AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9781503940840
298 pages
Éditeur : Amazon Publishing (17/01/2017)
3.12/5   20 notes
Résumé :
« Frédérique Molay vous entraine habilement dans une enquête policière, au moyen d'une intrigue aussi diabolique que rythmée. » - Robert Dugoni, auteur des best-sellers de la série Tracy CrosswhiteLorsque Nico Sirsky, chef de la brigade criminelle du 36 quai des Orfèvres, est chargé de l'enquête sur le corps congelé d'une fillette retrouvé dans un square parisien, il sait qu'il ne s'agira pas d'une enquête ordinaire.Quand d'autres cadavres apparaissent, et qu'il s'... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Sharon
  13 janvier 2017
J'avais beaucoup aimé la 7e femme et Déjeuner sous l'herbe, deux romans mettant en scène Nico Sirsky, chef de la brigade criminelle du 36 quai des Orfèvres. Pour ce volume-ci, je dois dire que je n'ai pas vraiment été séduite. Et je reviens subrepticement sur un petit problème de géo constaté dans le livre : non, Louviers n'est pas un petit port de pêche normand. Détail, me direz-vous. Oui, mais quand on veut être précis dans la documentation au sujet des tueurs en série, on peut l'être aussi pour la situation d'une ville.
Pourtant, au début, Je lisais ce roman en ayant vraiment toujours envie d'en savoir plus. Mais, vers la moitié du livre, j'ai pris mes distances.Je vous épargne à peine le fait que la vie privée de Nico, son fils parfait, sa soeur et ses neveux parfaits, et sa magnifique compagne médecin ne m'a pas intéressée du tout. Je ne passe presque pas sous silence que les courts chapitres consacrés au tueur m'ont donné très vite envie de ne plus les lire – être dans les pensées du tueur, des pensées qui les mettent en valeur, lui et son égo, très peu pour moi.
Les personnages m'ont semblé manquer d'épaisseur – tous. Impossible de s'attacher à l'une ou l'autre victime, qui ne sont que des victimes, justement, non des êtres qui étaient vivants avant de croiser le chemin du tueur. Bon, il est bien dit qui elles étaient avant – la première victime était « la petite princesse »de son père – mais j'ai eu l'impression que l'on ne sortait pas des clichés.
Il était pourtant des pistes intéressantes, comme la fascination que les tueurs en série inspire, à tous les niveaux de la société, à tous les âges. Je parle bien de la fascination, non des tueurs du passé eux mêmes qui sont bien mis en valeur (un peu trop à mon goût). Je n'ai garde d'oublier un autre thème, la transmission : que lègue-t-on à ses enfants ? Que leur transmet-on, consciemment ou inconsciemment ? Sur ce dernier point, des clichés sont bien présents – et plutôt que de les lire, j'aimerai plutôt une intrigue qui joue avec eux.
Le bilan de cette lecture ? Une fois la dernière page lue, j'ai enchaîné avec de très nombreux romans de littérature jeunesse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Pat0212
  02 décembre 2018
Coup de coeur pour ce polar, qui sera l'avant dernier livre du challenge multi-défis de Babélio et qui nous emmène dans une géniale partie de Cluedo à la conclusion surprenante.
Le corps d'une petite fille atrocement mutilée est découvert dans le square du Temple à Paris, ce qui met la police criminelle en émoi. Elle a été découpée en morceaux et transportée dans une valise. Quelques jours après, une prof trouve un de ses élèves, un adolescent difficile mort, massacré à l'arme blanche dans sa salle de classe durant le week end. Il manque sa main droite. Les crimes présentent de nombreuses différences et le commissaire Nico Sirsky pensent avoir deux assassins fous qui rôdent dans la capitale, car les modes opératoires ne sont pas les mêmes et il n'y a aucun lien entre les victimes. Juliette dix ans a disparu en Normandie quatre mois auparavant, elle n'est jamais arrivée à son cours de danse, Kevin lui est un adolescent de quinze ans élevé par une mère célibataire un peu dépassée et qui commence à avoir de mauvais comportements.
Nous suivons Nico et les équipes du 36 Quai des Orfèvres lancé dans la traque d'un tueur diabolique et assoiffé de sang, il y a aura plusieurs autres victimes que rien ne semble relier entre elles. Je ne peux pas en dire plus pour ne pas spolier ce polar vraiment génial. C'est une partie de Cluedo grandeur nature qui donnera beaucoup de fil à retordre aux policiers et beaucoup de frissons aux lecteurs.
Le thème des tueurs en série est traité de façon intéressante, en particulier la fascination qu'inspire ce sujet au public, en particulier à travers le cinéma. Toutefois les héros manquant un peu d'épaisseur et la vie privé de Nico, prend un peu trop de place dans l'intrigue, il est peu probable que le chef de la brigade criminelle en prise avec un ou des tueurs en série lâchés dans Paris puisse consacrer autant de temps et d'énergie à sa vie amoureuse. L'écriture est fluide et agréable. Je compte lire les autres aventures de ce commissaire parisien.
J'ai eu vraiment beaucoup de plaisir à lire ce polar.
Lien : https://patpolar48361071.wor..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          51
croc1706
  24 décembre 2016
Merci à Netgalley et aux éditions Amazon Publishing pour la lecture en avant-première de ce roman. Ne connaissant pas cette auteur , ce fut pour moi l'occasion de la découvrir .

Dans" Copier n'est pas jouer", le lecteur suit les aventures de Nico Sirsky, commandant de police criminelle, dont la vie semble parfaite . Amoureux fou de sa compagne , et père modèle , cet homme exemplaire va devoir enquêter sur une conspiration qui glace le sang . Des meurtres s'enchaînent , copiant les tueurs en série les plus cruels de l'histoire mondiale . Et si tout n'était qu'un complot ? Qu'un jeu ?

J'ai beaucoup aimé ce roman, même si ce n'est pas le meilleur polar que j'ai lu . L'écriture est agréable et fluide , ca se lit vite et avec facilité . C'est réaliste , certaines scènes sont dures dans leur réalité. Les personnages sont très sympathiques, même si j'ai trouvé que le héros ,notamment manquait un peu de profondeur. L'histoire est bien développée et recherchée, l'historique des tueurs en série fait mouche.

Le sujet est intéressant et j'ai bien aimé la fin même si je l'ai trouvé un peu rapide à mon goût .

Pour conclure , un polar très agréable à lire, qui m'a fait passer un bon moment, en cette période de vacances , riche en lecture.
Lien : http://livresforfun.overblog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
LePetitCrayon
  18 janvier 2017
J'ai été embarquée presque dès les premiers pages dans ce thriller haletant. L'auteur avait déjà écrit des intrigues policières avec ces personnages et cela s'est senti à la lecture, dans le ton et les descriptions… j'ai vraiment eu l'impression de regarder un bon épisode de NCIS avec les pistes, les suspects, l'analyse des indices et en back up l'histoire personnelle de Nico Sirsky, le chef de la brigade criminelle.
Si l'auteur maîtrise parfaitement selon moi les ressorts de l'écriture d'un bon polar (où mettre du suspense, comment enchainer les hypothèses jusqu'à l'apothéose finale) j'ai tout de même été déçue par la fin qui était assez prévisible. Evidemment c'est subjectif mais c'est un cas de figure que j'avais déjà vu dans un épisode de série et évidemment j'ai été un peu déçue. Cela dit dans les thrillers ce que je préfère n'est pas nécessairement le nom du suspect. C'est la quête, le cheminement, le pourquoi qui a mené à l'action et finalement ici les raisons de ces meurtres ne m'ont pas convaincue. J'entends par là que l'on n'a pas eu assez d'information sur le profil psychologique du méchant, son ambiguité, sa part lumineuse et sa part d'ombre. Tout était trop manichéen.
Dans l'ensemble je dirai que c'est une bonne distraction, à lire comme ça dans le train ou dans le métro mais ce n'est pas non plus le page turner de l'année!
Critique complète sur le blog
Lien : https://lepetitcrayonblog.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
JoyeuxDrille
  11 février 2017
Content de retrouver Nico Sirsky, aux prises avec une affaire bien gore et bien inquiétante. L'histoire est menée tambour battant, avec des révélations passionnantes. La question du tueur en série est abordée de façon originale, en rappelant que le concept n'est pas uniquement américain. Mais le final est un peu trop abrupt. On aurait aimé que la personnalité du Maître du Jeu soit plus développée.
Lien : http://appuyezsurlatouchelec..
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   18 janvier 2017
Le poème rédigé en polonais constituait un mystère, ou juste de quoi faire perdre son temps à la police. C’était aussi une manière de retenir l’attention, un procédé qui étayait le diagnostic du délire. Enfin, la façon d’écrire n’était jamais innocente. L’inconnu, homme ou femme, avait utilisé de l’encre rouge, formé de hautes lettres qui rappelaient ces temps anciens où l’exercice était comparable à un art. Difficile tout de même d’établir un profil psychologique fiable à partir d’un simple courrier. Ou c’était témoigner, à son tour, de mégalomanie !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   18 janvier 2017
Elle avait tenté de se débattre, terrorisée. Qu’aurait-elle pu faire contre son mètre quatre-vingt-cinq, sa carrure d’athlète ? Il l’avait écrasée de tout son poids, une main plaquée sur sa bouche. Puis il avait saisi le couteau, son souffle rauque se mêlant aux râles de sa proie. Il avait lu la peur, et ensuite la capitulation dans son regard. Elle avait compris qu’elle allait mourir, sans autre issue possible. Comment, désormais, se priver de cette émotion-là ?
Tuer était si simple, au fond. Un vrai jeu d’enfant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   18 janvier 2017
Le sourire de Caroline, l’une des premières choses qui l’avaient frappé quand il l’avait rencontrée. Ce sourire, c’était comme une épée plantée dans son cœur… Ce qui amenait une question : fallait-il que Dimitri soit amoureux pour hurler cette chanson à tue-tête ? À moins qu’il ne traverse une peine de cœur, comme Sting au moment où il avait écrit ces paroles. Hier encore, Dimitri prenait le biberon, et le voilà qui pensait aux filles ? Chienne de vie !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   18 janvier 2017
La congélation est une excellente méthode de conservation, parce qu’elle réduit les réactions biochimiques. Je suis donc dans l’incapacité de dire à quand remonte la mort. Je peux seulement affirmer que la fillette est décédée suite à ses blessures, et non pas à cause du froid.
Commenter  J’apprécie          00
SharonSharon   14 décembre 2016
Une sortie théâtrale. Mais le monde n'était-il pas une scène, et la vie un jeu ?
Commenter  J’apprécie          20

Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2212 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre