AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Nathaële Vogel (Illustrateur)
EAN : 9782081617711
202 pages
Éditeur : Flammarion (04/01/1999)

Note moyenne : 3.23/5 (sur 11 notes)
Résumé :
Ricou est valet de ferme chez un vétérinaire. Mais La Vézère le fascine et l'attire. Son père, accusé d'un crime, doit fuir le village, et Ricou prend sa place au milieu des gabariers qui descendent la rivière. Ricou à quatorze ans découvre les dures réalités du travail mais aussi la solidarité qui lie les hommes.
Ricou prouvera-t-il l'innocence de son père ?
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Tchippy
  15 décembre 2010
Comment décrire la peine d'un adolescent privé de mère lorsque son père est acusé d'assassinat ? Comment décrire sa douleur lorsque ce dernier d'enfuit, avouant par là même sa culpabilité aux yeux de tous ?
Ricou est encore jeune et doit alors prendre en charge sa famille, travailler, reprendre la place de son père, gabarier, sur les eaux de la rivière Vézère, qui rythme la vie du village. Mais il s'est aussi juré de retrouver son père et de le venger…
Livre poignant et magnifiquement écrit où on découvre comment on peut devenir adulte par les épreuves, dans les affres de l'adolescence. L'apprentissage par la force des choses des responsabilités et de la dure réalité de la vie hors du cocon familial.
Excellent livre.

Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
TchippyTchippy   15 décembre 2010
Lorsque le Biang disait « la rivière », il ne voulait pas dire seulement l’eau. Il parlait des saules et des aulnes, des algues et des herbes, abris des libellules, des insectes et des oiseaux. Il parlait des rochers, des anses calmes où les crapauds viennent frayer, des sources vers lesquelles remontent les écrevisses, il parlait d’un monde qui avait un sens, d’amont en aval, et où chacun, de l’algue à l’homme, avait sa juste place.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
TchippyTchippy   15 décembre 2010
Dis, Miassou, dis, quand tu nous as tapé dessus quand on a dit ue le père… enfin, tu sais… Eh bien, nous, on a cogné tous ceux qui nous ont dit qu’il a tué le vieux monsieur.
Et Mélina, avec un sourire sauvage, approuvait.
Commenter  J’apprécie          10
TchippyTchippy   15 décembre 2010
Ses yeux regardaient, sans trop le voir, ce monde flou et gris où il ne verrait sans doute plus jamais son ami. Un monde où il entendrait dire : « Est-ce normal qu’il défende si fort l’assassin de son père ? »
Commenter  J’apprécie          10
TchippyTchippy   15 décembre 2010
Dis-moi ce qui se passe en moi ? J’ai mal et c’est presque une joie. Je veux tuer un homme.
Commenter  J’apprécie          20
TchippyTchippy   15 décembre 2010
Dis, Miassou, c’est vrai que le père est un assassin ?
Commenter  J’apprécie          30
autres livres classés : riviereVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Oyez le parler médiéval !

Un destrier...

une catapulte
un cheval de bataille
un étendard

10 questions
891 lecteurs ont répondu
Thèmes : moyen-âge , vocabulaire , littérature , culture générale , challenge , définitions , histoireCréer un quiz sur ce livre