AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2756025178
Éditeur : Delcourt (04/04/2012)

Note moyenne : 3.25/5 (sur 58 notes)
Résumé :
Le 25 décembre 1137, Louis VII et Aliénor d'Aquitaine sont couronnés roi et reine de France.
Humiliée en public par sa belle-mère Adélaïde, traitée comme une enfant par Suger, conseiller du roi, Aliénor décide de prendre la place qui lui revient.
Politique, intrigante, amoureuse, perfide ou sublime... elle va décider du cours de l'Histoire !
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
Alfaric
  28 janvier 2019
Simona Mogavino est une représentante des beaux-arts italiens qui s'est prise sur le tard de passion pour l'Histoire après avoir lu sur Aliénor d'Aquitaine la strong independant médiévale… Comme les artistes italiens ont toujours eu la cote en France dans l'univers des bandes dessinées, c'est Delcourt qui réalise son projet de biographie romancée en lui offrant comme collaborateurs Arnaud Delalande au scénario, Carlos Gomez aux dessins et JL Rio aux couleurs. Mieux la série "Aliénor, la Légende Noire" inaugure une nouvelle collection intitulée "Les Reines de Sang"… Autant dégager le négatif d'entrée : le principal défaut de la série et de la collection (et sans doute l'un des seuls) est d'avoir choisi des personnages à fort potentiel romanesque pour toucher le plus vaste public possible, mais comme l'Histoire n'a retenu que les femmes de pouvoirs pour mieux critiquer « les femmes femmelles qui ont troublé l'ordre cosmique en délaissant les tâches maternelles et ménagères » (sic) on retrouve trop facilement les clichés sexistes des légendes noires. Et au-delà de la réalité et de la propagande, de la vérité et du mensonge, les femmes de pouvoir avant d'être des « femmes » sont « de pouvoir » avec toutes les turpitudes et les vicissitudes qui vont avec, donc pour éventuellement faire du féminisme et du women's studies, c'est quand même contre productif !
La grande idée de l'auteure c'est de traiter son personnage historique fétiche comme un anti-héroïne de telenova (donc il ne faut pas prendre cela trop sérieusement ^^), vous savez ces garces qu'on adore détester qui ont fait les beaux jours des séries méditerranéennes (italiennes et espagnoles, mais aussi égyptiennes et turques) avant de faire les beaux jours des séries latino-américaines (Mexique et Brésil en tête), et des sempiternels soap opera yankee ("Dallas", "Dynastie", "Les Feux de l'Amour", "Amour, Gloire et Beauté" ^^). Donc Aliénor est mise en scène comme une pétasse narcissique qui veut que la réalité corresponde à ses caprices d'enfant pourrie gâtée : égotique jusqu'au bout des ongles les autres n'existent que pour la servir, et comme elle est persuadée qu'elle seule détient la vérité ils en font toujours trop ou pas assez ce qui suscite chez elle de grosses colères, et si quelqu'un à la malheur de la contrarier c'est la vendetta et si quelqu'un ose s'opposer à elle c'est la guerre ! (là ce n'est plus une pétasse narcissique, mais une perverse narcissique) Évidemment je ne pas d'accord avec ceux et celles qui ont déclaré trouver cela cliché en plus d'être irréaliste (pour ne pas dire absurde et ridicule) : ces gens-là existent en vrai car la réalité dépasse toujours la fiction (on les appelle même des homines crevarices). Après l'auteure n'y va vraiment pas de main morte donc parfois c'est too much et on selon les sensibilités de chacun on peut parfois dangereusement frôler le « jump the shark », et c'est d'ailleurs pour cela qui ne lâche pas les étoiles (mais je ne lyncherai pas hein !). le côté historique n'est pas falot, au contraire il est bien documenté pour une BD donc c'est avec plaisir qu'on retrouve le game of thrones féodal vu d'en haut avec Louis VII le roi moine, époux de la pétasse narcissique, et vu d'en bas avec Vincent le chevalier errant beau-gosse et badass, amant de la pétasse narcissique : que serait une telenovela sans triangle amoureux, n'est-ce pas ? ^^
Graphiquement c’est au minimum très satisfaisant et personnellement j’ai trouvé l’ensemble très plaisant, mais pour bien connaître le travail du dessinateur ici il n’est pas encore à son meilleur niveau. Je me désolidarise totalement de ceux qui lui ont cassé du sucre sur le dos en lui reprochant de faire des personnages moches qui changent constamment de physionomie : moi qui suis très à cheval sur la question c’est à peine si j’ai remarqué les quelques planches où on hésite entre la jeune fille et la jeune femme sur les trois premiers tomes (et après tout un dessinateur a le droit d’évoluer entre deux tomes), donc on est loin de ces albums où les personnages doublent d’âge et de poids d’une case à l’autre (que voulez-vous c’est comme ça en France comme ailleurs : il y a des artistes qui ont la carte et qui sont applaudis même s’ils chient sur la table, et il y a ceux qui n’ont pas la carte et sur lesquels on peut s’essuyer les pieds en toute impunité)… Il faut toujours finir sur une note positive, donc si vous ne connaissez pas encore "Confessions d’Histoire" je vous renvoie à la vidéo humoristique sur le sujet qui mine de rien prend à contre-pied la version glamour sans en être très éloigné pour autant :
https://www.youtube.com/watch?v=YNCkYrI4CP4

Les tomes 1 & 2 forment un tout qui débute et qui se termine par par le massacre de Vitry-en-Perthois qui a traumatisé Louis VII et empoisonné tout son règne… Évidemment il résulte d'une énième connerie d'Aliénor qui a refusé que la réalité ne plie pas à sa volonté !
Tout commence par le mariage du jeune Roi de France et de la jeune Duchesse d'Aquitaine : sur l'échiquier féodal c'est un joli coup pour la monarchie. Sauf que l'adolescente vamp immédiatement celui que le destin avait promis à la vie monacale, et qu'elle n'aura de cesse de le manipuler pour exaucer ses caprices d'enfant pourrie gâtée. La vieille garde veille au grain, mais la pétasse narcissique s'empresse de dresser l'un contre l'autre Adélaïde la reine-mère et Suger le principal conseiller : on suit donc un game of throne aristocratique qui culmine avec l'Affaire de Poitiers (nous sommes en plein mouvement communal, et Aliénor prend comme un déclaration de guerre les protestation des gilets jaunes médiévaux), et ce à travers l'opposition entre le chevalier errant Vincent qu'Aliénor a mis dans son lit et le ménestrel Marcabru qu'Aliénor a chassé de son lit… C'est le moyen de raconter à travers la petite histoire la Grande Histoire sans tomber dans une chroniques froide et austère : To Be Continued !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          470
Dionysos89
  15 janvier 2013
Nouvelle bande dessinée chez Delcourt, nouvelle déception ! Après Isabelle, la Louve de France, voici Aliénor, la légende noire, et ce n'est pas beau à voir !
L'intrigue, qui nous est livrée ici par Simona Mogavino et Arnaud Delalande, est, je trouve, plutôt triturée avec des faits pseudo-historiques. Bon après, il ne faut pas que je m'emballe tout de suite, c'est une fiction après tout, mais je pensais que Delcourt voulait faire quelque chose de construit et de plausible avec cette série des Reines de Sang : après avoir lu (ou subi) les tomes 1 d'Aliénor et d'Isabelle, je déchante ! Certes, dès la deuxième page, on sent bien qu'Aliénor va être l'âme damnée de cette bande dessinée, mais quand même : devait-on pour autant subir une histoire sans aucune variante, nuance ou déclinaison ne visant qu'à faire d'Aliénor d'Aquitaine une jeune femme aigrie par une quête de pouvoir qui n'est jamais expliquée, si ce n'est la lubie d'une fillette piquée au vif. Autant être clair d'ailleurs, il n'y a pas qu'elle qui prend cher ici : il est impossible, en tout cas pour moi, de s'attacher à un quelconque personnage ici, car tous n'ont que des défauts et tentent de profiter des autres par tous les moyens.
De plus, certaines tournures des dialogues sont bizarrement alambiquées : j'ai tellement eu besoin de les relire, parfois, pour bien les comprendre que je pouffe en lisant certaines critiques qui parlent d'une « lecture aussi agréable qu'aisée » (ou alors c'est juste moi… c'est possible aussi) ! En tout cas, personnellement, ça m'a coûté d'aller jusqu'au bout, parce qu'il n'y a pas que les dialogues ! L'atmosphère elle-même est lourde et ennuyante. Enfin, si ça ne suffisait pas, les dessins de Carlos Gomez ne sont pas tellement agréables, particulièrement sombres et pas attirants, et surtout des personnages dont la physionomie évolue d'une page à l'autre : on ne reconnaît même pas Aliénor, car elle n'a pas le même visage une fois sur deux (j'ai compté au moins trois versions différentes rien que dans ce tome !).
Voilà sûrement la vision du Moyen Âge central qu'ont les auteurs de cette bande dessinée, de cette série : une période sombre à souhait, insensible, où tous les coups sont permis et où les gens sont tous mesquins, aigris et arborent un langage hautain inconsidéré pour les situations mises en lumière ici. Je ne sais pas si c'est le jeune homme qui recherche un peu de culture, l'apprenti historien médiéviste ou tout simplement l'amateur de bande dessinée qui est le plus outré chez moi !
En somme, je suis en complet désaccord avec les critiques presse présentes sur le site, et je fustige fortement Delcourt de vouloir capitaliser à moindre frais sur les aspirations actuelles du public qui recherche un peu de fait historique sans trop se casser la tête : tourner cela ainsi est tout bonnement ridicule pour moi. Faire de l'Histoire, avec plaisir ; mettre en avant des personnages féminins, pourquoi pas ; mais pas ainsi, s'il vous plaît… plus ainsi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          355
boudicca
  14 janvier 2013
« Les reines de sang ». Voilà bien un titre accrocheur illustrant une nouvelle initiative de la maison d'édition Delcourt qui a décidé de consacrer plusieurs séries confiées à des équipes différentes à ces grandes souveraines qui marquèrent durablement l'histoire de la France du Moyen Age. Évidemment, il était impossible de passer à côté de l'incontournable Aliénor d'Aquitaine qui exerça le pouvoir, en France dans un premier temps, puis en Angleterre, pendant plus de soixante ans. Mon attente était grande, la déception l'a été d'autant plus. L'histoire, tout d'abord, qui se centre pour ce premier tome sur la révolte des bourgeois de Poitiers, n'est guère parvenue à susciter mon intérêt : les ficelles de l'intrigue sont souvent bien trop grosses, les machinations des personnages manquent de subtilités où sont au contraire incompréhensiblement alambiquées... Et malheureusement les dessins n'aident pas... Outre la fadeur des paysages, c'est le traitement graphique du personnage d'Aliénor qui se révèle le plus choquant car jamais le même d'une case à l'autre (jeune adolescente à un moment, puis femme dans la fleur de l'âge le suivant, harpie puis douce pucelle...) à tel point qu'il est parfois difficile de la reconnaître.
Le plus gros défaut de la bande-dessinée reste toutefois ses personnages qui se révèlent pour leur part caricaturaux à souhait, à commencer par le couple royal. Louis VII est ainsi présenté comme un roi faible, manipulé avec aisance tant par sa mère que sa jeune épouse à laquelle il voue une admiration sans bornes et bien incompréhensible lorsqu'on connaît la dévotion du personnage et sa répugnance pour les plaisirs de la chair. Et que dire d'Aliénor ! Petite peste capricieuse, égoïste, arrogante, cruelle, lubrique..., la pauvre reine n'a elle non plus pas été gâtée et se retrouve dépeinte d'une manière bien sombre, sans aucune nuance (ce qui n'est pas le cas d'Isabelle de France, autre célèbre souveraine à laquelle les éditions Delcourt ont également consacré un album dans cette même collection et qui bénéficie d'un portrait bien plus flatteur, ou au moins plus tempéré). Ici, difficile de ressentir une quelconque empathie pour cette femme avide de pouvoir ne se préoccupant que d'elle-même et manipulant tous ceux qui passent à sa portée.
Moi qui attendais avec impatience la sortie de cet album et louais l'initiative de Delcourt de mettre ainsi en avant ces figures féminines qui jouèrent un rôle de premier plan dans l'histoire de la France, j'ai été extrêmement déçue par cette Aliénor sans saveur qu'on en vient rapidement à détester et je m'arrêterai donc là pour cette série. Il me reste fort heureusement « Isabelle », deuxième série de la collection des « Reines de sang », qui est quant à elle beaucoup plus réussie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          211
tchouk-tchouk-nougat
  23 août 2014
Au XIIeme siècle la place des femmes n'étaient certainement pas voulu à la tête d'un royaume, et pourtant il est des femmes qui ont posé leur griffe sur l'Histoire de France. Aliénor d'Aquitaine en est probablement une des plus célèbre et c'est à elle qu'est dédié cette série des "Reines de sang". A elle mais pas pour elle, car l'image renvoyée est vraiment peu flatteuse.
L'histoire commence quand Aliénor épouse Louis VII puis devient dans la foulée reine de France. Une période qui aurait du être vraiment très interessante...
J'ai été un peu déçue bien que l'histoire reste très intéressante à lire. Principalement parce que je trouve le tout assez "cliché". Je ne connais que partiellement et superficiellement les faits qui sont reprochés à Aliénor d'Aquitaine. Certainement que personne ne sait s'ils sont fondés ou pas mais en tout cas cet album ne livre aucune nuance avec la version officielle. Nous découvrons donc Aliénor en femme cruelle, manipulatrice et ambitieuse. Une sale peste que l'on déteste d'emblée... Et Louis VII en roi mollasson et complétement soumis à sa reine, qui ne sait prendre aucune decision par lui même. Un pauvre homme que même la pitié qu'il inspire n'aide pas à rendre plus sympathique.
Des dessins que je trouve plutot agréables bien qu'il y ait parfois de l'inconstance dans les traits de certains personnages, notament d'Aliénor.
Une légende noire comme le dit le titre. Intéressante, fidèle je pense à l'image manipulatrice d'Aliénor. Mais j'en attendais un peu plus.
A voir l'évolution dans les prochains tomes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Vexiana
  23 janvier 2017
Je n'ai pas du tout été convaincue par ce 1e tome qui m'a servi un maximum de clichés sans nuances. Aliénor est capricieuse et sensuelle, Louis est faible et indécis. Pas de nuances !
Le Moyen-âge est sombre et cruel. Pas de nuances !
Les personnages secondaires sont également très clichés.
Je n'ai pas non plus été convaincue par la trame narrative, assez brouillonne, et les dialogues que j'ai trouvés très convenus et peu engageants. de même, les dessins m'ont semblés inégaux (c'est quand même pénible d'avoir une héroïne qui change de forme de visage, de traits ou encore de longueur de cheveux toutes les 3 pages) et les attitudes très posées avec des gestuelles très peu naturelles et très théâtrales.
Bref, je ne suis pas très motivée pour la suite…
Commenter  J’apprécie          82

critiques presse (3)
BDGest   21 mai 2012
D’une lecture aussi agréable qu’aisée, ce premier tome d’Aliénor la légende noire est incontestablement de bonne facture et laisse augurer une suite tout aussi prenante.
Lire la critique sur le site : BDGest
BoDoi   11 mai 2012
Ce choix d’un traitement haletant et spectaculaire de la légende noire d’Aliénor est intelligent, et il y a fort à parier qu’il pourra faire aimer l’Histoire de France à plus d’un rétif en la matière. Un joli coup.
Lire la critique sur le site : BoDoi
Sceneario   19 avril 2012
Ce tome un est une très belle surprise qui augure du bon pour le reste de la série.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
Dionysos89Dionysos89   27 janvier 2013
Que valent les affaires humaines, ces pauvres châteaux de cartes, devant les cathédrales de Dieu ?

Commenter  J’apprécie          180
carrecarre   02 février 2013
Suger... S'il te plait ... Laisse-moi seul.
Seul, Louis ?
Mais tu es seul.
Commenter  J’apprécie          160
boudiccaboudicca   10 janvier 2013
Aliénor. Mon amour. Ma femme. Ma vie. Ma haine. Mon bourreau.
Commenter  J’apprécie          150
MissSherlockMissSherlock   19 avril 2015
Des innocents, Louis ! Tu as fait tuer des innocents ! Et pourquoi mon jeune Roi ? Pour qui ? Tu sais pour qui, Louis de France ! Elle t'a ensorcelé ! Elle n'a jamais cessé de vouloir le pouvoir. Elle a trop d'empire sur toi !
Commenter  J’apprécie          30
Lire un extrait
Videos de Simona Mogavino (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Simona Mogavino
Simona Mogavino - Aliénor, La Légende Noire .A l?occasion des 28e Fêtes Médiévales de Bayeux, Simona Mogavino nous présente la série Aliénor aux éditions Delcourt. Pour en savoir plus : http://www.mollat.com/livres/delalande-arnaud-alienor-legende-noire-les-reines-sang-9782756039411.html Notes de musique : ® Roads that burned our boots - Jahzzar - 2012 Blinded by Dust (Excerpt) URL: http://freemusicarchive.org/music/Jahzzar/Blinded_by_dust/Roads_that_burned_our_boots Comments: http://freemusicarchive.org/ Curator: Copyright: Attribution-ShareAlike: http://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/
+ Lire la suite
autres livres classés : reinesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1602 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre
.. ..