AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2267026694
Éditeur : Christian Bourgois Editeur (05/06/2014)

Note moyenne : 3.23/5 (sur 24 notes)
Résumé :
Paru en Angleterre en 1931, Highland Fling est le premier roman de Nancy Mitford. Avec un humour grinçant, elle y dépeint les us et coutumes de ses contemporains aisés et insouciants en cette période de l'entre-deux-guerres.
Son héroïne, Jane Dacre, nous convie à une majestueuse garden-party organisée dans un grand domaine écossais. L'arrivée d'Albert Gates, peintre surréaliste fantaisiste, va perturber le cours paisible et conventionnel des festivités...
>Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
LePamplemousse
  21 août 2014
Réédition d'un roman paru en 1931, Highland fling, dont le mot " fling " pourrait se traduire par "amourette" ou "passade sentimentale" est un roman caustique qui épingle un certain milieu social pendant l'entre deux guerres : celui des gens riches voire même très riches.
L'auteur, étant elle-même issue de la grande bourgeoisie, connaît à fond son sujet et prend un malin plaisir à dévoiler les travers de ces hommes et de ces femmes oisifs, qui luttent désespérément contre l'ennui et recherchent uniquement le plaisir.
Leurs existences sont remplies de parties de chasse, de dîners dans les meilleurs restaurants, de garden-party et autres soirées passées à jouer à des jeux de sociétés, le tout dans de luxueux appartements londoniens ou dans des châteaux en Ecosse durant les vacances.
Les phrases assassines ne manquent pas dans ce court roman et la vacuité de l'existence de ces pseudo-héros n'a d'égale que l'humour de l'auteur à leur encontre.
L'intrigue sentimentale du roman n'a qu'une importance toute relative, elle permet de pénétrer les pensées et sentiments de chacun des personnages, certains étant mesquins, d'autres incultes, d'autres encore totalement insignifiants ou incroyablement imbus de leur personne, mais presque aucun ne ressort grandi de cette histoire !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330
rabanne
  02 novembre 2016
Bon, au bout de quatre chapitres et 54 pages, je n'accroche pas du tout !
Un style confus et ampoulé ne me donnant absolument pas envie d'aller plus loin...
Une 4e de couv' alléchante, une belle page de couverture. L'impression de m'être fait avoir.
Peut-être reprendrai-je cette lecture un de ces jours. Mais là, je stoppe.
Commenter  J’apprécie          260
Mimeko
  16 juillet 2017
Walter et Sally jeune mariés, appartenant à la petite noblesse anglaise, mais désargentés, sont chargés par un couple d'amis écossais d'organiser une chasse dans leur domaine familial en leur absence. Parmi les invités la jeune Jane Dacre, fille d'aristocrates, à la fois naïve et indécise, Albert Gates, peintre vivant à Paris mais en pleine organisation d'exposition, un amiral, un général tous deux un peu décatis, une autre couple âgé. Tout ce petit monde se retrouve à devoir faire connaissance, cohabiter, confronter des valeurs qui sont quelquefois les mêmes mais remises en question par esprit de contradiction, certains se voient ridiculisés, une guerre des anciens contre les modernes, version très british.
Highland Fling, le premier roman de Nancy Mitford paru en 1931 est un petit bijou d'humour, où elle égratigne l'univers quelle connaît le mieux, celui de la noblesse britannique souvent en pleine déliquescence, s'affichant toujours avec superbe mettant en avant ses références glorieuses historiques, la bienséance désuète, des coutumes un peu surannées. C'est l'occasion pour elle de dresser des portraits avec esprit, un humour très grinçant n'épargnant personne, même les personnages pour lesquels elle exprime sa sympathie, tous sont épinglés dans des situations ou des répliques drôles et caustiques.
Un roman facile à lire, léger et brillant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
LaBiblidOnee
  31 octobre 2014
Paru en 1931 mais réédité tout dernièrement, ce roman plaira aux amateurs d'histoires typiquement anglaises dont l'action est constituée uniquement des relations sociales, moeurs, piques verbales, conventions etc… Bref : de la bourgeoisie britannique de cette époque en pleine évolution, entourée de l'atmosphère des manoirs et parties de chasses. Ce roman est axé sur la différence entre aristocratie oisive et fière de l'être et classes laborieuses et obligées de l'être. Elle met l'accent sur l'émergence d'une certaine bourgeoisie d'artistes, qui aspire à l'oisiveté et aux hautes fréquentations, mais qui est souvent contrainte de travailler lorsqu'elle ne parvient pas à vivre uniquement de son art. Une bourgeoisie de jeunes un peu bohèmes dont les parents ont travaillé pour en arriver là et qui côtoient la bonne société sans y être totalement intégrés.

Nous suivons Albert Gates, un jeune peintre surréaliste fantaisiste, issu d'une bonne école mais qui, pour tenter de vivre de son art, est allé à Paris où il habite difficilement un minuscule appartement. A Londres, deux de ses amis d'école qui se sont mariés, Walter le poète et Sally son épouse, apprennent à vivre ensemble : Sans travail et avec peu de rente, ils devraient faire attention à leurs dépenses pour que Walter puisse continuer à écrire des poèmes sans travailler davantage, et c'est ce qu'essaye de lui faire comprendre Sally ; Mais Walter aime fréquenter la bonne société, s'amuser, et leurs ressources s'amenuisent.

Ils sont bientôt mis à contribution par une tante de Sally, dont le mari siège à la chambre des Lords, qui leur demande de les remplacer en tant qu'hôtes pour la partie de campagne qu'ils organisent tous les ans à cette époque, car ils ont un empêchement de dernière minute. Pour Walter et Sally, qui acceptent en invitant Albert et Jane, une amie à eux, voici une bonne occasion de s'amuser à vivre la grande vie à peu de frais. Mais ils devront alors s'adapter à la compagnie exclusive d'aristocrates un peu snobs et sûrs de leur supériorité : Un Général à la retraite, des douairières, etc... Et si Walter et Sally tentent d'assumer leur rôle du mieux qu'ils peuvent, Albert, lui, prendra beaucoup de plaisir à provoquer le reste des invités qu'il trouve trop conservateurs et étriqués, trop bien-pensants et hypocrites.

Sa présence donnera donc tout le sel à cette partie, et l'on pourra également tirer satisfaction d'une idylle naissante entre lui et Jane, qui mettra une nouvelle fois en relief les difficultés et questionnements des jeunes couples dans leur situation.

*****
L'auteur étant elle-même issue de l'aristocratie, elle maîtrise à merveille les codes et exigences de cette société, mais elle connaît également ses faiblesses et possède un recul formidable pour peindre ces ambiances de salon avec une ironie toute austenienne. Et puis elle aborde également des thèmes qui seront toujours d'actualité : Outre les différences sociales, il y est question d'évolution des moeurs et de différence d'âge entre des générations qui ne se comprennent pas, de la difficulté pour un jeune couple de s'installer et de vivre ensemble, de savoir si l'on peut vivre de sa passion, de s'adapter à différents milieux, de s'ouvrir aux autres, etc…

« Tout le monde sait – vous ne faites pas grands efforts pour le cacher – que les jeunes d'aujourd'hui méprisent les hommes et les femmes de mon âge. Je suppose que jamais depuis que le monde est monde, deux générations n'ont été à ce point en désaccord. Pour vous, nous sommes superficiels, étroits d'esprit, dépourvus de goût et stériles, et vous avez raison. Mais qui sait ce que nous aurions pu devenir si les choses avaient été différentes ? C'est pourquoi je vous supplie sincèrement de ne pas parler de manière sarcastique comme vous venez de le faire, des hommes qui ont participé à la Grande Guerre. Au moins laissez-nous l'illusion que nous avons eu raison de le faire. »

Une immersion très intéressante dans le milieu et l'époque, une histoire qui roule toute seule, bref : Une découverte bien agréable pour les amateurs du genre !

Lien : http://onee-chan-a-lu.public..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          106
cyan
  16 janvier 2019
Les Monteath doivent accueillir les invités de leur oncle dans un château écossais pour la saison de la chasse.
Résumé très bref, mais fidèle, du contenu de ce court roman, le 1er écrit par Nancy Mitford. J'étais très curieuse de découvrir cette autrice, en bonne amatrice de littérature anglaise classique. J'avoue que j'ai été un peu déçue.
La 4e de couverture parle d'humour grinçant et de comédie mordante. Si on sent effectivement l'ironie dans la plume, on ne peut pas dire qu'on s'amuse réellement avec cette lecture.
Les personnages sont creux et vains, d'un ridicule et d'une bêtise consternants. En ce sens, c'est bien une critique acerbe de son milieu que donne à lire Nancy Mitford. Mais le roman ne raconte pas grand chose, il n'a pas vraiment de ligne directrice. C'est plus une suite d'anecdotes et de dissensions dans un contexte d'huis-clos sans profondeur, où des personnages inutiles brassent de l'air en se prétendant importants. J'espère pour elle que l'autrice vivait dans un milieu plus agréable que celui-là, sinon elle a dû s'ennuyer ferme, ce qui a été mon cas avec cette lecture.
Tout n'est pas totalement sans intérêt. C'est la chronique d'une classe sociale décadente et imbue de sa prétendue importance, où les différentes générations se méprisent les unes les autres. On a un aperçu peu glorieux de la vie menée par ces gens à cette époque.
Outre les personnages peu engageants, j'ai également été un peu déçue par le style de l'autrice, que j'ai trouvé trop sec. Je m'attendais à une plume plus généreuse, dans le genre de celle de Daphné du Maurier, je suis donc restée sur ma faim de ce point de vue aussi.
S'agissant du 1er livre de Nancy Mitford, je choisis de considérer que ce n'est qu'un avant-goût peut-être maladroit de ce que sa plume peut proposer et je compte bien lire un autre de ses romans dans un avenir pas trop lointain. Si vous avez un titre à me conseiller ;)
Lien : https://bienvenueducotedeche..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80

critiques presse (3)
LaPresse   03 novembre 2014
Quel bel ouvrage tonique, drôle, plein d'esprit dont le regard se porte sur un groupe de gens de la haute migrant de Londres vers l'Écosse pour quelques semaines de vacances !
Lire la critique sur le site : LaPresse
LesEchos   12 août 2014
Nancy Mitford écrit sur son monde, celui de l’aristocratie anglaise de l’entre-deux-guerres, qu’elle épingle de façon implacable mais non sans tendresse.
Lire la critique sur le site : LesEchos
Chro   15 juillet 2014
Entre intrigue sentimentalo romanesque et conflit entre générations, Highland Fling permet avant tout de plonger dans une galerie de portraits plus vrais que nature – toute ressemblance avec des personnages existants étant parfaitement assumée par l’auteur.
Lire la critique sur le site : Chro
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
LaBiblidOneeLaBiblidOnee   31 octobre 2014
Tout le monde sait – vous ne faites pas grands efforts pour le cacher – que les jeunes d’aujourd’hui méprisent les hommes et les femmes de mon âge. Je suppose que jamais depuis que le monde est monde, deux générations n’ont été à ce point en désaccord. Pour vous, nous sommes superficiels, étroits d’esprit, dépourvus de goût et stériles, et vous avez raison. Mais qui sait ce que nous aurions pu devenir si les choses avaient été différentes ?
C’est pourquoi je vous supplie sincèrement de ne pas parler de manière sarcastique comme vous venez de le faire, des hommes qui ont participé à la Grande Guerre. Au moins laissez-nous l’illusion que nous avons eu raison de le faire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
LePamplemousseLePamplemousse   21 août 2014
Sally apprit bientôt, à sa surprise et sa consternation, qu'il était " finalement beaucoup plus économique" d'aller chez le tailleur le plus cher, de voyager en première classe, de descendre dans les meilleurs hôtels et de prendre des taxis tout le temps.
Commenter  J’apprécie          140
MimekoMimeko   17 juillet 2017
Le train était plein de chasseurs, de leurs épouses et de leurs chiens qui se rendaient dans le Nord. La vue la plus déprimante du monde pensait Jane, était celle d'un couple marié en voyage. Quelle horreur ! Non seulement ils doivent dormir, manger, marcher, rouler et aller au théâtre ensemble toute leur vie, mais ils ne peuvent pas s'échapper même dans le train.
Commenter  J’apprécie          90
MimekoMimeko   14 juillet 2017
"...parce que c'est un fait bien connu que les femmes enceintes peuvent influencer les traits de leurs enfants si elles regardent trop longtemps quelque chose. J'ai une tante qui voyait de son lit une reproduction de la Monna Lisa et ma pauvre cousine est exactement comme elle - tout à fait ce sourire idiot et ce teint brouillé - très déprimant pour elle, pauvre petite."
Commenter  J’apprécie          80
MimekoMimeko   10 juillet 2017
- C'est plus comme un mausolée, en fait. Tu vois ce très vieil homme là-bas ?
- Je vois les sept plus vieux êtres vivants, si tu veux parler de l'un d'eux
- Celui avec le visage verdâtre à côté de la statue de la reine Victoria
- Mon dieu, je ne l'avais pas remarqué. Quelle horreur ! On ne peut pas l'aider ? Il est en train de mourir ?
- Oh, je présume que oui, vaguement. Cet endroit momifies les gens, tu sais, sans qu'ils soient obligés de mourir d'abord, et ils continuent comme ça à se promener pendant des années.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Videos de Nancy Mitford (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Nancy Mitford
Retrouvez votre livre dans notre librairie en ligne ! :
Nancy Mitford - La dame de la rue Monsieur de Jean-noel Liaut aux éditions Allary https://www.lagriffenoire.com/142052-divers-litterature-nancy-mitford---la-dame-de-la-rue-monsieur.html
La culture décontractée !!!!! ABONNEZ-VOUS A NOTRE CHAINE YOUTUBE ! http://www.youtube.com/user/griffenoiretv/featured (merci) La boutique officielle : http://www.lagriffenoire.com
#soutenezpartagezcommentezlgn Merci pour votre soutien et votre amitié qui nous sont inestimables. @Gérard Collard @Jean-Edgar Casel
autres livres classés : aristocratieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Qui, quoi, où autour de Lady Sophia

Avec qui Lady Sophia est-elle mariée ?

Heatherley
Ivor
Luke
Millicent
Rudolph

11 questions
0 lecteurs ont répondu
Thème : Tir aux pigeons de Nancy MitfordCréer un quiz sur ce livre