AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
>

Critique de Sylviegeo


Sylviegeo
  14 juin 2017
C'est gris. Il pleut. Holon. Une banlieue assomante, quelque peu insipide de Tel-Aviv, là où il ne se passe pas grand chose. Avraham est maintenant chef de la section des homicides. Il est confronté à sa première enquête pour meurtre. Effectivement, une dame , sexagénaire, est retrouvée étranglée dans son appartement. En plus d'être maintenant le chef, Avri est en couple. Marianka, est venue de Belgique pour vivre avec lui en Israël. Ce qui n'a rien pour arranger sa conscience, son incertitude, ses doutes . Tout comme dans les deux premiers opus de cette série, soit "Une disparition inquiétante" et "La violence en embuscade", notre commissaire est inquiet, anxieux. Et ici, seul, sans sa supérieure/mentor-Ilana Liss- qui est à soigner un cancer, il se sent un peu perdu. On dirait que les changements dans sa vie tout autant professionnelle que personnelle ont du mal à passer. Si notre ami faisait des ulcères, celles-ci seraient drôlement souffrantes. Et cerise sur le sundae, les parents de Marianka décident de leur rendre visite, passer quelques jours avec eux en Israël. Petite visite qui sentira le vent froid du nord et l'hostilité. Rien pour soulager l'anxiété d'Avraham. Encore une fois dans ce titre, Dror Misahani réussit à nous tenir en haleine avec peu de suspense. Dès le départ on connait presque tout du meurtre. La force de l'auteur? L'intérêt qu'il porte aux personnages, à leur vie, à leur intimité. Dans le fond, c'est ce qui hante Avraham. Qui sont ces gens ? Comment vivent-ils? Comment réagissent-ils? Quel est leur quotidien? À quoi sont-ils confrontés? Et de là, l'auteur réussit à nous peindre un pays qui regarde toujours par-dessus son épaule, des moeurs, des gens , une délinquance , une criminalité.
Abonnée et fidèle à Dror Mishani, je suis.
Commenter  J’apprécie          220



Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Ont apprécié cette critique (20)voir plus