AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782221133545
726 pages
Éditeur : Robert Laffont (24/10/2013)

Note moyenne : 3.58/5 (sur 33 notes)
Résumé :
"Je suis devenu ministre par surprise. J'ai essayé de faire mon boulot le mieux possible et peut-être pas trop mal, puisque j'ai tenu trois ans alors que ce n'était pas gagné au départ. J'ai raconté cette histoire bien sagement et sérieusement dans un bouquin qui a ennuyé tout le monde, Le Désir et la chance. Avec le recul, ce qui m'a plu dans cette aventure c'est d'avoir pu sauter dans la cage aux lions et observer leur férocité, leurs grognements et leurs faibless... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
francoisvaray
  22 mars 2014
Sept cents pages du journal intime d'un Ministre de la Culture, avec Frédéric Mitterrand dans le rôle du diariste, c'est du lourd! Et surtout en réussissant l'exploit ne ne jamais parler de politique politicienne, mais seulement du quotidien de la vie d'un homme qui n'était pas fait pour ce poste, qui doute de lui, qui aime qu'on l'aime, et qui aime entendre qu'on dit du bien de lui. On est dans la même logique que l'excellent film 'L'Exercice de l'Etat', auquel il a servi de modèle. Alors que faire quand on est nommé pour incarner une 'prise' politique (un Sarkozy qui s'offre un Mitterrand, rendez-vous compte!) ? Très vite, le Ministre sait qu'il ne sera ni Lang ni Malraux. On essaie de le couler pour sa Mauvaise Vie. Mais il résiste, il tient le coup. Et on découvre sous une excellente plume qu'il n'est pas le Ministre de la Grande Culture, mais celui du patrimoine oublié, des musées désaffectés dans une sous-préfecture, des voyages à Mayotte ou à St Pierre-et-Miquelon. Frédéric Mitterrand fait de son Ministère ce qui lui plaît, et il a bien raison: il voyage énormément, aime ça, rencontre des femmes et des hommes qu'il admire, regarde les mecs avec qui il s'est promis de ne pas coucher pendant son mandat. Rares sont les livres sur l'exercice du pouvoir aussi bien écrits, celui-ci est de ceux qui réconcilient avec la politique, car la politique ce n'est pas le grand discours, c'est l'assemblage de mille et une minuscules actions qui in fine font la grandeur d'un pays. Cette critique élogieuse ne me fait pas partager le point de vue partisan de l'homme, mais j'aime les gens qui avouent leurs faiblesses, leurs souffrances, qui n'ont pas peur de l'image qu'ils donnent, et surtout je reconnais dans ce troisième livre que je lis de Frédéric Mitterrand une excellente littérature qui m'avait déjà ému dans la Mauvaise Vie et dans le Festival de Cannes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          182
brumaire
  14 décembre 2017
On me l'a prêté, le l'ai lu, j'ai beaucoup aimé. Addictif. Comme l'écrit un Babélien dans sa critique du livre, c'est une excellente lecture pour le soir avant de s'endormir. Frédéric Mitterrand a une bonne plume et la lecture est aisée et assez souvent jubilatoire (il a des griffes le Rantanplan ! ) , même si j'ai retrouvé toutes les postures, les affects, les préciosités, qui chez lui m'insupportent .
"La récréation" c'est 720 pages de compte-rendus de trois ans de misère , oups...de Ministère de la Culture. Trois ans de coups fourrés, de chausse-trappes, de "Embrassons nous Folleville " . Ah décidément la politique c'est pas joli joli ma pauv'dame ! Mais qu'est-ce qui lui a pris au Frédo d'accepter ce poste de pion aux Echecs de la Politique , lui qui rêvait de la place du fou ou du cavalier ; foudroyer ses adversaires transversalement ,quelle classe ! Ministre de la Culture ? lui qui était si bien à la Villa Medicis.
Sous la trame du récit et sous la virevolte du style on découvre vite les blessures jamais refermées. Frédéric Mitterrand, né avec une cuillère d'argent dans la bouche comme disaient nos grand-mères sorties à peine dégrossies du 19e siècle, est un homme qui ne s'aime pas. le livre est baigné d'une douce mélancolie : accumulation de regrets , souvenirs d'une vie passée, culpabilité enfouie, et cette accumulation de discours sur les tombes de disparus...la mort qui rôde.
Plus que l'évènementiel au jour le jour de l'action du ministre (qui n'a pas démérité) c'est cette partie non dite du discours qui m'a profondément touché. Frédéric a envie qu'on l'aime ; et lui, a toujours envie d'aimer . Il s'échauffe vite au contact de quelque bel attaché d'ambassade, et les gendarmes attachés à sa sécurité ne lui sont pas indifférents. Tout cela dit sur un ton cru et détaché dont personne n'est dupe . "La mauvaise vie" plane...
Sinon "what else" ? La vie de ministre : une longue litanie de remise de décorations, de colloques, de commissions, de déplacements en province, de réceptions "rochers Ferrero " chez l'ambassadeur ,de combats dérisoires et vains contre les tentaculaires services de Bercy, contre les égos hypertrophiés des "élites" en place ( l'hypertrophie du moi de Olivier Py ! ) , une succession de luttes pour trouver trois francs six sous afin de sauver un vieil immeuble, un cinéma au Mali , sauver un musée de la France profonde dont tout le monde parisien se contrefout. Pas une sinécure le job ! Frédéric Mitterrand n'est pas dupe, tout cela c'est comédie, comédie , juste une récréation . Il est toujours le gamin qui donnait la réplique à Michelle Morgan et à Bourvil dans Fortunat. Peter Pan a grandi et il est devenu agaçant, mais tellement touchant. Cabotin ET cultivé, fou de cinéma et de musique, méprisant les élites auto-proclamées et dans le même temps badigeonnant de poncifs et de lieux communs ses discours obligés. Un Frégoli, un ludion triste, un Rantanplan dont le Lucky Luke s'appelle Sarkosy. Nicolas Sarkosy qu'il réussi même à nous rendre sympathique en faisant apparaître sous les gesticulations , l'enfant blessé, le petit Chose meurtri ; c'est dire :-).
Ah oui, tout de même un énervement : on ne peut s'empêcher d'être agacé par cette manie qu'il a d'utiliser uniquement les prénoms pour parler des gens qu'il côtoie. Il nous entretient de Jean Pierre, de Cédric, de Farida, de X, de Y...sans qu'il nous donne les repères pour les situer. Comme si cela allait de soi et que les lecteurs de la récréation étaient de ses connaissances. Règne de l'entre-soi...Mais je lui pardonne , je me suis trop amusé à la lecture de ce livre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          55
Jean-Daniel
  26 janvier 2017
Récit au jour le jour des deux années au cours desquelles Frédéric Mitterrand a été ministre de la culture. Avec gourmandise j'ai commencé la lecture de ce livre très bien écrit de 700 pages, et je n'ai pas été déçu… au début. La lecture d'un emploi du temps répétitif d'un ministre qui rencontre des personnes plus ou moins intéressantes devient ensuite presque ennuyeuse car c'est souvent une suite d'évènements sans intérêt, même si ce journal de bord est une succession d'anecdotes parfois amusantes et qu'il est truffé de règlements de comptes entre « amis ». Les rapports entre le président et les ministres entre eux ne manquent également pas d'humour. Il n'était toutefois pas indispensable que Frédéric Mitterrand nous rappelle toutes les trois ou quatre pages ses préférences sexuelles. Il a le droit de les manifester, mais la répétition de cette affirmation devient à la longue un peu lassante.
J'ai toutefois découvert dans ce livre une fonction, ministre de la culture, et un homme, Frédéric Mitterrand.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          131
dcs919
  04 janvier 2015
Il faut un certain temps pour venir à bout de ce pavé de plus 700 pages, surtout en ne lisant pas que cela.
L'intérêt de ce journal intime quotidien réside dans son côté distrayant, car très bien écrit, et instructif sur la manière dont fonctionne un Gouvernement et ce qu'est - en vrai - la vie de Ministre (de la culture). Balloté de réunions interminable en déplacements, de conseil des Ministres en dîner d'Etat, d'inaugurations en conférences, de déjeuners en spectacles. Tout en gardant un peu de temps pour la famille.
C'est à se demander quand il a le temps de travailler, et c'est là que l'on comprend que c'est cela, "son travail". Mettre en relation des gens, essayer de faire changer d'avis un tel ou tel autre. Trouver des fonds. Arbitrer, lorsque que - rarement - quelque chose dépend de son pouvoir. Pour le fond, on repassera, il y a les services pour cela.
Une écriture très fluide avec un talent certain. Quelques pépites sur quelques-unes des personnalités qu'il a été amené à fréquenter, plus ou moins fréquemment, principalement la Sarkozie évidemment.
Une lecture agréable le soir avant de se coucher.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Sasha1979
  14 novembre 2014
Plus de 700 pages d'un journal où Frédéric Mitterrand détaille ses longues journées pendant son mandant de ministre de la Culture. Et c'est là que l'on comprend que malheureusement, ça ne sert à rien d'être cultivé, ce qu'il faut, c'est être une véritable bête politique , triste constat dans un pays qui laisse la culture se désagréger.
Et puis, on se dit qu'il faut avoir une santé de fer, à toute épreuve, pour pouvoir assurer le service, entre diverses réunions et réceptions, les voyages qui ne durent que quelques jours et les réunions interminables avec les syndicalistes.
C'est un journal qui est très bien écrit et qui se lit facilement. Personnellement, j'ai eu beaucoup de mal à lâcher ce livre tellement il est prenant. Sur un plan plus politique, je trouve ça dommage qu'on n'ait pas mis plus en avant toutes les actions qu'il a menées. Toujours est-il que c'est un livre politique "apolitique" qui, décrit tout de même la politique française, assez subtilement, en distillant des petits détails çà et là ... A lire !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20


critiques presse (3)
LePoint   16 mars 2015
Il se met dans la peau du gamin qu'il a été, incapable de choisir entre De Gaulle et François Mitterrand.
Lire la critique sur le site : LePoint
Liberation   29 octobre 2013
Frédéric Mitterrand a une plume perçante. Dans ce gros livre d’anecdotes, il peut régler ses comptes persos avec les politiques, les milieux de la culture, les journalistes.
Lire la critique sur le site : Liberation
Lexpress   28 octobre 2013
Si vous aimez les anecdotes sur les coulisses du pouvoir, "La Récréation", journal tenu par Frédéric Mitterrand durant ses trois années passées au ministère de la Culture, pourrait vous plaire. Tout au long de ces 720 (!) pages, "Frédo" y rapporte nombre de saillies de Nicolas Sarkozy, présenté sous un jour plutôt bienveillant.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations et extraits (25) Voir plus Ajouter une citation
PacoparisPacoparis   07 janvier 2014
Le mépris hargneux de la gent cultivée pour les cultures populaires est l'un des travers les plus insupportables des milieux que je pratique régulièrement. Il témoigne de la persistance d'un esprit de classe arrogant et mesquin au sein même du groupe social qui se proclame de gauche et qui affirme incarner la générosité de la création artistique. Les festivals de juillet, propices aux longs weekends dans le Midi de la France, répondent aux attentes de la culture dominante. En revanche, les festivals d'août, qui s'inscrivent dans la durée et le cadre des congés populaires, laboureraient plutôt le terrain de la sous-culture médiocre, des loisirs franchouillards ou des rendez-vous folklorisants, certes parfois considérés avec une vague et lointaine sympathie, mais soupçonnés d'abriter des idéologies suspectes, aliénantes et pour tout dire réactionaires
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
enkidu_enkidu_   15 avril 2020
Dimanche 11 octobre 2009

Apparition d’une flopée de pseudo-témoignages d’illuminés sur la Toile qui relatent comment je les ai violés lorsqu’ils avaient huit ans, petits clips tournés en Thaïlande par des amateurs bien intentionnés où des orphelins me demandent de ne plus revenir ; des inconnus les téléchargent, les échangent, les font circuler ; Internet ou le procédé retrouvé de la lettre anonyme comme au bon vieux temps.

Emmanuel Berretta à Béatrice Mottier : « Il y en a tout de même marre de toutes ces histoires de petits garçons, vous ne trouvez pas ? » Moi, c’est de ce genre de remarque que j’en ai marre.

Benoît Hamon maugrée : « Cette histoire laissera des traces. » Il n’a pas tort ; elle m’aura renforcé parce que je n’ai pas lâché prise, que le président m’a soutenu et que les politiques respectent ceux qui traversent ce genre de crises sévères, mais elle m’aura aussi affaibli durablement en me renvoyant à mes tourments les plus intimes, en m’humiliant profondément et en faisant en sorte que je me demanderai désormais ce qu’en pensent les gens que je rencontre. Je suis comme ces amputés qui ont encore mal au membre coupé.

Dîner avec maman, mes frères, on se réconforte tous ensemble. Mathieu est loin, perdu quelque part en Asie centrale. Jihed n’arrête pas de se battre dans son école avec des petits malins pour me défendre.

Maman : « Cette histoire de Marine Le Pen avec ton livre, c’est l’affaire de l’Observatoire qui recommence. Tu t’en souviens, de ce cauchemar ? Pour moi, c’est pareil. »

Je pense à Roman Polanski dans sa prison. Je recommencerais s’il le fallait, d’une manière peut-être moins émotive, mais, de nouveau, je lui apporterais mon soutien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
enkidu_enkidu_   16 avril 2020
Dimanche 1er avril 2012

Pour les socialistes, je n’étais rien et je ne suis pas devenu grand-chose. De pantin frivole de la télé-paillettes au rayon Stéphane Bern bis, le clone ayant d’ailleurs dépassé le modèle original, je suis passé au statut plus intéressant de traître à sa double famille, celle de François à laquelle je n’appartenais pas beaucoup et celle du Parti socialiste que je n’intéressais pas du tout, avant de parvenir au stade d’adversaire convenable et plutôt gentillet dont on se demande encore par quel hasard on se voit obligé de ferrailler contre lui. Ils ne le pensaient pas tous avec autant d’âpreté, mais la lutte politique est rude, et en des temps d’antisarkozysme primaire on n’allait pas faire le détail avec le copain de Carla... Mes débuts avec eux ont donc été difficiles, je me heurtais à un bloc de franche hostilité, même si je sentais çà et là des failles que j’investiguais avec prudence. Puis ça s’est arrangé peu à peu ; j’étais disponible, pas rancunier, d’humeur conciliante ; tout élu a un jour ou l’autre besoin d’un ministre, même s’il est de l’autre bord, et aucune conviction n’interdit de sacrifier un peu au principe de réalité. Malgré tout, j’avais aussi quelques amis qui se souvenaient de ma vie d’avant, je les ai gardés et j’en ai eu d’autres. Vers la fin, l’atmosphère est même devenue franchement détendue ; toutes les bisbilles ordinaires n’avaient guère de sens, on pensait que je n’en avais plus pour longtemps. Il y en eut même pour me dire qu’ils me regretteraient. C’était sans risque, ils sentaient bien qu’il m’arrivait d’en avoir marre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
brumairebrumaire   14 décembre 2017
Samedi 6 novembre 2010.

Jean Claude Gaudin me reçoit dans son bureau, et pour une fois nous sommes seulement tous les deux. Entre anecdotes pagnolesques contées avec verve, jugements et répliques où il se donne le beau rôle avec un talent inénarrable, et visionnage d'une interview qu'il vient de donner à France3 en envoyant les journalistes au tapis, j'arrive tant bien que mal à faire passer mon programme qu'il écoute distraitement mais en m' assurant que ça l'intéresse.
On passe ensuite à l'essentiel , c'est à dire au restaurant , un établissement réputé du quartier du Prado. Séance de comédie de haute volée où il salue chaque table en n'oubliant ni la décoration du notaire, ni la première communion du petit dernier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          22
enkidu_enkidu_   16 avril 2020
Dimanche 13 février 2011
[...]
Dîner avec Michel Houellebecq en petit comité à l’Élysée. Il est accompagné d’un type vraiment bizarre qui animerait un blog de soutien au président mais qui me fait une impression épouvantable : cauteleux, fumeux, visqueux. Houellebecq lui-même, très intelligent et manipulateur, essaie d’établir une complicité en reliant La Mauvaise Vie à ses propres livres sur le thème des avantages et des bienfaits du tourisme sexuel. Je freine à mort. Il y ajoute quelques propos de table provocateurs et qui seraient peut-être amusants dans un autre contexte ; je les oublie tout de suite. Il est physiquement assez répugnant, la mise négligée et sale comme un peigne. Je ne peux pas m’empêcher de penser que cela relève d’une sorte de mise en scène où la déprime s’efface devant le narcissisme. Son dernier livre, qui lui a valu le prix Goncourt, est moins bon que les précédents, ce qui n’enlève d’ailleurs rien à son talent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Frédéric Mitterrand (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Frédéric Mitterrand
Affaire Matzneff – Frédéric Mitterrand : "Je n’ai jamais été pédophile !"
autres livres classés : politiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox