AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2081281066
Éditeur : Flammarion (13/06/2012)

Note moyenne : 3.75/5 (sur 4 notes)
Résumé :
A peine marié, un homme découvre la véritable nature de la femme qu'il a épousée : pingre, étouffante, acariâtre, elle n'est qu'un monstre de froideur. Sous la forme d'un mémoire adressé à l'avocat qui devra défendre sa demande de divorce, il confesse son enfer conjugal. Un texte surprenant dans lequel Mirbeau s'attaque aux conventions bourgeoises et dresse un portrait de femme aussi habile que misogyne.
Les adolescents apprécieront la parole intime qui se dé... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
jbicrel
  25 juillet 2012
Octave Mirbeau est l'auteur du Journal d'une femme de chambre et pourtant le film qui en est tiré, avec Jeanne Moreau comme inoubliable héroïne, est bien plus célèbre que le livre et que son auteur. A travers ce livre, j'ai donc découvert, l'auteur et son écriture. Même si selon la 4e de couverture, Mirbeau fut "salué par les plus grands, de TolstoÏ à Apollinaire, en passant par Zola", les quatre nouvelles qui composent ce recueil ne m'ont pas vraiment convaincue :

"Mémoire pour un avocat" est la plus longue des quatre nouvelles (une cinquantaine de pages), elle se présente comme un "mémoire" envoyé par le narrateur à son avocat afin de l'aider à plaider sa cause dans son divorce. Ce qu'il reproche à son épouse, ce n'est pas une infidélité. En réalité, "sa conduite fut toujours parfaite". Ce qu'il lui reproche c'est au fond d'avoir cessé du jour au lendemain, dès leur mariage, de correspondre à son idéal féminin de la femme semblable à lui-même en tous points par ses goûts, ses habitudes : "nous aimions les mêmes poètes, les mêmes paysages, la même musique, les mêmes pauvres". Dès leur départ en voyage de noces, Jeanne est devenue insensible, froide, dominatrice, calculatrice, avare et lui-même, a toujours été incapable de lui résister, "car j'abdiquai, tout de suite entre les mains de ma femme", dit-il. Plusieurs mois de fiançailles ne lui avaient pas laissé imaginer le calvaire que serait pour lui une vie conjugale avec Jeanne, il n'avait vu alors que sa beauté et la femme idéale dont il projetait l'image en elle.
Dans "Clothilde et moi" le narrateur est encore le protagoniste principal. Pour profiter de trois mois en tête à tête avec Clothilde, la femme qu'il aime en cachette à Paris dans une relation adultère, il loue une "belle villa" sur la côte anglaise. Clothilde et lui attendent avec enthousiasme ces mois de liberté où ils seraient parfaitement libres de s'aimer. Pourtant, le moment venu, Clothilde arrive avec deux semaines de retard et "trente-trois grosses malles". Elle passe alors tout son temps à installer ses nombreuses toilettes dans la villa qu'elle envahit et qu'elle trouve trop petite et incommode, tant et si bien qu'elle finit par demander à celui qui n'a d'yeux que pour elle de sortir car elle manque de place.
Dans "Le Pont", le narrateur vient d'épouser "une petite femme rose et blonde, très singulière, vive et charmante petite bestiole qui sautait, de-ci, de-là comme un chevrau dans la luzerne, et babillait, comme un oiseau dans les bois au printemps."Laure était sa "sixième épouse": des cinq autres deux étaient mortes on ne sait pourquoi, trois l'avaient quitté, on ne sait pourquoi. A la fin d'une promenade, Laure propose de prendre un raccourcis et de descendre vers la rivière pour regagner leur maison sur l'autre rive. le narrateur a beau lui dire que c'est impossible car il n'y a pas de pont, elle s'entête et quand arrivée à la rivière, elle doit se rendre à l'évidence, elle rebrousse chemin, épuisée et fachée, irrémédiablement fachée. "Mon Dieu ! [pense le narrateur, ...], encore une qui m'échappe... Et Pourquoi ? ... Et que se passe-t-il en elle? [...] Déjà Clémence m'avait quitté, parce qu'un soir, en sortant du bal, il avait plu et que sa toilette fut perdue..."
"Veuve" est la dernière nouvelle du recueil : le narrateur est l'ami d'un couple très uni, Lucien et Lucienne. Un jour, il reçoit une lettre de Lucienne qui lui dit "Lucien est mort. Venez tout de suite." Il se précipite, persuadé qu'il y a une erreur, que c'est impossible, il trouve Lucienne en pleurs, Lucien est bien mort. Lucienne est éplorée, si éplorée, qu'elle... tombe dans ses bras.
Ces quatre nouvelles me paraissent finalement très datées : les narrateurs, sans doute très proches de l'auteur, semblent tous souffrir d'une méconnaissance des femmes ce qui les mène tous à la désillusion. Certains sans doute pourraient les taxer de misogynie mais cela me paraît excessif car ces narrateurs sont des êtres falots, sans caractère, prisonniers de leurs a priori. Quant à l'écriture, elle est très dépouillée mais manque un peu de relief à mon goût.
Publié dans la nouvelle collection étonnantiss!me de Flammarion, ce recueil est conçu pour la lecture cursive en 1e. Il est en effet très facile à lire en lecture cursive.

Lien : http://aller-plus-loin.over-..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
DonaSwann
  11 avril 2016
"Mémoire pour un avocat" : désireux de divorcer, un homme rédige un mémoire pour son avocat, sous forme de récit qui part de ses fiançailles et arrive à son croissant mépris pour sa femme, en passant par les innombrables concessions qu'il fit à son insensibilité de coeur et de corps.
"Clotilde et moi" : un couple adultérin a convenu de faire un séjour dans un port britannique, avec vue sur la mer, option baudelairienne luxe, calme et volupté ; la maîtresse arrive avec quinze jours de retard et trente-trois malles qu'elle entreprend de gérer à plein temps.
"Le Pont" : un époux irréprochable se demande comment il a pu indisposer ses six épouses en moins de trois mois chacune...
"Veuve" : un couple et un ami très cher vivaient heureux ; l'époux décède, l'épouse se désole, l'ami très cher fait acte de présence...
Ce recueil de quatre nouvelles nous offre un regard plein d'humour, parfois noir, sur la relation de couple. Bien avant Gray, Mirbeau estime que les Vénusiennes et les Martiens, même quand ils sont supposés pouvoir s'aimer vont très vite atteindre les limites de la communication, de leur désir et vivre côte à côte dans l'amertume.
Certaines nouvelles sont des petits chefs-d'oeuvre de mauvaise foi féminine (ou masculine : que penser de ces hommes qui se présentent comment toujours très - trop- accommodants, patients, soumis ? ces narrateurs disent-ils tout ?), presque toutes sont de redoutables casse-pieds, dominatrices et castratrices, mais Mirbeau tourne le plus souvent ces situations au burlesque... sauf peut-être dans "Mémoire pour un avocat", où la condition de vie des plus pauvres est peinte d'une manière qui dissuade de rire du manque de charité de l'épouse.
Cf. note sur mon blog pour la mise en page.
Lien : http://aufildesimages.canalb..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
2-9babelio
  25 février 2015
La nouvelle mémoire pour un avocat a été écrite par Octave Mirbeau , il parle d'un avocat qui vient juste de se marier et qui découvre le vrai visage de sa femme , elle ne lit plus les poèmes , les romans qu'elle lisait avec son mari et devient étouffante , avare , calculatrice .
J'ai bien aimé cette nouvelle car elle fait très réaliste , en racontant un mariage qui tourne au désastre en quelques jours .
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
jbicreljbicrel   25 juillet 2012
une petite femme rose et blonde, très singulière, vive et charmante petite bestiole qui sautait, de-ci, de-là comme un chevrau dans la luzerne, et babillait, comme un oiseau dans les bois au printemps
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Octave Mirbeau (18) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Octave Mirbeau
Octave MIRBEAU– Clotilde et Moi (FR)
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Bakuman Quiz II - tome 6 à 10

Pourquoi Le manga de Muto Ashirogi (Détective mystificateur Trap) prend t-il une pose ?

Parce que Mashiro part en vacance
Parce que Miyoshi à voler des planches
Parce que Mashiro est tombé malade
pour une autre raison

10 questions
11 lecteurs ont répondu
Thème : Bakuman, tome 6 de Tsugumi OhbaCréer un quiz sur ce livre