AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Marie-Renée Noir (Traducteur)
ISBN : 287730938X
Éditeur : Editions Philippe Picquier (27/04/2007)

Note moyenne : 4.11/5 (sur 27 notes)
Résumé :
Sur l'île de Hokkaidô, la plus au nord de l'archipel japonais, se dresse le mont Shiokari, aux cimes souvent enneigées. Tout au long de l'année, des pèlerins et des curieux prennent le train qui grimpe ses pentes abruptes, pour atteindre un col devenu célèbre depuis la mort généreuse qu'y a connue un homme nommé Nagano. C'est de son histoire que s'inspire le roman de Miura Ayako, celle d'un fils de samouraï converti au christianisme qui fit preuve d'humanisme et de ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
Bookycooky
  02 juin 2018
Nous sommes au Japon, à l'ère Meiji. Suite à deux cent quarante années d'isolement et un traité de commerce signé avec l'Amérique, la Russie, la France et la Hollande en 1858, le pays finalement s'ouvre au monde extérieur. Cette ouverture va fatalement subir l'influence culturelle et religieuse des pays d'Europe, très mal accueillie dans un pays très conservateur.
Notre protagoniste Nagano Nobuo, un petit garçon de dix ans dans les premières pages du livre, vit dans un quartier huppé de Tokyo avec son père, et sa grand-mère qui s'occupe de son éducation. Pour le petit garçon, la mère est morte.
C'est une famille de samouraï, de confession bouddhiste, une des deux religions du Japon, avec le shintoïsme. Or le christianisme,”être yaso”, que la grand-mère considère comme une honte pour un japonais, se propage dans le pays, et va s'immiscer par surprise dans la famille, par le biais d'une tiers personne. La réaction de la grand-mère sera violente, ses conséquences aussi. Quand au petit garçon, directement impliqué, faire un choix, sera son chemin de croix, un très long chemin de vie, qui le mènera au Hokkaido, dont le climax sera le col du mont Shiokari.....
A vrai dire je ne suis ni chrétienne, ni bouddhiste, simplement croyante, mais ce livre et ses propos m'ont touchée. Pourtant mon scepticisme envers les religions est fort, vu l'état du monde et tout le mal qui se fait au nom de ces religions.
Une prose toute simple, facile à lire, des personnages émouvants et attachants, surtout les portraits d'enfants attendrissants du début (“Maman,le chien des voisins sourit quand il me regarde “),ou comme celui de Wakura, patron de Nobuo, qui allègent et illuminent un sujet assez complexe et lourd dans le fond.
Une lecture truffée de moments de grâce, comme celui où le petit Nobuo demande à son père, “Comment faut-il faire pour expliquer clairement aux autres ce qu'on a dans le coeur ?.....”.
Un chef-d'oeuvre de sensibilité et de finesse où l'amitié , l'amour sous tout ses formes, le respect envers l'autre, la pudeur, la loyauté, l'honnêteté .....bref tout ce qui est beau dans l'âme humaine y sont présents, contrebalancés par des réflexions simples sur la dualité du caractère humain, où le mal n'est jamais loin.
Un livre sublime, basé sur une histoire vraie ! Un seul conseille, ne lisez pas la quatrième de couverture, avant votre lecture......
Merci Bison ! Encore un coup de coeur.....
“ … vivre à Hokkaidô....les hivers excessivement froids qui vous arrachent des larmes … les étendues immaculées de neige …..., à l'exception de quelques pins, toute la nature est comme enveloppé d'un linceul de mort. Mon premier hiver, j'ai été saisi par ces paysages sans vie. Puis après six mois, quand j'ai vu l'herbe commencer à pointer au-dessus de la neige, j'ai compris que l'hiver n'était pas réellement un temps de mort. Récemment, je me suis demandé si la mort des humains n'était pas semblable à l'hiver de Hokkaidô, qui attend l'heure de renaître. “
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10222
rabanne
  26 novembre 2019
Un roman typiquement japonais, comme je les aime ! Et au sortir de cette lecture, aucune envie de rédiger un trop long discours.
Contemplation, introspection, patience, écoute, méditation, acceptation, humilité, service (...) à travers des trajectoires de vies. Et puis, la place de la famille, de la culture, l'éducation, la religion, l'amitié. Mais aussi, la célébration constante de la nature, des saisons, des couleurs...
Le récit témoigne surtout d'un cheminement personnel (directement inspiré de celui d'un personnage réel, véneré au Japon depuis l'ère Meiji) aussi chaotique que lumineux, philosophique que spirituel (bouddhisme, christianisme), intime que universel, qui nous interroge sur le sens intrinsèque de la vie, de l'amour, de l'abandon, du don de soi, jusqu'au sacrifice ultime... !
De la première à la dernière ligne, je me suis laissée littéralement portée par le texte, à la fois puissant et lancinant, dépouillé et extrêmement profond (dialogues, sentiments, psychologie des personnages).
Si la plume semble dotée d'un certain prosaïsme, celui-ci n'est qu'apparent et donc d'autant plus désarmant... Cette lecture fut pour moi un véritable écrin de poésie, de grâce et de simplicité, d'une portée spirituelle et humaniste évidente, d'une force émotionnelle intense mais juste.
(Merci infiniment pour le prêt)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          6719
enjie77
  24 juin 2018
Roman sublime par son écriture simple et si fluide, si douce, pleine de sensibilité mais aussi sublime par la profondeur des réflexions que sa lecture suscite. Dès les premières lignes, un sentiment de sérénité se fait sentir et surpend par l'apaisement qu'il procure. Les personnages de ce roman sont tous des êtres en recherche d'authenticité, de vérité. .
On raconte que MIURA Ayako s'est enfermée durant quarante jours dans une petite maison située à quelques mètres de la ligne de chemin de fer où se situe le point d'orgue de ce roman. Elle s'est inspirée de la vie de NAGANO Masao, modifiant son prénom, dans le roman NAGANO s'appelle Nobuo.
C'est l'itinéraire personnel et spirituel de Nobuo que nous suivons dans ce roman. Enfant de dix ans, il est issue d'une lignée de la noblesse des samouraïs. le roman se situe pendant la période de l'ère Meiji (1868-1912) où le boudhisme et le shintoisme japonais ne laissent pas la moindre place aux autres façons de penser et où les chrétiens protestants, très minoritaires, sont méprisés voire persécutés.
Tose, sa grand-mère, élève Nobuo dans la tradition bouddhiste : le discours officiel de la famille étant que sa maman est décédée. Mais Nobuo est en quête, un vide intérieur l'incite à rechercher une réponse à chacun de ses questionnements. Tose lui inculque le rejet des « yaso » (chrétiens) au lieu de lui expliquer qu'il existe plusieurs chemins pour accéder en haut de la montagne et y trouver la Lumière.
Alors, Nobuo va avancer dans sa vie, va réussir à faire fi du discours de Tose et tenter de découvrir le christianisme à travers sa propre ascendance et son expérience.
Ce qui est émouvant dans ce roman, c'est d'assister aux questionnements de Nobuo, de se le représenter trouver ses réponses, de le voir évoluer, s'interroger sur le sens de la vie, refuser tout sectarisme. Nobuo est un être doté de grandes qualités humaines, l'amour qu'il porte aux autres lui permettra de rencontrer l'Amour avec un grand A de Fujiko.
Dans le bouddhisme, il est dit « lorsque l'élève est prêt, le maître apparaît ». Nobuo va alors rencontrer des passeurs, des personnes que Nobuo, quelque temps auparavant, n'aurait certainement pas écouté. Ces personnes vont alors lui transmettre des clefs pour encore aller plus loin sur son chemin intérieur, des petits cailloux qui lui permettront de devenir ce qu'il est, qui il est et tout cela dans un contexte historique difficile pour les chrétiens.
Il deviendra catéchèse des enfants de l'église Rokucho d'Asahikawa, il sera reconnu pour la lumière qui se dégage de lui et sa sagesse, il enseignera la Bible à la demande des employés du chemin de fer.
C'est un roman rempli d'humanité et basé sur une histoire vraie qui mènera Nobuo ou NAGANO Masao là où sa destinée l'appelle. Tous les personnages sont parfaitement décrits et sont tous extrèmement attachants. Ce roman pose la question essentielle du sens que chacun d'entre nous souhaite donner à sa Vie.
Il me faut remercier Marie-Renée Noir qui a pris l'initiative de contacter le mari de MIURA Ayako pour avoir l'autorisation de traduire ce roman en français. Son excellent travail permet de savourer la plume de MIURA Ayako.
Un petit clin d'oeil à mon amie Bookycooky qui m'a permise de rencontrer MIURA Ayako.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          578
le_Bison
  18 mai 2012
Splendeur d'un paysage. Froid, montagneux, enneigé... Les yeux clos, je sens ce vent glacial piquer mon visage. Dans cette majestueuse île d'Hokkaidô, j'imagine tout abandonner pour cette nouvelle quête. Sur cette terre où la neige a envahi tout mon espace intérieur, je ne suis plus seul. Nobue Nagano est présent à mes côtés, sur le chemin qui mène au col du mont Shiokari mais aussi à la foi.
Parce qu'il s'agit bien de foi, de Jésus-Christ, d'amour et de tolérance. Dans un Japon où le christianisme est considéré comme une secte diabolique, où les chrétiens sont rejetés et bannis de leur famille, Nobue, digne fils de samouraï sera éduqué lors de ses premières années par une grand-mère radicalement opposée à ces « yasos » [au XIXème siècle, appellation méprisante pour le nom de Jésus. Les chrétiens de ce temps étaient aussi appelés ironiquement yaso.]. A la mort de cette dernière, de nombreux évènements ainsi que quelques rencontres marquantes vont troubler le jeune Nobue. Petit à petit, il va découvrir ce que peut être réellement le christianisme. D'abord fermement rejetée, cette religion va le troubler de plus en plus, jusqu'à le convaincre totalement.
Ce roman, basé sur une histoire vraie, m'a totalement bouleversé, radicalement changé. Autant l'avouer de suite, je ne me sens pas l'âme chrétienne. Une tradition soi-disant familiale a fait de moi un supposé chrétien par les actes de baptême et de communions... Mais, de foi, il n'en a jamais été réellement question. Peut-être que les mots ou la manière visant à me faire découvrir cette religion n'ont pas été les bons, ni l'époque. Alors d'où me vient ce soudain intérêt pour le sujet ? Les mots simples employés par Ayako Miura ont donc su me convaincre et ont réussi à percer mon coeur et mon esprit, jusqu'ici très réfractaire au christianisme. Moi qui, jusqu'à maintenant, méditait secrètement sur son homonyme Kiyohiro Miura et son inoubliable « Je veux devenir Moine Zen ». Je découvre grâce au Japon une nouvelle religion, une nouvelle philosophie. Je ressens de nouvelles émotions, une réflexion au plus profond de moi s'immisce dans le peu d'esprit qu'il me reste. Je ne dis pas que du jour au lendemain, je vais devenir un fervent croyant et pratiquant, que le week-end prochain, au lieu de regarder Téléfoot, j'irai à la messe dominicale. Mais sur le coup, je me pose pas mal de question sur mon existence, sur mon rôle à jouer et sur mon devenir...
Et si la spiritualité était simplement l'abandon de soi...
Lien : http://leranchsansnom.free.fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          411
joedi
  13 décembre 2012
Ce roman s'inspire de la vie de Nagano Masao qui, fils d'un samouraï, s'est converti au christianisme. Miura Ayako lui donne le nom de Nagano Nobuo et commence son histoire lorsque celui-ci est âgé de dix ans. Nagano vit avec sa grand-mère et un père peu présent. Tose, sa grand-mère, lui a dit que sa mère est morte peu après sa naissance.
La richesse de l'écriture et la profondeur des sentiments exprimés font de ce roman un chef-d'oeuvre de finesse et de sensibilité. Un livre très marquant, touchant, attachant, une lecture qui ne peut laisser indifférent, une lecture qui transforme. Un LIVRE à lire et que je relirai.
Commenter  J’apprécie          190
Citations et extraits (29) Voir plus Ajouter une citation
rabannerabanne   25 novembre 2019
- Sentir quelque chose clairement, c'est déjà un pas magnifique.
- Mais je ne comprends rien de plus.
- C'est bien ! Les bonzes qui viennent chez moi pour prier devant l'autel des ancêtres nous expliquent que la personne "sage" est celle qui reconnaît ne rien savoir.
Commenter  J’apprécie          262
rabannerabanne   25 novembre 2019
Le proverbe "Le cœur de l'homme vit en perpétuel changement" surgit dans son esprit. Les formes mouvantes des nuages l'incitèrent à méditer sur l'instabilité du coeur humain : "Je ne sais pas d'où je viens... je ne sais pas où je vais... je suis semblable aux nuages."
Commenter  J’apprécie          180
rabannerabanne   25 novembre 2019
L'hiver est comme un maître qui t'apprend la patience.
Commenter  J’apprécie          62
BookycookyBookycooky   02 juin 2018
A dix ans faire des projets irréels, c’est normal. Mais arrivé à quinze ou vingt ans, nos aspirations changent complètement. Les êtres humains ne sont pas comme des arbres qui portent toujours les mêmes fleurs et les mêmes fruits.Rien n’est déterminé dans la vie humaine.
p.199
Commenter  J’apprécie          516
BookycookyBookycooky   01 juin 2018
-Yoshikawa, les gens qui vont en enfer sont ceux qui ont fait le mal une fois dans leur vie, ou bien chaque jour?
-C’est difficile de te répondre ....
-Moi, je pense que ce sont ceux qui ont toujours mené une mauvaise vie.
-Oui, c’est possible.

( Deux gamins au Japon des années 1860-70)
Commenter  J’apprécie          352
autres livres classés : japonVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Jésus qui est-il ?

Jésus était-il Juif ?

Oui
Non
Plutôt Zen
Catholique

10 questions
1195 lecteurs ont répondu
Thèmes : christianisme , religion , bibleCréer un quiz sur ce livre