AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Daria Olivier (Traducteur)
EAN : 9782707145772
280 pages
La Découverte (14/04/2005)
3.62/5   16 notes
Résumé :

Entre un père français et parisien et une jeune mère anglaise et londonienne, le jeune Sigi exerce une industrie de go between bientôt coupable. Choyé par les amies de l'un et les soupirants de l'autre, ce " cher ange " a vite compris les inconvénients d'une réconciliation prématurée. Après toutes sortes d'épisodes cocasses, il sera démasqué, et l'amour -quoique conjugal -triomphera. Dressan... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
alexb27
  17 octobre 2019
Quel bonheur que de lire ce roman typiquement anglais, à l'humour et l'ironie virevoltante ! le contexte de l'après guerre est déroulé d'une main de maître, les personnages, plutôt désinvoltes et très aristocratiques, sont parfaitement campés et le cher ange, un vrai petit diablotin. Un texte formidable (j'ai adoré la seconde partie), parfaitement traduit par Daria Olivier.
Commenter  J’apprécie          370
Michigan32
  28 juillet 2020
"Le cher ange", c'est Sigismund ou "Sigi" comme ses parents le surnomment, le fils de Grace, une jeune anglaise, naïve et un peu inculte, et de Charles-Edouard, issu de la noblesse française traditionnelle. Charles-Edouard a épousé Grace avant le début de la guerre et lorsqu'il revient sept ans après, il retrouve Grace et Sigi, son fils né pendant l'intervalle. N'ayant presque jamais vécu ensemble, Grace et Charles-Edouard doivent apprendre à se connaitre et construire leur vie à trois sans avoir eu le temps de construire une vie à deux. Ils sont partagés entre l'Angleterre et la France mais Charles-Edouard décide rapidement qu'ils vivront en France. On en sait peu sur Charles-Edouard, si ce n'est qu'il est issu d'une grande famille et qu'il est volage. Il multipliait les conquêtes avant la guerre et ce n'est pas son mariage qui va changer ses habitudes. Ainsi, alors même qu'il est fou amoureux de Grace, il va prendre le thé tous les après-midis chez Albertine, sa "soeur de lait" (ils ont eu la même nanny) et accessoirement l'une de ses maîtresses. Grace, également, est éperdument amoureuse de Charles-Edouard mais ce côté volage, très français de Charles-Edouard, la perd un peu. Au début elle ne peut y croire jusqu'au moment où elle surprend son mari avec une autre. Celle-ci ne peut le supporter et quitte le domicile familial avec son fils, Sigi. C'est à partir de ce moment que Sigi, jeune enfant insupportable, délaissé par ses parents, va tisser sa toile. Il comprend rapidement tout ce qu'il a à gagner dans la séparation de ses parents qui vont noyer leur chagrin respectif en s'occupant de lui et en multipliant les attentions. Pour peu que l'un d'entre eux flanche un peu et songe à se remettre avec l'autre, Sigi met en place des stratagèmes pour entretenir le conflit conjugal...

Dans ce roman, Nancy Mitford nous livre sa vision de la France de l'après-guerre, des Français (cultivés, infidèles) par comparaison aux Anglais. le tout pourrait parfaitement se passer à une autre époque tant le milieu aristocratique qu'elle y décrit, paraît anachronique. Elle nous donne aussi une vision du couple très cynique où la femme ne peut que se résoudre à accepter les excentricités de son mari. Grace et Charles-Edouard ont eu le malheur de ne faire qu'un mariage civil, et non un mariage religieux, ce qui en fait un "sous-mariage". Pas étonnant, selon certains, que Charles-Edouard se croit autorisé à la tromper. Les personnages de Sigi et de Nanny sont croqués avec humour, de même que les époux Dexter, puissants américains qui ne manquent pas de venir donner des leçons sur les sociétés française et britannique. Tout cela aurait pu joliment fonctionner mais l'ensemble a du mal à prendre. Grace et Charles-Edouard sont parfois presque caricaturaux (Grace la naïve et Charles-Edouard le volage), ce qui dessert un peu l'histoire. Ce n'est clairement pas le meilleur roman de Nancy Mitford (cela explique sûrement le fait qu'il n'est pas été réédité depuis si longtemps) et il souffre un peu de la comparaison avec les deux précédents romans.
Lien : https://riennesopposealalect..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Fantine
  24 décembre 2011
Il s'agit d'une "féroce" critique de la société française et anglaise de l'après guerre, mais, c'est aussi une plaidoirie du mariage, de l'amour entre époux ainsi que de la fidélité conjugale.
Ce roman est un véritable petit bijou littéraire, tout en finesse, de sous entendus !!
Nancy Mitford est un auteur à lier et/où à découvrir de toute urgence.
Commenter  J’apprécie          70
5Arabella
  14 août 2016
Une jeune anglaise Grace, épouse un aristocrate français, ils ont un fils, ils s'installent en France. Mais les différences culturelles ne rendent pas toujours la vie commune facile, et l'adaptation de Grace à la vie parisienne est parfois éprouvante, même si elle a des aspects plaisants. Son mari est évidemment très infidèle. Elle décide de le quitter et part pour Londres avec son fils. Mais son mari et sa vie en France lui manquent, alors son fils Sigi trouve son compte à la séparation de ses parents, et fait tout ce qu'il peut pour qu'ils ne revivent pas ensemble.
C'est très léger, par moments amusant, mais quand même plein de clichés, et très attendu. Les différences entres les Français et les Anglais relèvent du stéréotype la plupart du temps, et il s'agit de toute façon d'une société aristocratique, très anachronique pour l'époque à laquelle se passe le roman de toute façon. Cela se lit facilement, n'est pas déplaisant, mais très mineur tout de même. Un soupçon d'humour, un peu une sorte d'Evelyn Waugh au féminin, rend tout cela très lisible mais vraiment pas inoubliable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Gabrielle_Dubois
  18 janvier 2022
J'avais lu il y a des années, ‘À la poursuite de l'Amour' et ‘L'Amour dans un climat froid' qui m'avaient bien plu. Mais je dois dire que j'ai peiné à lire ce ‘Cher Ange'.
L'écriture est extra, l'humour anglais des plus plaisants, mais l'histoire de ce couple aristocratique, futile et inutile m'a totalement désintéressée.
Combien y a-t-il de Ducs en Angleterre, pourquoi il faut porter la couleur marron quand on voyage, font-ils des encolures montantes chez Dior maintenant, et tous ces affreux parents qui partent à Venise en été parce qu'ils sont fatigués d'avoir assisté à trop de cocktails, soirées et dîners à Paris et qui n'emmènent surtout pas leurs enfants, où seraient le repos, sinon?
Et le couple aristocratique principal? La femme, une Anglaise, est une rose qui se laisse déposer dans un joli vase et attend bêtement qu'on l'arrose d'eau fraîche et sucrée pour fleurir gracieusement, le mari, un Français, lui, arrose plusieurs vases mais… il aime sa femme! Mystère…
Au bout de quelques années, la femme ouvre les yeux. Séparation, mais ils s'aiment toujours. Leur unique fils, Sigismond, ne trouve que des avantages à vivre avec maman d'un côté et papa de l'autre. du coup, il va manigancer tout un tas d'histoires pour que ses parents ne se remettent pas ensemble. Mais tout est bien qui finit gentiment bien dans un monde de personnes civilisées, cultivées et fortunées.
On reste avec ce ‘Cher Ange' à la surface des choses, des sentiments, de la vie et ses déboires, de la société et ses disfonctionnements… Ou bien, je n'aurais pas dû lire ce livre pendant les semaines où j'ai été malade, peut-être suis-je passée à côté?
Lien : https://www.gabrielle-dubois..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
Gabrielle_DuboisGabrielle_Dubois   18 janvier 2022
L’enfant: "M. l’abbé me raconte des histoires formidables sur les Romains de l’Antiquité et j’ai une nouvelle idée pour Nanny. Si on la mettait dans une arène avec un ours particulièrement féroce?
Réponse de la mère, pratique: "Oh, la pauvre! Où trouveras-tu un ours?"
Commenter  J’apprécie          40
Gabrielle_DuboisGabrielle_Dubois   18 janvier 2022
Charles-Édouard se plaisait à la voir coudre… Il était pourtant décidé à ce qu’il arrive quelque accident terrible à ce tapis, le jour même où il serait achevé: un flot d’encre indélébile ou une brûlure étendue. Il n’était pas homme à s’attacher à un objet pour des raisons sentimentales, surtout pas à un tapis aussi grand et laid.
Commenter  J’apprécie          00
Gabrielle_DuboisGabrielle_Dubois   18 janvier 2022
J’étais en train de lire ‘La petite Princesse’ quand maman est morte… un souvenir qu’elle trouvait toujours très troublant. La petite fille qu’elle avait été, le nez enfoui dans son livre, avait senti qu’elle aurait dû être triste et pourtant tout ce qu’elle souhaitait était poursuivre sa lecture.
Commenter  J’apprécie          00
Gabrielle_DuboisGabrielle_Dubois   18 janvier 2022
Les maisons sont tout autres quand nous les connaissons bien. Le premier contact les rend encore plus trompeuses quant à leur véritable caractère, que les êtres humains. On ne peut avoir qu’un sentiment général.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Nancy Mitford (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Nancy Mitford
Bande annonce de la série the pursuit of love, adaptation du roman de Nancy Mitford
autres livres classés : littérature anglaiseVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Qui, quoi, où autour de Lady Sophia

Avec qui Lady Sophia est-elle mariée ?

Heatherley
Ivor
Luke
Millicent
Rudolph

11 questions
0 lecteurs ont répondu
Thème : Tir aux pigeons de Nancy MitfordCréer un quiz sur ce livre