AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782260014447
219 pages
Éditeur : Editions Julliard (12/09/1999)
3.31/5   47 notes
Résumé :
1963. Dans le sud de la France, Sacha Mlinoff, un jeune étudiant timide et passionné d'archéologie, s'éprend à l'université de l'énigmatique Cynthia Salomon et devient son ami et confident. La jeune femme l'emmène au "Mas des paons", où elle habite avec son frère jumeau, Ugo, et Nino leur père. Surnommé "le maître des paons", Nino est un peintre étrange, se consacrant exclusivement à la représentation des paons. Comme par magie, le domaine devient peu à peu le théât... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
bagus35
  08 mai 2020
Sacha Malinoff poursuit des études d'archéologie à l'université où il rencontre Cynthia .Bravant sa timidité ,il va finir par devenir son ami en espérant mieux.Cynthia va bientôt l'inviter chez elle où il va découvrir une étrange famille entre un frère jumeau taiseux et un père qui a voué sa vie à peindre des paons.Et de fil en aiguille ,il va apprendre comment le grand-père ,un journalier vagabond ,est devenu propriétaire de ce mas et y a introduit les paons. Un bon roman
Commenter  J’apprécie          260
brigittelascombe
  09 août 2011
C'est un paradis perdu étrange et merveilleux peuplé de paons chatoyants aux cris rauques, survolé de fragrances suaves ou de rémugles plus acidulés, dans lequel va pénétrer et nous inviter à sa suite, Sacha Malinoff le narrateur du Maître des paons.
Jeune étudiant sans histoires sur Montpellier, la rencontre de Cynthia va bouleverser sa vie. Il la fait rire.Elle se confie et le convie lors d'une banale panne de voiture à entrer dans son royaume.
Car n'est ce pas un royaume au coeur de Solignac que ce mas où plane,poétique et romantique l'ombre lumineuse d'un Grand Meaulnes?
Du rêve à l'état pur,mais point de fête ici. Ou peut être bien, oui, celle de la peinture.
Beaucoup de mystère aussi.Cynthia qui se dérobe puis s'offre à son professeur, qui s'ennuie aussi.
Ugo, le jumeau,anguleux et inaccessible.
Nino,le peintre reclus qui peint des paons encore et toujours, qui étudie leurs variations chromatiques à la loupe et converse avec le crépuscule des Dieux qui pose sa résille jaune sur le muret où les oiseaux se chauffent.
Sacha peu à peu remonte les traces de leur passé.
"Dis papa, c'est quoi les pa-ons?" interrogeait Nino.
Dolores,Esprit,Salem, des prénoms aux cosonnances ésotériques vont émerger et retracer l'histoire du Grand Bouquaud devenu le Mas des paons.
Une histoire semblable à un conte qui nous laisse pénétrer dans une autre dimension, celle de l'univers d'un artiste obsessionnel avec ses tenants et ses aboutissants, d'où l'on sort les paupières pailletées par un marchand de sable créateur d'illusions.
Le Maître des paons a obtenu le Goncourt des lycéens en 1997 et Jean Pierre Milovanoff est l'auteur prolifique de plusieurs romans et pièces de théatre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
luocine
  13 mai 2021
C'est « la souris jaune » qui m'a donné envie de lire ce roman. Et aussi le fait que cet auteur ait reçu « le Goncourt des lycéens ». Depuis Farrago de Yan Appery , je fais toujours attention à ce prix. Ce roman est composé de deux parties assez différents la première partie raconte l'amour désespéré de Sacha Malinoff pour la belle Cynthia la fille du Maître des Paons. Il en viendra à tenter de disparaître, puis il s'imposera peu à peu dans la vie de la famille très originale de Cynthia. Un peintre uniquement occupé à peindre des paons et un frère très bizarre. En réalité, le personnage principal de ce curieux récit est » le mas des paons » une demeure attirante remplie de mystère. J'ai beaucoup pensé au château de la fête du « Grand Meaulnes », à cause de l'attirance et du mystère qui entoure cette demeure et ces habitants. J'ai beaucoup aimé le style de cet auteur, une langue aussi précise que poétique. Mais je suis restée sur ma fin sur le plan de l'intrigue, j'éprouvais comme un léger ennuie pendant cette lecture ; je reconnais que cela allait bien avec le sujet.
Lien : https://luocine.fr/?p=11243
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          21
chapochapi
  03 avril 2010
un ouvrage qui peut rappeler le Grand Meaulnes.
le roman présente une écriture agréable à lire, fluide, précise sans lourdeur. cependant, ce livre m'a moins touchée que l'ouvrage d'Alain Fournier, sans raison me semble-t-il. un peu moins de magie ? mais la magie est actualisée. des personnages peut-être pas assez banals pour que je me prenne au jeu ?
c'est un roman qui n'est pas déplaisant mais qui ne laisse pas de trace.
Commenter  J’apprécie          10
flavie982
  12 août 2013
J'ai bien aimé la façon dont Sacha raconte cette histoire en s'aidant de sa mémoire mais aussi de carnet de notes.
Le mas des paons est pratiquement un personnage à lui seul, son terrain, ses différentes dépendances et aussi la façon dont les paons en sont les emblèmes et inspirent le peintre mais aussi attisent la curiosité de Sacha.
Il y a une certaine vision de l'art qui est proposée, celle d'une répétition avec un infîme changement dans les détails, dans les nuances de couleurs, celle où une très bonne vision et une sorte de perception différente sont nécessaires.
L'histoire de la famille Salomon est pleine d'évenements de différentes natures, tristes ou joyeux et aussi d'aspects un peu secrets. J'ai trouvé les personnages masculins plutôt attachants : Ugo en raison de son amitié sans réserve pour Sacha et Nino qui se dévoile peu à peu, pourquoi il peint et pourquoi cet unique sujet de peinture et comment sa vie personnelle s'est construite. le personnage de Cynthia est en revanche plutôt agaçant, entre fausse timidité, manipulation et méchanceté.
Lien : http://vivelesbetises2.canal..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
bagus35bagus35   02 mai 2020
Je dois prévenir néanmoins qu'en brassant le vrai et le faux dans les cuves du souvenir, il m'arrivera quelquefois d'obtenir par fermentation des teintes nouvelles car il n'est pas toujours facile de séparer ce qu'on a vécu de ce qui a failli se produire.
Commenter  J’apprécie          90
brigittelascombebrigittelascombe   09 août 2011
Lors de la remise des prix quelqu'un lui demanda publiquement d'où lui venait le goût des études.De ma seule envie de ter, dit elle à mi-voix.Et devant la stupéfaction que provoquait cette réponse,elle s'empressa d'ajouter en souriant:tuer l'ennui,s'il est possible.
Commenter  J’apprécie          60
natlitounatlitou   02 février 2018
La vie est un festin qui doit être goûté pour lui-même, sans chipoter ni attendre le plat suivant, expliqua-t-il à son passager. Ainsi, le moment venu de régler l'addition, on quitte la table sans le remords d'avoir repoussé le meilleur au bord de l'assiette.
Commenter  J’apprécie          60
bagus35bagus35   06 mai 2020
Chacun sait que troubler le sommeil des morts porte malheur et que les monte-en-l'air ne sont pas moins superstitieux que les toreros .
Commenter  J’apprécie          80
luocineluocine   13 mai 2021
Il y a des jours où je fus à deux doigts d’avouer à Cynthia que je l’aimais, mais ne le savait-elle pas et n’avait-elle pas répondu à mon silence par le sien, qui disait tout autre chose ? Je suis tenté de croire aujourd’hui, sans en être certain, que je me gardais de tout aveu pour ne pas dissiper une ambiguïté où logeait encore de l’espérance.
Après le premier baiser qui n’était que de circonstances et n’engageait rien, la main gauche du séducteur, sa bonne main qui maniait avec une égale élégance le stylo à plume et la canne, cette main sinistre, je ne crains pas de le dire, habituée aux fouilles babylonienne, dégrafa sans attendre une permission et les trois boutons du chemisier ‑un trio qui m’avait souvent intrigué- et elle fit jaillir les seins de leurs bonnets, afin que la pleureuse comprît par cet attentat amoureux que le grand homme ne la consolait pas par pitié, dans un esprit de sacrifice chevaleresque, mais qu’il agissait pour le compte d’une puissance supérieure à la compassion, sous l’empire du désir fou.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Video de Jean-Pierre Milovanoff (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Pierre Milovanoff
POÉSIE INDIENNE – Les poètes bengalîs (France Culture, 1984) Une compilation des émissions « Albatros », par Jean-Pierre Milovanoff, diffusée les 15 et 22 avril 1984 sur France Culture. Invités : France Batasharia, Élisabeth Boury, Madame Delgalian, Narayam Mukherji.
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Arts et littérature ...

Quelle romancière publie "Les Hauts de Hurle-vent" en 1847 ?

Charlotte Brontë
Anne Brontë
Emily Brontë

16 questions
807 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , littérature , art , musique , peinture , cinemaCréer un quiz sur ce livre