AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

André Pieyre de Mandiargues (Autre)Nobutaka Miura (Autre)
ISBN : 2070294897
Éditeur : Gallimard (26/11/1976)

Note moyenne : 3.6/5 (sur 15 notes)
Résumé :

C'est en lisant "La Vie du Marquis de Sade" de Tatsuhiko Shibusawa que pour moi, en tant qu'écrivain, se posa l'énigme de comprendre comment la marquise de Sade, qui avait montré tant de fidélité à son mari pendant ses longs emprisonnements, a pu l'abandonner juste au moment où il retrouvait enfin la liberté.

Telle énigme a servi de point de départ à ma pièce, en laquelle on peut voir une tentative de fournir au problème une solution logi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Iansougourmer
  10 février 2013
Ce livre de Mishima est intéressant, et ce à plusieurs titres. Qui s'attendrait en effet à voir l'écrivain défenseur des traditions japonaises écrire une pièce de théâtre sur la femme du marquis de Sade ?
C'est méconnaître Mishima, qui nous montre l'étendue de sa culture et sa profonde connaissance de la littérature occidentale, qui se manifeste par une attirance pour certains auteurs occidentaux, notamment le marquis de Sade.
Un certain goût pour la transgression, la violence semble les rapprocher.
À ce titre, Madame de Sade se veut la réponse à une question que s'est posée Mishima : pourquoi Renée, marquise de Sade, à t-elle quitté son mari au moment où ils se retrouvaient, après de longues années où Renée avait été fidèle à son mari et supporté ses frasques ?
Cette pièce est intesssante car elle marque le grand talent de Mishima pour la construction fine de personnages à la psychologie complexe. le comportement de Renée est assez difficile à comprendre. La marquise semble aimer son mari alors que celui-ci la trompe effrontément et jette le déshonneur sur elle, et elle refuse de rompre avec lui comme le lui demandent sa mère et sa soeur. Au fil des dialogues entre Renée et les autres personnages, on se rend compte que plus son mari lui cause des malheur, plus celle-ci semble l'aimer...
Mishima nous livre pièce de théâtre représentative de son art, qui consiste à montrer des personnages qui recherchent à travers la construction mentale d'un idéal de beauté le bonheur, et qui immanquablement voient cet univers illusoire prendre fin de manière violente et cruelle. Renée se construit une vision idéalisée d'un mari qui l'attire par son caractère sulfureux et ténébreux mais quand, enfin libéré de prison le marquis lui revient vieux et gâté par la détention, elle refuse de le revoir, préférant continuer à vivre dans l'illusion.
Le style est assez inégal, l'auteur semble souvent le sacrifier pour gagner en clarté dans l'explication des états d'âme de Renée, cepandant il y a quelques beaux moments de grâce, où émerge de l'écriture une réelle poésie.
Madame de Sade est une pièce intrigante, de plus très accessible, de Mishima. Ce n'est, à mon avis qui vaut ce qu'il vaut, pas un chef d'oeuvre, mais cela reste une très belle découverte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Mondouble
  24 février 2014
Un pièce de théâtre japonais qui met en scène des femmes exceptionnelles à la gloire de notre illustre marquis à la sulfureuse réputation internationale.
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
IansougourmerIansougourmer   11 février 2013
Renée : il presse contre ses lèvres la lame sanglante de son épée pour prêter le serment des preux. Débordant de son casque, l'or de sa chevelure le ceint d'une auréole, et sa cuirasse est un miroir que le soupir des mourants embrume. Sa belle main, blanche comme celle d'une femme, retire son gantelet pour la poser sur les fronts inclinés, et les plus méprisés, les plus rebutés des hommes reprennent courage pour le suivre gaiement vers les champs de bataille du point du jour. Il vole au plus haut du ciel. Son cœur bat dans sa poitrine cuirassée d'argent en anticipation de sanglantes tueries, de banquets où gisent les cadavres de milliers de festoyé urls, banquets les plus silencieux de tous. Son épée glaciale rend leur blancheur aux lis mouillés de sang ; son cheval blanc, taché de sang, se cabre comme une proue de navire et fonce vers le haut du ciel à travers les éclairs du matin. À cet instant le ciel se déchire ; un flot de lumière, une lumière sacrée qui aveugle ceux qui la regardent, s'abat sur la terre. Donatien est peut être l'esprit de cette lumière.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
IansougourmerIansougourmer   11 février 2013
Renée : Donatien, l'homme le plus mystérieux que j'aie jamais connu, a su tirer du mal un jeu de lumière et il a transmué en sainte essence la substance de l'ordures qu'il avait recueillie. Cuirassé de l'armure de sa noble maison, il est redevenu un chevalier mystique, qui projette un lueur trouble violette sur son entourage. Le fer rouillé de sang de son armure porte un décor de roses et non pas d'arabesques, de cordes et non pas de guirlandes ; son bouclier reflète les brûlures de la peau des femmes qu'il a marquées au fer rouge ; les cornes de son casque d'argent sont surgies des angoisses, des douleurs, des lamentations des hommes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
enkidu_enkidu_   13 septembre 2018
Simiane : C’était Dieu qui vous tendait une ligne pour vous inviter au salut. Vous étiez le poisson de Dieu, qui est pêcheur d’hommes. Que dans le passé, souvent, vous vous fussiez décrochée de l’hameçon après y avoir mordu, cela importait peu, car vous saviez que vous seriez prise un jour et votre vœu profond était de vous tordre et de frétiller en faisant briller vos écailles ruisselantes des eaux de ce monde dans la lumière de crépuscule infini du regard de Dieu.

Dieu a mille yeux, d’où partent mille espions, qui vont dans le monde et fouillent les âmes des hommes avec une vigilance plus rigoureuse que celle des policiers du Roi. Leur patience est infinie. Ils attendent. Quand les âmes sont tombées d’elles-mêmes dans le filet miraculeux, ils les saisissent et les portent dans une prison de lumière et de joie.

J’ai honte à l’avouer, mais ce n’est qu’en ces dernières années, après être devenue vieille, que je suis parvenue à comprendre si peu que ce soit la volonté divine. Autrefois, j’affichais des airs de dévotion, mais la conviction vaniteuse que j’avais d’incarner toutes les vertus n’était qu’étroitesse spirituelle. À m’en souvenir simplement, je pourrais rougir. (Elle compte sur ses doigts.)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
SeirenSeiren   15 janvier 2012
Vous ignorez tout du monde où la rose et le serpent sont assez intimes pour échanger leurs apparences dans la nuit, de telle façon que les joues du serpent rougissent et que la rose se couvre d'écailles brillantes.
Commenter  J’apprécie          70
SeirenSeiren   15 janvier 2012
J'aurais voulu accomplir tous ses voeux. J'aurais voulu être compagne de son âme et esclave de son corps. J'espérais demeurer avec lui toujours. Soudain, sa main est devenue de fer et m'a fauchée.
Commenter  J’apprécie          50
Videos de Yukio Mishima (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Yukio Mishima
En 2005 a paru Dictionnaire égoïste de la littérature française , immense succès immédiat critique et public. Chroniqué par tous les médias en France et beaucoup même à l'étranger, ce livre qui n?avait pas d?équivalent a reçu cinq prix littéraires. Il est aujourd?hui devenu un classique.  Le Dictionnaire égoïste de la littérature mondiale est consacré aux littératures des autres pays du monde. Et non pas « étrangers ». Un article l?explique, l?auteur ne croit pas à la notion d?étranger, surtout en matière de littérature. Nous ne sommes pas seuls au monde, et aucun lecteur français n?a été constitué par l?unique lecture de livres français. de même, aucun lecteur n?est constitué par l?unique lecture des livres de son temps. Un lecteur est de tous les temps et de tous les pays. Et c?est ainsi que ce livre comprend aussi bien Eschyle (le plus ancien) que Gabriel García Márquez (le plus récent). Pour « égoïste », cela signifie que l?auteur ne parle que de choses qui, en bien ou en mal, l?intéressent, le passionnent, l?éveillent, et non à partir d?on ne sait quels canons de la littérature.  Le « DELM » comprend, comme son frère aîné, quatre types d?articles : sur des auteurs (Karen Blixen, Jorge Luis Borges, F.S. Fitzgerald, Yukio Mishima, Elsa Morante, Platon, Gertrude Stein?), des ?uvres ( Amant de Lady Chatterley (L?) , Guépard (Le) , Petit Livre rouge (Le)? ), des personnages (Ali-Baba, Lady Bracknell, Mademoiselle Else, le prince André, Arturo Ui?), des notions (« Bonheur », « Enterrements d?écrivains célèbres », « Imagination », « Verbes réfléchis »?). Il a, en plus, des « express » (« Esthétique Express », « Machiavel Express »?). On y retrouvera tous les grands noms célèbres, et on y découvrira des méconnus délicieux. On y trouvera un esthétique, et des anecdotes qui sont peut-être un peu plus que des anecdotes, comme Joyce en train de dicter Finnegans Wake à Beckett qui répond « entrez » à un visiteur, Beckett écrivant le mot par mégarde et Joyce lui disant : « Laissez. » Allègre, partial, drôle, sérieux, brillant, inattendu. Un livre qui donne envie d?en parler avec l?auteur. Venez converser avec Charles Dantzig...
En savoir plus sur le "Dictionnaire égoïste de la littérature mondiale" : https://www.hachette.fr/livre/dictionnaire-egoiste-de-la-litterature-mondiale-9782246820741
+ Lire la suite
autres livres classés : théâtreVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Mishima

Quel est le vrai nom de Yukio Mishima ?

Yukio Mishima évidement !
Kenji Matsuda
Kimitake Hiraoka
Yasunari Kawabata

15 questions
58 lecteurs ont répondu
Thème : Yukio MishimaCréer un quiz sur ce livre