AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Daisy, lycéennes à Fukushima, tome 2 (17)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
orbe
  30 novembre 2014
Ce volume ouvre la problématique des réfugiés accueillis à Fuskushima et venus des campagnes environnantes. L'entraide et le partage sont à l'honneur et l'émotion tend le fil du récit.

Nos lycéennes s'engagent dans des actions de solidarité. Elles découvrent qu'il y a des personnes encore plus impactés par la catastrophe nucléaire. Certains par exemple ne pourront jamais rentrer chez eux.

Paradoxalement, cette prise de conscience, va les amener à s'ancrer encore plus dans leur ville, faisant pivoter parfois leur destinée…

Un manga qui constitue un bon outil pour aborder la question de l'impact d'une catastrophe nucléaire dans la vie des adolescents et de leurs familles. le dessin est sans surprise. le récit en deux tomes présente un panorama complet de l'impact de la catastrophe nucléaire sur l'avenir des jeunes.
Commenter  J’apprécie          60
Thalyssa
  14 août 2015
Dans cette suite et fin, nous continuons à explorer le combat quotidien des familles vivant aux alentours de Fukushima. Après l'incident évoqué en fin de premier tome, Moé a quitté la région pour se reconstruire. le groupe qu'elle formait avec Fumi, Ayaka et Mayu se retrouve ainsi amputé d'un membre alors que l'équilibre de chacun est si précaire. On constate très rapidement que Fumi culpabilise et s'inquiète de ne pas trouver sa voie comme ses deux autres amies. Mais le bénévolat qu'elles entreprennent au camp de réfugiés voisin va étayer encore davantage les liens déjà si forts qui les unissaient. Il leur permettra à toutes de s'épanouir et de réaliser qu'en dépit des faits et des apparences, elles n'ont pas tant perdu que ça comparé à d'autres.

Reiko Momochi remporte le pari inouï de montrer combien la population est mal informée sur la situation générale et l'évolution de la pollution nucléaire, combien le gouvernement profite petit à petit du temps qui passe pour se convaincre que tout revient à la normale, alors même qu'ils n'ont jamais mis un pied dans la région ou échangé avec les populations sinistrées. le camp qu'elle nous présente dans ce second tome m'a profondément émue. Il y a tous ces jeunes le sourire aux lèvres alors qu'ils n'ont plus rien, d'autres qui simulent pour rassurer leur entourage. Certains se tournent tant bien que mal vers l'avenir tandis que les personnes plus âgées s'accrochent désespérément à leurs souvenirs, à un passé définitivement révolu auquel elles ne parviennent toutefois pas à renoncer.

La mangaka a à nouveau trouvé le ton juste : solidaire et touchant sans verser dans le misérabilisme. Elle expose concrètement ce qu'il en est et je me suis retrouvée plus d'une fois avec une boule dans la gorge en songeant qu'au coeur de cette narration se trouvent des histoires vraies, inspirées des témoignages recueillis sur place par Reiko Momochi. Cette dernière n'a décidément pas sa pareille pour toucher ses lecteurs et amener un véritable travail de réflexion et de prise de conscience. Ses personnages authentiques ne peuvent que nous interpeler, on se sent proches de chacun d'eux... et tellement impuissants face à ce qu'ils traversent...

S'il n'existe pas de solution miracle à cette catastrophe humaine et écologique, ce diptyque laisse tout de même entrevoir une lueur d'espoir. La réhabilitation de la région ne fait que commencer et nous avons malheureusement tous tendance à l'oublier, d'autant plus facilement que nous vivons si loin du Japon.
Lien : https://dragonlyre.wordpress..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
MarinetteB
  20 août 2014
Après avoir beaucoup aimé le premier tome, j'attendais avec impatience de découvrir la suite (et fin) de ce manga touchant, et très bien réalisé.
Je n'ai pas été déçu : l'auteure réussit à rester dans l'émotion, sans voyeurisme, en décrivant avec une grande justesse la vie des habitants de Fukushima.

Elle s'intéresse aussi aux survivants qui ont été déplacés des zones à risque, et continue de dénoncer via le personnage de Fumi l'attitude du gouvernement face à la catastrophe et ses conséquences.
Comme ce second tome se déroule quelques mois après le premier, les personnages ont évolué, et gagné en maturité. La catastrophe a un impact sur leur vie, présente et future, car l'orientation professionnelle des lycéennes va changer.
Un très bon manga, qui me donne envie de découvrir d'autres oeuvres de Reiko Momochi.
Commenter  J’apprécie          40
Tachan
  09 janvier 2019
Ce second tome est à nouveau un petit coup de coeur qui m'aura laissé avec la larme à l'oeil. C'est tellement touchant de suivre ce groupe de copines. J'ai beaucoup aimé dans le titre que ce soit leur amitié qui soit mise en avant et non les romances comme trop souvent dans les shojos. Ici, le propos de l'autrice est autre et elle le défend bien.

L'amitié, la famille et l'entraide sont au coeur de son histoire. On continue donc à suivre notre groupe d'amies. Reiko Momochi met un peu plus en avant à la fois leur passion pour la musique comme instrument de motivation et moyen de panser les plaies. Elle se met aussi à parler un peu plus d'Ayaka, la 4e du lot, qu'on avait peu vue jusqu'à présent, le tout en continuant à développer son propos critique contre la gestion de la catastrophe.

Elle reprend ainsi les mêmes sujets que dans le premier opus mais développe un angle clairement plus politique ici. Et donc en plus de cette peur ambiante qu'elle décrivait, elle se décide à nous parler des actions de la population pour palier les carences du gouvernement. Elle assène donc à celui-ci plusieurs critiques assez vives que je partage et nous montre la colère que la population ressent à raison contre lui. On découvre ainsi brièvement le quotidien de ceux qui ont été touchés au plus près et qui ont dû quitter leur domicile. C'est tragique de voir dans quelles conditions ils doivent vivre en tant que réfugiés mais surtout ce qu'il reste de leur ancien lieu de vie et de leurs souvenirs.

Heureusement comme dans le tome précédent, l'autrice montre des gens qui ne se laissent pas abattre. L'entraide se met joliment en place et cela permet à plusieurs des filles de trouver leur voie. Parce que comme on l'avait vu auparavant, Fukushima a des conséquences concrètes sur leur avenir et leurs désirs. Les filles, telles des représentantes de la jeunesse de ce lieu, montrent combien elles veulent aider les autres à s'en sortir et combien cela va devenir un leitmotiv pour elles à l'avenir. Ainsi, l'une d'elle va vouloir devenir instit pour aider ces enfants qui se sont montrés si forts et courageux, une autre va vouloir devenir psychologue pour aider tout le monde à parler et à remonter la pente, et pour finir une dernière va vouloir faire en sorte que les choses bougent et qu'on ne reste pas dans l'indifférence générale, pour cela elle va essayer de faire de la politique. La mangaka cherche donc à montrer qu'il faut agir soit même pour que les choses changent et non attendre du gouvernement qui actuellement ne fait rien car composé d'une élite hermétique au malheur des gens. C'est une critique assez vive que je pensais pas trouver ici et qui m'a plu.

Daisy aura donc été un titre assez surprenant pour moi, dans le sens où l'on est bien loin de ce que peuvent habituellement nous proposer les shojos que l'on peut lire en France. Tout en gardant une sensibilité toute féminine, la mangaka n'hésite pas à adresser un discours critique à son pays mais aussi un message porteur d'espoir concernant sa jeunesse. C'est un très beau titre qu'il faut lire !
Lien : https://lesblablasdetachan.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Takalirsa
  08 avril 2016
Beaucoup d'émotions encore, dans ce deuxième volume. A commencer par la grand-mère du jeune Inoué, qui souffre d'être ainsi déracinée : "Je veux rentrer chez moi! Dormir dans mon futon, labourer mes champs... Je ne veux pas mourir ici !". Il y a aussi les enfants dont s'occupe Aya, séparés de leur famille, obligés de rester enfermés à cause des radiations : "Certains pensent même qu'ils n'atteindront jamais l'âge adulte"... Toutes ces familles détruites à cause d'une catastrophe qui, certes, n'a pas fait de morts, mais a des conséquences désastreuses sur des milliers de Japonais : "Ces enfants qui ne peuvent plus jouer dehors, ces villages qu'on doit abandonner, ces études auxquelles on doit renoncer... Dans cette ville qui nous a vues naître et grandir, tout nous est interdit, désormais". Et toujours cette désinformation du gouvernement sur les dangers réels de la radiation : "Si les hommes politiques prenaient leurs responsabilités, les choses pourraient vraiment changer"...
Difficile de rester optimiste dans ces conditions... Et pourtant, ces lycéens courageux assument comme ils peuvent la situation. "Même quand les temps sont durs, il y a toujours la lumière qui nous attend, au bout du tunnel", lance Inoué l'enthousiaste. Fumi, de son côté, s'interroge : "C'est quoi, avoir des racines ?", se découvre un attachement pour cette ville qu'elle cherchait autrefois à fuir par les études. Ses actions de bénévolat lui font comprendre qu'il existe une sorte de solidarité dans la douleur. Souvent démunie, elle comprend qu'à travers la musique, elle peut apporter un peu de réconfort aux autres, ses chansons ayant la faculté d'"unir les coeurs". Et c'est avec plaisir qu'on la voit enfin trouver sa voie... une voie inattendue, mais parfaitement cohérente !
Au bout du compte cette série rend concret un drame que nous, Occidentaux, ne percevons que de l'extérieur. Ce récit poignant, voire oppressant, nous fait réaliser toute l'ampleur des dégâts humains, et aussi que le problème est loin d'être réglé...
Lien : http://www.takalirsa.fr/dais..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
urusezel
  06 janvier 2016
Dans ce monde où l'actualité nous assène sans arrêt des drames, on perd parfois de vue les conséquences du drame précédent à celui qu'on vit dans l'instant. Qui parle de Fukushima aujourd'hui à part les anti-nucléaires ?
Ce manga, magnifique et sensible, plein de joie de vivre, de doutes et d'espérance pose la question de l'après catastrophe du point de vue humain, ce qui devrait être la première des préoccupations des politiques. On parle des répercussions économiques, de notre incapacité à trouver des solutions pour dépolluer les terres et on abandonne les gens à leur triste sort. C'est un coup de fouet mental que ce manga et tout le monde devrait le lire, ne serait-ce que pour, une fois, se poser de bonnes questions. A mettre dans toutes les mains dès que possible.
Commenter  J’apprécie          20
PetiteNoisette
  03 septembre 2016
J'ai un avis assez partagé sur ce manga. J'ai trouvé le premier tome compliqué, puis je me suis laissé prendre par l'histoire et j'ai davantage préféré le second tome. Si le manga s'appelle « Daisy », c'est surtout Fumi qui est au centre de l'histoire. le lecteur la suit, ainsi que ses camarades de classe pendant environ un an, leur dernière année au lycée, quelques mois après le tsunami. Nous suivons les états d'âme de Fumi, ceux de ses trois meilleures amies, ainsi que ceux de différents membres de leur communauté. Chacun réagit différemment à la catastrophe. Il y a ceux qui fuient, ceux qui restent sans grande conviction, ceux qui s'engagent. Fumi est une très bonne élève et a toujours pensé qu'elle intégrerait une bonne université de Tokyo. Mais a-t-elle le droit de partir ainsi et de continuer sa vie ? Moé vit dans une riche famille qui est prête à l'envoyer n'importe où pour la protéger. Si elle paraît insouciante, elle découvrira vite que les gens ne sont pas tous bons quand son petit ami, originaire d'une autre ville, la quittera par peur de la contamination. Aya est la fille d'aubergistes qui n'ont plus de clients depuis la catastrophe. Leur famille se déchire, Aya voudrait juste les aider, où qu'ils décident d'aller. Enfin, Mayu, qui avait toujours rêvé d'être vendeuse dans un magasin de vêtements à Tokyo, décide de reprendre l'entreprise familiale de production de riz. Il y a aussi Tamaki, qui aide son père à déblayer les décombres malgré le danger, et les « satellites », ces jeunes qui viennent des zones les plus proches de la centrales et qui ont dû partir et sont hébergés dans des camps à Fukushima.

Le lecteur hésite avec eux, l'auteur ne fait pas de morale, ne donne pas de bonne solution. Chacun fait ce qu'il peut et c'est déjà bien. On comprend que rien n'est terminé et que ces doutes existeront pendant encore des années, voire des dizaines d'années. Personne ne sait ce qui attend les habitants de la région et ce manga nous apprend que malheureusement ils sont plus ou moins laissés à eux-mêmes par les pouvoirs publics.

J'ai acheté ce manga en deux tomes pour le CDI parce qu'on me l'avait conseillé mais après l'avoir lu je regrette un peu. Si ce manga est très intéressant, il est peut-être un peu difficile pour des collégiens, ou du moins pour la plupart des collégiens, c'est-à-dire des élèves qui sont maintenant trop jeunes pour connaître ses événements. A mettre plutôt en lycée je pense.
Lien : http://blogonoisettes.canalb..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
DocBird
  08 novembre 2014
Résumé : La fin de l'année arrive et Fumi et ses amies vont devoir faire des choix de vies : Mayu a déjà décidé d'aider ses parents dans la culture du riz, mais les autres ne savent pas encore quoi faire. En fonction de leurs engagements et réflexions, chacune va progressivement décider de son destin. Bénévole pour aider les enfants dans les camps de réfugiés, Ayaka décide de devenir institutrice. Fumi, seule, ne sait pas trop quoi faire. Les remarques de son petit frère vont l'amener à se diriger vers la politique. Lors de la remise des diplômes de fins d'année, elles vont retrouver Moé, qui, étant passée par de grandes souffrances, a décidé de revenir à Fukushima pour devenir psychologue et aider les habitants.

Mon avis : Ce deuxième tome clôt la série en faisant réfléchir le lecteur sur les conséquences réelles du nucléaire : mensonges politiques odieux aux yeux des habitants sinistrés, réactions diverses face à l'adversité (courage, suicides, espoirs, déni, résignation, énergie…). Chacune des lycéennes va faire ses choix de vie en relation avec la catastrophe, décidant de relever la tête, chacune à sa façon, pour aider les habitants à se reconstruire une vie et prendre des décisions pour le mieux-être des gens dans la vie quotidienne. Les postfaces amènent à réfléchir sur les décisions politiques des élus qui laissent reposer l'épée du danger au-dessus de nos têtes et de celles des générations futures…
Lien : http://docbird.over-blog.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
ptitelily01
  18 septembre 2014
Encore une fois, je suis émue face à ce livre. Émue par la catastrophe, mais surtout par la force de ses habitants qui ont tout perdu, mais qui reste afin de reconstruire leur vie. Mais on a aussi ceux qui n'en peuvent plus et décident de quitter ce monde ou de s'éloigner. Je vais sûrement me répéter avec mon avis d'avant. Mais après je ne comprends pas le pourquoi de deux tomes. Je pense qu'un seul aurait été plus sympa et il aurait eu autant d'impact, enfin sur moi. On continue à suivre nos quatre héroïnes, qui s'aperçoivent d'un peu plus près la population qui n'a pas eu de chance, ils ont perdus leur maison et sont dans des camps. Même si elles avaient conscience de ce fait, se retrouver face à ce problème les touchent plus facilement. C'est d'ailleurs à ce moment que leur avenir se joue dans leur tête. Chacune va exercer un métier qui touche de près leurs situations. Ce que je trouve admirable et magnifique. Et qu'elles ont comprises que, seulement, eux peuvent faire changer les choses et qu'il ne faut pas attendre que le gouvernement le fasse à leur place. Parce que comme c'est dit dans le manga, même si le gouvernement décide que c'est fini, pour les millions de gens touchés par la catastrophe rien n'est encore fini. Je ne peux pas vraiment vous expliquer ce que l'on ressent lors de cette lecture parce que c'est assez indescriptible et en même temps, il faut le vivre. J'aime beaucoup la conclusion, même si elle reste très ouverte, mais elle est porteuse d'espoir. Ce que j'ai pu apercevoir au travers de chaque personnage rencontré. Et que mine de rien, je pense que l'auteur n'a pas vraiment la conclusion à cet événement vu que malgré passer 3 ans, la catastrophe fait encore beaucoup de dégâts. Et qu'il faudra des années, voire des générations pour effacer cela des mémoires.

En conclusion, un coup de coeur. Un manga que je ne peux que vous recommander. Il est, certes, assez prenant et touche un sujet assez grave et important. Mais l'auteur ne nous mine pas le moral bien au contraire, il vous force à voir les gens et à voir l'envers du décor. Mais ce manga est aussi plein d'espoir qui peut vous faire sourire. Enfin, bref, je n'ai qu'une chose à vous dire : vous devez le lire !!!
Lien : http://plaisirdelire01.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Loucy
  21 août 2014
J'avais entendu parler de Daisy via la page d'Akata qui faisait pas mal de pub pour leur nouvelle série en seulement deux tomes. Et on comprend vite pourquoi. Après un avis très positif d'Alittlematterwhatever encourageant, je me suis lancée dans les deux tomes (pour les prêter vite à une collègue). Et quelle émotion, quelle justesse !

Nous suivons Fumi, jeune lycéenne plutôt sage, assez peureuse, qui craint les radiations et l'après Fukushima. Logique, vu qu'elle habite à Fukushima … le récit commence alors qu'elle retourne au lycée pour la première fois depuis la catastrophe et qu'elle retrouve ses trois amies : Moé, fille d'un politique issue d'une bonne famille, Ayaka, jeune fille très sérieuse et fille de restaurateurs, et Mayu, « it girl du lycée », fille d'un cultivateur de riz. On suit alors l'après Fukushima et de nombreuses questions sur la vie quotidienne des habitants, le ressenti, … On ne peut que féliciter Reiko Momochi pour ses recherches, en effet, elle s'appuie sur des témoignages de lycéens et étudiants de Fukushima et explique sa démarche dans la postface (très intéressante à lire d'ailleurs).

Nous nous trouvons donc face à un shojô plutôt classique sur les personnages, les relations filles-garçons, mais qui va bien au-delà, qui nous apporte une réflexion, qui nous fait réfléchir sur les conditions de vie des habitants de Fukushima, sur le désintérêt des journalistes et des politiques. En effet, si nous avons entendu parler massivement de la catastrophe dans les médias, nous n'en entendons plus du tout parlé depuis déjà un ou deux ans, pourtant les habitants continuent à se débattre pour améliorer le quotidien, reconstruire, etc. On voit également l'évolution des jeunes, qui se sentent coupables quoi qu'il arrive : soit ils restent et se sentent coupables d'infliger de l'inquiétude à leurs proches pour leur santé ; soit ils partent et se sentent coupables d'abandonner leurs proches … Quelle peine est la meilleure ? le regard des autres japonais est également bien montré et bouleversant.

Bref Daisy est un manga en deux tomes, bouleversant, marquant, qui ne peut que vous procurer des émotions et vous faire réfléchir. Je ne peux que recommander chaleureusement cette série aux graphismes soft, plutôt classiques mais qui mettent bien en valeur l'histoire. Un gros coup de coeur !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10


Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr