AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782213655482
290 pages
Éditeur : Fayard (25/08/2010)
3.5/5   7 notes
Résumé :

Milan, le 25 avril 1945, 20 heures : le convoi qui emporte Mussolini et ses plus fidèles lieutenants s’ébranle vers une destination incertaine. Trois jours plus tard, à Giulino di Mezzegra, sur la rive ouest du lac de Côme, le du ce et Claretta Petacci sont exécutés. Que s’est-il passé au cours de ces trois longs jours ? Comment le dictateur a-t-il été arrêté ? Qui a tiré ? le du... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
lechristophe
  20 juin 2020
Si l'on sait généralement comment sont décédés les grands salopards du 20e siècle, on ne sait pas comment a fini Mussolini. Il y a le suicide par arme à feu pour Hitler, l'AVC pour Staline et la crise cardiaque pour Mao, mais quid du Duce.
Eh bien, on apprend tout de sa misérable fin en lisant "Les derniers jours de Mussolini" de Pierre Milza. L'auteur y retrace son parcours, à la fin d'avril 1945, de sa tentative de fuite depuis Milan, en convoi, escorté par des soldats allemands, en direction du nord de l'Italie, jusqu'à un petit village au bord du lac de Côme où il fut fusillé en compagnie de sa maîtresse par des partisans communistes.
Surtout, Pierre Milza évoque les différentes versions qui ont eu cours en Italie concernant la mise à mort du Duce et de l'identité de son instigateur. Walter Audisio était le nom que des générations de petits Italiens ont appris lors de leur leçons d'Histoire, mais depuis il s'est avéré que c'était une invention de la direction du parti communiste pour cause de propagande.
Le hic est que l'historien propose tellement de versions de la mise à mort de Mussolini que je ne sais pas laquelle il considère la plus véridique.
Et puisque j'en suis dans les griefs, mon plus gros problème à la lecture de l'ouvrage est que l'auteur emploie aussi bien leurs patronymes que leurs pseudonymes quand il évoque les résistants, embrouillant bien vite son lecteur. Surtout, quand il y a des erreurs dans la correspondance entre les patronymes et les pseudonymes : à la fin du chapitre 12, il parle du capitaine Neri en le nommant Cantoni, or Neri était le pseudo de Luigi Canali (comme l'indique le glossaire en fin d'ouvrage), Cantoni ayant, lui, pour réel pseudo Menefrego.
Malgré ces petits désagréments, je conseille bien évidemment la lecture de cet ouvrage à tous ceux qui sont intéressés par la fin de la Seconde guerre mondiale et plus généralement par la fin d'une guerre civile.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
lehibook
  26 mai 2019
De quoi conforter les stéréotypes si l'on fait le parallèle entre la fin wagnérienne d'Hitler et la pantalonnade tragique que fut celle de son acolyte italien . Sordide aussi car les épisodes écoeurants ne manque pas avant le summum que fut la barbarie infligée aux cadavres à Milan. Ce n'est pas le moindre paradoxe que de ce sentir , à leur lecture, pris de pitié pour un individu qui n'en méritait pas.
Commenter  J’apprécie          10
livius
  25 octobre 2014
La finn pathétique de Mussolini....à lire !
Commenter  J’apprécie          40
trepel1
  04 janvier 2014
tres interessant car la mort de mussolini n est pas tres clair
Commenter  J’apprécie          00
trepel1
  04 janvier 2014
tres interessant car la mort de mussolini n est pas tres clair
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
lechristophelechristophe   20 juin 2020
Les consignes adressées à Rahn ne laissent planer aucun doute sur ce point : "Le Führer estime que [...] il a été surabondamment prouvé que les troupes italiennes ne sont pas utilisables. Elles ne sont capables que de démonstrations bruyantes qui intoxiquent la population. Une force armée italienne digne de confiance et combative ne peut être envisagée, ni par nous, ni par nos alliés." À quoi fait écho ce propos prêté au maréchal Keitel : "La seule armée italienne qui ne trahisse pas est celle qui n'existe pas. "
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
lehibooklehibook   26 novembre 2019
"Il faut le tuer aussitôt,,de manière brutale,sans théâtralité,sans phrases historiques."Valerio a assimilé la leçon.Il sait ce qu'il doit faire si la mission lui est confiée.
Commenter  J’apprécie          20
trepel1trepel1   09 janvier 2014
bon livre
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Pierre Milza (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pierre Milza
Serge Berstein - Berstein et Milza
Dans la catégorie : Régime fascisteVoir plus
>Italie : histoire>Italie : 1870...>Régime fasciste (9)
autres livres classés : italieVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2450 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre