AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Daniel Bismuth (Traducteur)Yves Berger (Préfacier, etc.)
ISBN : 2070394476
Éditeur : Gallimard (05/03/1996)

Note moyenne : 3.02/5 (sur 29 notes)
Résumé :
Dans ce livre gorgé d'espace, d'infini, de violence, de cruauté et de mort, pas un personnage qui n'ait le goût et le sens de l'invisible, pas un personnage qui ne tente de voir au-delà et, quelquefois, y réussit. La maison de l'aube parle d'un temps presque révolu, retenu ici et là comme la robe sur laquelle on tire, le monde de la nature avec les nuages, la pluie, les arcs-en-ciel, les étoiles — quelque chose que nous avons cessé de voir et de savoir ou, plutôt, q... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
BVIALLET
  29 juillet 2013
En 1945, Abel, un indien Kiowa, retourne dans sa tribu réfugiée dans une lointaine mesa du Nouveau Mexique après des années de tribulations depuis le Montana. Parti de longues années, il a de la peine à retrouver ses repères et à renouer avec ses origines. Il va habiter chez son grand-père, un vieil homme parvenu aux portes de la mort. Il va devoir l'accompagner jusqu'à l'issue fatale. Il aime courir seul dans les canyons et vivre en sauvage. C'est un homme blessé et porteur d'un lourd secret. Il a froidement assassiné de plusieurs coups de poignard un homme blanc. Il a purgé sa peine et est passé par de longues années d'errance et d'alcoolisme. Mais dans le pueblo, il n'est pas le seul à avoir connu un parcours chaotique : il y a aussi le père Olguin, un vieux curé borgne qui a fauté autrefois avec une indienne, une américaine de passage qui a attiré Abel sur sa couche et une assistante sociale au coeur un peu trop généreux...
« La maison de l'aube » se présente comme un roman totalement paradoxal et fortement déconstruit. Momaday, que la préface présente comme le premier et le seul véritable auteur peau-rouge, a une façon très particulière et très personnelle de présenter son récit. Pas vraiment de logique, ni d'intrigue, ni de chronologie. Mais de petits récits mis bout à bout. Des personnages à peine présentés qui apparaissent puis disparaissent après s'être exprimés sur le mode choral. Des faits de la vie ordinaire, de fort longues descriptions de paysages dans un apparent désordre, une sorte de puzzle comme abandonné à la sagacité, à la bonne volonté et à la logique du lecteur. Autant dire une lecture plutôt laborieuse au bout du compte. Néanmoins, cet ouvrage présente un certain intérêt ne serait-ce que du point de vue anthropologique, géographique ou psychologique. le lecteur y apprendra pas mal de choses sur les moeurs et la mentalité des Indiens du Sud des Etats-Unis mais nettement moins que dans le plus modeste des titres de l'excellente collection « Terre Humaine ». En dépit des louanges dithyrambiques d'une préface outrageusement promotionnelle et de l'attribution d'un prix Pulitzer sur des critères qui mériteraient éclaircissement, un léger sentiment de déception prédomine quand même.
Lien : http://www.etpourquoidonc.fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
jimpee
  17 juin 2014
Ce roman est considéré comme le livre fondateur de la littérature indienne. On le trouve comme référence dans toutes les bibliographies, son auteur a eu le Pulitzer en 1969 mais je n'ai pas été entièrement séduit.
Le début de ce roman m'a enchanté, l'auteur fait des descriptions de paysages magnifiques, très fouillées et poétiques. Il commence en 1945, s'attache à un vieil indien Kiowa et à son petit-fils Abel qui rentre de la guerre. La vie traditionnelle et surtout la spiritualité indienne est évoquée avec beaucoup de force et de réalisme.
La suite m'a beaucoup moins convaincue. Je n'ai pas du tout accroché au parcours d'Abel qui tue un homme et que l'on retrouve plus tard à Los Angeles, à la dérive. Son parcours montre la difficulté de s'intégrer, il permet d'évoquer les traditions, la dureté des conditions de vie tant sur la Réserve qu'en ville, l'alcool, la violence. Ce thème de l'intégration difficile est récurrent chez tous les romanciers indiens ; quand le livre est sorti, cela a sans doute été une découverte.
J'ai trouvé la structure du livre assez confuse, je n'ai pas compris les motivations d'Abel. En revanche, je garde un très beau souvenir des pages sur la nature et sur les rites indiens.
Lien : http://jimpee.free.fr/index...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Cricri08
  16 janvier 2019
Une relecture de ce roman, imposé lors de mes études. J'avais eu du mal à accrocher car le roman n'est pas construit, ne possède pas de réelle chronologie. Même constat vingt ans après ... C'est certes un roman poignant car l'auteur réussit à nous faire comprendre par cette déconstruction la difficulté du personnage principal à se construire lui-même mais hélas un lecture un peu ardue qui gâche un peu le plaisir!
Commenter  J’apprécie          40
boubou35730
  09 août 2018
Un livre vraiment déroutant. ...
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
askarticleaskarticle   28 novembre 2017
Huit enfants étaient là en train de jouer, sept sœurs et leur frère. Soudain, le garçon fut frappé de stupeur ; il trembla et se mit à courir à quatre pattes. Ses doigts se changèrent en griffes, son corps se couvrit de fourrure, et, à la place du garçon, il y eut un ours. Les sœurs furent terrifiées ; elles s'enfuirent, poursuivies par l'ours. Elle coururent jusqu'à la souche d'un grand arbre, et l'arbre leur parla. Il les incita à grimper sur lui, ce qu'elles firent, et l'arbre commença à s'élever dans les airs. L'ours accourut afin de les tuer, mais elles étaient déjà hors d'atteinte. L'ours entoura le tronc de l'arbre et l'écorça avec ses griffes. Les sept sœurs furent transportées au ciel où elles devinrent les étoiles qui forment la Grande Ours.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
BVIALLETBVIALLET   29 juillet 2013
Il avait tué l'homme blanc. Ce n'était pas compliqué, après tout. C'était même très simple. C'était la chose la plus naturelle du monde. Ils allaient sûrement s'en apercevoir, ces hommes qui prétendaient disposer de lui au moyen de mots. Ils devaient bien se douter que, si c'était à refaire, il tuerait encore l'homme blanc sans la moindre hésitation. Car il saurait qui est l'homme blanc et, dans la mesure du possible, il le tuerait à nouveau. Un homme tue un tel ennemi s'il le peut.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
autres livres classés : indiens d'amériqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Jésus qui est-il ?

Jésus était-il Juif ?

Oui
Non
Plutôt Zen
Catholique

10 questions
1197 lecteurs ont répondu
Thèmes : christianisme , religion , bibleCréer un quiz sur ce livre