AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Margaret Mitchell (Autre)Josette Chicheportiche (Traducteur)
EAN : 9782351787465
720 pages
Éditeur : Gallmeister (11/06/2020)

Note moyenne : 4.57/5 (sur 61 notes)
Résumé :
"En dépit de vous, de moi et de ce stupide monde qui s’écroule, je vous aime."

Belle et audacieuse, Scarlett est la fille de riches planteurs d’Atlanta, en Géorgie. À seize ans, elle regarde l’avenir avec autant d’appétit que de confiance. Mais, en ces jours de 1861, la guerre se prépare, une guerre terrible qui va bientôt déchirer le pays, opposant les Sudistes et les Yankees…
Fresque historique inégalée sur les tragédies de la guerre de Séces... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
seshat123
  11 janvier 2021
Scarlett O'Hara et Rhett Butler, le couple mythique par excellence. Mais je ne vous parlerai pas de leur histoire d'amour, elle est connue de tous je pense ;) . En apprenant la publication d'une nouvelle traduction chez Gallmeister, j'ai décidé de relire ce monument de la littérature américaine. Et ce fut une très bonne idée !
Dérangeant, agaçant et captivant à la fois. Autant en emporte le vent est un livre écrit par une sudiste sur le Sud de la guerre de Sécession, à lire comme un témoignage historique en ce qui concerne le contexte. Il est vrai que ce n'est pas toujours confortable d'être dans la tête d'une sudiste ! L'auteure ne prend aucun recul et sa plume n'est franchement pas très empathique (Elle a écrit le roman entre 1926 et 1936, pour mémoire Rosa Parks refusa de céder son siège en 1955 soit 6 ans après la mort de l'auteure).
Mais Autant en emporte le vent est avant tout l'histoire de Scarlett. Une héroïne qu'on aime détester parfois. C'est une petite créature insupportable et trop gâtée que l'on découvre au début du roman. Même si les épreuves endurées pendant la guerre la font grandir, je ne peux m'empêcher de souligner qu'elle ne fait preuve de courage que pour des raisons très égoïstes. Sans oublier qu'elle ne semble pas toujours très futée… Vous l'avez compris, je termine le premier tome agacée par la demoiselle, mais surtout complètement captivée par l'aspect historique du roman. Énervante ou pas, la lecture est passionnante.
Le second tome est un véritable coup de coeur pour moi . Il se lit plus facilement, il y a plus d'action, de rythme et j'ai adoré détester Scarlett . Elle est tellement centrée sur elle-même qu'elle ne comprend pas réellement les personnes autour d'elle, les hommes bien sûr, mais aussi la pauvre Melly. Joli personnage cette Mélanie Wilkes. Elle est attachante, incapable de voir le mal, droite et forte, aimante … une amie en or.
Attention, il serait réducteur de ne considérer Scarlett qu'à l'aune de son égoïsme. Sa personnalité est complexe et c'est sans conteste une héroïne inoubliable que Margaret Mitchell a créée avec un talent remarquable. de ces héroïnes qui au fil du temps deviennent des mythes, des références.
Autant en emporte le vent est un roman dense, généreux en descriptions. Les personnages sont particulièrement bien campés et le contexte historique riche en information. À noter que cette nouvelle traduction est une réussite, le texte est fluide, les dialogues plus accessibles.
Si j'ai trouvé Scarlett de plus en plus horripilante voire odieuse, j'étais terriblement triste en refermant le livre. Sans doute de la tristesse pour tout ce gâchis mais aussi celle de quitter les personnages, agaçants ou non…
PS : Chronique postée ici mais elle vaut pour les 2 tomes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          182
Norlane
  10 mars 2021
Puisant dans son sang d'immigré irlandais, dans son sens pratique, son caractère têtu et son manque d'empathie, Scarlett a survécu à la guerre et aux épreuves auxquelles sa vie de belle du comté ne l'avait pas préparée. Dans une Géorgie vaincue, elle compte plus que jamais sur elle-même pour atteindre ce qu'elle croit être la sécurité, cherchant sa place dans une société en mutation, avec les règles sudistes dans laquelle sa nature étouffe et l'argent qu'on peut se faire en temps de crise lorsqu'on peut remettre à demain ses scrupules ... et ne voyant pas l'amour qui est là. Rhett Butler, tout aussi orgueilleux, n'aidera pas beaucoup non plus...
Autant en emporte le vent n'est pas un roman sur l'esclavage, c'est un roman féministe, sentimental et passionné, aux temps d'une guerre qui opposa des visions de société (les grands propriétaires du sud, basée sur l'esclavage, comme une sorte de noblesse américaine - et les yankees capitalistes qui ne donnèrent pas forcément la liberté au peuple noir par bonté d'âme...) : un roman avec des personnages, pour moi, inoubliables.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          145
nekomusume
  12 décembre 2020
2eme partie d'Autant en emporte le vent, à Atlanta devenue une ville soumise aux Yankees, Scarlett tente par tous les moyens de sortir de la misère dans laquelle la guerre l'a plongée elle et sa famille. Aucune entorse aux règles de la bonne société ne l'effraie, rien ni personne ne trouve grâce à ses yeux et avec son égoïsme et sa dureté qui l'aveugle, elle poursuit le but qu'elle s'est fixé sans dévier.
Elle perd en chemin tout ce qui lui est inutile: place dans la bonne société, considération, amitié, soutien... mais finira par le regretter quand le malheur la rattrapera. Et dans ce tome, ils seront nombreux.
L'histoire de Scarlett et Rhett est faite de rendez-vous manqués par orgueil et volonté de dominer l'autre. Et lorsque Scarlett comprend enfin, elle ne peut effacer tous ses torts.
J'ai détesté le personnage de Scarlett, elle ne montre aucune compassion, aucune empathie pour les autres, que du mépris. Les autres ne sont pour elle qu'un moyen de parvenir à son but ou un obstacle. Et quand la roue commence à tourner, le remord ne vient pas, sa conscience ne se manifeste pas. La plupart du temps elle ne comprend pas quel est le problème. Écervelée, elle réagit sans réfléchir et accumule les ennuis au lieu de les résoudre. Lâche, elle rejette les responsabilités sur les autres.
Rhett Butler est un personnage très différent. Tout aussi amoral, manipulateur et dénué de scrupules que Scarlett, il en diffère pourtant énormément par plusieurs aspects. L'intelligence d'abord, il y a toujours un but dans ses actions et il assume parfaitement les conséquences de celles-ci. Il sait également reconnaître ses torts et modifier en conséquence sa ligne de conduite. Malgré une réputation de voyou c'est un homme intègre dans ses convictions qui n'a pas peur de les revendiquer. C'est aussi avec Mélanie, le seul personnage qui aime sincèrement et inconditionnellement.
Mélanie est également un personnage que j'ai beaucoup aimé même si elle est beaucoup trop parfaite, bonne, naïve, altruiste à l'extrême... s'en est parfois agaçant. Ashley quant à lui m'a paru assez insipide, incapable de trancher, de prendre une décision, il se laissera mener par les femmes.
L'histoire ne se termine pas bien, mais une note d'espoir reste malgré tout possible. Scarlett arrivera-t-elle a faire changer d'avis le capitaine ?
Au-delà des personnages, le contexte historique est extrêmement intéressant, non seulement les conséquences de la guerre de Sécession pour la Géorgie mais aussi la vision des esclaves par les ex-propriétaires et l'exploitation politique de ceux-ci par les yankees.
Une fresque historique impressionnante...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          42
OnceUponATam
  19 avril 2021
Une oeuvre qu'on ne présente plus et qui continue encore aujourd'hui à faire couler beaucoup d'encre. Voilà longtemps maintenant que je voulais me lancer et c'est à la sortie de la nouvelle traduction d'Autant en emporte le vent chez Gallmeister que j'ai décidé d'enfin le lire. Sans regret !
Impossible de passer à côté de ce qui est devenu un monument de la littérature américaine ! Dès que j'ai vu le film, j'ai eu envie de lire le livre dont ce chef d'oeuvre était adapté. Il fallait absolument que j'en sache plus sur l'impétueuse Scarlett et l'insolent Rhett. Mais vous avez vu ce pavé ?! J'ai donc longtemps retardé cette lecture, puis j'ai fini par craquer quand j'ai vu ces magnifiques couvertures des Editions Gallmeister. Magnifique travail ! Elles attirent tout de suite l'oeil en librairie. Voilà une maison d'édition que je vais suivre de près d'ailleurs. Et comme je me suis sentie bête de ne pas l'avoir lue plus tôt… Ça faisait un moment justement que je me disais que je n'avais pas été totalement emportée par un roman et c'est de nouveau arrivé. J'ai été totalement happée par ces deux tomes. Pas un instant d'ennui ou de longueur pour ma part, que d'émotions. A quasi toutes mes pauses déjeuner l'été dernier, je disais à mes collègues que j'allais retrouver Scarlett ^^
Évidemment, je mentirais si je disais que toutes ces polémiques concernant le roman et le film ne m'ont pas incité à le lire. Celles concernant le film m'agacent puisqu'elles ne tiennent pas compte, selon moi, du contexte et des mentalités de l'époque du récit (1861), de la sortie du film (1940) ou même de la vie de l'auteur ! Bref, mon opinion sur le film était déjà faite, il ne me manquait plus qu'à lire le livre pour me forger ma propre opinion et non écouter ceux qui voudraient me dicter ma façon de penser et qui, pour la plupart, n'ont même pas lu cette oeuvre…
Autant en emporte le vent a largement mérité sa renommée et son succès.
Il est super intéressant de se plonger dans l'Histoire des États-Unis qui ne m'est pas vraiment familière puisqu'on ne l'étudie pas en France et encore moins celle de la guerre de Sécession.
Nous côtoyons les grandes familles du Sud et leur mode de vie avant que la guerre n'éclate. Nous sommes témoins de l'enrôlement hâtif des hommes qui croient naïvement pouvoir « boucler » cette guerre en quelques jours en écrasant les « yankees » sans tenir compte des avantages qu'ils ont sur eux, puis de leur désillusion. Nous accompagnons les femmes et les quelques hommes restés chez eux dans leur survie et leur participation à l'effort de guerre. Nous sommes tellement immergé dans l'histoire que nous souffrons avec eux à la fin de la guerre de la perte de nombreuses personnes de leurs familles, de leurs amis, à l'idée de savoir que leur vie paisible de jadis est bel et bien terminée, de savoir que même s'ils ont remporté la victoire, les « yankees » n'auront pas fini de les persécuter. Puis après la fin de la guerre, vient la survie. Jusqu'où sont-ils prêts à aller pour cela : capituler et avancer ou s'accrocher désespérément au passé jusqu'à mourir de tristesse ? C'était un long parcours palpitant.
Cette immersion dans le camp sudiste entraîne forcément des critiques vis-à-vis de leur mode de pensée et de leur langage, mais comme je le disais plus haut, lorsqu'on lit un ouvrage de ce genre, il faut garder en tête que les mentalités n'étaient pas les mêmes qu'aujourd'hui. Il nous faut donc ne pas penser avec notre vision mais nous immerger totalement dans la fin du XIXème siècle sud-américain. Alors, effectivement on parle de « nègres« , on les accuse d'être idiot et de ne rien savoir faire hormis obéir aux ordres mais le racisme était monnaie courante et ne choquait pas cette société sinon l'esclavage n'aurait jamais été en vigueur ! On ne fait qu'adopter la pensée sudiste de l'époque.
(La suite de ma critique sur mon blog)
Lien : https://tamtaminwonderland.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
SabrinaTrublet
  29 août 2020

Autant en emporte le vent
Tome 2
Margaret MITCHELL
*Nouvelle traduction*
Je ne chroniquerai pas cette cultissime histoire puisque je l'ai déjà fait par le passé mais qu'est-ce que j'aime ce chef d'oeuvre !!!
Si je l'ai relu c'est pour sa nouvelle traduction (depuis l'originale en 1936) par Josette Chicheportiche pour les éditions Gallmeister.
J'en retire du bon et du moins bon :
+ cette nouvelle traduction apporte plus de simplicité, le style est moins lourd et la lecture en est plus facile.
L'histoire est extrêmement fidèle.
Je pense que pour une première lecture de ce chef-d'oeuvre cette traduction est la plus adaptée.
-cette nouvelle traduction plus moderne enlève ce petit charme suranné qui m'a beaucoup plu à la première lecture.
Je trouve la ponctuation parfois déroutante.
Quoi qu'il en soit, si ce n'est pas déja fait : LISEZ-LE !
Commenter  J’apprécie          61

Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
OnceUponATamOnceUponATam   25 avril 2021
[...] je vous parle de la perte de leur monde... Le monde dans lequel ils ont été élevés. Ils sont comme des poissons hors de l'eau, comme des chats ailés. Ils ont été élevés pour devenir certaines personnes, faire certaines choses et ces situations ont disparu à jamais.
Commenter  J’apprécie          20
OnceUponATamOnceUponATam   25 avril 2021
Tout à coup, un frisson sauvage la parcourut comme jamais elle n'en avait connu jusqu'alors : de joie, de peur, de folie, d'excitation, d'abandon devant des bras trop forts pour elle, des lèvres trop pressantes, un destin quia allait trop vite. Pour la première fois, elle avait rencontré quelqu'un, quelque chose de plus fort qu'elle, quelqu'un qu'elle ne pourrait ni tyranniser ni briser, quelqu'un qui la tyrannisait et la brisait. Sans comprendre comment, ses bras furent autour de son cou et ses lèvres tremblantes sous les siennes, et ils montaient, ils montaient à nouveau dans l'obscurité , une obscurité douce et tournoyante et enveloppante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
NorlaneNorlane   07 mars 2021
C'était là une pensée surprenante, qu'une femme pût gérer une entreprise aussi bien voire mieux qu'un homme, une pensée révolutionnaire pour Scarlett qui avait été élevée dans la tradition selon laquelle les hommes étaient omniscients et les femmes loin d'être intelligentes. [...] Elle se tint immobile avec le lourd registre sur les genoux, la bouche légèrement béante de surprise, songeant qu'au cours des mois de vaches maigres à Tara elle avait fait le travail d'un homme et l'avait bien fait. Elle avait été élevée avec la croyance qu'une femme ne pouvait rien accomplir seule, pourtant elle s'était occupée de la plantation sans l'aide d'aucun homme jusqu'à l'arrivée de Will. Voyons, voyons, bafouilla-t-elle intérieurement, selon moi, les femmes peuvent s'occuper de tout dans le monde sans l'aide des hommes - sauf avoir des bébés, et Dieu sait qu'une femme qui a toute sa tête n'aurait pas d'enfant si elle pouvait faire autrement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          41
AlexmdkAlexmdk   26 juin 2020
Oh un jour ! Lorsque la sécurité régnerait de nouveau dans le monde, alors elle se détendrait et croiserait les bras et serait une grande dame comme Ellen l'avait été. Elle serait désemparée et couvée, comme devait l'être une dame, et alors tout le monde aurait une bonne opinion d'elle. Oh, comme elle serait digne quand elle aurait de nouveau de l'argent ! Elle pourrait se permettre d'être bonne et charmante, comme Ellen l'avait été, et pleine d'égards pour autrui et respectueuse des convenances, aussi. Elle ne se laisserait pas guider par la peur, jour et nuit, et la vie serait sereine, détendue. Elle aurait du temps pour jouer avec ses enfants et écouter leurs leçons. Il y aurait de longs et chauds après-midis au cours desquels des dames lui rendraient visite et, au milieu du bruissement des jupons en taffetas et des crépitements secs et rythmés des éventails en feuilles de palmier nain, elle servirait le thé et de délicieux sandwichs et des gâteaux et échangeait tranquillement des ragots des heures durant. Et elle serait bonne avec ceux que le malheur frappait, elle porterait des paniers aux pauvres et de la soupe et des confitures aux malades et "ferait prendre l'air" aux moins chanceux dans sa jolie voiture. Elle serait une dame à la vraie manière des Sudistes, comme l'avait été sa mère. Et alors, tout le monde l'aimerait comme tout le monde avait aimé Ellen et tout le monde dirait qu'elle n'était pas égoïste et l'appellerait "la dame au grand cœur".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
NorlaneNorlane   07 mars 2021
Ces sorties étaient de joyeux moments parce qu'elle lui posait quantité de questions ridicules - "exactement comme une femme" se disait-il d'un air approbateur. Il ne pouvait pas s'empêcher de rire de son ignorance en matière de commerce et elle riait aussi, en disant "Voyons, vous n'attendez tout de même pas d'une fille stupide comme moi de comprendre quoi que ce soit aux affaires des hommes."
Pour la première fois dans sa vie de vieux garçon, il avait l'impression grâce à elle d'être un homme fort et probe, façonné par Dieu dans un moule plus noble que celui de tous les autres hommes, façonné pour protéger les femmes stupides et sans défense.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Margaret Mitchell (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Margaret Mitchell
L'émission "Le coup de coeur des libraires est diffusée sur les Ondes de Sud Radio, chaque vendredi matin à 10h45. Valérie Expert vous donne rendez-vous avec votre libraire Gérard Collard pour vous faire découvrir leurs passions du moment ! • Retrouvez leurs dernières sélections de livres ici ! • • Gray de Leonie Swann et Frédéric Weinmann aux éditions Nil https://www.lagriffenoire.com/1042029-nouveautes-polar-gray.html • Qui a tué Glenn? de Leonie Swann et Frédéric Weinmann aux éditions 10-18 https://www.lagriffenoire.com/1042152-nouveautes-polar-qui-a-tue-glen-.html • Autant en emporte le vent (vol.1) de Margaret Mitchell et Josette Chicheportiche aux éditions Gallmeister https://www.lagriffenoire.com/1043975-article_recherche-autant-en-emporte-le-vent-ii.html • Soit dit en passant : Autobiographie de Woody Allen aux éditions Stock https://www.lagriffenoire.com/1042547-livre-sur-le-cinema-soit-dit-en-passant-----autobiographie.html • le rouge n'est plus une couleur (En lettres d'ancre) de Rosie Price aux éditions Grasset https://www.lagriffenoire.com/1036401-divers-litterature-le-rouge-n-est-plus-une-couleur.html • La pâtisserie Bliss tome 1 de Kathryn Littlewood et Juliette Lê aux éditions PKJ https://www.lagriffenoire.com/31488-romans-la-patisserie-bliss.html • Petit éloge du surf de Joël de Rosnay aux éditions François Bourin https://www.lagriffenoire.com/1043976-article_recherche-surf.html • • Chinez & découvrez nos livres coups d'coeur dans notre librairie en ligne lagriffenoire.com • Notre chaîne Youtube : Griffenoiretv • Notre Newsletter https://www.lagriffenoire.com/?fond=newsletter • Vos libraires passionnés, @Gérard Collard & @Jean-Edgar Casel • • • #lagriffenoire #bookish #bookgeek #bookhoarder #igbooks #bookstagram #instabook #booklover #novel #lire #livres #sudradio #conseillecture #editionsnil #editionsfolio #editionsgallmeister #editionsstock #editions1018 #editionsgrasset #editionspkj #editionsbourin
+ Lire la suite
autres livres classés : guerre de sécessionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Autant en emporte le vent : les personnages

Quel est le nom complet de l'héroïne du roman de Margaret Mitchell ?

Scarlett O'Hara
Pansy Scarlett O'Hara
Katie Scarlett O'Hara
Sue Ellen O'Hara

12 questions
205 lecteurs ont répondu
Thème : Autant en emporte le vent de Margaret MitchellCréer un quiz sur ce livre