AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266264303
Éditeur : Pocket (19/01/2017)

Note moyenne : 3.29/5 (sur 24 notes)
Résumé :
"J'ai pris la main de l'homme dans la mienne. Au loin, je lui ai indiqué du doigt la silhouette de mon immeuble." C'est ici que j'habite sans homme ni enfants : un petit rez-de-chaussée séparé du hall par une simple porte-fenêtre d'où je vois déambuler tous les visages de ceux qui habitent au-dessus de ma tête, sans jamais en reconnaître aucun. Quelle importance ? m'a-t-il dit en caressant ma main. Tu m'as reconnu, moi ?"

Quelque part dans la ville,... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (19) Voir plus Ajouter une critique
isabelleisapure
  18 octobre 2015
Madame Loiret, Vincent, Mina, Carole et les autres…
Qu'ont-ils en commun ? Une même adresse, plus pour longtemps d'ailleurs car leur immeuble va être détruit par une explosion de gaz.
Est-ce un roman choral ou un recueil de nouvelles que nous propose Alice Moine ?
En poussant la porte de dix appartements elle nous livre dix histoires, dix tranches de vies. On y découvre entre- autre, une jeune femme sortant d'une rupture, un jeune homme, Mathieu, en rendez-vous chez son psychanalyste ou encore Mina, dans un chapitre particulièrement drôle, elle a pour un week-end la charge du bébé d'une amie et s'en trouve bien embarrassée.
J'ai eu une très agréable surprise à la lecture de ce premier roman. Une histoire, ou plutôt des histoires originales servies par une écriture simple et rythmée.
Alice Moine a un talent certain et je serai attentive à son prochain roman.
Merci à Babelio et aux Editions Kero pour cette découverte.
Commenter  J’apprécie          270
Corboland78
  08 août 2015
Alice Moine est née en 1971. Elle est chef monteuse pour le cinéma et la publicité. Elle vit à Paris. Faits d'hiver est son premier roman.
Un immeuble de cinq étages dans une ville, une forte odeur de gaz et un briquet qu'on allume malencontreusement… Certains réchapperont de l'explosion, d'autres non. Mais qui sont ces gens ?
Un roman qui a tout d'un recueil de nouvelles en fait. Chaque chapitre est prétexte à nous narrer une histoire, celle de chacun des locataires des dix appartements de l'immeuble. Nous croiserons donc dans l'escalier ou l'ascenseur, madame Loiret vieille femme acariâtre toujours « à regarder les autres, à jalouser leur vie, à disséquer leur âme », Vincent qui vient de perdre son demi-frère, l'homosexuelle québécoise du 1er gauche ou bien l'héritier de Mr Rouves le vieil homme qui logeait au 4ème. Pour lier le tout, chaque texte ou presque se passe le témoin discrètement par une évocation rapide, une réflexion d'un locataire à propos d'un autre…
Il s'agit d'un premier roman – globalement satisfaisant, sans plus, pour l'intrigue - mais Alice Moine montre tous les signes d'un talent riche en promesses. L'écriture est impeccable, le rythme, le choix des mots. Ses portraits de personnages de milieux socioprofessionnels divers sont plutôt réussis, j'ai particulièrement aimé le chapitre avec le synergiste, une critique de nos vies de dingues dans ce monde moderne, et celui avec Eric le journaliste, extrêmement émouvant.
Tous les chapitres débutent un peu de la même manière, c'est-à-dire mystérieusement, car les personnalités de chaque acteur ne se révèlent que lentement, certains n'ont même pas de nom, et le texte dans son ensemble baigne dans une sorte de flou artistique, joliment maîtrisé, qui donne un cachet certain à cet ouvrage.
Si je vous conseille ce roman, c'est pour que plus tard quand Alice Moine sera très connue, vous puissiez dire dans les dîners en ville, « Moi, je la lis depuis son premier bouquin ! ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
DOMS
  07 septembre 2015
Fait d'hivers, c'est comme un recueil de nouvelles, comme des scènes de vies qu'une caméra fixe pourrait enregistrer dans un immeuble d'une grande ville, dans la même cage d'escalier, les jours, les heures avant l'Instant, celui où tout bascule. En le lisant, je voyais déjà des personnages, des morceaux de vie qui se percutent, se rejoignent ou se perdent à jamais, j'ai même senti cette odeur de gaz omniprésente au fil des pages.
Les situations sont décrites en peu de mots et peu de lignes, mais de nombreux sentiments sont néanmoins abordés, peur de l'autre, de celui qui est différent, solidarité, désespoir, envie, bonheur, déprime, lâcheté, solitude, tout ce qui fait la vie. Je côtoyais un médecin, un jeune homme triste, une femme abandonnée, une amie québécoise qui s'improvise baby-sitter. Je suivais tous les autres, ceux qui auraient dû y être et qui sont partis on ne sait pourquoi, hasard, prémonition, chance, pourquoi restons-nous quelque part, ou en partons nous, au bon moment, quel mystère. Il n'y a pas à proprement parler d'intrigue principale, si ce n'est ce magistral fait divers qui ici devient faits d'hiver, qui relie ces vies entre-elles. Et le lecteur suit ces voisins chapitre après chapitre, au fil des appartements, 2e droite, 5er droite, jusqu'au au rez-de-chaussée.
Faits d'hiver m'a rappelé un autre court roman que j'ai beaucoup aimé, « dix-neuf secondes » de Pierre Charras. Car tous deux évoquent des vies, avant l'instant où tout change. C'est bien écrit, agréable à lire et on s'y projette aisément, presque comme dans un film. Et si on comprend rapidement ce qui va arriver on a cependant envie de savoir, qui, quand, et comment…Mais pour ça, je ne vous en dis pas plus, à vous de voir.

Lien : https://domiclire.wordpress...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          141
ValerieLacaille
  04 avril 2017
Ce premier roman est admirablement bien écrit. Les mots sont toujours justes et le style, rythmé, tient en haleine.
Il regroupe ici dix histoires différentes narrées à la première personne; dix tranches de vie appartenant aux dix locataires d'un immeuble qui va, dans quelques instants (c'est-à-dire à chaque fin de chapitre) subir une explosion suite à une fuite de gaz.
Dans aucun des chapitres, nous ne savons quel sera le sort du protagoniste qui s'exprime; mais nous connaissons ses actes et ses pensées juste avant le moment crucial et devinons quelles seront les conséquences de l'accident sur son futur ou celui de son entourage. Alice Moine écrit de manière à permettre au lecteur de se faire des conjectures tout à fait cohérentes avec ce qu'elle a inventé au départ. C'est très habile!
Commenter  J’apprécie          130
Cellardoorfr
  02 octobre 2015
J'ai gagné ce roman lors de la dernière Masse critique de Babelio alors… merci Babelio ! Merci aussi aux éditions Kero !
Pourquoi ai-je coché ce livre ?
Pour sa couverture. Ouais je sais, c'est con. Mais voir ces fenêtres d'immeuble illuminées alors que la nuit tombe doucement autour, c'est une image qui me parle. le titre, quant à lui, ne m'a pas attirée plus que ça. Je l'ai même trouvé insignifiant.

Bon, évidemment, j'ai également été attirée par le principe : l'auteur nous raconte la vie d'un immeuble. Chaque chapitre a son protagoniste. Parfois, d'un chapitre à l'autre, on croise furtivement le « héros » du chapitre précédent.

En somme, Faits d'hiver est un roman « choral »… Disons qu'il s'agit presque d'un recueil de nouvelles avec un fil conducteur : une fuite de gaz et une explosion qui va tous les stopper à un moment particulier de leur vie.
…ça a l'air bien hein ?
Ma lecture, mon avis

J'ai plutôt bien aimé le style d'Alice Moine. Son écriture est claire, nette et précise tout en ayant ce petit je ne sais quoi de poétique dans sa formulation des phrases. C'est résolument moderne, souvent flou, mais apparemment maîtrisé.

Bon. J'avoue que j'ai trouvé les débuts de chapitres assez abrupts. A chaque fois, on débarque chez le personnage concerné sans transition. Il faut faire fonctionner son cerveau pour saisir et imaginer quel genre d'homme ou de femme on a devant soi… pour abandonner ces mêmes personnages au bout de quelques pages seulement.

Malheureusement, je n'ai pas réussi à vraiment m'intéresser au destin de ces différents personnages. On nous a vendu le livre comme le récit « des joies et des peines » des habitants de l'immeuble, moi j'y ai surtout vu le récit de leurs peines, de leurs névroses, de leurs regrets et tout ce que vous voulez… alors qu'à la base, je pensais tomber sur un bouquin un peu à la Amélie Poulain. Vous voyez le décalage ? Quelque part, cette lecture a donc quelque chose de terriblement plombant. Vous allez me dire, c'est dans l'air du temps, tout le monde se plaint de tout et traîne sa croix blablabla.

Seule belle rencontre vers la fin du livre : Carole, dans le chapitre 5ème droite. Cette femme de 39 ans se fait plaquer après avoir vécu une relation fusionnelle avec Fred pendant plusieurs années. Profitant d'une soirée costumée, elle s'introduit dans l'appartement qu'il partage avec sa blondasse et va se venger… à sa manière. Même si l'histoire n'a, en réalité, rien de drôle, j'ai beaucoup aimé le récit jouissif de cette soirée !

Au début de l'ouvrage, le journaliste qui a assisté à l'accident de Marianne a lu aussi quelque chose d'émouvant. C'était ma seconde histoire préférée. C'est également l'une des plus tragiques (ben ouais, on est pas là pour rigoler vous l'aurez compris !).
Pour conclure

Faits d'hiver est loin d'être un mauvais roman. Je l'ai trouvé très honnête, très facile à lire, très rapide à lire aussi… ce qui n'est pas rien. Je l'ai vite gobé et je n'ai pas été tenté de le laisser de côté. Mais il n'est pas original pour un sou. Je ne dis pas que les personnages sont clichés…juste que ce que leur récit de vie est anecdotique et s'oubliera vite !
Lien : http://cellardoor.fr/critiqu..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Citations et extraits (21) Voir plus Ajouter une citation
Corboland78Corboland78   08 août 2015
Enquêter sans bouger le cul de ma chaise, c’est mon rayon. Je fais ça depuis toujours, c’est d’ailleurs devenu une spécialité de la presse internationale depuis que notre vieux continent a plongé dans cette sombre crise dont on ne ressent encore que les prémices, le pire étant à venir. Qui peut encore se permettre d’envoyer des journalistes sur le terrain ? Qui peut encore financer billets d’avion, chambres d’hôtel et indemnités per diem ? A l’heure de la dématérialisation et des vitesses de transmission de données proches de zéro, qui oserait risquer sa vie sur le terrain alors que l’information est à portée de souris ? C’est déjà assez fou comme ça de penser qu’un journal puisse exister, publier, informer de nos jours…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
NinaBtlNinaBtl   27 avril 2016
Adieu, Marianne, je te rends ta liberté. Je te laisse filer au gré des flots, pars vite, pars loin. Je t'en prie, va hanter quelqu'un d'autre que moi. Quelqu'un qui n'aurait pas voulu te rencontrer, te connaître et te perdre, tout cela en moins de temps qu'il ne faut pour le dire. Quelqu'un qui n'en aurait rien eu à foutre de croiser une fille comme toi, peau blanche, cheveux noirs, lèvres carmin.
Commenter  J’apprécie          100
eckmuhleckmuhl   09 juillet 2015
Aujourd'hui, si l'on se déplaçait chez un client, affrontant cohues des transports en commun, on passait toujours après un appel insistant ou la réception d'un mail. On attendait les bras ballants et les épaules voûtées, relégué au second plan. L'être réel n'était plus prioritaire.
Commenter  J’apprécie          40
NinaBtlNinaBtl   27 avril 2016
Il savait, il faisait mine de rien, mais il savait tout. Triste à en crever de la mort de ce fils qu'il n'a pas connu. Malade à ne jamais s'en relever d'avoir gaspillé ce temps. J'ai plongé mon âme dans la sienne, et je l'ai vu signer son chèque de pardon. [...] C'était donc ça, sa triste histoire ? Payer pour excuser l'absence ?
Commenter  J’apprécie          30
ToochaToocha   16 mai 2018
"Il t'a donné un chiffre, le notaire ?
- Je sais pas, j'ai répondu.
- Comment ça, tu sais pas ? Il t'a pas dit, maître Machin Chose, à combien ça se vendait ?
- Il m'a dit faut faire estimer.
- Faut faire estimer ! Non, mais il t'a vu venir. Je suis sûre qu'il t'a même dit qu'il allait se charger de la vente pendant qu'on y est ! Même moi, je suis capable de l'estimer là, comme ça, juste à vue de nez... Dis-moi combien il fait de surface ?"
J'ai pensé que c'était dommage de se mettre en colère avec une si jolie robe et tout ce maquillage qui risquait de s'estomper et de dévoiler ce qu'il y avait vraiment en dessous.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : villesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr

Autres livres de Alice Moine (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
1977 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre
.. ..