AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782266279574
576 pages
Pocket (14/09/2017)
3.79/5   195 notes
Résumé :
Un cadavre brûlé par des armes chimiques est retrouvé sur un chantier polonais. Les résultats de l’autopsie sont stupéfiants : certains membres prélevés sur place n’appartiennent pas au corps de la victime. Absorbé par cette étrange affaire, le procureur Teodore Szacki néglige une plainte pour violences conjugales. Il en prend conscience trop tard : la plaignante a été grièvement blessée. Son mari est découvert quelques jours après, vivant, mais la langue et les cor... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (65) Voir plus Ajouter une critique
3,79

sur 195 notes

sandrine57
  28 novembre 2017
C'est à Olsztyn, capitale de la province polonaise de Varmie-Mazurie, que le procureur Teodore Szacki a posé ses valises. Il vit depuis un an avec Zenia, une charmante organisatrice de mariage et avec sa fille Hela que sa mère n'a pas souhaité emmené avec elle à Singapour. Arrachée à Varsovie, son lycée, ses amis, l'adolescente n'est pas facile à vivre et son père peine à établir le contact. Mais ses problèmes familiaux vont être balayés par une affaire particulièrement difficile. Sur un chantier, des ossements sont découverts, ceux d'un homme décomposé chimiquement et auxquels on a ajouté les os de différentes victimes. L'homme, marié et père de famille, menait une vie sans histoires et personne ne semblait lui en vouloir. Préoccupé par ce cas complexe, Szacki prend à la légère la visite d'une femme qui se dit effrayée par son mari. Quand il la retrouve baignant dans son sang, le procureur fait son mea culpa mais il est trop tard. Sa conduite inconsidérée a fait de lui une cible...
Clap de fin pour l'intransigeant procureur Szacki. On le retrouve dans une nouvelle vie, une nouvelle région, avec une nouvelle femme et un nouvel adjoint, encore plus rigide que lui.
Après nous avoir fait visiter la froide Varsovie, puis la jolie Sandomierz, Zymunt Miloszewsi nous emmène au Nord-Est de la Pologne, dans une région qui a longtemps été allemande. La ville d'Olsztyn se targue d'abriter pas moins de onze lacs en son centre mais l'auteur ne peut s'empêcher de noter l'urbanisme effréné qui bétonne à tout va, le modernisme à tout prix ayant pris le pas sur l'art et la beauté.
Mais là n'est pas le propos du livre qui aborde un thème plus douloureux : la violence domestique et le silence qui l'entoure. Des familles qui vivent dans la peur, des enfants effrayés, des femmes humiliées au quotidien, des épouses qui tombent sous les coups de leurs maris tout-puissants. Une prise de conscience pour le procureur parfois un peu macho qui s'interroge sur ses propres comportements. Son enquête va le mener jusqu'au bout de lui-même. On le savait soupe-au-lait, ''courroucé'' comme le décrit sa fille, on découvrir toute la rage dont il est capable pour protéger les siens, une rage qui le conduira jusqu'à l'irréparable...
Un final intense qui conclut formidablement cette trilogie polonaise qui aura su nous faire découvrir un pays méconnu, un enquêteur tout en nuances et un écrivain qui sait dénoncer les travers de ses compatriotes avec suffisamment d'humour et de cynisme pour ne pas passer pour un donneur de leçons. On tourne la dernière page avec déjà la nostalgie de tous ces moments partagés avec le procureur et la Pologne. Adieu Teodore mais à bientôt Zygmunt...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          474
SZRAMOWO
  15 août 2016
Le procureur Teodore Szacki poursuit son périple professionnel et sentimental. Après avoir été en poste à Varsovie dans le premier roman de la série, « Les impliqués », une enquête au cours de laquelle il quitte sa femme Weronika après une aventure avec une jeune journaliste de la République, Monika, il s'est retrouvé à Sandomierz, dans « Un fond de vérité », une ville du sud-est de la Pologne, confronté dans son enquête aux liens complexes du judaïsme avec l'histoire de la Pologne. Là encore il a séduit une jeune collègue mariée.
Dans « La Rage », Teodore Szacki est muté à Olstyn, ville du nord-est de la Pologne, connue pour ses onze lacs et son prestigieux passé prussien. Il y vit avec Zenia, (« Il s'était dit : ce n'est pas mon genre. Zenia lui avait jeté un seul coup d'oeil, et il avait été foutu. »), et sa fille Helena (Hela), issue de son premier mariage avec Weronika, qui a quitté la Pologne pour Singapour avec son nouveau mari.
Olsztyn, « au coeur d'une région frontalière avec l'enclave de Kaliningrad », n'est pas vraiment une destination de rêve : « Dans certains cas, elle était si laide que la capitale de la Varmie devenait régulièrement la risée du pays en raison des excentricités architecturales dont on l'agrémentait avec une persévérance digne des plus justes causes ».
L'un des principaux intérêts des romans de Zygmunt Miłoszewski est de proposer une vision précise, juste et lucide de la vie en Pologne, et de nous faire toucher du doigt les contradictions de ce pays qui sort avec bonheur et difficulté à la fois, de plus de quarante ans d'histoire vécue en supportant le joug de l'URSS.
L'auteur, comme dans ses deux précédents romans a véritablement des talents d'essayiste lorsqu'il exprime, à partir de scènes banales, de descriptions des tracas de la vie quotidienne, ou du fonctionnement de l'administration, l'essence même de ce qu'est aujourd'hui la Pologne.
A titre d'exemple les nombreuses références à l'absence de bases de données nationales :
« C'est une putain de blague ou quoi ? Il n'y a vraiment aucune base de données dans ce foutu pays où on traque ce qui arrive à ses putains de citoyens ? »
« C'était vrai, le procureur Teodore Szacki savait que rien n'apparaissait jamais dans les bases de données officielles. Les flics avaient leur propre système d'information (…) le parquet avait le sien, LIBRA, (…) de plus, tous ces systèmes étaient curieusement démembrés, incompatibles et disjoints. »
La rage respecte aussi ce que j'appellerai la signature Miłoszewski : un découpage en chapitres journaliers (24,25,26,27,28 novembre- 2.3.4.5.9 décembre 2013- 1er janvier 2014) dont chacun est précédé en exergue d'extraits de l'actualité internationale et polonaise vue à la fois par le petit et le gros bout de la lorgnette, qui relativisent l'importance des sujets d'actualité traités par les média.
L'intrigue du roman se faufile entre ces différentes figures imposées et surgit peu à peu pour s'imposer, nourrie à la fois des données du contexte et des sentiments contradictoires des personnages au sein desquels Szacki se débat pour faire surgir la vérité.
Au parquet d'Olsztyn, Szacki est entouré de :
Sa patronne, Ewa Szarejna, « Elle était une sorte de crocodile emprisonné dans un déguisement d'ours en peluche. » ; son adjoint Edmund Falk, « le procureur savait que tout le milieu juridique d'Olsztyn se moquait du « roi des coincés » et du « prince des coincés », comme on les appelait tous les deux. (…) car si Szacki avait eu un fils, (…) il n'y aurait eu aucune chance pour que cet enfant (…) lui ressemble davantage qu'à Edmund Falk. » ; le commissaire Jan Paweł Bierut, qui porte une veste en simili cuir « …si reconnaissable qu'il aurait pu tout aussi bien porter un gilet fluorescent estampillé « Police » ». le légiste Ludwig Frankenstein avait « …la même apparence que celle du savant fou sorti d'un film allemand. », et « son assistante, Alicja Jagiełło, l‘air de débarquer d'un tournage de film porno se déroulant dans un décor de laboratoire. »
Rien ne se passe à Olsztyn. du moins est-ce l'impression que laissent les 50 premières pages. Jusqu'à ce que la découverte d'un cadavre dans un ancien abri anti aérien, à l'occasion de travaux d'aménagements, emballe le roman. Je n'irai pas jusqu'à vous dire pourquoi.
Ce cadavre, dont on pense, comme à l'habitude qu'il est celui d'un allemand oublié là depuis la fin de la guerre, vu son état, va révéler l'une des énigmes les plus ardues à laquelle Szacki ait jamais été confronté.
Parallèlement, le lecteur est témoin de scènes anodines du quotidien qui révèlent les côtés obscurs de la vie domestique et la spirale de la violence conjugale ; notamment chez ce couple modèle de la rue Równa, qui a tout pour plaire et pour être « heureux »,
« Il observa la maison qu'il avait lui-même construite, l'arbre près de la terrasse qu'il avait lui-même planté, (…) il voyait les fenêtre éclairées derrière lesquelles jouait son fiston, tandis que sa femme s'affairait en cuisine. Elle n'arrivait pas à y « faire » grand-chose, d'habitude, mais il ne se plaignait pas. (…) En tant qu'homme moderne, il n'exigeait ni réciprocité ni reconnaissance pour ses efforts. Il le faisait par amour, et il était capable de l'admettre, pour ressentir une fierté masculine. »
Sur ce point en particulier, Miłoszewski dépeint un Teodore Szacki obscur lui aussi. Sur la question des violences conjugales, il s'en fait remontrer par son adjoint, et lui-même n'est pas à l'abri, même s'il ne passe pas à l'acte de ce sentiment puissant de machisme qui imprègne les relations hommes femmes.
« Il sentit la colère monter en lui. Il en avait assez d'être pris pour cible. Il avait déjà mis sa veste, et il faudrait maintenant qu'il l'enlève, qu'il ôte ses boutons de manchette, qu'il remonte ses manches et qu'il fasse la vaisselle. Pour elle, ce ne serait qu'un instant, elle ne le remarquerait même pas. »
Dans ce roman, Miłoszewski se livre à un véritable Teodore Bashing. Jamais dans les deux précédents romans, on n'avait vu notre procureur préféré, subir de telles avanies.
Szacki se débat avec ses problèmes sentimentaux et familiaux – de fait il n'est pas marié à Zenia – mais enrage lorsqu'il regarde vivre sa fille Hela et sa compagne Zenia. Cédant à ses les plus vils penchants, il pense « Evidemment, la grande mégère boudeuse et la petite mégère s'entendaient à merveille,… »
Il voit les autres familles, les autres maris et femmes, à l'image de ce qu'il est lui, pour Zenia et sa fille. Bien entendu, cette vision des choses, sujette à caution, le fait passer à côté de la réalité et le fait se planter lamentablement.
Peut-être pour adoucir ce portrait au vitriol, Miłoszewski nous dévoile un aspect jusqu'alors peu connu de Szacki, sa francophilie :
« Il était couché et lisait du Pierre Lemaitre. (…) Il était cependant forcé d'admettre que l'auteur français était vraiment bon. »
« le jeune magistrat avait des faux airs de Louis de Funès. Il ne l'avait pas remarqué d'emblée, parce que, primo, Falk était jeune, et, secundo, mortellement sérieux. »
« A l'intérieur de sa Citroën, l'atmosphère était chaude, agréable et rassurante. »
« N'était-ce pas cela dont parlait Camus, n'est-ce pas précisément cela le plus grand défi de la vie, la tâche la plus difficile ? Appeler les choses par leur nom. »
Szacki se retrouve maintenant avec plusieurs cadavres sur les bras. Sans aucune piste. Sans aucuns indices. Avec seulement des questions. Malgré ses travers, il reste ce procureur capable de s'extraire d'un contexte trop prégnant, des pistes évidentes qu'il suggère, pour s'élever au-dessus des hypothèses convenues, convenables, et élaborer une cartographie des faits, différente. Il réussit à penser comme le tueur :
« Quelqu'un perd la vie parce qu'il a provoqué la mort.
Quelqu'un perd la parole parce qu'il humiliait verbalement.
Quelqu'un perd les mains parce qu'il cognait.
C'est limpide. » (…) « Quelqu'un perd l'ouïe, parce que ? »
A partir de ce moment, le roman prend une tournure différente et les différentes pièces du puzzle s'assemblent pour parvenir à une fin qui prend le lecteur à froid. Hélas sauf à déflorer le sujet je ne peux vous dire laquelle.
Les personnages les plus insignifiants rencontrés au fil des pages reviennent sur le devant de la scène et inter agissent avec des situations auxquelles ils semblaient étrangers.
De ce point de vue, comme d'habitude chez Miłoszewski, le récit est très habilement construit ménageant les effets, perdant le lecteur, le ramenant sur le fil de l'intrigue, sans aucun bavardage inutile.
Le roman boucle sur lui-même quand Szacki cherche à se mettre à la place des criminels qu'il interroge. Il comprend que lui aussi pourrait tuer froidement….dans ce cas, s'appliquerait-il les sentences qu'il prononce habituellement, sans la moindre hésitation ?
La Rage pose in fine deux questions qui sous-tendent l'intrigue :
- Dans quelle mesure la justice ou la société civile peuvent-elle s'affranchir des règles de l'état de droit pour forcer les victimes ou les témoins à dire la vérité, dès lors qu'elles supposent ou ont l'intime conviction que cette vérité peut contribuer à condamner un coupable, dissuader de futurs témoins de se taire simplement pour éviter de se trouver confrontés à la machine judicaire ou à des représailles. Vaste question.
Szacki a depuis longtemps répondu que lui pouvait s'affranchir de ces règles ou du moins flirter dangereusement avec leurs limites extrêmes pour faire basculer une enquête, faire tomber les faux semblants et faire triompher la vérité.
Il sait alors se montrer sans pitié avec les hésitants : « Si, c'est précisément ce que je veux dire. Si vous aviez investi le monde véritable et si vous aviez retrouvé la soeur de ce petit, vous n'auriez pas seulement sauvé ce garçon merveilleux, mais aussi beaucoup d'autres vies. »
- Quelle est la nature des relations que nous entretenons avec l'autre sexe. Les protagonistes du récit vivent tous en couples et on retient de chacun d'eux qu'il y a une part de pathologique, de jeux, de dissimulation, de mauvaise foi, dans leurs relations : entre la psychiatre Teresa Zemsta et son mari notaire ; entre Zenia et Szacki ; entre Monika et Piotr Najman ; entre Jadwiga Korfel et son mari décédé, Artur Ganderski.
Ce roman montre une fois de plus les talents multiples de l'auteur, qui scénarise à merveille une société, ses travers, ses faiblesses et les contextes multiples dans lesquels évoluent des personnages encombrés de leur histoire personnelle. Une référence pour mieux comprendre et apprécier la Pologne contemporaine, même si, au passage, Szacki éreinte un peu son pays : « La Pologne est moche. Pas entièrement, bien sûr, aucun endroit n'est entièrement vilain. Mais si on établissait un classement, la Pologne serait le plus laid des pays d'Europe. » Mais c'est pour mieux en souligner les attraits « Pourtant, il y a des moments où la Pologne est le plus bel endroit de la terre. Ce sont les journées de mai après l'orage (…) ce sont ces longues soirées d'août (…) c'est la première matinée d'hiver (…) »
Dernier point que je soulèverai, celui de la traduction. Elle gagnerait sans doute à être moins littérale. Il est de bon ton de reconnaître la performance du traducteur attitré de Miłoszewski, Kamil Barbaski, mais pour en avoir parlé avec des lecteurs polonais du roman, je trouve personnellement que certaines expressions polonaises sont partiellement rendues en Français. Je citerai pour exemples : « la vague verte » dont on ne comprend pas qu'il s'agit de la synchronisation des feux de circulation ; « pardon le mot » présenté comme une expression fautive tirée du Français (?) ; Bimber traduit par « eau-de-vie » alors que gnôle me semble plus adapté ; des constructions de phrase où l'on se perd dans les doubles négations comme « car si Szacki avait eu un fils, (…) il n'y aurait eu aucune chance pour que cet enfant (…) lui ressemble davantage qu'à Edmund Falk. »

Lien : http://desecrits.blog.lemond..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
tynn
  30 novembre 2016
La Pologne, trois régions et un procureur incorruptible.
En trois livres, Zygmunt Miloszewski a gagné haut la main ses galons d'auteur de polar, et il est regrettable que ce roman mette un terme à ce qui restera une trilogie très originale.
J'avais été intriguée par le premier thriller*, un nouvel enquêteur dans un nouveau pays...
J'avais été passionnée par sa seconde enquête**, dans un magnifique petit bourg du centre de la Pologne...
J'ai retrouvé avec grand plaisir le ténébreux Teodore Szacki, même si je ressors légèrement déçue de cet ultime opus. L'immersion dans la société polonaise est toujours plaisante, car l'auteur s'y entend à la décortiquer avec ironie, humour et acidité. Mais l'histoire m'est apparue alambiquée et tortueuse et le récit parfois une peu trop bavard.
Je garderai néanmoins en mémoire un personnage de procureur fort bien construit, naviguant à vue dans des décors urbains plus que laids, sous un climat détestable et une ambiance assez désespérante sur fond de violences conjugales.
L'auteur semble être le poil à gratter de la littérature polonaise, fustigeant ses contemporains, leur passé, leurs travers, se moquant du climat et de la laideur de son pays. Il y va un peu fort, car découvrir la Pologne est un plaisir.
Mais peut-être pas y vivre?...

* Les impliqués
** Un fond de vérité
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          440
Brooklyn_by_the_sea
  29 janvier 2022
Troisième et dernier opus de la trilogie consacrée au procureur Teodore Szacki, qui officie désormais à Olsztyn, dans le Nord-Est de la Pologne -à son grand désarroi.
En Pologne, c'est le procureur qui dirige l'enquête, et celle qui se présente à Szacki est des plus mystérieuses : un squelette, parfaitement bien conservé, est retrouvé dans un ancien abri antiaérien du centre-ville. Après analyse, il s'avère que le squelette est un peu trop propre pour être honnête ; qu'est-ce donc que cette diablerie ?
C'est avec plaisir que j'ai retrouvé le psycho-rigide Teodore Szacki ("dont la raideur aurait pu humilier un acteur porno"), son professionnalisme rigoureux, sa maladresse avec les femmes, ses ronchonnements de perfectionniste, et ses problèmes de conscience (on est en terre slave). Dans ce troisième volume, il est aux prises avec une machination qui le dépasse, et j'ai admiré tout le talent de l'auteur pour imaginer et structurer une intrigue d'une telle complexité. le souci est que je m'y suis parfois quelque peu égarée, tant les ramifications sont profondes et nombreuses.
J'ai également apprécié de retrouver un morceau de Pologne, revoir un peu comment les Polonais vivent, et découvrir un bout d'Histoire, à savoir celle de la Warmie-Mazurie. J'ai aussi aimé la franchise avec laquelle Zygmunt Miloszewski évoque son pays ("un territoire encombré de la pire architecture d'Europe") et ses concitoyens ("une foutue mentalité de gueux du moyen-âge") ; derrière l'acidité, on perçoit la tendresse, un peu comme la kapusta, ce plat de chou adouci par des morceaux de pommes. Toutefois, si la thématique de ce roman est universelle, elle semble résonner plus durement en Pologne -et l'actualité le démontre encore. D'où la forte impression que laisse ce livre, une fois refermé.
A l'instar des deux précédents, cet opus m'a tenue en haleine sur ses 550 pages, et confirme que Miloszewski est l'un des meilleurs auteurs de polars actuels ; ça change des Scandinaves.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          3814
belette2911
  29 novembre 2016
♫ Szacki, c'est fini, et dire que c'était le procureur de mes premiers amours ♫ Szacki, ses enquêtes c'est fini, je ne crois pas que je m'en remettrai un jour ♪
Je vous rassure de suite, je ne me suis pas faite l'intégrale d'Hervé Vilard, juste que je ne sais pas pourquoi sa chanson "Capri c'est fini" est venue à mon esprit lorsque je cherchais le début de ma chronique.
Eh oui, c'est fini car qui dit trilogie dit trois tomes… Ceci était donc le dernier tome des enquêtes de mon procureur polonais préféré : Teodore Szacki.
Je l'avais rencontré il y a quelques années à Varsovie, au prise avec un cadavre dont l'oeil avait embroché par une broche à rôtir (Les Impliqués). Puis, je l'avais suivi à Sandomierz, 4 ans plus tard, muté, divorcé, avec un corps de femme exsangue pour débuter une enquête des plus carabinées (Un fond de vérité).
Quatre ans de plus se sont écoulés dans la vie de mon proc' préféré et le voici en poste à Olsztyn (la ville aux onze lacs…), habitant juste en face de son lieu de travail avec sa copine et sa fille, devenue une ado un peu chiante et manipulatrice. Normal, c'est une ado.
Alors, raconte, comment ça s'est passé cette lecture !
Et bien, mes retrouvailles avec le procureur Teodore Szacki se sont bien passées, il est toujours aussi ronchon, colérique, énervé, cynique, misanthrope, sociopathe et se retient très souvent de balancer les petites vacheries auxquelles il pense, mais dont nous, lecteur, profitons. Bref, je l'adore !
Parfois, il ne se retient pas et balance le tout brut de décoffrage dans la figure de la personne, ce qui fait du dégât, surtout avec les médias, qu'il déteste cordialement.
J'ai ressenti une pointe de nostalgie tout de même en sachant que c'est le dernier tome et que mon Teodore – le Sherlock Holmes des procureur – ne me fera plus vibrer avec ses enquêtes tout en me contant sa Pologne et ses jolis petits travers, ses problèmes, sa bureaucratie de merde et tout le reste.
C'est que j'avais apprécié dans les autres tomes : le côté politique.
L'auteur ne se contente pas de nous faire suivre une enquête de type whodunit ! Il nous parle de son pays, de cette Pologne que nous connaissons mal, de sa politique, de sa population, de son administration (de merde), de la Russie toute proche, du passé Prussien, du racisme et de l'antisémitisme de certains.
Ce qui donne au final des romans denses, bien achalandés, Noirs et sans sucre, le tout servi par une écriture qui se dévore, qui se déguste, et qui vous emporte dans de nouvelles contrées (sous le froid et la grisaille, dans ce tome-ci).
De ce côté là, j'ai eu de la chance avec ses romans, je les ai souvent lu au bon moment, atmosphériquement parlant : celui-ci commence un 25 novembre et je l'ai commencé à le lire le 20 novembre (le 1er tome avait été lu en mai et le roman se passait en juin, le second se déroulait en avril et lu en avril), ce qui donne plus de poids aux conditions météo incluses au début de chaque chapitre, avec les événements clés qui ont eu lieu à cette date là.
En plus de nous donner une atmosphère particulière, l'auteur brosse bien ses personnages, chacun étant unique, bien détaillé, sans devoir en faire trop et chacun peut évoluer à sa manière, nous étonner ou nous décevoir.
Teodore, lui, il reste fidèle à son caractère de cochon, à son côté parfois pas social pour deux balles, à ses exaspérations sur les aménagements routiers de la ville, à ses envies d'étrangler le chef des travaux et son ras-le-bol du chauvinisme de ses habitants.
Il est sexiste, macho et voit souvent les femmes comme la propriété de l'homme (comme beaucoup dans son pays), même s'il essaie de changer sa vision.
C'est rempli d'humour noir et de cynisme, en fait, et j'adore ça !
L'enquête que nous a servie l'auteur était canon, digne d'un final pour notre procureur, c'était une belle enquête, malheureusement, je suis restée avec des questions sans réponse une fois la dernière page tournée.
Dommage, ça casse le coup de coeur assuré car je suis restée dubitative et en proie au syndrome de la dernière page qui vous coupe le cordon un peu trop brutalement.
Malgré tout, je ne regretterai jamais d'avoir lu cet auteur et découvert son procureur, souvent de mauvaise humeur, évoluant dans un pays que j'ai été contente de découvrir, bien loin d'un Guide du Routard et des affiches flamboyantes des agences de voyage. Ici, c'est cru et sans édulcorants et sans colorants artificiels.
♫ Nous ne te lirons plus jamais,
Procureur que j'aimais,
Nous ne te lirons plus jamais,
Ton auteur l'a décidé,
Nous ne te lirons plus jamais,
Ce soir, j'ai beaucoup de peine,
Avec toi nous n'enquêterons plus jamais,
Comme les autres années. ♪
♫ Szacki, c'est fini, et dire que c'était le procureur de mes premiers amours ♫
♫ Szacki, ses enquêtes c'est fini, je ne crois pas que je m'en remettrai un jour ♪

Lien : https://thecanniballecteur.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          304


critiques presse (2)
Lexpress   24 octobre 2016
Tableau de la société polonaise, ce polar de Zygmunt Miloszewski, dernier d'une trilogie, se dévore du début jusqu'à la fin.
Lire la critique sur le site : Lexpress
LeFigaro   07 octobre 2016
En trois polars et trois villes, Zygmunt Miloszewski dresse un portrait corrosif de son pays. Visite sur ses terres.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Citations et extraits (59) Voir plus Ajouter une citation
SylviegeoSylviegeo   31 mai 2017
La pluie s'interrompit, une légère brume persista dans l'air, et la ruelle latérale se transforma en un trésor pour photographe qui préparerait un album sur la mélancolie en Varmie. Tout était gris-noir, ambiance somme toute classique pour une fin de novembre, tout était couvert d'une fine couche de glace. Sur le trottoir, cela prenait des allures de danger pour la vie et l'intégrité physique, mais sur les branches dépourvues de feuilles, l'effet était époustouflant. La moindre ramure, la plus ténue d'entre elles se transformait en gl¸acon sombre qui scintillait à la lumière molle des lampadaires dispersée par le brouillard. Il inspira profond.ment l'humidité froide et se dit qu'il appréciait ce trou paumé chaque jour davantage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          141
Brooklyn_by_the_seaBrooklyn_by_the_sea   29 janvier 2022
Il y avait une blague, dans le temps, à propos d'un Polonais, d'un Allemand et d'un Russe. Le diable les attrape, leur donne deux boules métalliques et une semaine pour qu'ils apprennent à faire des tours incroyables. Celui qui divertira le plus le diable pourra repartir libre. Une semaine plus tard, l'Allemand sait tenir les boules en équilibre sur son nez, le Russe jongle, quant au Polonais, il a cassé une boule et perdu l'autre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          184
chevalierortega33chevalierortega33   18 août 2016
C’était vrai, le procureur Teodore Szacki savait que rien n’apparaissait jamais dans les bases de données officielles. Les flics avaient leur propre système national d’informations de la police. Le parquet avait le sien, LIBRA, parce que aucun petit malin ne s’était dit que les divers organes judiciaires du pays devraient avoir un seul et unique circuit sanguin. Ou plutôt, un petit malin s’était dit que, plus il y aurait de systèmes et d’appels d’offres, plus la probabilité qu’il finisse son mandat les poches vides était faible. De plus, tous ces systèmes étaient curieusement démembrés, incompatibles et disjoints. Si la nature avait été aussi sotte, chaque partie du corps humain aurait eu son propre cœur, son estomac et ses poumons, et il aurait fallu nourrir chaque partie séparément, en enfonçant des morceaux de steak dans les genoux et dans les coudes. On avait de la chance si les différents parquets de districts réussissaient à relier leurs systèmes en un seul au niveau régional, mais parfois, ça restait un vœu pieux. Ce qui signifiait qu’il suffisait à un tueur en série de changer de région à chaque meurtre pour que personne ne relie jamais ses crimes entre eux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
VALENTYNEVALENTYNE   02 mars 2019
Frankenstein s’agenouilla près du crâne de Najman et invita Szacki à le rejoindre. Avec un crayon pris dans la poche de sa blouse, le scientifique toucha des fragments disposés à hauteur de l’oreille du fantôme.
– Ce sont les osselets auditifs, dit-il. Ils transfèrent les vibrations de la membrane du tympan à l’oreille interne, grâce à quoi vous entendez ce que je vous dis. Le marteau, l’enclume et l’étrier. Une construction fascinante. Sachez que ce sont les seuls os du corps humain dont la taille ne varie pas depuis la naissance jusqu’à la mort. Ils se forment à 100 % lors de la période utérine, d’une manière assez inhabituelle d’ailleurs, ce qui constitue une preuve en faveur de la théorie de l’évolution, dans la mesure où, chez les poissons et chez les reptiles, leur formation est identique…
– Professeur, je vous en prie…
Frankenstein se redressa fièrement. S’il avait prévu une riposte, il la garda pour lui.
– C’est l’étrier. Vous voyez ?
Il hocha la tête. Il avait toujours cru que ce nom n’était qu’une façon de parler, alors que le minuscule osselet ressemblait effectivement à un étrier miniature, on aurait dit un accessoire d’équitation pour Schtroumpfs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
CormorobinCormorobin   09 novembre 2016
Il est utile de rappeler que le roi de France en personne, Louis IX le Prudhomme, plus connu sous le nom de Saint Louis, a été bouilli à Tunis après sa mort, et dans du vin qui plus est. On peut aujourd'hui admirer ses os dans des reliquaires, je ne sais plus où.
Commenter  J’apprécie          110

Videos de Zygmunt Miloszewski (35) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Zygmunt Miloszewski
Commandez les coups de coeur de nos libraires sur filigranes.be !
Les livres dans l'ordre : "Je suis Pilgrim" de Terry Hayes, Éditions le Livre de Poche "Inavouable" de Zygmunt Miloszewski, Éditions Pocket "L'Etoile du nord" de D.B. John, Éditions Les Arènes "L'espion et le traître" de Ben Macintyre, Éditions de Fallois "Unité 8200" de Dov Alfon, Éditions Liana Levi "La trilogie Bleiberg" de David Khara, Éditions J'ai lu NOUVEAUTÉ - "Ma première journée au FBI" de Jean-Paul Chabrier, Éditions le Tripode
autres livres classés : pologneVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2418 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre