AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2369740124
Éditeur : Akata (28/05/2014)

Note moyenne : 4.04/5 (sur 93 notes)
Résumé :
Depuis le terrible tsunami qui a frappé Fukushima, Fumi n'ose plus sortir de chez elle, trop inquiète pour sa santé, à cause des éventuelles radiations émises par la centrale. Pourtant, en dernière année de lycée, il faudra bien qu'elle se décide à retourner en cours. Mais est-il seulement possible de recommencer à vivre et de faire comme si de rien n'était, quand même une simple pluie représente la menace d'une contamination radioactive ? Heureusement, elle pourra ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (41) Voir plus Ajouter une critique
verobleue
  05 août 2014
MOMOCHI Reiko est une mangaka shôjo. le shōjo manga est une bande dessinée qui cible les jeunes adolescentes. le genre est à opposer au shōnen manga (manga pour jeune garçon). Mais cet auteur, appréciée pour ses portraits réalistes de la jeunesse japonaise, aborde le plus souvent des thèmes délicats et sensibles comme la mort, le deuil, le suicide, le harcèlement scolaire...
Reiko Momochi raconte « Daisy, Lycéennes à Fukushima », en l'honneur de son père, originaire de Fukushima et aujourd'hui décédé. Elle s'inspire de témoignages réels d'étudiants, d'enseignants et de parents sur ce qui s'est passé le 11 mars 2011, le terrible tsunami qui a suivi le séisme, qui a ravagé les côtes du nord-ouest du japon sur plus de 500 km et a mis en péril la centrale nucléaire de Fukuma Daiichi, située au bord de l'océan pacifique.
Trois ans après, la ville de Fukushima est devenue une ruine, entourée d'une zone de 20 km inhabitable pour des décennies. Aucune solution à l'heure actuelle pour les centaines de milliers de tonnes d'eau contaminée, la terre grattée, les bâtiments dévastés, les carcasses de voitures, les enchevêtrements de débris. Des milliers de travailleurs risquent leurs vies pour effectuer le travail de décontamination car Il faut stocker et stocker encore dans un endroit isolé et protégé et laisser le temps agir.
Le drame dans le drame, ce sont les enfants, les adolescents. La plupart ne veulent pas quitter leur région, leur école, leur amis. Ils sont suivis régulièrement médicalement et passent des dépistages. Ce qui ressort de ce manga-témoignage, c'est la peur. Peur des dommages sur le corps, peur de sortir, de jouer, toucher la terre, la pluie, de respirer tout simplement. Car la radioactivité est invisible. Pourquoi sortir, retourner à l'école, comment envisager des études dans un tel contexte ? Ils se sentent comme des parias. Qui va vouloir épouser une fille ou un garçon contaminé ? Parce que l'adolescence, c'est aussi l'éclosion de l'amour, le rêve d'une vie future, études, profession, mariage, enfants... Comment un jeune dans cette situation peut arriver à se projeter dans l'avenir ?
« Daisy » raconte le quotidien d'un quatuor de jeunes adolescentes de cette région. Un très beau témoignage tout en douceur, simplicité et par symboles.
C'est le deuxième manga que je découvre après les Brides Stories de Kaoru Mori. le dessin est toujours, fin en noir et blanc. Les adolescents sont dessinés avec de très grands yeux qui nous transmettent aisément les émotions. Beaucoup d'onomatopées créent l'illusion de la vitalité des jeunes personnages.
Merci à Masse Critique et aux éditions Akata de m'avoir permis de découvrir ce témoignage vibrant de jeunes adolescents confrontés aux suites d'une catastrophe nucléaire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
orbe
  05 novembre 2014
Un mois et demi après la catastrophe de Fukushima, Fumi décide de reprendre le lycée. Beaucoup de ses camarades ont quitté la ville et de nombreux problèmes et questions se posent pour ceux qui ont décidé de rester.
Chacun se demande quelles seront les conséquences pour leur corps et pour leur espérance de vie. Faut-il ou non se battre et tenter de reprendre une vie normale ou au contraire fuir ?
A travers la trajectoire de quatre jeunes filles et de leurs familles se fragilise la frontière entre le courage et la peur. C'est en réalité un choix impossible auquel sont confrontés les habitants.
Si le dessin que propose ce manga n'a rien d'exceptionnel et est souvent minimaliste, avec une primauté accordée aux visages et expressions, cela renforce l'intérêt du texte qui se présente comme un témoignage de l'existence à Fukushima après la catastrophe.
Le livre est d'ailleurs complété par une explication sur la vie quotidienne aujourd'hui dans cette ville.
Une série en deux tomes à lire !
Lien : http://www.nouveautes-jeunes..
Commenter  J’apprécie          180
Arlenone
  08 février 2016
Ce diptyque m'intriguait depuis longtemps, car il s'agit du fruit de nombreux témoignages recueillis après la catastrophe nucléaire à Fukushima. Néanmoins, Daisy lycéennes à Fukushima me laisse un perplexe, au final. Car je ne pensais pas que ça aurait autant un aspect shojo, surtout. ç'aurait été intéressant d'avoir des points de vues masculins aussi, quand bien même l'histoire est centré sur un groupe de filles.
Mais d'un autre côté, pour être franche ce manga ne laisse pas indifférent. En le lisant, j'ai eu les larmes aux yeux plusieurs fois, car c'est vraiment troublant, horrible. le quotidien des ces quatre lycéennes est chamboulé à tout jamais et leur avenir est on ne peut plus incertain. Cinq ans ont passé, et l'incident a vite été tu dans les médias par d'autres scoops nouvelles plus ou moins horribles, inquiétantes, sans qu'on se pose davantage de questions, qu'on imagine même comment les habitants touchés de près ou de loin par cette catastrophe vivent aujourd'hui et comment ont-ils fait depuis.
C'est dans ce contexte là que l'on suit le quotidien de Fumi et ses amies, avec leurs doutes et leur inquiétudes. Dès la lecture des premières pages, on est saisi par l'ampleur de la chose et par ces habitants démunis, qui sont laissé dans l'ignorance et leur malheur par le reste du pays et du monde. On se rend un petit peu compte de l'impact du danger des radiations, omniprésent, et de la peur qu'inspire celle-ci. A quel point, par exemple, l'incident nucléaire et ses retombées remettent en question l'avenir scolaire, professionnel, familial et même amoureux des quatre amies. Il y a notamment une scène, un passage qui m'a marqué: l'histoire de Moé, son départ précipité pour Tokyo et ce qui s'ensuit. Je n'en dirais pas plus, mais ça m'a ému et le comportement d'un personnage en particulier m'a agacé au plus haut point. Celui-ci représente parfaitement l'hypocrisie nippone (et mondiale aussi) quant à cet événément et au soutien apporté aux habitants.
Je me rends compte en écrivant cette chronique qu'en réalité, cette lecture m'a secouée et marqué plus que je ne pensais. Par son histoire, les intrigues relatées bien réelles mais qu'on ne soupçonnerait même pas, mais également par ses personnages. Car Fumi autant que ses amies, plutôt que de se laisser abattre choisissent de se battre. Je trouve qu'elles ont énormément de courage pour continuer à vivre le plus normalement possible ou du moins essayer, avec ce qui leur est pourtant tombé dessus. Chacune d'elle est touchante à sa manière, acceptant ce qu'il leur arrive de manière différente les unes des autres mais restant unies. Je ne me suis pas attachée à une des héroïnes plus particulièrement qu'aux autres, car chacune est attachante. Fumi, tout d'abord, perdue et partagée entre sa santé, son avenir, sa famille et ses amies, qui ne sait pas trop quoi faire, ni comment faire. Moé, dont l'histoire personnelle est horrible, presque tragique. (Y'a bien un personnage à qui j'aurais aimé ficher une ou deux gifles!). Mayu, qui est attendrissante et drôle. Et aussi Ayaka, la petite geek positive sans qui le groupe d'amies se serait sans doute dissout. Un personnage que j'apprécie beaucoup, car elle sourit, se montre drôle et énergique mais qui pourtant a beaucoup de mal dans sa vie personnelle aussi, comme tous. J'aurais aimé qu'on voit un peu plus son histoire, plutôt qu'elle ne soit simplement évoquée.
Les points qui me laissent un peu insatisfaite c'est le personnage de Tamaki. Sa relation avec un des personnage ne démarre que très tardivement, et on la voit à peine évoluer, si bien qu'elle semble prendre de l'essor d'un coup, après une longue période de stagnation. Ensuite, au niveau des dessins c'est très classique, très shojo comme je disais précédemment. le personnage de Fumi, au niveau du trait, m'a beaucoup fait penser à Yuki, dans Vampire Knight. Mais question caractère et relations entre les personnages, on se rapproche un peu d'Orange. (Tiens, d'ailleurs, mais... Daisy et Orange ne sont-elles pas toutes deux des séries de chez Akata? Ahahaha!)
Des détails insignifiants, en somme, car ce manga m'a vraiment touché par son aspect de témoignage, et les réflexions que l'on peut en tirer. Les thèmes abordés aussi, sont bien exploités. Je pense que c'est un manga à lire au moins une fois, pour se rendre compte de ce que représente Fukushima pour ses habitants et pour le Japon. C'est une lecture dont on ne ressort pas indifférent, et c'est tant mieux. En attendant, rendez-vous dans le tome 2 pour savoir ce que vont devenir Fumi et ses amies!
Lien : http://anskarad.blogspot.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Capridegh
  23 juin 2014
Voici un manga très touchant et engagé. Daisy, c'est l'histoire d'amies lycéennes qui doivent faire face aux suites de l'accident nucléaire de Fukushima de mars 2011.
En mars 2011, le Japon est touché par une triple catastrophe désastreuse : un séisme, un tsunami et un accident nucléaire. J'ai vu le pays de mes rêves complètement anéanti sous mes yeux, devant mon poste de télévision. Trois ans plus tard sort en France Daisy, le premier manga shojo sur l'accident nucléaire de Fukushima. Shojo certes, mais pas léger pour autant. Les traits ressemblent à ceux des manga pour filles mais les thèmes abordés n'en sont pas moins très sérieux et véridiques. La mangaka pose les bonnes questions et aborde les sujets qui nous questionnent : que deviennent les amitiés face à de telles situations ? que deviennent les agriculteurs qui dépendent de la culture de leurs rizières ? comment les Japonais perçoivent-ils les habitants de Fukushima ? faut-il quitter la ville ou participer à sa reconstruction ? les familles se brisent-elles ? Reiko Momochi a réuni de nombreux témoignages de lycéens qui ont vécu les catastrophes ; nous ne pouvons que saluer son travail qui lui a permis de créer un manga puissant dans sa justesse, dans ses révélations et dans ses émotions.
Daisy est un excellent outil pour en apprendre plus sur les conséquences de la triple catastrophe du Japon de 2011. de l'intérieur, les lycéens sous le crayon de la mangaka vivent des situations toujours plus touchantes les unes que les autres pour parfois nous déchirer le coeur ou au contraire, nous insuffler une dose d'optimisme.
Les personnages sont justement dosés et ont chacun une histoire poignante à raconter. On attend du tome 2 des dénouements aussi touchants que la personnalités des lycéens racontés dans ce premier tome.
Daisy est à remettre entre toutes les mains, comme un devoir de mémoire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Tachan
  09 janvier 2019
Ce titre se place dans la lignée de Je reviendrai vous voir ou de Colère Nucléaire qui parlent de ce même drame, voire de Moving Forward qui parle du tremblement de terre de Kobé ou encore de la fillette du drapeau blanc qui parle de la Seconde Guerre Mondiale. Akata est un éditeur particulièrement sensible à ses oeuvres qui traitent de l'après catastrophe d'un point de vu humain et je les en remercie. Ce sont des témoignages riches et nécessaires.
Ici avec Daisy, nous sommes avec un titre qui prend aux tripes. L'autrice a passé des mois à récolter des témoignages d'habitants de la ville accidentée pour pouvoir nous proposer cette oeuvre de fiction où elle fait parler le plus justement possible des personnages fictifs qui donnent voix à ces habitants. C'est donc à la fois une fiction et un témoignage de l'après Fukushima.
J'ai très rapidement été touchée par cette oeuvre. J'ai aimé l'angle choisi par la mangaka : un groupe de copine qu'on suit dans leur quotidien. L'héroïne est en quelque sorte le leader du groupe de musique qu'elles ont formé et c'est avec le retour de celle-ci au lycée, des mois après la catastrophe que l'histoire s'ouvre.
Celle-ci est très riche. On y trouve des éléments du quotidien de lycéennes lamba : l'amitié, l'amour, la mode, les garçons, la famille, les études, l'avenir, mais ceux-ci se trouvent toujours sous le prisme de la catastrophe qui a eu lieu. On ne peut pas différencier les deux et les suivre dans une vie normale parce que le séisme a eu lieu et que ses conséquences sont belles et bien présentes au quotidien.
Ainsi on se retrouve avec des sujets forts difficiles tout au long de ce premier tome. L'autrice nous parle bien sûr de la peur que ressentent les habitants au quotidien. Elle peut prendre bien des formes : celle d'un nouveau séisme, celle des conséquences des radiations sur leur santé immédiate mais aussi dans le futur, celle de la pollution de l'air, de la pluie, de la terre et donc des cultures. Ce sont parfois des conséquences directes comme celles que je viens de citer mais parfois elles sont bien plus lointaines, ainsi l'économie en berne pousse des couples au divorce, des familles à la faillite, des enfants à changer d'objectif de vie. On sent vraiment que ce n'est pas un lieu où il fait bon vivre par rapport à avant. le drame est partout. On voit même des hommes de l'extérieur traiter les femmes de Fukushima comme des pestiférées desquelles il ne faut pas s'approcher et avec lesquelles il ne faut pas se marier, comme ce fut le cas pour les irradiées d'après Hiroshima et Nagasaki. le Japon n'a décidément pas appris de ses erreurs. Ajoutez à cela une impression que le gouvernement les trompe, leur ment en permanence sur la dangerosité du lieu et la reconstruction qui tarde, qui est très longue. On comprend mieux que certains se demandent s'ils doivent rester ou partir.
Mais Daisy n'est pas pour autant un titre misérabiliste, parce que ses héroïnes sont des filles fortes, qui prennent leur destin en main et ne se laissent pas abattre. L'autrice a choisi un angle positif pour montrer qu'on peut trouver du bonheur tout de même dans l'adversité. Ainsi leur amitié est un vrai moteur pour leur permettre de vie avec le sourire. J'adore la relation des filles. de la même façon, leur famille compte beaucoup. Mayu en est un très bel exemple, elle qui change d'orientation pour son père, tout comme Fumi qui décide de rester pour son père. Il y a donc aussi de très belles valeurs dans ce titre.
Avec cette oeuvre, Reiko Momochi apporte donc un témoignage très sensible de ce que peuvent ressentir des habitants de Fukushima au lendemain de la catastrophe. Cela n'est pas s'en rappeler des heures tout aussi sombre du passé du Japon. Et si ce genre de titre est nécessaire, il est triste que ce qu'il raconte soit encore une réalité de nos jours. Il reste que le premier tome de ce manga est d'une efficacité rare aussi bien dans la narration, l'émotion que les messages qu'il transmet. C'est un petit coup de coeur pour moi même s'il est bien triste.
Lien : https://lesblablasdetachan.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

critiques presse (3)
BoDoi   08 octobre 2014
À travers les portraits croisés de quatres jeunes filles tentant de se reconstruire autour d’une passion commune, leur groupe de musique nommé «Daisy», Reiko Momochi signe un récit bouleversant, porteur d’espoir et de force combative, sans pour autant maquiller la dureté des faits.
Lire la critique sur le site : BoDoi
Bedeo   19 septembre 2014
Le dessin de Daisy est assez typique du shojo, la narration est plutôt bien organisée et facile à lire. Cela permet une lecture agréable et aisée sans dénaturer la profondeur du thème grave abordé.
Lire la critique sur le site : Bedeo
BulledEncre   04 juillet 2014
Une œuvre engagée et incontournable, qui marquera l’histoire de la littérature Manga.
Lire la critique sur le site : BulledEncre
Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
LucilleCBSLucilleCBS   14 octobre 2014
Il ne s'agit pas de trancher pour savoir qui a tort ou raison, mais simplement de reconnaître et d'accepter que même parmi les gens d'ici tous ne pensent pas de la même façon. Nos vies sont différentes, à chacun sa réalité.
Commenter  J’apprécie          80
orbeorbe   01 novembre 2014
Lorsque le taux de radioactivité en ville est descendu à 15 microsieverts, que les gens qui avaient fui sont revenus... J'ai senti que mon corps n'allait pas bien.
Anémie, diarrhée, boutons, et mon petit frère qui saignait du nez...Le médecin a dit que c'était à cause du stress de la catastrophe, mais est-ce vraiment la cause ?
Commenter  J’apprécie          40
MarinetteBMarinetteB   20 août 2014
En apparence, la ville de Fukushima semble sortie d'affaires. Mais ce qui a profondément changé... c'est qu'on ne voit plus aucun enfant dehors.
Commenter  J’apprécie          70
ptitelily01ptitelily01   16 juillet 2014
On a beau l'oublier, la cacher, cette histoire de radioactivité est toujours là, elle ne nous quitte jamais.
Commenter  J’apprécie          80
DocBirdDocBird   07 novembre 2014
- ce n’est pas parce qu’on est des victimes qu’on peut tout se permettre
- On est coincés, jour après jour, on lutte contre l’angoisse, la peur, la colère… Pourquoi devrait-on gâcher une autre vie, en plus des nôtres ? Alors qu’on sait parfaitement ce que souffrir veut dire…
Commenter  J’apprécie          20
Lire un extrait
Videos de Reiko Momochi (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Reiko Momochi
Nobara et Kotori sont des s?urs jumelles que tout oppose. La premie?re est pluto?t espie?gle, la seconde une fille sage. Mais deux terribles drames vont venir bouleverser leurs vies... Surtout de l?une d?entre elles ! Comment faire face a? la mort d?un e?tre cher ? Au manque d?amour ? A? l?injustice et a? la culpabilite? ? faut-il renoncer a? son propre bonheur pour se construire un avenir dans une socie?te? trop cruelle ? La route sera longue, torture?e et tumultueuse, mais au bout du chemin demeure un espoir : celui du pardon... et surtout d?une vie meilleure. Mort, deuil, culpabilite?, vengeance... Re?demption ! Reiko Momochi signe avec Double Je un drame social et psychologique, flirtant parfois avec le polar, qui ne manquera pas de vous e?mouvoir.
Extrait en ligne : http://www.akazoom.fr/double-je-t1
Plus d'infos : http://www.akata.fr/series/double-je
© Reiko Momochi / Kodansha Ltd.
Musique : Girls like you by Stefan Kartenberg http://dig.ccmixter.org/files/JeffSpeed68/44932 sous licence Creative Commons : http://creativecommons.org/licenses/by/3.0/
+ Lire la suite
autres livres classés : fukushimaVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





.. ..