AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
>

Critique de belette2911


belette2911
  01 mars 2019
La littérature me fait voyager beaucoup, mais je n'avais encore jamais mis les pieds en Israël, hormis en lisant la Bible, c'est vous dire si ça fait un sacré bail !

Le dépaysement n'a pas été trop difficile, la seule chose qui me fasse sans cesse repenser que j'étais en Israël était le fait qu'ils soient en congé le samedi et que la semaine commence le dimanche, sinon, on ne peut pas dire que j'ai vraiment découvert le pays.

Pire, Avi Avraham est venu à Bruxelles durant son enquête, alors là, pour le dépaysement, on repassera, je me suis tapée la Grand-Place, la rue du Midi, le bar joyeux de l'Homo Erectus et autres endroits connus.

Malgré tout, c'était une sacrée découverte que ce commandant de police un peu lymphatique qui pense que les crimes spectaculaires, c'est bon pour la littérature, que la plupart des résolutions des polars sont fausses et qu'en plus, en Israël, on n'a même pas de littérature policière tant les crimes sont simples à résoudre.

Raté mon pote ! Partant d'un mauvais pied, notre commandant ne va pas donner de l'importance à cette disparition et tout le reste de l'enquête, il sera à côté de la plaque, se disant qu'il a raté quelque chose, mais quoi ?

Avi Avraham n'est pas vraiment un personnage de littérature que l'on appréciera du premier coup, on est loin du commissaire Kostas Charitos qui éveille moult sympathies et durant tout le roman, aucun personnage ne viendra me titiller l'empathie ou la sympathie.

Pourtant, ce roman a de la puissance dans ses pages, dans la manière dont l'enquête progresse (du sur place !), dans la manière dont les différents interagissent entre eux et si je ne devais n'en retenir qu'un seul, ce serait le prof d'anglais, Zeev Avni, un être tourmenté, qui se cherche, qui a un passé trouble, d'après les petites infos qui filtrent ou du moins, il semble donner cette idée de par son comportement.

Voilà un personnage secondaire (Zeev) qui devient quasi plus important que le principal, notre commandant dont le prénom est le même que son nom de famille, comme si ses parents avaient bu en le déclarant ou n'avait pas fait preuve d'intelligence sur ce coup là. Avraham Avraham, j'vous d'mande un peu !

Mais revenons à nos moutons, ou à notre ado disparu, sans argent, sans papiers, sans vêtements de rechange et une mère qui est désemparée mais un peu à l'ouest elle aussi…

Des tas de résolutions tournaient dans ma tête, dont une me plaisait bien, une dont j'étais sûre que c'était la bonne… RATÉ ! Loupé royalement et j'ai terminé sur mon cul, avec le dégoût au bord des lèvres, l'envie de vomir…

L'auteur a réussi à me tenir en haleine avec un rythme qui n'a rien de trépidant, juste avec ses personnages hors norme, énigmatiques, qui ne se comportent pas comme on a l'habitude de la voir et avec une résolution d'enquête qui a tout du génie niveau piège tendu.

Un final inattendu, et qui, comme le célèbre Kiss Cool, possède un double effet, un double uppercut, parce que un, ce n'était pas suffisant, ce qui fait que je me suis retrouvée à la fin de mon roman avec la bouche ouverte en cul de poule et ne sachant pas trop à quel saint me vouer pour obtenir le fin mot de l'histoire, bien que je suspecte fort que ma compatriote venue de Bruxelles en vacances nous a donné le fin mot de l'histoire.

Un roman policier que j'ai pris plaisir à découvrir car il était différent de ceux que j'ai lu, mais pas garanti que je reviendrai au commandant Avraham Avraham car j'en ai encore bien d'autres à découvrir.

Lien : https://thecanniballecteur.w..
Commenter  J’apprécie          166



Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Ont apprécié cette critique (16)voir plus