AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 229033474X
Éditeur : Librio (24/06/2003)

Note moyenne : 3.65/5 (sur 2167 notes)
Résumé :
Un nouveau riche ébloui par les beautés de la danse, de la musique, de la philosophie et de l'escrime : le personnage est à la fois agaçant et touchant. En s'efforçant d'articuler les voyelles à s'en décrocher la mâchoire, en enfilant un habit du dernier ridicule et en envoyant un mot doux avec des précautions de poète, monsieur Jourdain croit atteindre au sublime. Le pauvre homme ! Mais autour de lui, le bon sens veille et l'emportera sur ses fantaisies passagères.... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (79) Voir plus Ajouter une critique
Nastasia-B
  11 juin 2015
Bien sûr, nous la connaissons tous plus ou moins cette pièce ; nous l'avons tous plus ou moins subie ou adorée à l'école (au collège en particulier). Cependant, dans nos années " matures " (c'est-à-dire en nos années " ridées "), il ne nous en reste bien souvent qu'un souvenir très vague ou une réminiscence tellement ténue qu'il nous est parfois bien malaisé de s'en faire encore une idée fiable.
J'ai constaté cet état de fait auprès de plusieurs de mes amis et ai été incitée à me replonger dans Le Bourgeois Gentilhomme par les remarques d'un lecteur sur Babelio ce qui m'a permis de redécouvrir le fameux Monsieur Jourdain.
Bien évidemment, il y a des petits côtés désuets chez Molière, la mécanique est parfois lourde et très insistante, notamment dans les quiproquos, mais il y a aussi et surtout de ces finesses qui demeurent intactes et que les siècles n'érodent pas.
Ainsi, les premières scènes avec les maîtres de danse et de musique font dans l'épaisse caricature, en revanche, la scène 4 de l'acte II avec le maître de philosophie, était, reste et demeurera vraiment hilarante pour des siècles et des siècles.
En deux mots, M. Jourdain est nanti d'une richesse matérielle incalculable fruit de son activité de commerçant, et, désireux de s'élever socialement, ne jure que par les artifices de la noblesse. Son esprit étroit lui laisse trop peu d'espace pour se rendre compte que tous se payent sa tête et ne jurent, quant à eux, qu'en l'argent qu'ils arrivent à lui soutirer pour de prétendues leçons d'éducation aristocratique.
Mais le comble du comble, c'est Dorante : un gentilhomme de naissance sans le sou, qui puise abondamment dans la bourse de Jourdain, prétextant le servir et ne servant, bien évidemment que ses propres intérêts, au détriment de Jourdain même. Cherchez bien dans votre entourage, il doit bien y en avoir un ou deux des comme ça, n'est-ce pas ?
Parallèlement, Lucile, la fille de Jourdain, souhaite épouser Cléonte, garçon de bonne famille mais pas assez " gentilhomme " au goût de Jourdain, qui lui refuse donc sa main. Une nouvelle fois, cette situation sera prétexte à duperie pour le pauvre brave bougre, qui se retrouve tout content de se faire rouler une nouvelle fois dans la farine par l'ensemble de ses proches.
Elles sont nombreuses les morales de cette fable théâtrale, bien que la plus évidente, ressemble à s'y méprendre à celle de son contemporain La Fontaine dans Le Corbeau et le Renard : « Apprenez que tout flatteur vit aux dépens de celui qui l'écoute. »
Cependant, on y lit en filigrane d'autres moralités, notamment que l'honnêteté ne paye pas car Cléonte, honnête, se fait éconduire par le beau père tandis que pour le même Cléonte, travesti, on déroule le tapis rouge. Dorante, infâme coquin haut perché, s'en tire toujours par une pirouette.
Cela pourrait encore être : « Ne cherchez pas conseil auprès de ceux qui, tout professionnels qu'ils soient, ont des intérêts dans la réponse qu'ils apportent. » (Souvenez-vous de ça quand vous irez chez le dentiste, quand vous ferez repeindre vos murs ou que vous demanderez conseil pour changer vos robinetteries, par exemple).
L'hypocrisie et le délit d'initié (au sens large du terme, pas au sens boursier) sont les terrains de chasse favoris de Molière. Mais il y a aussi une autre dimension. Suite à la Réforme, le XVIIème siècle est le témoin de la montée en puissance de la bourgeoisie. La vieille aristocratie a encore les reins solides pour quelques temps, mais elle pliera inéluctablement à la fin du XVIIIème par la Révolution que l'on sait.
On ne sait donc qui est la dupe de qui. Sont-ce les bourgeois étrillés dans cette pièce ou sont-ce les nobles désargentés qui rient et négligent ce qui fera pourtant leur perte ? Molière était bien assez malin pour flatter ses mécènes tout en pensant exactement le contraire. Le fait est que, depuis le XIXème siècle, ce sont les bourgeois qui rient et se moquent copieusement des manières guindées de la vieille noblesse archaïque.
Et de ce que je perçois du monde, j'ai le sentiment que les bourgeois ont encore quelques beaux jours devant eux avant qu'une autre catégorie sociale ne prenne les commandes et ne s'empresse de faire exactement la même chose que la noblesse et la bourgeoisie avant elle...
Mais, donc, pour revenir à la pièce qui nous occupe aujourd'hui, je considère que le test de passage est réussi pour ce Bourgeois Gentilhomme et ce en dehors de toute contrainte scolaire me concernant.
En outre, ce n'est là que mon avis extraordinairement roturier et de peu de manières, c'est-à-dire, pas grand-chose.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1212
Gwen21
  17 décembre 2013
Peu de scènes de théâtre ont eu autant de succès auprès de moi que la leçon de prononciation que Mr Jourdain reçoit de son maître de philosophie !
(Acte II, Sc. 4)
Le pragmatisme de Mme Jourdain et ses "coups bas" sont excellents et tellement représentatifs des relations conjugales d'un temps où, dans les classes aisées de la société, on ne se mariait que par intérêt et on s'accommodait tant bien que mal du conjoint qu'on vous avait choisi.
Pour goûter tout le piquant d'une telle comédie qui se veut la parodie sans fard de l'arrivisme bourgeois, il faut se plonger dans le contexte social et historique de ce 17ème siècle où l'ascension de la bourgeoisie et de la noblesse dite "de robe" (en opposition à l'aristocratie, noblesse dite "d'épée") prend tout son essor, posant bien avant les écrits des Lumières les bases solides sur lesquelles s'appuiera 120 ans plus tard la Révolution Française.
Il faut imaginer ce que devaient être les premières représentations de cette pièce avec Molière dans le rôle principal (lui-même étant né de cette riche bourgeoisie dont il connaît les utopies et s'étant hissé par son talent et son génie jusqu'à la Cour du Roi-Soleil), sur une musique de Lully, ce devait vraiment être quelque chose !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          622
sabine59
  28 avril 2017
Dansez, chantez, c'est une comédie ballet !
Pauvre Monsieur Jourdain, il n'est pas bien futé,
Tentant le menuet, il s'emmêle les pieds,
Et en maniant l'épée, il pourrait s'éborgner.
Il n'a qu'un seul désir : aux nobles ressembler.
Il possède pourtant nombreux biens et argent
Que l'on cherche à lui soutirer en le flattant.
Maître de musique et maître à danser s'affichent
Filous riant sous cape, le jugeant bien potiche.
De plus, Jourdain amoureux se ridiculise
Courtisant Dorimène , au titre de marquise.
Molière écorne ici les bourgeois enrichis
Mais des nobles déchus, il s'est moqué aussi.
Il reste très actuel car ne croyez-vous pas
Que de nos jours encore, les riches et leurs appâts
Certains veulent singer , faibles êtres pathétiques
Qui comme notre bourgeois en deviennent comiques.
"Soyez vous -mêmes, dit Oscar, l'ami,
" Tous les autres sont déjà pris". Eh oui !

Commenter  J’apprécie          458
lecassin
  19 janvier 2019
Il me semble l'avoir déjà dit ici, je n'aime pas relire… particulièrement un livre que j'ai aimé ; peur de ne pas retrouver la magie de la première lecture, peut-être … Il m'arrive néanmoins de faire exception à la règle.
Bien m'en a pris : « le bourgeois gentilhomme », une lecture imposée au collège qui ne m'avait pas laissé un souvenir impérissable si ce n'est celui du ridicule ; et je passe les couvertures hideuses de l'époque des classiques Larousse et autres éditions…
Quelques années plus tard, voilà mon aînée au collège, et me revoilà confronté au « problème ». Certes les couvertures des classiques ont évolué vers le moins repoussant, mais bon… Reste le texte : une révélation et relecture, à l'âge adulte. Un régal qui me fera enchaîner sur « le malade imaginaire », « le Tartuffe » (mon préféré), « Dom Juan », « L'avare »…
Je n'ai pas encore relu « Les fourberies de Scapin », dont le souvenir m'est tellement pénible que la relecture ne m'est toujours pas possible.
Comment ai-je fait à l'époque pour passer à côté de répliques telles que :
« Il y a plus de quarante ans que je dis de la prose sans que j'en susse rien. »
« Ah! La belle chose que de savoir quelque chose ! »
Il y a un temps pour tout, en général… et pour Molière en particulier. Une lecture que je ne conseillerais pas à l'adolescence. Mais ceci n'engage que moi et correspond à ma propre expérience.

Nota : l'oeuvre est tellement connue, que je n'aurai pas l'outrecuidance de la présenter ici, alors que d'autres l'ont si admirablement fait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          388
cmpf
  09 juin 2016

Lue à la suite de Monsieur de Pourceaugnac, avec laquelle je désirais faire un parallèle. Toutes deux sont des comédies ballet, créées à Chambord devant le Roi, la précédente en 1669, et celle-ci en 1670. C'est une comédie en cinq actes et en prose (trois actes pour Monsieur de Pourceaugnac).
Si Monsieur de Pourceaugnac met en scène un homme entiché de sa noblesse, ici comme le titre l'indique tout tourne autour d'un riche bourgeois, qui souffre de ne pas appartenir à l'aristocratie. Bien que le trait soit outré, beaucoup de bourgeois marchands, devenus plus riches que bien des nobles, et aspirant à faire partie du second ordre pouvaient se reconnaître. En outre avec la visite fin 1669 de Soliman Aga, la mode étaient aux « turqueries ». C'est donc un sujet tout à fait d'actualité, comme le sont généralement les oeuvres de Molière.
Faute d'avoir appris enfant, les arts qui caractérisent l'aristocratie, « … j'ai toutes les envies du monde d'être savant ; et j'enrage que mon père et ma mère ne m'aient pas fait bien étudier dans toutes les sciences, quand j'étois jeune. », monsieur Jourdain a engagé plusieurs maîtres chargés de lui enseigner la danse, le chant, l'escrime et la philosophie. En soi cette soif de savoirs pourrait être touchante, si elle était désirée pour elle-même, mais ce bourgeois ne veut les maîtriser que parce que cela se fait chez les nobles, et qu'en outre il aspire à séduire Dorimène parce que précisément elle est marquise. En outre, s'il veut singer les nobles, son goût le porte vers des oeuvres communes (chanson Jeaneton).
Égaré dans ses rêves de grandeurs, il a perdu tout bon sens, ne s'aperçoit pas du vide des discours de ses maitres, pas plus qu'il ne soupçonne être la dupe de son « ami » le comte Dorante, qui lui emprunte de l'argent et lui fait payer les cadeaux qu'il offre à Dorimène qu'il espère épouser. Dorimène étant elle aussi dupe de son amant qu'elle croit se ruiner pour elle.
Les ballets sont bien intégrés et j'aimerais assez voir une version complète pour juger de l'effet.
Le bourgeois gentilhomme est une de ces pièces que l'on connaît sans les avoir lues, tellement leur réputation est grande, mais qu'on aurait tort de négliger. J'y ai vraiment pris plaisir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
Citations et extraits (37) Voir plus Ajouter une citation
PasoaPasoa   14 juillet 2017
MONSIEUR JOURDAIN
- Je vous en prie. Au reste, il faut que je vous fasse une confidence. Je suis amoureux d'une personne de grande qualité, et je souhaiterais que vous m'aidassiez à lui écrire quelque chose dans un petit billet que je veux laisser tomber à ses pieds.

MAÎTRE DE PHILOSOPHIE
- Fort bien.

MONSIEUR JOURDAIN
- Cela sera galant, oui ?

MAÎTRE DE PHILOSOPHIE
- Sans doute. Sont-ce des vers que vous lui voulez écrire ?

MONSIEUR JOURDAIN
- Non, non, point de vers.

MAÎTRE DE PHILOSOPHIE
- Vous ne voulez que de la prose ?

MONSIEUR JOURDAIN
- Non, je ne veux ni prose ni vers.

MAÎTRE DE PHILOSOPHIE
- Il faut bien que ce soit l'un, ou l'autre.

MONSIEUR JOURDAIN
- Pourquoi ?

MAÎTRE DE PHILOSOPHIE
- Par la raison, Monsieur, qu'il n'y a pour s'exprimer que la prose ou les vers.

MONSIEUR JOURDAIN
- Il n'y a que la prose ou les vers ?

MAÎTRE DE PHILOSOPHIE
- Non, Monsieur : tout ce qui n'est point prose est vers ; et tout ce qui n'est point vers est prose.

MONSIEUR JOURDAIN
- Et comme l'on parle, qu'est-ce que c'est donc que cela ?

MAÎTRE DE PHILOSOPHIE
- De la prose.

MONSIEUR JOURDAIN
- Quoi ? Quand je dis : "Nicole apportez-moi mes pantoufles, et me donnez mon bonnet de nuit", c'est de la prose ?

MAÎTRE DE PHILOSOPHIE
- Oui, Monsieur.

MONSIEUR JOURDAIN
- Par ma foi ! Il y a plus de quarante ans que je dis de la prose sans que j'en susse rien, et je vous suis le plus obligé du monde de m'avoir appris cela. Je voudrais donc lui mettre dans un billet : Belle Marquise, vos beaux yeux me font mourir d'amour ; mais je voudrais que cela fût mis d'une manière galante, que cela fût tourné gentiment.

MAÎTRE DE PHILOSOPHIE
- Mettre que les feux de ses yeux réduisent votre cœur en cendres ; que vous souffrez nuit et jour pour elle les violences d'un...

MONSIEUR JOURDAIN
- Non, non, non, je ne veux point de tout cela ; je ne veux que ce que je vous ai dit : Belle Marquise, vos beaux yeux me font mourir d'amour.

MAÎTRE DE PHILOSOPHIE
- Il faut bien entendre un peu la chose.

MONSIEUR JOURDAIN
- Non, vous dis-je, je ne veux que ces paroles-là dans le billet ; mais tournées à la mode, bien arrangées comme il faut. Je vous prie de me dire un peu, pour voir, les diverses manières dont on les peut mettre.

MAÎTRE DE PHILOSOPHIE
- On les peut mettre premièrement comme vous avez dit : Belle Marquise, vos beaux yeux me font mourir d'amour. Ou bien : D'amour mourir me font, belle Marquise, vos beaux yeux. Ou bien : vos beaux yeux d'amour me font, belle Marquise, mourir. Ou bien : Mourir vos beaux yeux, belle Marquise, d'amour me font. Ou bien : Me font vos yeux beaux mourir, belle Marquise, d'amour.

MONSIEUR JOURDAIN
- Mais de toutes ces façons-là, laquelle est la meilleure ?

MAÎTRE DE PHILOSOPHIE
- Celle que vous avez dite : Belle Marquise, vos beaux yeux me font mourir d'amour.

Acte II, scène 5.















-
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
CorinneCoCorinneCo   15 novembre 2013
MAÎTRE DE PHILOSOPHIE.- Ce sentiment est raisonnable, Nam sine doctrina vita est quasi mortis imago. Vous entendez cela, et vous savez le latin sans doute.
MONSIEUR JOURDAIN.- Oui, mais faites comme si je ne le savais pas. Expliquez-moi ce que cela veut dire.
MAÎTRE DE PHILOSOPHIE.- Cela veut dire que sans la science, la vie est presque une image de la mort.
MONSIEUR JOURDAIN.- Ce latin-là a raison.
MAÎTRE DE PHILOSOPHIE.- N’avez-vous point quelques principes, quelques commencements des sciences ?
MONSIEUR JOURDAIN.- Oh oui, je sais lire et écrire.
MAÎTRE DE PHILOSOPHIE.- Par où vous plaît-il que nous commencions ? Voulez-vous que je vous apprenne la logique ?
MONSIEUR JOURDAIN.- Qu’est-ce que c’est que cette logique ?
MAÎTRE DE PHILOSOPHIE.- C’est elle qui enseigne les trois opérations de l’esprit .
MONSIEUR JOURDAIN.- Qui sont-elles, ces trois opérations de l’esprit ?
MAÎTRE DE PHILOSOPHIE.- La première, la seconde, et la troisième. La première est, de bien concevoir par le moyen des universaux. La seconde, de bien juger par le moyen des catégories : et la troisième, de bien tirer une conséquence par le moyen des figures. Barbara, celarent, darii, ferio, baralipton, etc.
MONSIEUR JOURDAIN.- Voilà des mots qui sont trop rébarbatifs. Cette logique-là ne me revient point. Apprenons autre chose qui soit plus joli.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Marti94Marti94   28 février 2014
MONSIEUR JOURDAIN.- U, U. Il n’y a rien de plus véritable, U.
MAÎTRE DE PHILOSOPHIE.- Vos deux lèvres s’allongent comme si vous faisiez la moue : d’où vient que si vous la voulez faire à quelqu’un, et vous moquer de lui, vous ne sauriez lui dire que U.
MONSIEUR JOURDAIN.- U, U. Cela est vrai. Ah que n’ai-je étudié plus tôt, pour savoir tout cela.
Commenter  J’apprécie          100
NiratremNiratrem   26 décembre 2015
MAITRE A DANSER
- Lorsqu'un homme a commis un manquement dans sa conduite, soit aux affaires, ou au gouvernement d'un Etat, ou au commandement d'une armée, ne dit-on pas toujours : "Un tel a fait un mauvais pas dans une telle affaire " ?

M. JOURDAIN
- Oui, on dit cela.

MAÎTRE A DANSER
- Et faire un mauvais pas peut-il procéder d'autre chose que de ne pas savoir danser ?
Commenter  J’apprécie          90
reve2003reve2003   19 février 2018
Je n'ai que faire de lunettes, Monsieur, et je vois assez clair; il y a
longtemps que je sens les choses, et je ne suis pas une bête. Cela est fort vilain à vous, pour un grand seigneur, de prêter la main comme vous
faites aux sottises de mon mari. Et vous, Madame, pour une grande Dame, cela n'est ni beau, ni honnête à vous, de mettre de
la dissension dans un ménage, et de souffrir que mon mari soit amoureux de vous.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Videos de Molière (38) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Molière
Interprétation du Misanthrope par la Comédie française pour l'ORTF en 1958
Dans la catégorie : Littérature dramatiqueVoir plus
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature des langues romanes. Littéraure française>Littérature dramatique (842)
autres livres classés : théâtreVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

le bourgeois gentilhomme

comment s'appelle le personnage principal ?

monsieur Jourdain
Covielle
Dorante

8 questions
235 lecteurs ont répondu
Thème : Le Bourgeois Gentilhomme de MolièreCréer un quiz sur ce livre
.. ..