AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9791097515645
131 pages
Editions la Trace (02/06/2022)
4.21/5   7 notes
Résumé :
Un auteur de poésie en quête d'une paix propice à l’écriture tombe amoureux de Laura, une journaliste littéraire qui porte dans ses bagages un vent de passion.
Avec elle, il partage amour, tendresse et goût des livres,
mais aussi l'indésirable insécurité d'une affaire criminelle. Tandis que la réalité menace sa paix,
que l'affaire envahit son existence et pénètre peu à peu
ses écrits, il commence à douter d’elle…
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Chantalame
  06 juin 2022
Les éditions La Trace ont pour habitude d'offrir aux lecteurs de magnifiques couvertures. Celle de Respirer la nuit n'y déroge pas et fait entrer le lecteur dans un immense plaisir. Un plaisir à regarder et un plaisir à toucher tant la couverture est douce. Elle nous introduit immédiatement dans l'univers de Philippe Moncho que j'avais tant apprécié dans le jardin des anges. Quelle joie de retrouver sa Corse, sa montagne, sa maison et son jardin, sa cafetière italienne, ses anges !
Ici l'ange est une journaliste littéraire, Laura Castelli. Et Philippe Moncho d'entrer en scène puisque le livre s'ouvre sur l'interview de Laura à l'occasion de la parution de son livre, le jardin des anges. Une interview suivie d'une rencontre singulière qui devient rapidement une relation amoureuse. ”Cette femme déplaçait avec elle un vent de passion et j'en avais le cerveau tout décoiffé, la porte du coeur battante comme un volet mal amarré”.
Laura transporte vite Philippe sur un petit nuage. Cependant la réalité dépasse la fiction et la fiction dépasse la réalité. le nuage s'obscurcit et la rencontre idyllique prend une autre tournure lorsque Laura se retrouve au coeur d'un règlement de compte sanglant. Réalité ? Fiction ? Et Laura, ange ou démon ? Allez savoir ! Il y a aussi le roman que Philippe Moncho est en train d'écrire qui se nourrit de l'histoire pseudo-réelle.
Respirer la nuit allie roman d'amour et roman policier. Un petit tour de force. ”J'avais fait une rencontre, majeure, Laura, un prénom qui sonnait comme un cyclone, elle avait fait rentrer le Polar dans ma vie, moi qui n'étais pas adepte au départ”.
Si tout n'est pas parfait dans ce roman, mais cela contribue à son charme, il y a par-dessus tout, les mots de Philippe Moncho, son langage imagé et poétique. Lire Philippe Moncho ce n'est pas voir mais lire des images, les respirer, les goûter, les savourer, c'est entendre leur musique. Alors oui, ne refusons pas le plaisir de mettre nos sens en éveil et de Respirer la nuit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
MaminouG
  06 juin 2022
Si je ne connais pas Philippe Moncho le musicien, je commence à me familiariser avec l'auteur. J'avais beaucoup aimé "Le jardin des anges", texte empli de poésie, magnifiquement écrit. Je viens de terminer son dernier roman "Respirer la nuit" et, même s'il est totalement différent, la poésie persiste et l'écriture est toujours aussi belle.
Je ne saurais pour autant le placer dans une catégorie précise. Il relève à la fois d'une ode à la Corse, ses paysages, son ciel bleu, d'une belle histoire d'amour mais aussi d'une enquête policière. Plus étonnant encore, l'auteur se révèle être le personnage principal de ce petit récit d'à peine plus de cent pages. L'histoire commence par une interview radiophonique de l'auteur par Laura Castelli. Différents auditeurs posent des questions relatives à son métier, à sa "routine d'écriture", son "procédé de création". Et, lorsque la journaliste l'interroge sur ses livres de chevet, il n'hésite pas à faire l'éloge (que je partage totalement) d'un écrivain ami, publié par les mêmes éditeurs. Laura Castelli va très vite faire battre le coeur de Philippe et tout serait pour le mieux dans le meilleur des mondes si une série d'assassinats ne venait couvrir de nuages sombres le ciel pourtant si bleu de son refuge montagnard. Je ne vous en dirai pas davantage sur la suite de cette histoire. A vous de la découvrir.
J'ai beaucoup aimé ce petit ouvrage à l'écriture poétique, imagée, certes, mais en même temps très moderne. Cela montre que, de même qu'en décoration l'ancien se mêle agréablement au moderne, en écriture le mélange des genres est du plus bel effet. J'ai beaucoup aimé les nombreuses références littéraires et notamment à René Char, poète que j'apprécie particulièrement. J'ai beaucoup aimé aussi le suspens qui s'invite petit à petit, la confiance qui s'effrite, l'apparition du Commissaire Montemagni, mystérieux à souhait "…visiblement âgé, il avait la démarche d'un vélo à la roue voilée." J'ai beaucoup aimé encore la fin en forme de cliffhanger qui laisse présager d'une suite. Wait and see. L'auteur dira si je me trompe.
Et pour rajouter une touche personnelle hors littérature, j'ai beaucoup aimé la couverture aussi bleue et nuit que le ciel et cette tasse de café fumant, boisson on ne peut plus présente dans le roman, la vie de Philippe Moncho. Je me demande d'ailleurs s'il n'écrit pas à l'encre café.
"Respirer la nuit", un moment de lecture absolument délicieux.
Un grand merci aux Editions La Trace et à l'auteur pour cette lecture.

Lien : https://memo-emoi.fr
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
EvlyneLeraut
  31 mai 2022
Bleu-nuit, dans cet espace de plénitude qui pourrait tout changer, « Respirer la nuit » est une alliance entre le réel ( l'écrivain, le lieu et la spontanéité d'une écriture) et la fiction qui semble une plongée dans l'intimité d'un antre celui d'un poète hédoniste et épicurien.
Il suffit d'être attentif au silence, à la beauté d'une nature en pleine montagne. À la tasse de café qui reste toujours au garde-à-vous. Dans cette sérénité d'un espace tout advient et va bousculer quelque peu les rites de Philippe Moncho. C'est lui-même qui s'invite dans cette trame qui ne serait pas aussi habile et confidente sans sa présence. le je (jeu) est un tour de manège en plein pré. Philippe Moncho reçoit Laura Castelli pour un interview autour de son oeuvre et particulièrement « Le jardin des anges ». Il ressent un magnétisme, une attirance empreinte de désir.
« Attendez ! Attendez ! Je peux bien vous le dire maintenant hein !
-Vous avez une plume magnifique.
J'avais trouvé l'image suggestive.Elle avait élevé la voix, la phrase avait ricoché sur les façades des maisons endormies. »
Une idylle prend vie. Fervente, à peine-née, volubile et aérienne. Philippe Moncho est subjugué par Laura. Café sur café, il boit l'instant présent. Ne pas perdre pied. Nous sommes en Corse.
« Lorsqu'elle me disait ne t'inquiète pas, je m'attendais au pire. »
Laura est mutique, troublée. Philippe Moncho semble égaré dans ses doutes. Sa confiance en Laura s'effrite.
Il faut dire que l'évènementiel va prendre la main. Digne d'un roman noir. Entre les combines et les assassinats où Laura semble une des protagonistes et un pion qui se déplace sur l'échiquier des turbulences.
« C'est à l'intérieur que les actionnaires ont défouraillé, un vrai feu d'artifice, ça tirait de partout, des balles dans tous les sens, à ne pas pouvoir y retrouver ses petits. »
« Respirer la nuit » est signifiant. La nuit liane cueille les étoiles. Les croisements des destins tracent les signes dans le céleste qui coopère à l'enjeu du souffle.
Le jour collabore à la perte de soi et de l'autre. Les mécanismes implacables qui broient la vie, manque de souffle.
Et pourtant, malgré les ombres qui tourmentent l'assise d'un poète amoureux, l'empathie rayonne.
« Il ne faut pas se voir trop beau, l'écriture ne vous pardonnerait pas ce manque d'humilité. »
L'intimité d'une langue dont chacune des phrases prononcées à voix basse est un cahier du jour.
Écoutez voir Philippe Moncho  bis !
Publié par les majeures éditions LaTrace.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Pinceauplume
  16 juin 2022
C'est une lecture lumineuse dans l'esprit d'un narrateur pétri de perceptions sublimées. On traverse l'histoire en se chaussant de son regard sensible à toute chose, on dépoussière ses fondamentaux si besoin est dans une fluidité de lecture éclairante.
En éveil consenti aux phrases, aux sens, à l'histoire qui nous est narrée.
Bref : on respire la nuit…
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
ChantalameChantalame   04 juin 2022
Le vieil homme portait des rides pendantes sur le visage. On aurait dit les nervures d'un arbre, les pliures des affaires accumulées au cours de sa carrière. On ne traverse pas des histoires criminelles à répétition sans y laisser une part de naïveté, d'insouciance ou d'enthousiasme. Son visage était sculpté, buriné, plié comme la tranche usée d'un livre, il portait les archives d'une vie de dépositions
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
jpllafontjpllafont   18 mai 2022
Laura se leva, elle s’approcha de moi et m’embrassa comme elle ne l’avait jamais fait auparavant, c’était un baiser fougueux, comme deux amants sur le quai d’une gare. Je ne sais si elle voulait me signifier son amour,
si elle venait puiser de l’énergie à sa source affective, elle m’offrait sa langue en m’écrasant les lèvres avec une passion nouvelle. Je fis quelques pas dans le jardin sans lui lâcher la main, puis de nouveau tout s’accéléra.
Ses doigts lâchèrent les miens, la voiture de Félix disparut entre les arbres, suivie comme son ombre par celle des policiers. J’étais seul et sonné, comme un boxeur qui n’avait pas combattu, ou si peu. J’entrepris de terminer la cafetière sur la terrasse, là où rôdait encore le parfum de Laura. J’avais les larmes aux yeux, c’était épuisant à vivre, moi qui depuis le début n’avait
qu’une ambition, celle d’écrire et de respirer la nuit à plein poumons.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
ChantalameChantalame   03 juin 2022
On devrait toujours prendre un moment pour regarder sa vie d'en face.
Commenter  J’apprécie          20

Notre sélection Littérature française Voir plus
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Da Gytha Code ! ⏰ ... 🦢 (Incipit)

NQPIVGORU ... (Indice, le nombre de lettres.)

aujourd'hui
longtemps
condamné

9 questions
23 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature française , code , énigmes , jeux de lettres , baba yagaCréer un quiz sur ce livre