AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Daniel Cunin (Traducteur)
EAN : 9782841567539
58 pages
Éditeur : Editions du Rouergue (28/04/2006)

Note moyenne : 2.83/5 (sur 9 notes)
Résumé :

C'est à cette fête de famille que j'ai compris pourquoi ma cousine Stina avait l'air niais : elle ne mange jamais de viande. Mais j'ai pas su pourquoi ce repas s'est terminé par une grande dispute et pourquoi Stina et ses parents ont disparu de nos vies pendant tout un temps.
Nous, les enfants, on était installés à part, à une grande table ronde. Je m'ennuyais vraiment ce jour-là et mon cousin Nisse aussi.
On a commencé à ricaner ensemble ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
sylvie
  21 décembre 2007
Voilà un court texte qui met en scène la méchanceté et la violence ordinaire à l'oeuvre dans les familles.
Dans une ambiance plombée que l'on découvre lors de repas , trois enfants, cousins /cousines, se retrouvent ensemble. Deux s'uniront contre l'autre, bouc émissaire rêvé qui leur permettra de rejouer à leur tour ce qu'ils voient de leurs parents et qu'ils ne comprennent pas.
Les moqueries basées sur la différence, et renforcées parce qu'ils ont pu entendre des parents, finiront par devenir un jeu cruel et violent où les enfants deviendront bourreau, victime et spectateur impuissant.
"Oreille d'homme ou comment on a failli tuer Stina"se finira sans drame, mais aura justement relaté comment des enfants dans leur jeu de "papa et maman", mettent en scène des violences et des humiliations qui sont liées à leur expérience... La victime joue le rôle de l'enfant...
http://sylvie-lectures.blogspot.com/2007/06/oreille-dhomme-bart-moeyaert.html
Commenter  J’apprécie          20
sylvie
  21 décembre 2007
Voilà un court texte qui met en scène la méchanceté et la violence ordinaire à l'oeuvre dans les familles.
Dans une ambiance plombée que l'on découvre lors de repas , trois enfants, cousins /cousines, se retrouvent ensemble. Deux s'uniront contre l'autre, bouc émissaire rêvé qui leur permettra de rejouer à leur tour ce qu'ils voient de leurs parents et qu'ils ne comprennent pas.
Les moqueries basées sur la différence, et renforcées parce qu'ils ont pu entendre des parents, finiront par devenir un jeu cruel et violent où les enfants deviendront bourreau, victime et spectateur impuissant.
Commenter  J’apprécie          20
Virgule-Magazine
  14 février 2017
Parfois, on ne sait pas bien pourquoi les adultes se disputent. En tout cas, Nisse et sa cousine n'ont pas compris pour quelle raison oncle Jan, tante Altje et leur fille Stina ont quitté si brusquement la fête de famille. En même temps, cela n'est pas une grosse perte, parce que Stina a vraiment l'air trop bête ! D'ailleurs, c'est simple : quand toute la famille s'est réconciliée après le décès de la mère de tante Altje, Nisse a eu envie de rigoler un coup aux dépens de Stina. C'était une très mauvaise idée, et d'ailleurs, cela n'a fait rire personne…
L'avis de Catherine, 13 ans : Sous des abords légers de jeux d'enfants, ce récit est assez violent. Mais il est très agréable à lire.
L'avis de la rédaction : D'où vient ce goût amer qui reste après la lecture de ce roman ? Sans doute du fait que Bart Moeyaert y développe un thème peu habituel : la perversité enfantine, racontée avec des mots d'enfant. Troublant et fascinant.
Commenter  J’apprécie          00
Lali
  31 janvier 2011
C'est un tout petit livre (une soixantaine de pages) que nous offre l'écrivain Bart Moeyaert avec Oreille d'homme. Un auteur que j'ai découvert récemment et dont je vous ai parlé ici.
Dans ce roman destiné aux jeunes, on retrouve des enfants qui, à cause d'une dispute familiale, deviennent inséparables. En fait, cousin et cousine se suffisent à eux-mêmes et deviennent l'un pour l'autre cette part manquante qui leur était nécessaire pour exister. Enfin, c'est ce qu'ils croyaient jusqu'à ce que la famille se trouve à nouveau réunie à cause d'un enterrement et que Nisse montre son vrai visage. Un visage dur, voire monstrueux et même cruel. Un visage qui changera la donne du tout au tout et qui donnera aux lecteurs matière à réfléchir. Il est parfois des jeux qui vont trop loin et Bart Moeyaert nous le montre ici sans détour mais avec juste assez de subtilité.
Lien : http://lalitoutsimplement.co..
Commenter  J’apprécie          10


critiques presse (1)
Lecturejeune   01 décembre 2006
Lecture jeune, n°120 - Les éditions du Rouergue publient un troisième texte de Bart Moeyaert, auteur encore trop peu connu en France. Au fils des parutions, la singularité de son univers et la force de son écriture s’imposent. Ce récit, d’une extrême densité et tension, est une nouvelle plongée au coeur des relations familiales. La scène d’ouverture est une fête à l’occasion d’une naissance. Oncles et tantes, cousins et cousines sont réunis, mais très vite les relations dégénèrent « à cause du passé ». Les portes claquent, les remarques perfides fusent. Même les jeux les plus anodins tournent mal. « Jouer à la famille » devient l’occasion pour les enfants de brutaliser une cousine, et de la soumettre à leurs propres modèles. Dans ce récit d’enfance, les adultes semblent hors champ. Leurs paroles et leurs gestes sont rapportés, leurs mains frappent et leurs voix ordonnent. La narratrice ne comprend pas leur monde, complexe, triste, étroit. Mais elle saisit parfaitement le caractère inéluctable de la reproduction des situations : « On avait aussi envie de se disputer, histoire de pouvoir se réconcilier comme nos parents le faisaient ». Le style est concis, direct et vif, il ne s’embarrasse pas de détours, à l’image des constats des enfants. Cette écriture très visuelle sert un propos parfaitement maîtrisé qui peut glacer ! Nous posons néanmoins une limite, celle de l’âge des protagonistes qui sont de très jeunes enfants. L’identification sera difficile pour le lecteur adolescent. Gageons alors qu’il puisse prendre le recul nécessaire et entendre la voix de l’enfance. Hélène Sagnet
Lire la critique sur le site : Lecturejeune

>Littérature des langues germaniques. Allemand>Autres littératures germaniques>Littérature néerlandaise (126)
autres livres classés : disputeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1164 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre