AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2290305820
Éditeur : J'ai Lu (22/02/2000)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 4.35/5 (sur 119 notes)
Résumé :
Cette première course autour du monde en solitaire, sans escale, devait rendre Moitessier célèbre : alors qu'il avait pratiquement bouclé son périple, le navigateur décidait d'abandonner, ou plutôt de poursuivre sa route vers Tahiti et les eaux bleues du Pacifique.

Une remarquable performance devenait pied de nez à la civilisation, aventure humaine unique et précieuse. Et ce journal de bord, un livre-culte.

Grands calmes ensoleillés, a... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
majero
  27 décembre 2017
Parti en 68 pour la première course autour du monde en solitaire, sa régate se transforme en une sorte de communion avec l'océan, dialogue avec deux corneilles, des phoques, des dauphins, et il décide d'abandonner la course et refaire un tour jusque Tahiti. Mais passé le Horn, la fatigue est là avec ce nouveau dilemme, rentrer se réchauffer dans les alizés et rassurer les siens?
Et c'est là sa plus belle victoire, soutenu par le yoga et son ovomaltine, il refait un tour, quatre longs et froids mois avant Tahiti, lance un grand zut à la course, à la civilisation qui abîme la planète (tiens je retrouve du Ed Abbey).
Je fus émerveillé par la science de ce marin, capable de prévoir la météo, de naviguer sans boussole, grâce aux vagues, au vent et aux étoiles.
J'ai lu ce livre la semaine de décembre 2017 où François Gabart pulvérisait le tour du monde en solitaire en 42 jours sur le trimaran Macif, mais les nostalgiques se réjouiront du lancement en juillet 2018, 50 ans après l'exploit de Moitessier, d'une course identique, des navigateurs s'élançant pour une dizaine de mois sur des voiliers conçus avant 1988, sans GPS ni désalinisateurs ni communications extérieures!!!

Lien : http://goldengloberace.com/fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          223
beauscoop
  23 septembre 2017
La longue route l'est de façon certaine et évidente pour l'auteur et navigateur qui nous conte son périple de façon bien émouvante. Mais je pense aussi que c'est un long chemin intérieur dans ses pensées et réflexions qui nous est dévoilé. Ici, ce sont les éléments les plus naturels nous entourant qui servent de base pour réfléchir à notre condition humaine. Tout au long du récit on peut noter des citations marquantes à plus d'un point de vue. Là, un magnifique passage, très émouvant, où le navigateur partage son amitié avec les oiseaux qui suivent le bateau, comme les corneilles qu'il arrive à apprivoiser en seulement quelques jours. Ailleurs, un autre passage sympathique avec les dauphins semblant communiquer pour dire au navigateur de faire attention aux récifs. La fin nous met en garde sur le monde moderne détruisant la planète, avec un choix pour chacun de ne pas succomber grâce à certaines actions concertées. Si le but du livre était de nous offrir une énorme bouffée de bien être en appréciant la possible simplicité du monde dans lequel on vit et de nous faire prendre conscience de nos choix dans la vie alors l'auteur doit être satisfait. le lecteur aussi, pouvant oublier certains ouvrages de psychologie et autres romans pseudo intellectuels.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
MissAlfie
  20 février 2016
Moitessier, c'est ce garçon qui, lancé dans le premier Golden Globe Challenge, probablement en tête au passage du Horn (les participants ne partaient pas ensemble), décide au début de sa remontée de l'Atlantique de finalement repartir dans le Sud, refranchir Bonne-Espérance, Leeuwin et terminer dans des îles du Pacifique. Pour seul motif, il lancera grâce à son lance-pierres un message sur un navire passant à proximité expliquant qu'il "continue sans escale vers les îles du Pacifique parce que je suis heureux en mer, et peut-être, aussi pour sauver [son] âme."
La longue route raconte donc, depuis les derniers préparatifs en France et le départ de Plymouth à l'arrivée et la vie à Tahiti. Si les premiers chapitres sont consacrés à la course, à la technique, au fonctionnement du bateau (des appendices techniques et un glossaire complètent le récit), on devine au fur et à mesure de l'avancement de la régate les réflexions et les hésitations du navigateur sur ses motivations et sur le monde qui l'entoure. Bernard Moitessier raconte également plusieurs épisodes de sa vie, en particulier son enfance en Indochine. Il est par ailleurs étonnant de constater que, une fois la décision de continuer la route hors course est prise, les considérations techniques passent au second plan. Il chavire deux ou trois fois dans la deuxième moitié de son parcours et c'est presque anecdotique alors que la course est parfaitement maîtrisée jusqu'alors.
L'intérêt du récit est donc situé dans l'introspection du navigateur au milieu des océans face à l'existence qui peut l'attendre à son retour. Près de cinquante après, force est de constater que ses réflexions vis-à-vis de la modernité ou de l'égoïsme de la société sont encore valables au 21è siècle. Et si l'âme est riche et les pensées profondes, la plume n'en est pas moins agréable. La lecture est fluide et les mots glissent au fil de l'eau (double jeu de mot, tadam). Bref, voilà un ouvrage passionnant pour quiconque s'intéresse à un personnage original de la voile, aux réflexions d'un navigateur face à la solitude et l'immensité de l'océan et plus généralement au monde qui l'entoure. A noter qu'à ce jour, le parcours de Moitessier reste la plus longue régate en solitaire et sans escale.
Lien : http://croqlivres.canalblog...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
hermes
  05 septembre 2012
Un grand aventurier ce Moitessier, j'ai de l'admiration pour ce qu'il a fait, partir à l'aventure sur son voilier....
Pour les passionnés de voile ce livre est un appel du large!
Vraiment on s'y croirait, c'est du vécu, surement un peu romancé; il y a notamment un passage où il explique qu'un dauphin lui a sauvé la vie en lui faisant comprendre qu'il fallait qu'il change de cap.....il filait droit sur des écueils! je ne sais si cela est le fruit de son imagination mais en tout cas on a envie d' y croire;
Voilà ici pas d'envolée lyrique, non juste un morceau de vie sur les mers.
Commenter  J’apprécie          50
Christophemalinois
  15 août 2017
La longue route...
Ou l'histoire d'un voyage, d'un homme.
C'était avant le célèbre Vendée Globe d"aujourdhui, course autour du monde en solitaire. Bien avant... Sans GPS, ni internet, ni téléphone... L'époque du miroir qui brille au soleil pour interpeller un autre bateau au loin... Un temps que les moins de 20 ans...
C'est aussi l'histoire d'un choix. Celui d'un navigateur qui abandonne la victoire promise, la récompense et la gloire. Celui d'un homme qui prend un autre chemin, pour une nouvelle quête, une nouvelle aventure. Son aventure.
Pour se retrouver lui-même. Ou ne pas se perdre...
Un livre profondément humain, plein d'espoir et d'humanisme.
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
irenapirenap   22 février 2016
J’avais un tel besoin de retrouver le souffle de la haute mer, il n’a avait que Joshua et moi au monde, le reste n’existait pas, n’avait jamais existé. On ne demande pas à une mouette apprivoisée pourquoi elle éprouve le besoin de disparaître de temps en temps vers la pleine mer. Elle y va, c’est tout, et c’est aussi simple qu’un rayon de soleil, aussi normal que le bleu du ciel.
Commenter  J’apprécie          150
beauscoopbeauscoop   20 septembre 2017
C'est toute la vie que je contemple, le soleil, les nuages, la mer, le temps qui passe et reste là. C'est aussi, parfois, cet autre monde devenu étranger, que j'ai quitté depuis des siècles. Ce monde moderne artificiel où l'homme a été transformé en machine à gagner de l'argent pour assouvir de faux besoins, de fausses joies.
Commenter  J’apprécie          110
PhilippeSAINTMARTINPhilippeSAINTMARTIN   04 novembre 2016
Un second faisceau s'élève à côté du premier. Puis un troisième. Bientôt il y en a une dizaine comme un gros bouquet de lumière surnaturelle dans le sud. Et je comprends maintenant que ce n'est pas l'arche maudite. C'est une aurore australe, la première de ma vie, peut-être le plus grand cadeau que m'aura donné ce voyage.
Commenter  J’apprécie          80
MistralainMistralain   30 juin 2010
J'écoute la mer, j'écoute le vent, j'écoute les voiles qui parlent avec la pluie et les étoiles dans les bruits de la mer et je n'ai pas sommeil.
Commenter  J’apprécie          190
MaloceanMalocean   16 juillet 2014
Message envoyé par Moitessier au Sunday Times pour signaler son abandon de la course: "Je continue sans escale vers les îles du Pacifique parce que je suis heureux en mer, et peut être aussi pour sauver mon âme."
Commenter  J’apprécie          50
Videos de Bernard Moitessier (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Bernard Moitessier
Bernard Moitessier: La Longue Route
autres livres classés : voileVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

La longue route de Moitessier

Quel journal a organisé la course à laquelle Moitessier va participer:

Le Sunday Times
Le Figaro
Le Monde
Le New York Times

10 questions
12 lecteurs ont répondu
Thème : La Longue route de Bernard MoitessierCréer un quiz sur ce livre
.. ..