AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Nel King (Éditeur scientifique)Jacques B. Hess (Autre)
EAN : 9782863640166
253 pages
Éditeur : Parenthèses (01/11/1985)
3.79/5   28 notes
Résumé :
Saint et pécheur, Charles Mingus, génial contrebassiste et compositeur de jazz fut les deux à la fois. Sous la forme d'une longue confession à un psychiatre, Mingus raconte, sans fard, la lutte perpétuelle qu'il a menée contre le "monde des Blancs", la terre entière et Dieu.

Homme de l'excès, il a vécu plusieurs vies en une, dans laquelle les femmes ont toujours tenu un rôle considérable. Si une place mineure est accordée à la musique, les lignes qu'... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
unclemeat
  25 août 2016
Moins qu'un Chien, c'est la traduction du titre du livre (Beneath the Underdog, 1971) écrit par Charles Mingus, le contrebassiste et compositeur de jazz qui est sans doute l'un des dix plus grands noms de ce genre musical - aïe ! Je n'aurais pas dû écrire cela, je ne vais pas me faire que des amis. Bon je m'enfonce : les autres pourraient être par exemple Armstrong, Ellington, Davis, Coltrane, Holiday, Basie, Fitzgerald, Monk... et je vous laisse volontiers ajouter le dernier ! -. Sa biographie, ou plutôt le roman d'une partie de sa vie, à défaut d'être un grand livre, nous donne un éclairage particulier sur son oeuvre. On comprend par exemple pourquoi sa musique et son jeu sont si puissants, on trouve l'explication à ses tourments, à sa rage, à sa sensibilité, à la beauté mélodique de certaines de ses compositions (ou à certaines phrases de celles-ci). Mingus, tiraillé entre le désir de plaire et la crainte d'être attaqué, qui dit dès le premier paragraphe de son livre qu'il existe trois hommes en lui : celui qui observe les deux autres, dont l'un est "est comme un animal qui attaque de crainte d'être attaqué", tandis que le troisième "est un homme doux et aimant (...) qui, lorsqu'il s'aperçoit qu'on l'a possédé, a envie de tuer et de détruire tout ce qui l'entoure, y compris lui-même". La couleur de sa peau et et ses origines trop métissées à ses yeux alimentent sa haine - les remerciement du début du livre vont à "Mel King, seul blanc (...) capable d'assumer la mise en forme du livre" -, en même temps qu'elles lui procurent une énergie énorme. Ses relations avec les femmes, adorées et méprisées, achetées et vendues, aimées et abusées, celles avec ses collègues musiciens, avec la société américaine, avec la création et la destruction, aideront le lecteur amoureux de la musique de Mingus à esquisser de lui un portrait en trois couleurs, du nom d'une merveilleuse composition, Self Portrait in Three Colours, qui figure sur l'album Mingus Ah Hum.
Lien : https://isaakeyes.wordpress...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
ImagoProduction
  29 mars 2020
Belle initiative que cette réédition par les éditions Parenthèses, grâce au concours de la région Sud Provence-Alpes-Côte d'Azur, de l'autobiographie de Charles Mingus « Moins qu'un chien », livre impudique et scandaleux mais d'une lecture indispensable.
En revanche, les jazzophiles et autres musicologues aguerris risquent d'en être pour leurs frais s'ils cherchent dans ces pages les clés de l'oeuvre mingusienne, des révélations sur ses compositions, orchestrations, son jeu de contrebasse, de piano, ou autres. de musique, dans ce livre il est peu question, mais plutôt de racisme, de politique, et de sexe (beaucoup !). Portrait de la condition de l'artiste afro-américain dans les années 50 et 60 (première parution en 1971), ce livre relate de nombreuses anecdotes qui ont pour protagonistes Bird, Miles, Monk et d'autres, et aussi de nombreuses femmes.
Cri de rage contre le racisme, ce livre n'en contient pas moins des hommages à de grands musiciens blancs, Juifs pour la plupart (« Ils pris presque autant de coups de pieds au cul que nous » écrit-il) ainsi qu'un coup de chapeau à la ville de San Francisco connue pour sa tolérance et berceau des mouvements beatniks et hippies. Et ce n'est que justice, et d'une logique implacable si l'un des plus beaux hommages rendus à Mingus, le fut par la musicienne, chanteuse, poétesse et peintre Joni Mitchell, issue de ces mouvements, qui lui dédia un album entier : « Mingus » paru en 1979, peu de temps après la mort du grand Charles, qui avait co-composé quatre titres de l'album.
47 ans après sa première parution « Moins qu'un Chien » reste un livre fort et dérangeant, un témoignage inoubliable d'un monde aujourd'hui lointain.
Lien : https://www.lejazzophone.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
sapno
  04 avril 2020
sexe, drogue et génie sublime du grand Mingus
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
OrchidFerretOrchidFerret   04 mai 2016
Je me demande si je ne pourrais pas hypnotiser toutes les prostituées du monde et les lancer nues dans la rue pour qu’elles violent tous les hommes ! Leur impureté envahira les palais de nos leaders, ces déments qui méditent la conquête et la destruction du monde, et dont les épouses sont aussi des femmes oubliées. Je répandrai le phénomène dans tous les pays, j’éveillerai les femmes de Russie, de France, d’Allemagne, du Japon – elles seront si nombreuses que la police ne suffira pas à les arrêter, et même les auxiliaires féminines de la police se joindront à elles. Et quand mes femmes hypnotisées se jetteront sur les chefs d’Etat, les yeux du monde se dessilleront. On saura que Hitler ne pouvait avoir une érection que porté par les Heil Hitler ! des foules ou de sa maîtresse Eva, que Napoléon était un pédé et Mussolini un drogué, que Goering se défonçait à l’héroïne 24 heures sur 24, que les rois et les princes sont des pervers et des cocaïnomanes qui font arrêter les pauvres pour en avoir fait 10 fois moins qu’eux.
Il est temps de savoir ce que sont les leaders qui nous envoient à la mort pour pouvoir, eux, échapper à la vie. Putains, arrachez les vêtements de nos leaders dès aujourd’hui dans le monde entier ! S’ils se sauvent, portez les ciseaux à l’endroit où devraient se trouver leurs couilles ! Ce monde est malade, sauvez-le, ô inestimables putains !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
PhilOchePhilOche   29 novembre 2015
Car, rappelez-vous, vous m’avez dit que vous veniez me voir non seulement parce que j’étais psychologue, mais aussi parce que j’étais juif, et que je pouvais par là éprouver une affinité avec vos problèmes.
- Ha ha ! vous êtes marrant docteur !
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Charles Mingus (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Charles Mingus

La chronique de Gérard Collard - Mingus mood 2
Mingus Mood de Memlouk William aux éditions Regardez l'avis de Gérard Collard... La présentation du livre "Mingus Mood" par l'éditeur : Sur fond de ségrégation raciale dans l Amérique des années 50, Mingus Mood s inspire de l existence fougueuse et rebelle du célèbre jazzman Charlie Mingus. Un premier roman sensuel, lyrique et envoûtant, à l image même de la musique de Mingus. En 1957, Charlie M., célèbre contrebassiste et compositeur de jazz, quitte New York sur un coup de tête pour rejoindre Tijuana, ville frontière mexicaine, à bord d une voiture qu il vient de gagner dans une joute musicale. Que fuit-il ? l'humiliation des lois ségrégationnistes nord-américaines ? Ou son amour impossible pour une femme blanche de Greenwich Village ? Sait-il déjà que toute sa révolte et sa passion s incarneront là-bas dans son plus bel album, Tijuana moods ? En 1981, interviewé par une journaliste dans un bar de La Nouvelle-Orléans, un vieil ami se remémore les fragments de sa vie aux côtés de Mingus. le narrateur évoque alors l enfance du petit Charlie, confronté au racisme ordinaire, le traumatisme de la mort de sa mère, sa colère montante face aux injustices sociales. Puis vient son extraordinaire ascension musicale, sa passion pour la boxe, cette folie sourde qui le menace, son expérience de la psychanalyse, son besoin farouche de liberté, d alcool et de drogue. Jusqu à cette rencontre improbable avec une femme blanche qu il séduit instantanément, et dont il tombe éperdument ...
+ Lire la suite
>Histoire, géographie, sciences auxiliaires de l'histoire>Biographie générale et généalogie>Biographie: artistes et sportifs (789)
autres livres classés : jazzVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Charles Mingus (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Arts et littérature ...

Quelle romancière publie "Les Hauts de Hurle-vent" en 1847 ?

Charlotte Brontë
Anne Brontë
Emily Brontë

16 questions
806 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , littérature , art , musique , peinture , cinemaCréer un quiz sur ce livre