AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2072746310
Éditeur : Gallimard (26/10/2017)

Note moyenne : 3.47/5 (sur 103 notes)
Résumé :
Une évocation du destin de six femmes rencontrées puis perdues de vue par le narrateur dans les années 1960. Roman d'apprentissage et précis sur le souvenir, ce texte offre une méditation sur la répétition dans la vie et dans l'écriture.
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (33) Voir plus Ajouter une critique
palamede
  03 mars 2018
À la recherche du temps perdu, Patrick Modiano continue son errance dans les rues de Paris. L'occasion de se souvenir de rencontres effectives ou manquées avec des femmes, qui le renvoient surtout au temps révolu de son enfance, et de sa vie de jeune adulte des deux décennies d'après-guerre. du temps où ses parents, éternels présents-absents, ne livraient rien de leur mystère à leur fils, engendrant pour toujours chez lui, sans le soupçonner, une quête identitaire sans fin.
« Mes parents étaient absents, mon père occupé à ses affaires, tandis que ma mère jouait une pièce dans un théâtre de Pigalle. »
« j'attendais la fille de Stioppa sur le trottoir, en face de son immeuble, sans la connaître. ... j'espérais qu'elle me donnerait des « explications ». Peut-être m'aideraient-elles à mieux comprendre mon père, un inconnu qui marchait en silence à mes côtés, le long des allées du bois de Boulogne. ... j'étais sûr qu'elle en savait un peu plus long que moi. »

Patrick Modiano semble, par son obsession de se trouver à travers ses souvenirs, réécrire toujours et encore le même livre. Pourtant son errance et sa quête prennent chaque fois des voies différentes, comme ici le souvenir de femmes croisées, et livrent des vues, entre rêve et réalité, encore inconnues de Paris et de lui-même, créant ainsi au fil du temps, par un éternel retour introspectif, une oeuvre singulière et remarquable.
« dans cette librairie, ... j'avais trouvé ce livre qui m'avait fait beaucoup réfléchir : L'Éternel Retour du même. À chaque page, je me disais : si l'on pouvait revivre aux mêmes heures, aux mêmes endroits et dans les mêmes circonstances ce qu'on avait déjà vécu, mais le vivre beaucoup mieux que la première fois, sans les erreurs, les accrocs et les temps morts... ce serait comme de recopier au propre un manuscrit couvert de ratures... »
Challenge MULTI-DÉFIS 2018
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          642
Alzie
  09 novembre 2017
Ni tout à fait le même, ni tout à fait un autre. Modiano adolescent et tout jeune homme. Cinq heures du soir en hiver à Paris dans une librairie de sciences occultes ou tôt le matin avec Geneviève, à qui il offrira deux livres, dans un de ses « café de l'aube » ; fugueur enfiévré pour Mireille, étudiant fantôme installé sur le canapé rouge de Madeleine ; à « La Passée » en compagnie de l'étrange madame Hubersen. Différent et à chaque fois le-même, de ses vingt ans jusqu'à aujourd'hui, Modiano poursuit son inventaire en conviant des témoins de sa prime jeunesse, la période précédant son éclosion littéraire. Parolier puis écrivain. Musique, littérature et cinéma aussi. Création artistique qu'on qualifierait doctement de polymorphe puisque s'y ajoute, tout juste publié et à lire concomitamment, un volet théâtral « Nos Débuts dans la vie », autre pièce du puzzle de cette tranche de vie des années soixante qui donne plus précisément à entendre les voix de l'auteur/narrateur et de Dominique, peut-être sa femme et sans doute une autre. Cinquante ans ont passé, « Souvenirs dormants » évoque ces rencontres du narrateur, Jean – entre l'adolescence et ses vingt-ans – avec des femmes brièvement connues, perdues de vues ou disparues, réapparues. De la première - il a oublié le prénom mais son père cité dans "Un Pedigree", Stioppa, rappelle aussi un service funèbre et une filature mémorables de la « Rue des Boutiques obscures » -, il garde le souvenir des fortes espérances qu'elle lui inspirait en poireautant sur un trottoir et de la dernière - il en parlait il y a déjà vingt ans, il ne dévoilera rien qui puisse lui nuire ou la faire reconnaître…
Entre amnésie et amnistie « Souvenirs dormants » remue donc aussi avec précaution les eaux troubles de sa mémoire de « noctambule » ou plus exactement de « spectateur nocturne ». Et c'est ainsi qu'aux trois quart de la lecture souffle tout d'un coup « le vent du boulet » et l'imminence d'un danger par une après-midi de l'été soixante-cinq... Remontée insolite, fouille rêveuse nourrie de nombreuses réminiscences et de souvenirs de lectures du narrateur. Cette compression mémorielle un peu inquiète et bien sûr itinérante apostrophe la philosophie, s'en amuse, l'ironie pointe ici et là. Les mots conjuguent précision du détail et science du flou, font volontiers appel à l'image et l'imaginaire. Bref, une version "modianesque" savoureuse de « L'Eternel retour du même ». Tout se bouscule, les saisons se superposent, les valises s'allègent et les cadavres disparaissent dans la spirale vertigineuse de la mémoire. Dans cette cartographie incertaine et pourtant suggestive de souvenirs errants la signalétique clignotante de la RATP fait figure de symbole rassurant : « Au cours de ce travail que l'on fait à tâtons, certains noms brillent par intermittence tel des signaux qui vous donneraient accès à des chemins cachés. » (p. 59). Bifurcations et allers retours qu'empruntent tout aussi bien les livres et leurs dédicaces, les lectures de chevet du narrateur, livres lus, livres offerts, livres retrouvés, qui balisent les pages d'un bout à l'autre du texte, autant de repères cultivant tantôt la mélancolie – aux rayonnages de l'appartement d'enfance vidé de toute autre présence –, tantôt l'ésotérisme et le goût du mystère... Sous l'apparente simplicité du style épuré, la complexité du retour au passé est toujours là. Une lecture courte et dense.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
hcdahlem
  23 janvier 2018
Rencontre capitale
Dans un court roman, Patrick Modiano part à la rencontre de personnes croisées dans les rues de Paris. Et nous donne par la même occasion une belle leçon de littérature.
Souvenirs dormants aurait aussi pu s'appeler Fugues et Rencontres. Car c'est bien à partir d'escapades et de noms, d'un visage que «notre» Prix Nobel a construit ce roman et, au-delà, une grande partie de son oeuvre. Au détour d'un paragraphe apparaît son discours de la méthode : « Je tente de mettre de l'ordre dans mes souvenirs. Chacun d'eux est une pièce de puzzle, mais il en manque beaucoup, de sorte que la plupart restent isolées. Parfois, je parviens à en rassembler trois ou quatre, mais pas plus. Alors, je note des bribes qui me reviennent dans le désordre, listes de noms ou de phrases très brèves. Je souhaite que ces noms comme des aimants en attirent de nouveaux à la surface et que ces bouts de phrases finissent par former des paragraphes et des chapitres qui s'enchaînent. En attendant, je passe mes journées dans l'un de ces grands hangars qui ressemblent aux garages d'autrefois, à la poursuite de personnes et d'objets perdus. »
Nous voici une fois de plus sur le terrain de jeu préféré de l'auteur de Place de l'Étoile, les rues de Paris. Des rues qu'il arpente avec bonheur, mais aussi avec nostalgie, se concentrant sur quelques points forts. À l'image de ces points lumineux qui s'affichaient sur les cartes de métro quand le voyageur appuyait sur le bouton de sa destination, il s'accroche à ces repères pour établir un itinéraire, construire une histoire. Et met en scène le principe découvert en lisant un livre d'ésotérisme, L'Éternel retour du même. « À chaque page, je me disais: si l'on pouvait revivre aux mêmes heures, aux mêmes endroits et dans les mêmes circonstances ce qu'on avait déjà vécu, mais le vivre beaucoup mieux que la première fois, sans les erreurs, les accrocs et les temps morts... ce serait comme de recopier au propre un manuscrit couvert de ratures... » Par la magie de la littérature, la faculté de faire naître de nouvelles images, de nouveaux souvenirs auprès de chacun des lecteurs, même quand ces derniers n'ont pas vécu dans les lieux, ni même l'époque décrite, on déguste cette madeleine (proustienne, cela va de soi) avec gourmandise.
Comme avec son opus précédent, Pour que tu ne te perdes pas dans le quartier, ce qui compte, c'est bien la musique qui se dégage de ces pages, symphonie toujours inachevée, mais que l'on conserve longtemps en tête après avoir refermé le livre.

Lien : https://collectiondelivres.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
traversay
  17 novembre 2017
Plus modianesque, ce serait impossible. Quoique, peut-être, son prochain livre ... Souvenirs dormants n'est pas un roman. Il est composé de bribes de récits échappés de la mémoire du narrateur, quelqu'un qui avait 20 ans au milieu des années 60. Mémoire de Paris, d'un vieux monde qui a disparu et avec lui quelques personnages qui sont devenus des fantômes auxquels il reste à peine un nom. Des femmes principalement, rencontrées par le jeune Modiano, euh pardon, narrateur, mystérieuses et attirantes comme un parfum du passé pour le spectateur nocturne d'alors. Un jeune homme qui pratiquait l'art de la fugue et se promenait sans but dans la capitale. Magie de l'écriture de Modiano. Flottement des êtres dans un environnement vaguement interlope et potentiellement dangereux. La mémoire du Prix Nobel sautille avec grâce, d'une femme à une autre, d'un hôtel à un café, d'un parc à un appartement. Et toujours cette musique entêtante de l'écrivain, faite de trois fois rien, du moins en apparence, mais ciselée comme un verre de Murano. La nostalgie de la jeunesse et des visages oubliés. Un autre temps, révolu, dissous dans des souvenirs fragmentés, mais qui remontent parfois comme des effluves fanés. Patrick Modiano est inimitable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
lucia-lilas
  17 janvier 2018
Je ne vais pas vous dire qu'avec Modiano on lit toujours le même roman, tout simplement parce que j'ai lu très peu de textes de cet auteur. Je les ai aimés mais pour des raisons, je dirais, non objectives : parce qu'il parle de Paris qui correspond chez lui à une espèce de géographie mentale. Il y a ses repères : quartiers, noms de rues, de boulevards, squares, immeubles, hôtels, cinémas, théâtres, lieux qui aident sa mémoire à fonctionner, lieux de souvenirs qui se réveillent lorsqu'au détour d'une déambulation incertaine, il passe, par hasard ou bien guidé par une volonté inconsciente, devant une porte connue, un café familier.
Paris est, pour Modiano, le lieu de l'enfance et de l'adolescence, de sensations inscrites au plus profond de lui-même, d'impressions indélébiles à l'origine même de son écriture : sentiment d'errance solitaire, de peur, d'abandon certainement.
Et il se trouve que cette espèce de « communion » qu'il vit avec Paris, je la partage. Je ne vis pas à Paris, j'allais écrire hélas mais j'ai appris à ne plus le faire. Résignée ? Peut-être. Mais c'est comme ça. J'y suis née, j'y ai vécu petite, j'y ai traîné ado, j'y ai fait mes études et c'est dans ces lieux que j'ai fixé mes premières impressions, celles qui demeureront à jamais. Hasard des mutations, il m'a fallu quitter cette ville que j'aimais. J'y retourne régulièrement mais je n'y vis pas. Parfois, je déambule aussi sur Google Map, découvre des coins inconnus que je vais voir « en vrai » plus tard, dès que les vacances arrivent. J'ai donc ce rapport très fort à Paris. C'est la raison pour laquelle je ne suis pas objective : aimerais-je Modiano s'il parlait de Toulouse ou de Rennes ? Franchement, je n'en suis pas certaine.
Souvenirs dormants retrace donc l'évocation de six rencontres, parfois des retrouvailles, six femmes que le narrateur a croisées alors qu'il avait entre 15 et 22 ans, était un étudiant qui n'étudiait pas, six femmes que des lieux semblent ressusciter, remonter à la surface de la mémoire « comme des noyés au détour d'une rue ».
Six femmes ET leur adresse comme si Modiano avait besoin de repères fixes auxquels se raccrocher, comme si elles ne pouvaient exister qu'en étant inscrites dans une géographie parisienne précise : Mireille Ourousov, appartement de la mère quai de Conti, Geneviève Dalame, hôtel de la rue d'Armaillé, Madeleine Péraud, 9 rue du Val-de-Grâce, Madame Hubersen (le narrateur connaît son adresse), Martine Hayward, 2 avenue Rodin.
Si pour X raisons, elles changent d'arrondissement, elles sombrent dans l'oubli, n'existent plus, leur disparition est un mystère qu'il faut élucider.
Chez Modiano, on ne se perd pas dans le monde mais dans les rues de Paris.
D'ailleurs, retrouver une adresse, c'est reprendre ancrage, retrouver ses marques, autrement dit, revivre : « Mais, en sortant de l'immeuble, je ne voyais plus vraiment la raison d'être triste. Pour quelques mois encore ou, qui sait ?, quelques années, malgré la fuite du temps et les disparitions successives des gens et des choses, il y avait un point fixe : Geneviève Dalame. Rue de Quatrefages. Au numéro 5. »
Que dit-il de ces femmes ? Pas grand-chose ou des choses qu'on oublie après les avoir lues...
Qui sont-elles d'ailleurs, qu'ont-elles été pour le narrateur ? On ne le sait pas. Cinq sont nommées, la dernière (qui loge à St-Maur) restera anonyme car elle a commis un meurtre et le narrateur l'a aidée à fuir. Il n'y a peut-être pas encore prescription alors, il vaut mieux cacher le nom.
Réalité, fiction ? Que sont ces vagues souvenirs vieux de cinquante ans, images des années 50, 60 qui le hantent, qu'il essaie de comprendre ? Pourquoi ces obsessions, pourquoi ces mêmes noms qui reviennent dans les mêmes livres comme s'ils nous menaient (le menaient) vers une même énigme à élucider : une jeunesse douloureuse (sentiment d'abandon, volonté de fuir), une mère absente (elle est actrice, à Pigalle, au théâtre Fontaine ; est-elle celle qu'il recherche à travers toutes ces femmes ?), un père occupé à des affaires plus ou moins louches ? « Et vos parents ? » lui demande une de ces jeunes femmes « Je me suis brusquement rendu compte qu'à mon âge j'aurais pu avoir des parents qui m'auraient apporté une aide morale, affective ou matérielle. » Oui, il « aurait pu »…
Ces femmes semblent des repères auxquels le narrateur s'accroche, des points fixes dans une vie où le temps a effacé les visages et les paroles. de même qu'il est fasciné par ces anciens plans de métro où il suffisait d'appuyer sur une touche pour voir notre trajet éclairé par des petites ampoules colorées, trajet qui soudain semblait clair et limpide (ce que ne fut pas sa vie, loin de là), ces femmes sont des points fixes dans un passé qui s'efface chaque jour de plus en plus.
« J'ai pensé de nouveau à ces tableaux près des guichets du métro. A chaque station correspondait un bouton sur le clavier . Et il vous fallait presser le bouton pour savoir où vous deviez changer de ligne. Les trajets s'inscrivaient sur le plan en traits lumineux de couleurs différentes. J'étais sûr que dans l'avenir, il suffirait d'inscrire sur un écran le nom d'une personne que vous aviez croisée autrefois et un point rouge indiquerait l'endroit de Paris où vous pourriez la retrouver. »
« l'endroit de Paris » : chez Modiano, on ne quitte pas Paris et si on se risque à mettre un pied en dehors de la capitale, on tombe définitivement dans l'oubli. (Il m'énerve parfois et en même temps, c'est exactement pour ce genre de déclarations que je l'aime!)
Madeleine Péraud (une des femmes évoquées) dit en parlant de son amie, Geneviève Dalame, qu'elle est « absente de sa vie », qu'elle « marche à côté de sa vie » « Elle ne vous a jamais fait penser à une somnambule ? » demande-t-elle au narrateur.
C'est aussi l'impression que le narrateur (Modiano?) me donne à travers cette errance récurrente, obsessionnelle et follement inquiète, cette recherche sans fin et très incertaine, ces oublis douloureux, ces absences malgré les repères auxquels il s'accroche, les traces qu'il recherche mais qu'il ne retrouve pas nécessairement tellement Paris change.
Il dit souhaiter vivre une espèce de rêve éveillé que l'on pourrait diriger à sa guise, de « rêve lucide » à la manière d'Hervey de Saint-Denys dont il dit aimer le livre : Les Rêves et les moyens de les diriger; vivre une espèce de « rêve éveillé » dans des lieux qui gardent l'empreinte de ceux qui y sont passés autrefois et de leurs mystères (mystères des origines pour Modiano).
Cela revient-il à refuser sa vraie vie, à se protéger en restant à côté, en se retenant de fuir ou de basculer dans l'abîme ? Il y a comme une impossibilité chez Modiano d'adhérer complètement au moment présent comme s'il vivait toujours un autrefois, un avant, comme si les voix qui lui parvenaient n'étaient pas celles des gens vivants. C'est peut-être pour cela qu'il lui faudrait peut-être une deuxième vie, semblable à la première pour enfin parvenir à « en profiter » et éventuellement, être heureux : « si l'on pouvait revivre aux mêmes heures, aux mêmes endroits et dans les mêmes circonstances ce qu'on avait déjà vécu, mais le vivre beaucoup mieux que la première fois, sans les erreurs, les accrocs et les temps morts… ce serait comme de recopier au propre un manuscrit couvert de ratures… »
Recommencer la même chose autrement ?
Pas sûr que je le suivrai sur ce chemin-là...
Lien : http://lireaulit.blogspot.fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          141

critiques presse (1)
Lexpress   30 octobre 2017
Au faîte de son talent, Patrick Modiano livre son texte le plus intime, quelques portraits de femmes mystérieuses à la merveilleuse saveur.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations et extraits (31) Voir plus Ajouter une citation
SZRAMOWOSZRAMOWO   20 octobre 2017
Un jour, sur les quais, le titre d’un livre a retenu mon attention, Le Temps des rencontres. Pour moi aussi, il y a eu un temps des rencontres, dans un passé lointain. À cette époque, j’avais souvent peur du vide. Je n’éprouvais pas ce vertige quand j’étais seul, mais avec certaines personnes dont justement je venais de faire la rencontre. Je me disais pour me rassurer : il se présentera bien une occasion de leur fausser compagnie. Quelques-unes de ces personnes, vous ne saviez pas jusqu’où elles risquaient de vous entraîner. La pente était glissante. Je pourrais d’abord évoquer les dimanches soir. Ils me causaient de l’appréhension, comme à tous ceux qui ont connu les retours au pensionnat, l’hiver, en fin d’après-midi, à l’heure où le jour tombe. Ensuite, cela les poursuit dans leurs rêves, parfois pendant toute leur vie. Le dimanche soir, quelques personnes se réunissaient dans l’appartement de Martine Hayward, et moi je me trouvais parmi ces gens-là. J’avais vingt ans et je ne me sentais pas tout à fait à ma place. Un sentiment de culpabilité me reprenait, comme si j’étais encore un collégien : au lieu de rentrer au pensionnat, j’avais fait une fugue. Dois-je vraiment parler tout de suite de Martine Hayward et des quelques individus disparates qui l’entouraient, ces soirs-là ? Ou bien suivre l’ordre chronologique ? Je ne sais plus. Vers quatorze ans, je m’étais habitué à marcher seul dans les rues, les jours de congé, quand le car du collège nous avait déposés à la Porte d’Orléans. Mes parents étaient absents, mon père occupé à ses affaires, tandis que ma mère jouait une pièce dans un théâtre de Pigalle. J’ai découvert cette année-là – 1959 – ce quartier de Pigalle, le samedi soir, pendant que ma mère était sur scène, et j’y suis souvent retourné les dix années suivantes. Je donnerai d’autres détails là-dessus si j’en ai le courage. Au début, j’avais peur de marcher seul mais, pour me rassurer, je suivais chaque fois le même itinéraire : rue Fontaine, place Blanche, place Pigalle, rue Frochot et rue Victor-Massé jusqu’à la Boulangerie, au coin de la rue Pigalle, un drôle d’endroit qui restait ouvert toute la nuit, et où j’achetais un croissant,
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
PiatkaPiatka   18 janvier 2018
Je lui ai pris sa valise. Nous n’avions pas besoin de nous parler. Nous étions partis à pied de Saint-Maur, 35, avenue du Nord, et nous avions mis vingt ans pour arriver au 76, boulevard Sérurier. La valise me paraissait beaucoup plus légère que l’autre. Si légère que je me demandais si elle n’était pas vide. À mesure que passent les années, vous finissez sans doute par vous débarrasser de tous les poids que vous traîniez derrière vous, et de tous les remords.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          370
palamedepalamede   02 mars 2018
 Il me semble aussi qu’au cours de ces années 1963, 1964, le vieux monde retenait une dernière fois son souffle avant de s’écrouler, comme toutes ces maisons et tous ces immeubles des faubourgs et de la périphérie que l’on s’apprêtait à détruire. Il nous aura été donné, à nous qui étions très jeunes, de vivre encore quelques mois dans les anciens décors.
Commenter  J’apprécie          390
PiatkaPiatka   17 janvier 2018
J’ai pensé de nouveau à ces tableaux près des guichets du métro. À chaque station correspondait un bouton sur le clavier. Et il vous fallait presser le bouton pour savoir où vous deviez changer de ligne. Les trajets s’inscrivaient sur le plan en traits lumineux de couleurs différentes. J’étais sûr que, dans l’avenir, il suffirait d’inscrire sur un écran le nom d’une personne que vous aviez croisée autrefois et un point rouge indiquerait l’endroit de Paris où vous pourriez la retrouver.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          224
hcdahlemhcdahlem   23 janvier 2018
À la même époque, derrière la porte entrouverte de son bureau, mon père parlait au téléphone. Quelques mots de lui m’avaient intrigué : « la bande des Russes du marché noir ». Près de quarante ans plus tard, je suis tombé sur une liste de noms russes, ceux de gros trafiquants de marché noir à Paris pendant l’occupation allemande. Schaposchnikoff, Kourilo, Stamoglou, baron Wolf, Metchersky, Djaparidzé... Stioppa se trouvait-il parmi eux ? Et mon père, sous une fausse identité russe ? Je me suis posé une dernière fois ces questions avant qu’elles ne se perdent sans réponses dans la nuit des temps.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Videos de Patrick Modiano (70) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Patrick Modiano
Patrick Modiano à la remise de son prestigieux Prix.
autres livres classés : souvenirsVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Patrick Modiano, presque...

La place de ... ?

l'étoile
la comète

5 questions
125 lecteurs ont répondu
Thème : Patrick ModianoCréer un quiz sur ce livre
. .