AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Hiroshi Takahashi (Traducteur)Alexandre Tisserand (Adaptateur)
EAN : 9782845990661
224 pages
Éditeur : Pika Edition (24/01/2001)
4/5   66 notes
Résumé :
Lors d'un voyage organisé par une école, un train déraille dans un tunnel. L'accident, dont la cause semble aussi imprévisible qu'insolite, est si brutal que tous les passagers du train meurent sur le coup, exceptés deux garçons et une fille. Téru, Nobuo et Ako, trois rescapés se retrouvent enterrés sous les décombres du tunnel et sont désemparés en découvrant toute l'horreur de la réalité. Un huis clos angoissant se met lentement en place, montrant la réaction des ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (18) Voir plus Ajouter une critique
4

sur 66 notes
5
9 avis
4
6 avis
3
2 avis
2
1 avis
1
0 avis

Mero
  07 juin 2013
Dragon Head est un sublime manga évoluant dans un univers post-apocalyptique et qui traite principalement de la peur humaine. Il a été par ailleurs adapté au cinéma en 2003.
Dès les premiers tomes, une simple sortie scolaire se transforme en cauchemar et débouche sur un huis-clos très anxiogène pour les 3 héros coincés à l'intérieur du tunnel. Dès lors, l'auteur choisit de faire d'eux 3 cas qui réagiront différemment devant cette situation de crise.
Les instincts primitifs ressortent et l'homme devient un loup pour l'homme, prêt à tout pour survivre, quitte à tuer les autres.
Lorsque Teru et Ako sortent du tunnel, l'espoir revient pour eux. Mais quand ils assistent aux paysages de mort à leur sortie, le désespoir renait. Pourtant le héros nourrit une dernière volonté, celle de rentrer chez lui. Pense-t-il être à l'abri là-bas ? Ou sa maison ne représente-t-il qu'un lieu familier ? Qu'est-ce qu'il espère trouver au bout de la route qui lui permet de croire que lui et Ako seront en sécurité ? Qu'est-ce qui le rend si fort ? Ce manga a été dessiné en 1995 et reste des années après toujours aussi puissant car cette atmosphère oppressante se ressent à chaque instant comme si l'on y était.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Sphilaptere
  09 juillet 2017
Un sommet de l'angoisse, que dis-je un pic. Oh mon dieu, mon dieu, surtout, surtout ne vous aventurez pas dans Dragon Head !!! Ne faites pas comme moi. Je viens d'en lire deux tomes, et...
1 – Je suis claustrophobe, et j'ai failli mourir de peur.
2 – J'ai peur du noir et j'ai failli mourir de peur.
3 – J'ai peur des transports et j'ai failli mourir de peur
4 – J'ai peur de la fin du monde.
5 – Et j'ai peur d'écrire cet avis !
Je connaissais la Dame de la chambre close et son ambiance trouble, mais ça ne se compare en rien à Dragon Head, qui commence dans l'horreur, et glisse peu à peu dans plus de malaise et d'angoisse pure. Un huis-clos infernal dans un tunnel ferroviaire. Et pourtant rien de fantastique là-dedans, sinon les méandres mis à mal de la psyché humaine.
Le dessin de Mochizuki n'est pas de ceux qui m'enchantent particulièrement, mais c'est un démon de la mise en scène et ses planches sombres exsudent une angoisse hypnotique.
Le volume 2 sort un peu de ce cadre, et je crois que le volume 1 surtout, restera une référence dans le monde de la bande dessinée. A moi le 3 qui vient de sortir. (Je parle de l'édition de luxe en 5 volumes grand format chez Pika Graphic. Ca le vaut bien.)
Je retourne sur le toit pour une cure de ciel bleu !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          112
AquaKitsune
  31 décembre 2020
« Dès le début, j'ai senti qu'il y avait quelque chose dans l'obscurité…J'y ai vu un monstre, là, tout au fond…Un monstre qui, petit à petit, a tenté de me dominer ! »
Un mois avant ma naissance, Minetaro Mochizuki démarrait sa série culte : Dragon Head. Ayant découvert l'auteur avec Chiisakobé il y a plusieurs mois, j'avoue ne pas avoir fait directement le rapprochement tant ces deux séries sont différentes l'une de l'autre. Dragon Head est une série vraiment sombre qui marque et interpelle avec une ambiance à la Walking Dead. Cette lecture a été, pour moi, une expérience forte. Voilà pourquoi j'ai décidé d'écrire à son sujet.

Dragon Head, de quoi ça parle ?
Sur le trajet du retour d'un voyage scolaire, le train déraille et se retrouve totalement enseveli sous un tunnel effondré. Seuls trois élèves survivent et se retrouvent dans l'obscurité la plus totale. Ils vont devoir survivre en attendant les secours…qui ne semblent pas près d'arriver.
Mon avis…
L'ambiance du titre est incroyablement sombre, oppressante, pesante, lourde…grâce à une prédominance marquée du noir mais surtout à une narration très lente parfois proche du contemplatif qui accentue le sentiment de perdition des personnages. On est perdu, on ne sait pas où on va ni comment y aller, on sait plus qui on est, ce qui est bien ou mal…Tout est lent, un peu comme si le temps s'était arrêté, comme si plus rien n'avait d'importance. Les protagonistes vont tanguer entre différents états d'esprit, passant sans cesse de l'espoir au désespoir, sombrant parfois dans la folie lorsque la réalité devient trop difficile à supporter.
L'auteur prend le temps d'explorer la psychologie de ses personnages, il semble même accorder davantage d'importance à leurs introspections qu'à l'action de son récit. Et ça, c'est un point que j'ai particulièrement apprécié dans ce titre, ce qui le rend si particulier. On ne suit pas une simple histoire mais une évolution de pensées racontée par le biais d'une histoire, tout est dans la nuance. Les événements s'enchainent lentement, ce qui laisse davantage de place pour la contemplation de l'environnement ainsi que pour les réflexions profondes et internes des personnages qui se retrouvent en proie à la peur.
« Je ne veux pas…mourir ! J…J'ai peur…J'ai peur…
Y A QUELQUE CHOSE, LA-BAS ! AAAAAAH ! »
En effet, au-delà d'un simple récit de survie, il s'agit d'une réelle exploration des comportements humains face à la peur. Lors de cette aventure, les protagonistes vont vivre des choses bien dures et rencontrer de nombreux personnages, tous très différents avec leurs gestions personnelles de la peur. Certains vont sombrer dans la folie et perdre toute rationalité, toute moralité, d'autres optent pour la fuite ou encore le déni. Ce qui est certain, c'est que le monde n'est plus le même qu'avant et ne le redeviendra probablement jamais, une réalité qui effraie et pousse l'humanité dans ses extrêmes. le titre « Dragon Head » se révèle d'ailleurs être une référence directe à la peur ou à son absence.
Si l'auteur développe énormément les pensées de ses personnages et dessine ses planches dans un style assez contemplatif avec de nombreux points de vue d'une même scène sur la même planche, l'intrigue n'en demeure néanmoins pas en reste. Tout au long de la série, l'auteur tient le lecteur en haleine, usant habilement de divers rebondissements, de rencontres insolites, d'un certain art du suspense….jusqu'à lui offrir une fin cohérente à l'image de l'ensemble de son histoire. Il s'agit d'une série qui se dévore, qui rend accro…L'envie de savoir si les protagonistes vont réussir à rentrer chez eux, l'envie de connaitre la vérité derrière la « catastrophe », ces envies sont puissantes et poussent à lire le récit jusqu'au bout une fois lancé.
Le titre présente des scènes très dures sans pour autant plonger dans le gore gratuit. Il y a des cadavres mais cela reste assez soft, il n'y a pas d'entrailles à l'air ou d'autres choses peu ragoutantes du genre. L'auteur préfère jouer sur l'horreur psychologique plutôt que sur l'horreur du « dégout », je trouve ce traitement intelligent, l'impact n'en est que plus impressionnant. Des scènes traumatisantes et éreintantes, il y en a…mais sans surenchères ou effusions de sang inutiles.

Côté édition, je possède la première version de la collection Pika Graphic qui propose un format plus grand que la moyenne, de quoi profiter pleinement de l'univers graphique du mangaka, ça en vaut vraiment la peine. Dragon Head va être réédité le 20 janvier 2021, toujours dans la collection Pika Graphic, avec des couvertures plus modernes. Je vous conseille de vous la procurer si vous ne possédez pas encore la série.
Conclusion…
Dragon Head explore la nature humaine dans ses derniers retranchements, ses personnages sont confrontés à des situations horribles et doivent affronter leurs peurs afin de survivre dans un nouveau monde beaucoup plus hostile que le précédent. Un titre marquant, sombre et dur qui se dévore sans modération. L'action y est lente et pesante, elle contribue à l'atmosphère angoissante qui règne dans l'oeuvre où l'introspection et les guerres psychologiques sont reines. Ma série préférée de l'auteur pour l'instant. Je compte découvrir Tokyo Kaido prochainement.
Lien : http://lekitsunelit.monespac..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Tachan
  05 décembre 2018
Dragon Head est un titre que j'avais essayé de lire une première fois à sa sortie au début des années 2000, puis une deuxième fois lors de sa réédition en 2010. Les deux fois, je n'avais pas été emportée par l'histoire que je trouvais trop anxiogène. Quelques années plus tard, j'ai muri, j'ai aussi regardé plus de médiums où l'on pouvait retrouver ce type d'ambiance et donc mon avis a complètement changé.
Dragon Head est un titre à la croisée des chemins, il mélange ambiance horrifique, film catastrophe, survival et thriller. Dès les premières pages, on est plongé dans le cauchemar bien réel que va vivre le jeune Téru alors qu'il est juste parti en voyage scolaire. Comme nous, sans rien comprendre, il va se réveiller seul au milieu d'une marée de cadavre après que leur train ait eu un accident.
Tout le talent de l'auteur tient ensuite dans la construction de son récit. On vit les aventures de Téru avec lui, presque caméra à l'épaule comme dans le Projet Blairwitch. du coup, on sent monter notre peur et notre angoisse avec lui. On le voit aussi faire preuve d'héroïsme en luttant contre celle-ci pour se bouger et avancer. Téru est un garçon banal au final, mais qui trouve des ressources insoupçonnées en lui, ce qui ajoute une petite dose de survival bienvenue à l'histoire qui sinon serait par trop effrayante et étouffante.
D'ailleurs peu à peu, le mangaka a également la bonne idée de faire évoluer son histoire, ajoutant des personnages, montrant des nouveaux lieux, ce qui n'a rien d'aisé dans un tel vase clos. C'est en cela que je trouve celui-ci très astucieux. On sent qu'il maîtrise à merveille son récit et par là même l'ambiance qu'il veut poser, jouant parfaitement avec nos nerfs. Il y a l'angoisse de se retrouver dans une situation aussi stressante (accident, noir, coincé), de ne rien savoir ou que des bribes qu'on découvre au fil des pages, mais aussi celle qu'ajoute certains personnages (Nobuo a tout du futur psychopathe, Ako pourrait vite tomber dans l'hystérie…). Cela donne une dimension vraiment très humaine au récit.
Ainsi Minetaro Mochizuki aime jouer avec nos peurs. Il contrôle parfaitement celles-ci, notamment grâce à un dessin sombre à souhait où l'horreur est omniprésente et où la lumière est rare mais très significative, rassurant parfois ou rajoutant encore de l'angoisse à d'autres moments. C'est intelligent et captivant. On sent parfaitement l'influence de Junji Itô et d'autres mangakas spécialisés dans le domaine de l'horreur.
Ce premier tome reste une vaste introduction. On y vit ensemble l'horrible accident qui arrive à ces adolescents. On subit leurs angoisses, leurs peurs qui nous frappent de plein fouet. Et on s'interroge comme eux sur ce qui est arrivé et sur comment ça va pouvoir évoluer. Ça donne diablement envie de se jeter sur la suite pour avoir des réponses tant c'est intriguant.
Lien : https://lesblablasdetachan.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
MangAstra
  23 juin 2020
☼ Mon avis ☼


Dragon Head est un manga qui possède plusieurs versions, il y a dans un premier temps, le manga classique qui a été lancé en 1995 au Japon et qui est sorti en France en 2001 au prix de 6€95.
On retrouve aussi la version pika graphique que je possède actuellement au prix de 10€50.
En 2017, une nouvelle version voit le jour, mais cette fois-ci en édition double au prix de 18 €.
Je trouve que ces plutôt une bonne idée de la part de pika éditions, puisque au final, nous les lecteurs ont le choix du format qu'on préfère acheter que ce soit pour avoir la série à un prix classique ou pour l'avoir avec un grand format pour apprécier davantage les planches.
Grâce à la médiathèque d'Étel, j'ai pu enfin découvrir ce magnifique manga auquel j'ai eu un vrai coup de coeur.
Dans un premier temps, je vais vous parler de l'auteur de ce manga qui à réaliser de nombreux ouvrages que je trouve très intéressant ou qui risque de m'intéresser à l'avenir.
Mochizuki Minetaro à réaliser en 1993, la série " la dame de la chambre close " en 1995, il a créé " Dragon Head " en 2003, la série " Mais Wei " en 2008 la série " Tokyo Kaido " Mochizuki crée la série " Chiisakobe " en 2012 ainsi que L'île au chien en 2018.
Je possède actuellement deux oeuvres, celui de Tokyo Kaido ainsi que L'île au chien.
Aujourd'hui, je vais vous parler de Dragon Head qui possède une très jolie couverture riche en couleurs.
On peut apercevoir, un titre en relief joliment dégradé avec deux teintes rosé et bleuté, qu'on retrouve également sur le personnage ainsi que sur les écritures japonaises.
Le dos du livre représente une planche tous en couleur qu'on peut observer durant la lecture de celui-ci.
La planche qui a été choisi représente à la perfection l'ambiance de la série.
Lorsque vous ouvrer le livre, je vous déconseille de lire le résumé car ils regroupent les informations élémentaires de la série.
Pour ma part, je préfère découvrir l'intrigue sans connaître le thème, après vous faîtes comme vous voulez, tout dépend de vos préférences.
Ensuite, on peut remarquer de nombreuses pages en papiers glacés tous en couleurs qui montrent à la perfection l'horreur.
Parlons maintenant de l'histoire qui possède une ambiance très sinistre, les personnages qu'on rencontre sont atteint psychologiquement.
Ce qui est le plus intéressant c'est que chaque enfant ne réagit pas de la même façon au début quand il se réveille, quand ils comprennent la gravité du problème et quand surtout ils apprennent cet élément qui va tout simplement les briser.
On peut apercevoir que Teru qui est le personnage qu'on suit dès le début est la personne la plus résonné du groupe.
On découvre également Nobuo, qui est le personnage le plus intéressant au niveau de son état de santé, on le voit passer de toutes sortes d'émotions en si peu de temps que ça devient pour lui très compliqué à contrôler.
Pour finir, il y a Ako qui est une fille qui se réveille plus tardivement à cause de sa blessure et qui du coup n'est pas encore assez développés dans l'histoire et auquel, je vais prendre plaisir à découvrir dans le prochain tome.
Pour moi, les points forts de la série se situent sur l'ambiance qui est plutôt malsaine, avec le tunnel, le noir, les morts, l'odeur des cadavres qu'on peut imaginer, le sang.
Il y a également l'état d'esprits des personnages qui sont très bien représentés.
Je dois avouer que je me suis senti du début jusqu'à la fin en pleine immersion, j'ai vraiment eu l'impression d'être avec eux dans ce tunnel.
Il y a aussi le graphisme qui est juste hallucinant, je suis complètement fan.
On ressent parfaitement, la peur, l'inquiétude, la dépression, la souffrance que vivent les protagonistes grâce aux planches sombres.
Je vais finir par les trames, que je trouve beaucoup trop nombreuses après ça reste compréhensible puisque l'intégralité de l'oeuvre se passe dans le noir.Après je trouve qu'elle ne dérange en aucun cas la lecture, les trames ne m'ont pas choqué mais elle reste quand même bien présente.
En conclusion : Dragon Head est un titre très prometteur ou les humains se battent pour leur propre survit.
Lien : https://mangastra.blogspot.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10


critiques presse (3)
Bedeo   13 avril 2017
Pika réédite l’une des oeuvres les plus marquantes du génial Minetaro Mochizuki. Un classique du manga d’horreur psychologique.
Lire la critique sur le site : Bedeo
BDGest   14 mars 2017
Haletant, prenant et d’une richesse thématique insoupçonnée, Dragon Head trouve logiquement sa place dans le panthéon du manga aux côtés de titres comme Akira et autre Monster.
Lire la critique sur le site : BDGest
Sceneario   14 mars 2017
Une série manga dont les débuts sont haletants en diable. Que les éditions Pika l'aient remise au goût du jour est une merveilleuse idée.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
deuxquatredeuxdeuxquatredeux   22 mai 2017
Si pour Sartre, l'enfer, c'est les autres, pour Mochizuki, l'horreur, c'est soi-même.

Sébastien Langevin, postface
Commenter  J’apprécie          60
Erik_Erik_   21 septembre 2020
La peur est généralement une bonne chose. Elle nous empêche d'être trop téméraire elle nous apprend la prudence. Mais la peur est une servante qui aspire à devenir maîtresse. Et c'est une terrible maîtresse qu'il faut combattre et garder enchaînée.
Commenter  J’apprécie          20
AquaKitsuneAquaKitsune   31 décembre 2020
Dès le début, j’ai senti qu’il y avait quelque chose dans l’obscurité…J’y ai vu un monstre, là, tout au fond…Un monstre qui, petit à petit, a tenté de me dominer !
Commenter  J’apprécie          10
nanashinanashi   12 août 2020
Tais-toi ou je t'en colle une !
Tu parles trop... Ca m'énerve ! Mais... je suis quand même content... de ne pas être le seul survivant.
Commenter  J’apprécie          10
nanashinanashi   12 août 2020
Avant que le train entre dans le tunnel, le ciel à l'est n'était plus qu'un gigantesque nuage noir. Et j'ai eu le temps de voir comme un grand geyser de flammes qui montait vers le ciel.
Commenter  J’apprécie          00

Lire un extrait
Videos de Minetaro Mochizuki (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Minetaro Mochizuki
Depuis 2000, Pika Edition propose de découvrir l'infinie richesse du manga en publiant parmi les plus talentueux auteurs japonais et français. Les CLAMP, Kosuke Fujishima, Tôru Fujisawa, Minetaro Mochizuki, Ken Akamatsu, Reno Lemaire, Oh!Great, Kouji Seo, Hiro Mashima, Hajime Isayama, Ema Toyama, Nakaba Suzuki, Adachitoka, Ayu Watanabe, Satoshi Kon, Yoshitoki Oima, Akane Shimizu, Boichi, Romain Lemaire et Kamome Shirahama sont 20 mangakas majeurs qui ont marqué leur époque et qui continuent d'inspirer bon nombre de jeunes auteurs. Dans ce livre-objet, qui se déploie comme une frise grâce à ses 48 pages dépliantes, Pika Edition vous invite à revenir sur ces deux décennies durant lesquelles le manga est devenu incontournable… Un ouvrage original et idéal pour célébrer la passion du manga !
+ Lire la suite
autres livres classés : CatastrophesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Ce film d'horreur et d'épouvante est (aussi) un roman

Jack Torrance, gardien d'un hôtel fermé l'hiver, sa femme et son fils Danny s'apprêtent à vivre de longs mois de solitude. Ce film réalisé en 1980 par Stanley Kubrick avec Jack NIcholson et Shelley Duvall est adapté d'un roman de Stephen King publié en 1977

Le silence des agneaux
Psychose
Shinning
La nuit du chasseur
Les diaboliques
Rosemary's Baby
Frankenstein
The thing
La mouche
Les Yeux sans visage

10 questions
724 lecteurs ont répondu
Thèmes : cinema , horreur , epouvanteCréer un quiz sur ce livre

.. ..