AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Georges Mongrédien (Éditeur scientifique)
EAN : 9782080700544
436 pages
Éditeur : Flammarion (07/01/1993)
4.24/5   116 notes
Résumé :
Oeuvres complètes - Tome 3, Le misanthrope ; Le médecin malgré lui ; Mélicerte ; Pastorale comique ; Le silicien ; Amphitryon ; George Dandin ; L'avare ; Monsieur de Pourceaugnac

On connaît Molière, et on croit le connaître bien. Chaque génération l'a lu à sa manière. Des traditions éditoriales, et des légendes biographiques, se sont fait jour. On publie généralement ses oeuvres dans l'ordre selon lequel elles furent créées, alors que pour plusieurs p... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
missmolko1
  30 décembre 2014
Molière est un auteur que j'aime beaucoup et j'ai pris plaisir a découvrir ces trois courtes pièces. Les trois ont plusieurs points en commun : tout d'abord elles sont très drôles (mais ça vous vous en doutez), le thème de la médecine est très présent et au passage Molière n'existe pas a se moquer des médecins très ouvertement.
Ce recueil s'ouvre donc sur La jalousie du barbouillé qui m'a beaucoup plu. On y fait la connaissance d'un homme jaloux (comme son titre l'indique) et qui essaie de surprendre sa femme dans les bras d'un autre pour prouver que sa jalousie est justifier mais tout ce qu'il tente se retourne constamment contre lui !
Vient ensuite le médecin volant qui la encore m'a beaucoup fait rire. C'est l'histoire d'un couple d'amoureux qui ne peuvent se voir car le père de la jeune fille leur refuse. La jeune fille feint donc d'être malade et le valet du jeune homme va donc se faire passer pour docteur pour lui préconiser une cure a la campagne ou les deux amoureux pourraient se voir autant qu'il le voudrait. Seulement tout ne se passer pas comme prévu ! Quiproquo, retournement de situation sont bien présent.
Enfin L'amour médecin, une jeune fille amoureuse l'a encore fait semblant d'être malade pour que sont père l'écoute. Seulement il fait venir 4 médecins a son chevet. Mais on se rend vite compte que les médecins n'ont aucune idée du métier qu'il exerce et aucun n'est d'accord. C'est une pièce que j'ai un peu moins aimé. Non pas qu'elle ne soit pas drôle mais tout simplement qu'a la base cette pièce s'accompagne de musique entre les scènes. Alors je pense qu'elle rend beaucoup mieux a voir jouer qu'a lire.
En tout cas j'ai adoré découvrir d'autres écrits de Molière. Les trois pièces s'accompagne en plus (dans mon édition folio plus) d'un dossier vraiment complet qui aide le lecteur a mieux comprendre le texte. Molière est en tout cas un auteur a lire et a relire car on ne s'en lasse pas.
Lien : http://missmolko1.blogspot.i..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
girianshiido
  06 septembre 2015
Quel plaisir j'ai eu à parcourir l'intégralité des œuvres de Molière !
Pendant plusieurs mois, ses pièces ont été un bonheur de lecture, toutes écrites dans une langue magnifique, la plupart d'entre elles étant d'une drôlerie encore inégalée. J'ai lu la version Pléiade en deux volumes, qui possède un appareil critique assez impressionnant -environ quarante pourcents de chaque volume- que j'ai souvent consulté mais pas entièrement lu. Je peux enfin ranger ce coffret, mais il est certain que j'y reviendrai régulièrement pour y lire de nouveau certaines de ces œuvres intemporelles !
Commenter  J’apprécie          40
christophe14270
  06 avril 2015
J'avais et je ne sais où ils sont les oeuvres complètes de Molière en 4 volumes !
Impossible à retrouver livres trop anciens, une chance j'en ai une version en un seul volume...
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (44) Voir plus Ajouter une citation
PilingPiling   16 mars 2010
CLIMÈNE.– Il y a là une obscénité qui n'est pas supportable.
ÉLISE.– Comment dites-vous ce mot-là, Madame ?
CLIMÈNE.– Obscénité, Madame.
ÉLISE.– Ah ! mon Dieu ! obscénité. Je ne sais ce que ce mot veut dire ; mais je le trouve le plus joli du monde.

(…)

URANIE.– C'est une étrange chose que de vous autres, Messieurs les poètes, que vous condamniez toujours les pièces où tout le monde court, et ne disiez jamais du bien que de celles où personne ne va. Vous montrez pour les unes une haine invincible, et pour les autres une tendresse qui n'est pas concevable.

Molière, Critique de l'École des femmes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
SZRAMOWOSZRAMOWO   19 février 2017
Les amants magnifiques

CLITIDAS fait semblant de chanter : La, la, la, la, ah !
ÉRIPHILE : Clitidas.
CLITIDAS : Je ne vous avais pas vue là, Madame.
ÉRIPHILE : Approche. D’où viens-tu ?
CLITIDAS : De laisser la Princesse votre mère, qui s’en allait vers le temple d’Apollon, accompagnée de beaucoup de gens.
ÉRIPHILE : Ne trouves-tu pas ces lieux les plus charmants du monde ?
CLITIDAS : Assurément. Les Princes, vos amants, y étaient.
ÉRIPHILE : Le fleuve Pénée fait ici d’agréables détours.
CLITIDAS : Fort agréables. Sostrate y était aussi.
ÉRIPHILE : D’où vient qu’il n’est pas venu à la promenade ?
CLITIDAS : Il a quelque chose dans la tête qui l’empêche de prendre plaisir à tous ces beaux régales. Il m’a voulu entretenir ; mais vous m’avez défendu si expressément de me charger d’aucune affaire auprès de vous, que je n’ai point voulu lui prêter l’oreille, et je lui ai dit nettement que je n’avais pas le loisir de l’entendre.
ÉRIPHILE : Tu as eu tort de lui dire cela, et tu devais l’écouter.
CLITIDAS : Je lui ai dit d’abord que je n’avais pas le loisir de l’entendre ; mais après je lui ai donné audience.
ÉRIPHILE : Tu as bien fait.
CLITIDAS : En vérité, c’est un homme qui me revient, un homme fait comme je veux que les hommes soient faits : ne prenant point des manières bruyantes et des tons de voix assommants ; sage et posé en toutes choses ; ne parlant jamais que bien à propos ; point prompt à décider ; point du tout exagérateur incommode ; et, quelques beaux vers que nos poètes lui aient récités, je ne lui ai jamais ouï dire : "Voilà qui est plus beau que tout ce qu’a jamais fait Homère." Enfin c’est un homme pour qui je me sens de l’inclination ; et si j’étais Princesse, il ne serait pas malheureux.
ÉRIPHILE : C’est un homme d’un grand mérite assurément ; mais de quoi t’a-t-il parlé ?
CLITIDAS : Il m’a demandé si vous aviez témoigné grande joie au magnifique régale que l’on vous a donné, m’a parlé de votre personne avec des transports les plus grands du monde, vous a mise au-dessus du Ciel, et vous a donné toutes les louanges qu’on peut donner à la Princesse la plus accomplie de la terre, entremêlant tout cela de plusieurs soupirs, qui disaient plus qu’il ne voulait. Enfin, à force de le tourner de tous côtés, et de le presser sur la cause de cette profonde mélancolie, dont toute la cour s’aperçoit, il a été contraint de m’avouer qu’il était amoureux.
ÉRIPHILE : Comment amoureux ? quelle témérité est la sienne ! c’est un extravagant que je ne verrai de ma vie.
CLITIDAS : De quoi vous plaignez-vous, Madame ?
ÉRIPHILE : Avoir l’audace de m’aimer, et de plus avoir l’audace de le dire ?
CLITIDAS : Ce n’est pas vous, Madame, dont il est amoureux.
ÉRIPHILE : Ce n’est pas moi ?
CLITIDAS : Non, Madame : il vous respecte trop pour cela, et est trop sage pour y penser.
ÉRIPHILE : Et de qui donc, Clitidas ?
CLITIDAS : D’une de vos filles, la jeune Arsinoé.
ÉRIPHILE : A-t-elle tant d’appas, qu’il n’ait trouvé qu’elle digne de son amour ?
CLITIDAS : Il l’aime éperdument, et vous conjure d’honorer sa flamme de votre protection.
ÉRIPHILE : Moi ?
CLITIDAS : Non, non, Madame : je vois que la chose ne vous plaît pas. Votre colère m’a obligé à prendre ce détour, et pour vous dire la vérité, c’est vous qu’il aime éperdument.
ÉRIPHILE : Vous êtes un insolent de venir ainsi surprendre mes sentiments. Allons, sortez d’ici ; vous vous mêlez de vouloir lire dans les âmes, de vouloir pénétrer dans les secrets du cœur d’une Princesse. Ôtez-vous de mes yeux, et que je ne vous voie jamais, Clitidas.
CLITIDAS : Madame.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
PilingPiling   16 mars 2010
Pensez-vous qu'à choisir de deux choses prescrites,
Je n'aimasse pas mieux être ce que vous dites,
Que de me voire mari de ces femmes de bien,
Dont la mauvaise humeur fait un procès sur rien,
Ces dragons de vertu, ces honnêtes diablesses,
Se retranchant toujours sur leurs sages prouesses.
Qui, pour un petit tort qu'elles ne nous font pas,
Prennent droit de traiter les gens de haut en bas,
Et veulent, sur le pied de nous être fidèles,
Que nous soyons tenus à tout endurer d'elles ?

L'école des femmes, IV, 8.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
StephbegalaStephbegala   21 mars 2020
POESIE DE MOLIÈRE


STANCES GALANTES

Souffrez qu'amour cette nuit vous réveille,
Par mes soupirs,laissez-vous enflammer:
Vous dormez trop,adorable merveille,
Car c'est dormir que de ne point aimer.

Ne craignez rien dans l'amoureux empire,
Le mal n'est pas si grand que l'on le fait :
Et lors qu'on aime et que le coeur soupire,
Son propre mal souvent le satisfait.

Le mal d'aimer,c'est de le vouloir taire:
Pour l'éviter,parlez en ma faveur.
Amour le veut,n'en faites point mystère ;
Mais vous tremblez,et ce dieu vous fait peur.

Peut-on souffrir une plus douce peine,
Peut-on subir une plus douce loi,
Qu'étant des coeurs l'unique souveraine,
Dessus le vôtre Amour agisse en roi?

Rendez-vous donc,ô divine Amarante,
Soumettez-vous aux volontés d'Amour;
Aimez pendant que vous êtes charmante,
Car le temps passe,et n'a point de retour.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
StephbegalaStephbegala   15 mars 2020
LE MISANTHROPE


Acte I scène 2

Alceste

Ce style figuré dont on fait vanité,
Sort du bon caractère et de la vérité ;
Ce n'est que jeux de mots,qu'affection pure,
Et ce n'est point ainsi que parle la nature.
Le méchant goût du siècle en cela me fait peur;
Nos pères,tout grossiers,l'avaient beaucoup meilleur ;
Et je prise bien moins tout ce que l'on admire,
Qu'une vieille chanson que je m'en vais vous dire:

Si le roi m'avait donné
Paris,sa grand-ville
Et qu'il me fallût quitter
L'amour de ma mie,
Je dirais au roi Henri:
Reprenez votre Paris,
J'aime mieux ma mie,
J'aime mieux ma mie.

La rime n'est pas riche,et le style en est vieux,
Mais ne voyez vous pas que cela vaux bien mieux
Que ces colifichets dont le bon sens murmure,
Et sue la passion parle là toute pure?
.....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Molière (44) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Molière
Molière : Le Bourgeois gentilhomme (1951 - La Comédie-Française / France Culture). Diffusion sur France Culture le 22 novembre 1951. Musique de Jean-Baptiste Lully. Mise en scène de Jean Meyer. Chef d'orchestre : André Jolivet. Orchestre de la Comédie Française. Bourgeois d'origine modeste mais fier d'être devenu riche, M. Jourdain entend acquérir les manières des gens de qualité. Il décide de commander un nouvel habit plus conforme à sa nouvelle condition et se lance dans l'apprentissage des armes, de la danse, de la musique et de la philosophie, autant de choses qui lui paraissent indispensables à sa condition de gentilhomme. Il courtise Dorimène, une marquise veuve, amenée sous son toit par son amant, un comte autoritaire, qui entend bien profiter de la naïveté de M. Jourdain et de Dorimène. Sa femme et Nicole, sa servante, se moquent de lui, puis s'inquiètent de le voir aussi envieux, et tentent de le ramener à la réalité du prochain mariage de sa fille Lucile avec Cléonte. Mais ce dernier n'étant pas gentilhomme, M. Jourdain refuse cette union. Cléonte décide alors d'entrer dans le jeu des rêves de noblesse de M. Jourdain et, avec l'aide de son valet Covielle, il se fait passer pour le fils du Grand Turc. Il obtient ainsi le consentement de M. Jourdain, qui se croit parvenu à la plus haute noblesse après avoir été promu « Mamamouchi » lors d'une cérémonie turque burlesque organisée par les complices de Covielle.
00:20 : Présentation par Edmond Sée 06:20 : Début de la pièce
Interprétation : Teddy Bilis (un garçon tailleur) Béatrice Bretty (Nicole) Georges Chamarat (le maître de philosophie) Andrée de Chauveron (madame Jourdain) Bernard Demigny (chant) Maurice Escande (Dorante) Michel Galabru (le maître d'arme) Yvonne Gaudeau (Lucile) Robert Hirsch (le maître de musique) Jean-Pierre Jorris Robert Manuel (le maître tailleur) Jean Meyer (Covielle) Jean Piat (Cléonte) Marie Sabouret (Dorimène) Louis Seigner (monsieur Jourdain) Jacques Charon (le maître à danser)
Sources : France Culture et Wikipédia
+ Lire la suite
autres livres classés : théâtreVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Molière

Quel est le vrai nom de Molière ?

Jean Coquelin
Jean-Baptiste Poquelin
Baptiste Gravelin
Molière Troiquelin

10 questions
883 lecteurs ont répondu
Thème : MolièreCréer un quiz sur ce livre