AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Anna Guerineau (Traducteur)Tadahiro Oku (Traducteur)
ISBN : 2877305384
Éditeur : Editions Philippe Picquier (18/04/2001)

Note moyenne : 2.86/5 (sur 7 notes)
Résumé :

Yu Miri qui vient d'obtenir à vingt-neuf ans le célèbre prix Akutagawa (le Goncourt japonais) pour son dernier roman Cinéma familial - l'événement littéraire de l'année - est représentative de la nouvelle génération d'écrivains d'origine coréenne vivant au Japon : ils écrivent la rage au coeur des oeuvres tourmentées, portées par les feux de la révolte. La cellule familia... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Myriam3
  01 octobre 2014
La couverture est belle,le visage paisible d'une jeune femme aux yeux fermés penchée vers le spectateur ou ici le lecteur; on distingue des lettres calligraphiées sous l'illustration. Je pense que c'est ce qui m'avait fait acheter le roman, en plus d'une curiosité toute nouvelle pour la littérature japonaise.
En encart, il est précisé que l'auteure, Yu Miri, est une Japonaise d'origine coréenne qui a beaucoup souffert de moqueries durant ses années d'école. Ces détails m'ont toujours intriguée et je n'en comprends toujours pas la raison ici...
Le livre est composé de deux nouvelles. J'ai repris le livre par curiosité après l'avoir lu il y a une bonne dizaine d'années. J'ai redécouvert deux récits psychologiques un peu trop glauques pour moi, mais vu la critique de Rhodopsine, je ne suis pas la seule. On y suit, donc des relations familiales dans lesquelles les relations aux sexes sont crues et perturbantes; malheureusement on n'éprouve pas d'empathie, l'auteure ne nous en laisse pas vraiment le loisir, mais plutôt un mélange de dégoût et d'écoeurement. Peut-être l'auteure, pour son premier roman, a t'elle voulu jouer sur le thème de la provocation... Il y a certains passages descriptifs très beaux, pris sur l'instant, qui atténue ces mauvaises sensations, mais dans l'ensemble ce n'est pas un livre plaisant à lire et dont on tire quelque chose... je n'en comprends pas vraiment le but, l'intérêt.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Seijoliver
  04 avril 2019
Deux nouvelles ayant pour titre, Jeux de famille et Pousses de soja, composent ce livre. La lecture en est très abordable, mais il faut aimer ne pas avoir toutes les explications, et ne pas tout comprendre.
Deux jeunes femmes sont au coeur de ces histoires. Des histoires de famille.
Dans la première, un père séparé depuis très longtemps, a construit une maison et espère que son-ex femme et ses deux filles vont rejoindre ce nouveau foyer. Full House est le vrai titre de la nouvelle. A défaut de pouvoir réunir sa famille – certains passages laissent supposer des relations troubles – il héberge une famille à la rue qu'il a décidé d'aider (chez eux aussi des relations équivoques entre parents et enfants, la fillette ne parle plus, le père a des réactions violentes).
Dans la seconde, la narratrice, Kyôko, travaille comme illustratrice, et a comme amant un homme avec qui parfois elle collabore. S'en mêle la femme - personnage très très fantasque, qui peint et cultive des pousses de soja- de cet homme, ainsi que la mère de Kyôko qui lui arrange un omiaï (rencontre pour un mariage), avec un homme, Yukito, un peu attardé mentalement.
Pousses de soja ? Cordon ombilical ?
Chaque famille est un petit microcosme, avec ses relations, singulières et tourmentées.
Yu Miri ne donne pas d'interprétation , et les récits partent parfois vers l'onirisme (souvenir d'enfance ou rêve). Ces personnages sont en quête d'une place : « Yukito et moi, nous sommes des infirmes. Chaque fois que j'ai essayé de nouer des relations avec une autre personne, ce n'était pas pour construire quelque chose comme de l'amitié ou de l'affection. Je voulais juste vérifier de quel manque souffrait l'autre. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Rhodopsine
  30 septembre 2012
Emprunté à la bibliothèque un soir en panne de lecture, selon la technique éprouvée: 5ème livre de la 4ème étagère de la 3ème colonne de la dernière rangée.... Eh bien cette fois, le dieu du livre n'était pas avec moi!
Je n'ai rien aimé de ces récits. Deux nouvelles (ou deux parties du même roman?) oniriques ou cauchemardesques, sans lien visible. Pour la première partie: un père de famille séparé de sa femme fait bâtir une maison, superbe semble-t il, ses deux filles adultes la visitent, ne veulent pas y vivre. Il accueille une famille sans abri qui le parasite. Rien qui m'ait retenu, malgré l'effort d'aller au bout!
Si quelqu'un a une clé, je prends, car j'ai l'impression désagréable d'être passée complètement à côté!
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
SeijoliverSeijoliver   04 avril 2019
Après ma première visite, je ne retournai pas dans la maison de mon père pendant un mois. Je ne voulais pas le voir parce que j'avais beau lui expliquer cent fois pourquoi je ne pouvais pas vivre avec lui, il ne me comprenait pas. Après le départ de ma mère, de dix à seize ans, j'avais constamment fait le va-et-vient entre la maison du quartier ouest et l'appartement qu'elle partageait avec son ami. Ensuite, j'avais vécu dix ans sans mes parents. Mon père avait peut-être bâti cette maison pour renouer les fils de notre famille, mais en ce qui me concernait, la page était déjà tournée.
Ce jour-là, ma soeur m'appela :
- J'ai pas l'intention d'y vivre ! Ça lui suffit si toi tu y habites. T'as toujours été sa préférée. Dis, va plutôt voir mon film. Bon, il passe dans une seule salle à Shinjuku, c'est dans un cinéma porno. C'est pas terrible mais vas-y, d'accord ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
RhodopsineRhodopsine   30 septembre 2012
En me réveillant, je croyais que c'était le matin, mais tout était sombre derrière les fenêtres. Je m'étirai pour rassembler mes forces épuisées par le sommeil, mais sans résultat. Je m'étais couchée sans même me laver les dents et j'avais la bouche pâteuse, comme de la crème de lait chaud collée sur ma langue.
Commenter  J’apprécie          10
RhodopsineRhodopsine   30 septembre 2012
Lorsque je me réveillai, j'avais la migraine et la nausée. Je ne pouvais plus supporter de rester un instant de plus dans cette pièce, il fallait que je sorte si je voulais échapper à cette léthargie.
Commenter  J’apprécie          10
Video de Yu Miri (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Yu Miri
Yu Miri a noverist is singing
autres livres classés : asieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les mangas adaptés en anime

"Attrapez-les tous", il s'agit du slogan de :

Bleach
Pokemon
One piece

10 questions
387 lecteurs ont répondu
Thèmes : manga , littérature japonaiseCréer un quiz sur ce livre