AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : B003BPLPFU
Éditeur : Chantecler (30/11/-1)

Note moyenne : 3/5 (sur 2 notes)
Résumé :
De mystérieux conjurés projettent de précipiter le monde entier dans le chaos. Ils complotent à maintes reprises pour attirer l'attention sur eux - et finissent par présenter une arme, dont la puissance d'anéantissement dépasse l'imagination humaine. Londres est menacée de destruction et seuls Sherlock Holmes et son cher ami le docteur Watson peuvent encore la sauver. Vous reconnaîtrez bientôt qui se cache derrière ce gigantesque complot : le génie du crime, le Prof... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Eric75
  05 août 2012
Dans le cadre de mes recherches personnelles sur les antédiluviennes publications relatives aux Sherlock Holmes oubliés, voici l'épisode d'aujourd'hui : « Menace sur Londres » (et, non, il ne s'agit pas de la météo, comme on va le voir).
Vous ne trouverez les ouvrages holmésiens d'Austin Mitchelson et de Nicolas Utschin (qui ça ?) que dans les brocantes ou sur les sites d'occasions. Il n'existe à ce jour que deux ouvrages connus : Les oiseaux du meurtre et Menace sur Londres, publiés en langue française aux Editions Chantecler, Aartselaar (c'est-à-dire en Belgique néerlandophone) en 1979. Les versions originales américaines ont été publiées chez Belmont Tower, Inc. New-York, en 1976 et 1977, ce qui laisse penser que les auteurs sont américains, tout cela est élémentaire mon cher Watson !
Cette conclusion est rapidement corroborée à la lecture de Menace sur Londres, par le scénario conçu à la manière des « films catastrophes » hollywoodiens, l'antibolchevisme primaire, et par la banalisation très peu british de l'usage des armes à feu, que Watson dégaine sans état d'âme dès lors qu'il se met en situation de légitime défense.
Pour mémoire, en Angleterre, même les bobbies ne sont pas armés lorsqu'ils déambulent sur la voie publique. Dans le canon holmésien, Sherlock enjoint souvent Watson de « prendre son arme » lors des sorties qui s'annoncent périlleuses. Mais Watson en fait-il usage pour autant ? Je n'en ai aucun souvenir, à part sur le malheureux chien des Baskerville.
Ici, Holmes et Watson traquent un suspect dans un bois, et Watson raconte : « Un buisson s'agita devant moi et mon adversaire apparut. C'était un géant, il mesurait bien sept pieds minimum. Je le vis se dresser, un couteau à la main. Je ne disposai que de quelques centièmes de seconde avant qu'il ne le jette, mais cela suffit. Je tirai une seule fois et je vis le géant s'abattre sur le sol. Ma balle l'avait atteint à la tête. » Ajoutons que c'est la première fois que Watson et Holmes croisent la route de ce personnage, qu'ils ne lui ont pas parlé, que nous ne savons pas de quel crime il est accusé, qu'on ne prend même pas le temps de l'interroger, et qu'il est donc abattu sans sommation ! Bienvenue en Cornouailles of America !
Dans la toute dernière scène, Watson fera de même, piloté par Holmes, « pour sauver l'empire ». On ne pourra valider la théorie de Holmes et on ne découvrira l'identité de la victime qu'après le coup de feu. En résumé, on tire dans le tas, et on regarde ensuite si c'était justifié.
En dehors de ces petits travers peu « canoniques », et si on passe sur quelques petits problèmes de traduction, le roman se lit avec beaucoup de plaisir, car les fondamentaux sont respectés. L'action se situe en 1906, les descriptions de Londres sous la neige, les conversations au coin du feu dans le salon de Baker Street, les taquineries et les prouesses divinatoires de Holmes, tout cela est parfaitement respecté. Aucun des personnages secondaires du canon ne manque à l'appel : le frère Mycroft, Mrs Hudson, les Irréguliers, Irène Adler, Sébastian Moran, Moriarty ! Et, pour faire bonne mesure, ce casting est complété par les personnages réels de haut rang qui interviennent dans le récit : le roi Edouard VII, le tsar Nicolas II, Raspoutine, Winston Churchill ! Hé oui, il faut bien être à la hauteur de l'enjeu, de cette « menace sur Londres » qui viserait également tout l'empire britannique ! Mais on peut aussi reconnaître dans ce scénario « people » la fascination qu'ont les américains pour les têtes couronnées.
Malgré un démarrage grandiloquent et un peu emphatique, il faut bien le dire, le scénario ne s'avère finalement pas aussi ridicule qu'on pourrait le croire. L'histoire bascule lorsque Holmes reprend la main sur Watson et relate l'épisode russe. le lecteur découvre la nature du complot et la réalité de la menace. Celle-ci devient alors beaucoup plus terrifiante, plus concrète, et le récit se poursuit en mode thriller presque à la façon d'un Tom Clancy ou d'un Mark Frost. Les auteurs se moquent bien de la crédibilité historique en réalité (concernant les avancées technologiques et scientifiques par exemple, on se trompe d'une guerre, nous sommes bien là dans l'approximation hollywoodienne), mais l'important est de rester efficace dans l'élaboration de l'intrigue. Ce livre reste une vraie découverte holmésienne, il est dommage que la série se soit arrêtée à deux opus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
belette2911
  10 avril 2012
Dans cet ouvrage, les auteurs montrent qu'ils ont une parfaite connaissance holmésienne : le duo Holmes-Watson est ainsi visité par l'agent littéraire, Arthur Conan Doyle, le revolver d'officier du médecin est de la partie, et d'autres allusions ciblées nous font bien sentir dans l'univers qui nous est cher. Les non initiés ne comprendront pas, seuls ceux qui ont lu le canon retrouveront ces petites allusions.
La structure de l'histoire suit la forme habituelle d'un récit holmésien, mis à part pour l'épisode Russe qui est narré par Holmes.
C'est déjà un intérêt du livre que cette alternance narrative entre Sherlock Holmes et John Watson. Parce que la narration du point de vue de Holmes, c'est assez rare que pour être souligné. Enfin dans la tête du Maître !!
L'écriture est efficace, sommaire, et l'action va vite. Trop peut-être, au point qu'il en ressort une frustration relative qui me fait classer ce pastiche comme « moyen mais honnête ».
La qualité s'améliore toutefois à partir de la moitié du livre, avec toujours quelques coquilles, qui me font penser davantage à un problème général de traduction que d'écriture originale.
L'ensemble reste pourtant agréable à lire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
Eric75Eric75   05 août 2012
Elle poursuivit : " Et aujourd'hui, tout le monde doit aider en Russie. Il s'y déroule en effet un combat, qui pourrait avoir des conséquences immenses. Depuis bientôt trente ans le pays se trouve dans un état de trouble permanent. Les tsars sont victimes d'attentats. les chefs de la police sont victimes d'attentats. Face aux anarchistes et aux nihilistes, même le plus obscur fonctionnaire de police n'est pas en sécurité. (...)
" Vous verrez que tout a beaucoup changé depuis, dit-elle. La société est arrivée à un état de décadence qui ne se compare qu'avec les excès de l'empire romain.
- Mais le tsar est un homme extrêmement modéré, rétorquai-je. Il est au-dessus de tout cela, surtout en comparaison avec les autres monarques. "
Elle secoua la tête. " Je ne faisais pas allusion aux excès insignifiants d'un souverain, Monsieur Holmes. Mais bien plus aux excès de toute une société, une société qui a abandonné la morale et l'éthique chrétienne au profit des débordements et du charlatanisme. Et qui s'en étonnera, quand les grands de ce pays se soumettent à des théories qui exigent l'abaissement par le péché et le salut par la mystique, et où on accorde les plus grand honneurs, la plus grande approbation à ceux qui prêchent l'idéologie la plus dégénérée ? "
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
autres livres classés : pasticheVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr

Autres livres de Austin Mitchelson (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1541 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre