant qui ne faisait qu’ajouter aux trépidations d’une vie dite normale.
Et il y avait l’inconnu, dont il franchissait souvent la frontière dans ses enquêtes. Un autre monde, presque surnaturel ou anormal, un lieu où le temps s’arrêtait et n’avait plus de valeur, un endroit où les chimères et l’invisible prenaient le dessus sur le matériel, les vérités et la science. Un univers qui était devenu le sien depuis longtemps et sur lequel il avait appris une bonne chose. Parfois, il fallait savoir détourner les yeux, ne pas chercher à comprendre et passer à autre chose.

Épilogue
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : thrillerVoir plus
Les plus populaires : Polar et thriller Voir plus


Lecteurs (94) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2882 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..