AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782709621854
204 pages
J.-C. Lattès (10/02/2001)
3.86/5   7 notes
Résumé :
Ce dimanche-là, elle s'était juré de ne pas assister au sacro-saint déjeuner familial, mais après tout c'était l'anniversaire de son père, malade en sursis, et peut-être même le dernier.
Et justement, quelques heures plus tard, les voilà tous, la narratrice, son frère, sa soeur et leur mère, à compter les soupirs du père agonisant, un pour chaque bougie, pensent-ils.
Dans l'attente de l'heure fatidique, chacun se révèle dans la plus cruelle nudité, jau... >Voir plus
Que lire après Le soupirantVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Une comédie douce et amère, cruelle au premier degré, dérangeante au second et désopilante au troisième où l'on souhaiterait à peu de choses près être orphelins une fois dans sa vie...

C'est épuisée que la narratrice au prénom oublié et volé traînera la patte pour se rendre au sacro-saint anniversaire de son père mourant entouré de sa soeur, son frère et sa tendre mère.
Autour du mourant, on entend le décompte final rythmé autour des soupirs du père.

Table ronde où chacun sera scruté par la narratrice sur un ton bourré de cynisme, d'ironie et de désillusions.

Pssst... le soupirant soupire...
Une fois, deux fois, une course effrénée s'engage alors jusqu'au dernier soupir. Et si ce père soupirait non pas pour savourer une minute de vie en plus mais des turpitudes des siens qui se racontent sans complaisance.

Il semble néanmoins que chacun pour ses propres raisons souhaitent la mort de cet homme. En attendant l'heure, ça jacasse, ça rit jaune, comme s'il fallait bien tuer le temps à défaut de tuer ce soupirant à l'agonie.

Un roman qui dissèque la famille, qui dit vrai sur ces heures inutiles sur un lit d'hôpital, qui questionne, désarçonne. Une écriture soignée et percutante. Une sympathique découverte que cette Isabelle Minière.
Commenter  J’apprécie          874
J'ai retrouvé avec plaisir dans ce récit le sens de la dérision des textes d'Isabelle Minière. Lecture amusante à condition de partager le sens de l'humour de l'auteure car il s'agit d'une tragi-comédie. Un père est hospitalisé pour la nième fois. Comme chaque fois se met en place la comédie du "il va mourir". le futur cadavre émet régulièrement des soupirs, qui sont dénombrés par les 4 autres membres de la famille, jusqu'au 50ième, date anniversaire du principal acteur passif de la scène....Les portraits de la mère, du frère et de la soeur de la narratrice sont plutôt comiques, la narratrice ne s'épargnant pas elle-même.
Commenter  J’apprécie          10
Roman que j'ai dévoré en quelques heures. J'ai beaucoup aimé le ton acide et l'ironie qui s'en dégagent alors que les circonstances relatées s'y prêtent finalement si peu. Un très bon moment de lecture.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
Si on lui demande : « À quoi penses-tu ? » elle répond, très grave, très profonde : « Je réfléchis au sens de la vie. » Elle s’aime beaucoup en jeune femme sage qui réfléchit au sens de la vie. Tant qu’on réfléchit à la vie en général, on oublie sa vie en particulier. C’est moins désespérant.
Commenter  J’apprécie          252
Les parents croient toujours qu’ils y sont pour quelque chose dans les qualités de leurs enfants. Pour ma mère en tout cas c’est simple : mes qualités c’est de l’hérédité, mes défauts c’est de l’acquis.
Commenter  J’apprécie          352
Je n'étais pas cette enfant qu'elle décrit, si brute, si froide ; qu'elle jouit de décrire ainsi. Je n'étais pas ça. J'étais une autre, qu'elle n'a pas vue, pas voulu voir. En un sens, je suis orpheline depuis longtemps déjà ; j'ai fait le deuil de ma mère.
Commenter  J’apprécie          00
Depuis que je sais faire du vélo j'ai peur que mon père meure. D'accord ? Or j'ai su très tôt faire du vélo. Toujours d'accord ? Donc quand il sera mort, je n'aurai plus peur qu'il meure. Logique, non ?
Commenter  J’apprécie          00
J'attends. Quelques minutes, et puis nous partirons. C'est ainsi : quand mon père ne meurt plus, on s'en va, on le laisse survivre en paix.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Isabelle Minière (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Isabelle Minière
Isabelle Minière - Au pied de la lettre
autres livres classés : AnniversairesVoir plus
Les plus populaires : Littérature étrangère Voir plus


Lecteurs (8) Voir plus



Quiz Voir plus

L'écume des jours (de Cécile )

Qui a écrit : "L'écume des jours" ?

Boris Vian
Emile Zola
Guy de Maupassant

20 questions
497 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur ce livre

{* *}