AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 235962122X
Éditeur : Ex Aequo (01/01/2010)

Note moyenne : 3.53/5 (sur 37 notes)
Résumé :
Clarisse est morte.
Elle ouvre les yeux sur son corps mutilé, entouré par la police scientifique qui s’affaire sur la scène de crime de son propre meurtre. Dans cet état d’exo-conscience, elle fait alors un come-back sur sa vie passée et réalise l’être qu’elle à été : suffisante, égocentrique et dépravée. Dans une affliction particulière, dérangeante, elle revoit les instants de son enfance, de son adolescence et, au cœur de ce travelling spirituel, elle pren... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
dubruitdanslesoreilles
  17 juillet 2013
Bonjour, je me nomme Clarisse, j'ai 27 ans. Toute ma vie, j'ai pris garde à mon apparence. J'ai sculpté mon corps pour le rendre le plus désirable possible…et j'y suis parvenue. Je suis ce que l'on appelle une femme libérée (ou libertine si vous préférez), je l'assume parfaitement au plus grand plaisir de Chris, lieutenant de police à la criminelle et accessoirement meilleur ami de mon mari.
Pourtant ce corps, aujourd'hui, n'est plus que chair en décomposition. En effet, je suis morte et, en même temps que je vous parle, là dans ce bois aux arbres inquiétants, je regarde la police scientifique s'activer autour de mon cadavre nu, allongé dans l'herbe à la merci des insectes qui festoient à mes dépens.
Comment suis-je arrivée ici ? Qui a pris ma vie? Je vais enquêter sur ma propre mort, bienvenue dans la verticale du fou.
Voilà un petit résumé de mon cru afin de vous donner une idée de l'ambiance du livre.
J'ai découvert Fabio M Mitchelli il y a quelques mois de cela avec Transferts qui m'avait mis une belle petite claque…et bien il en est de même avec La verticale du fou.
Déjà, le sujet est dingue : Une femme « désincarnée » pose le regard sur son cadavre, nous raconte sa vie superficielle avec un recul post mortel des plus perturbant. Ensuite le fond, écrire à la première personne permet d'immerger le lecteur complètement dans l'état de conscience de Clarisse. La prolifération d'adjectifs décrivant les différents stades de la mort renforce ce sentiment de répulsion face au processus mortuaire.
Le personnage de Clarisse est finement construit, car de prime abord il n'est pas facile à aimer. En effet, la jeune femme est superficielle et trompe son mari.
Enfin, la plume de l'auteur est excellente ! Tout ce que j'aime : elle est crue et sans concession quand il s'agit de décrire une réalité physique, mais aussi incroyablement onirique quand il est question des sentiments de Clarisse.

« Alors, dans une explosion de lumière et de sons de fin du monde, je m'extirpai de cet univers nostalgique en percevant un vide énorme, un gouffre, un froid funeste, dégringolant dans un cosmos inconnu telle une fragile chrysalide qui découvre le monde dans lequel elle bascule, entre la chenille et le papillon, entre la petite fille et la femme que je n'étais plus. »
Vous l'avez compris, j'ai grandement apprécié ce livre que je vous recommande chaudement. Il fait parti d'une trilogie et donc je vous parlerais certainement des autres volumes très prochainement !

« Mon cerveau mort faisait l'impossible, accomplissait ce qu'aucun flic ne pouvait réaliser même avec toute l'intelligence et toutes les logiques du monde ; il enquêtait sur mon propre meurtre, sur sa propre extinction… »
Un grand bravo à l'auteur qui a su prendre des risques et qui a atteint son but (heurter le lecteur) avec maestria!
Je terminerais par un message personnel à Clarisse : « Clarisse, il est vertigineux de te voir à l'horizontale ! »
Lien : http://dubruitdanslesoreille..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          41
BlackKat
  07 juin 2013
Mmhh, j'étais dubitative quand j'ai vu l'épaisseur du bouquin... dans les 80 pages... Je me suis dit: "Va falloir que cet auteur soit diablement génial pour que je sois conquise en si peu de temps!"
Et bien... je le suis!
Un instantané de vie... euh, fichtre... de mort, raconté à 100 à l'heure! On le lit d'une traite, sans temps mort, emporté par un vocabulaire incisif et riche, doublé d'effets qui ne laissent aucun répit. Les appositions, les répétitions, tout nous pousse vers la page suivante! C'est un bel exercice de style, avec une originalité supplémentaire, et non des moindres, c'est la victime décédée qui parle et nous narre les événements. Excellent! Un point de vue inédit pour moi et j'ai adoré!
Adoré aussi cette notion de verticalité, alors que le concept de destin est plus largement imagé par un chemin horizontal...
Bref, un bon coup de coeur et j'espère que l'essai sera transformé avec la suite, A la verticale des enfers!
Commenter  J’apprécie          30
leolechat
  13 juillet 2011
Clarisse est morte depuis cinq jours, pourtant c'est elle qui va nous raconter sa tragédie, nous narrer l'enchaînement d'événements qui l'ont conduite à se retrouver morte dans un bois, son corps pourrissant, à la merci des bêtes sauvages.
Clarisse voulait donner un nouvel élan à sa vie, se donner une chance de sortir d'un monde de futilité, mais elle va se retrouver sur la table de la morgue sans chances de rédemption. Par flashbacks elle nous raconte ce qui la conduira vers une destinée des plus tragiques en remontant les heures, les pièces du puzzle se remettent en place petit à petit, au fil du récit !
Un thriller fantastique certes, mais aussi en arrière plan une réflexion sur "l'être et le paraître"qui gangrène nos sociétés modernes comme le souligne ce passage :
" C'est à cet instant là qu'il me fut possible de saisir l'importance de la vie, le respect de son être, de son corps, mais pas au sens exhibitionniste, seulement au sens humain. Je prenais conscience que les générations contemporaines s'abreuvaient d'images sur papier glacé, se complaisaient à calquer un fac-similé de poupées siliconées, couchées sur les photos retouchées de magazines en vogue. Toute une masse humaine interrogeait son miroir pour savoir si toujours il était question d'être au top niveau. A l'heure ou le paraître prédominait sur l'importance d'une spiritualité qui s'éteignait, l'être humain avait perdu ses repères et avançait dans un brouillard de strass, un inconscient collectif, une brume faussement dorée qui gargarisait des générations fantômes , conditionnées par le pouvoir et le désir du supra-esthétisme".
Vous l'aurez compris, j'ai beaucoup apprécié cette lecture ! Un seul bémol peut-être, la brièveté du texte, j'aurais aimé passer quelques heures de lecture en plus dans l'univers de Fabio M. Mitchelli. Une écriture de qualité, limpide et sensible, un vrai bonheur de lecture !
Lien : http://leslecturesdisabello...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
superzoe
  28 janvier 2013
Une morte qui mène l'enquête, banal me direz-vous ? et moi de vous répondre : non car toute la beauté est là.
En effet, Clarisse, morte depuis cinq jours nous raconte sa tragédie.

Elle nous décrit l'enchaînement des faits qui l'ont conduite à se trouver dans un bois, nue, brisée, dans un état de putréfaction avancé, servant de nourriture aux bêtes sauvages.
Elle qui avait décidé de tout quitter, de recommencer sa vie ailleurs, se retrouve à essayer de rassembler les images des derniers jours de sa vie, sur la table d'une morgue face à un corps qu'elle a tant aimé et qu'elle découvre souillé, abîmé.
Au fil de sa réflexion, grâce à des flashbacks, elle démasquera son assassin et comprendra enfin ce qu'il lui est arrivé.
Un thriller fantastique où se mêlent habilement le présent et le passé.
Une narration très originale à la première personne qui réussit à capter l'attention du lecteur, un livre court (trop court à mon goût, j'aurai aimé que l'histoire soit un peu plus longue), une écriture rapide. Autant de points positifs qui m'inciteront à lire très vite le deuxième volet.
Lien : http://lenoir62.canalblog.com
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Loubhi
  08 janvier 2013
Difficile de donner un avis définitif à ce stade et tant qu'au moins je n'ai pas lu le second volet...
En effet le mode du récit est relativement original ; Clarisse, si elle est physiquement morte, survole la scène du crime et établit au fur et à mesure les circonstances tragiques de sa mort et nous fait partager ses dernières heures et poursuit sa propre enquête.
Portrait d'une jeune femme, apparemment très portée sur les relations sexuelles de tout ordre, au moment où elle s'apprête à brûler tous les ponts qu'elle a emprunté jusque là (amant, compagnon, maîtresse...) elle établit son propre plaidoyer sans se cacher et nous cacher ses failles. Jusqu'à la fin, la narratrice multiplie les pistes pour découvrir le déroulé de ses dernières heures, de ses rencontres et autant d'assassins potentiels.
Intrigue bien montée mais dont la fin me laisse mitigé et a surtout comme but principal de nous faire découvrir la suite de sa trilogie, moi qui sort des premiers épisodes de la série Sérum avec un rythme assez trépident, je suis plus tempéré mais je crois qu'il est important de le découvrir

Lien : http://passiondelecteur.over..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
leolechatleolechat   13 juillet 2011
" J'étais froide.
J'étais froide car j'étais morte. J'étais morte depuis voilà cinq jours. Mon corps rigide abandonné aux fantaisies climatiques du coeur de cette épaisse forêt, donné en pâture à quelques bêtes sauvages qui n'avaient pas hésité à faire de moi un repas copieux et festif, se dégradait lentement en liquéfiant peu à peu mes chairs malodorantes. La petite famille de sangliers avait d'instinct compris quel était l'avantage d'avoir débusqué un corps sanglant deux jours plus tôt...
Je me trouvais dans l'enfer de Dante, en proie à une divine comédie dont j'étais la seule actrice, forcée à jouer un rôle que j'avais refusé depuis toujours. Je me situais à ce moment où Dante est égaré en forêt, cherchant une branche pour la fête des rameaux. Cet instant où approchent très silencieusement la louve, le lion et le léopard, qui comme beaucoup le savent, représentent une trinité malsaine de péchés capitaux : la luxure, l'orgueil et l'avarice."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
BlackKatBlackKat   07 juin 2013
Je me trouvais dans l'enfer de Dante, en proie à une divine comédie dont j'étais la seule actrice, forcée à jouer un rôle que j'avais refusé depuis toujours.
Commenter  J’apprécie          60
rkhettaouirkhettaoui   10 février 2018
Je revivais intensément le moment du passage à la caisse, ce moment où la caissière visiblement homosexuelle m’avait langoureusement dévorée des yeux, me gratifiant d’un sourire jeté par des lèvres outrageusement enduites d’un rouge gras et luisant. L’homme devant moi m’avait aussi souri, gentiment, en appuyant son regard sur mon fessier largement avantagé par le pantalon moulant que je portais. Ce sosie de Gérard Depardieu grassouillet et au visage replet me scrutait du fond de son regard bleu, perçant. L’homme qui me taquinait d’un œil amusé était la copie conforme de l’acteur français, bien connu pour sa gouaille et son talent mais aussi pour son intérêt porté aux élixirs du terroir bordelais.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   10 février 2018
Oui, le sexe avait été prédominant dans ma vie, depuis très jeune. Impulsive, incontrôlable, je pouvais manger le premier homme qui me plaisait, sans que celui-ci puisse montrer le moindre signe de résistance. Mes petits atours sexy : petites jupes, escarpins et autres attributs de charme, venaient d’autant plus agrémenter le physique d’une jeune femme déjà belle et désirable.
Oui, le sexe avait été prédominant dans ma vie, je le reconnaissais aujourd’hui. Je reconnaissais surtout le fait que rien d’autre que moi ne m’avait intéressé dans ma vie, hormis l’apparence, la séduction, le paraître. Oui, le sexe avait été une bonne partie de rigolade !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   10 février 2018
Mes seins contre ses seins durcissaient, sensibles au contact de son anatomie. Mon âme entière se laissait dérouter sur une piste dont j’avais perdu la trace, je retrouvais une saveur dont le goût m’avait échappé quelques années auparavant. Je glissais dans une sorte de monde exo-dimensionnel, expiant mes cloisonnements hétérosexuels en me calfeutrant dans une néo-réalité dont je me délectais.
Nous avions fait l’amour, alors que ma plastique était encore désirable et surtout en bon état d’utilisation, si j’ose dire ! Le plaisir que j’avais pris, aucun homme ne me l’avait donné depuis bien longtemps.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Fabio M. Mitchelli (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Fabio M. Mitchelli
Le Club est très fier de proposer en avant-première à ses lecteurs le nouveau roman de Fabio Mitchelli?, L'ombre de l'autre. A l'occasion de sa participation aux rencontres polar organisées par la boutique France Loisirs de Lyon, l'auteur a bien voulu se livrer un peu... Cette courte vidéo vous dévoile donc un peu du travail de l'auteur :)
??Le pitch du livre??
Lisa, étudiante de 18 ans, a été violée puis étranglée. Quelques jours plus tard, Mélanie, 24 ans, est assassinée. C'est au commandant Samuel Steiner que l'enquête est confiée. Nous sommes en 2017, un énième procès de Francis Heaulme bat son plein. Samuel Steiner est troublé par la lecture d'un article sur le tueur en série. Trop de similitudes, le mode opératoire est identique à celui de Heaulme... A-t-il affaire à un copycat ? Une seule option possible, il faut... Entrer dans la tête du tueur...
bit.ly/LombreDeLautre
+ Lire la suite
autres livres classés : thriller fantastiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1634 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre